Cette rue unique du Marais où les juifs côtoient gays, fashionistas et touristes dans un esprit de cohabitation a besoin de votre participation !

Large_affiche_rosiers_def_2-1457011546-1457011592

Présentation détaillée du projet

PITCH

 

Les attentats, l’appétit insatiable des marques de mode pour le quartier du Marais et la peur grandissante de l’antisémitisme provoquent un lent exode de la population juive. Ceux qui sont encore là donnent pourtant à voir un rare spectacle de cohabitation multiple, où se mélangent gays, fashionistas,  touristes … La population juive elle-même est hybride, entre Ashkénazes et Sépharades, ultra-religieux et laïques.  L’optimisme reste de mise : les nouvelles générations, sensibles à leurs origines comme aux avantages d’un quartier branché, créent des lieux inédits qui apportent un nouveau souffle. 

Ce mélange hétéroclite en fait une rue unique au monde, qui montre des ententes possibles, une adaptabilité permanente et un microcosme miroir de tout un peuple. C’est l’extravagance et l’énergie de cette rue que notre film documentaire entend raconter.

 

 

 

Tefilins_rue-1456999718

 

NOTE D’INTENTION

 

Voilà dix ans que j’habite rue Pavée et que je vois tous les jours des juifs orthodoxes se rendre à vélo, dès l’aube, à la synagogue de la rue Pavée. Ils rasent les murs avec humilité. Ils portent tous la barbe, des papillotes, un chapeau et un manteau noirs. Les Tsitsit, ces franges qui bordent le Talit, volent au gré du vent. Leurs regards sont baissés, ils évitent les femmes, les caméras, les touristes. Une heure plus tard, leurs épouses arrivent au volant de véhicules 4X4, bloquent la rue et font descendre une ribambelle d’enfants qu’elles déposent à l’école. Elles ont l’air puissantes, rien ne leur fait peur. 

Cela fait dix ans qu’ils m’intriguent. 

 

Au coin de la rue, la rue des Rosiers montre une population très différente, des commerçants juifs ouverts, bavards, voyant des opportunités partout, se mélangeant avec plaisir aux gays, aux touristes, aux autres religions. D’autres, moins occupés, passent la journée dans la rue et créent des liens de commérage.

 

J’écume les commerces de bouche, à la recherche d’odeurs d’épices, d’une douceur de vivre méditerranéenne, de généreux sourires. L’ambiance n’a rien à voir avec celle de la rue Pavée. Entre les boutiques de mode chaque jour plus nombreuses, des marchands de falafels donnent le ton. Ici, on mange partout et tout le temps.  La « street food » est née dans cette rue. Les queues sont longues, et bien alimentées par des rabatteurs, évinçant la concurrence voisine.  Au centre de la rue, après 17h, les sémites sont alpagués par des religieux pour une rapide prière avec téfilines ; au milieu de la foule, ils ceignent leurs fronts et leurs bras de les fins lacets de cuir et récitent la prière. Les touristes suivent les parapluies brandis par les guides racontant l’histoire passée de ce peuple, les fashion addicts regardent les vitrines bien achalandées, les gays vont dans les bars LGBT à proximité. Chacun suit son chemin, parallèlement à l’autre.  Tout le monde mange la même chose.

 

Les juifs sont dans le bassin Parisien depuis les conquêtes romaines, au 1er siècle avant JC. Au Moyen-Âge, leur histoire est dominée par la vulnérabilité, fruit de l’ambivalence de la politique des autorités. « Etrangers de l’intérieur », ils sont nécessaires à la prospérité : l’église ayant interdit le prêt à intérêt, ils sont en charges des activités financières. Chassés de Paris, ils s’installèrent dans le Marais aux XIIe siècle, autrefois extérieur à la ville.  Ils en furent expulsés en 1306 pour revenir au XIXe siècle, après avoir obtenu leur émancipation.  Au début du XXe siècle, 110.000. juifs « yiddishophones » sont à Paris, séduits par le prestige révolutionnaire du pays. Puis, les nazis ont exterminé une grande partie de la population locale, le « Pletzl » s’est vidé, mais les commerces tenaient bon : fourreurs, orfèvres, épiciers …

 

Les marchands d’oeufs et de poulets ont disparu depuis longtemps. Les trois librairies de la rue ne sont plus qu’une. La dizaine de bouchers a fondu, ils ne sont plus que trois. La synagogue de la rue des Ecouffes est devenue une pizzeria, laquelle est elle-même devenue un magasin de sacs et cahiers. Le coiffeur qui coupait les cheveux en respectant les rites religieux est devenu une friperie. Les Séfarades qui se sont serré dans les immeubles où avant eux des familles d’Ashkénazes vivaient entre rires et cris dans quelques mètres carrés à peine, laissent place aux Bobos. Malgré l’exode massive, de nouvelles générations arrivent, surfent sur la vague bobo, inventent de nouveaux concepts, s’ingénient à réconcilier leurs traditions avec le monde moderne, ouvrent leurs bras à toutes les différences : religieuses, sexuelles, culturelles … trouvant des opportunités partout. 

Je souhaite montrer, à travers ce film, les images d'un quartier qui se transforme et se ré-invente sans cesse.

 

Touriste-1456999999

 

 

LES PERSONNAGES DU DOCUMENTAIRE 

 

L'objectif de la réalisation de ce film est de croiser différents regards dans une perspective élargie, où le point de vue émotionnel et humain fait la démonstration par la preuve des points de vue sociologiques, anthropologiques et culturels. 

J'ai choisi chacun des personnages à la fois parce qu'ils ont eu des vies étonnantes, mais aussi parce qu'ils ont une connaissance et une analyse et du quartier qui permettra de bien faire sentir leurs attaches, et les émotions qui les lient.  

 

Horvilleur_m191173-1457445616

 

C’est Delphine Horvilleur, ancienne journaliste et deuxième femme rabbin de France, installée depuis des années dans le quartier, qui sera un personnage récurrent de ce film, intervenant à la fois comme expert religieux et comme témoin de la vie de ce quartier. Parce qu’elle est rabbin, elle expliquera comment cette religion ré-interprète sans cesse ses textes. Parce qu’elle est femme et féministe (son livre « En tenue d’Eve » analyse la pudeur et le féminin dans le judaïsme), elle jugera l’évolution différente des femmes orthodoxes et libérales au sein de la communauté du quartier. Parce qu’elle habite le quartier et recueille souvent les confidences ou inquiétudes de ses voisins, elle aura une analyse pertinente de la façon il se transforme.  Elle montrera les mille facettes d’un peuple qui voit chaque matin différemment. Ses combats, sa culture, ses traditions, son féminisme et ses anecdotes nous guideront tout au long du film.  

 

L’histoire de la rue et de sa population se nourrira de scènes de rue, (où se tisse un lien entre les différentes populations et générations autour des falafels mangés sur la voie publique), de l’observation des rites dans l’une des 5 synagogues du quartier. J’irai aussi à la rencontre de personnages poétiques qui permettent de mieux comprendre l’ambiance si particulière et la façon dont « L’espace habité transcende l’espace géométrique » (G. Bachelard).  

 

Henri, le boucher de la rue des Ecouffes, n’a pas quitté la rue depuis son arrivé en France, enfant.  Dans un appartement minuscule, il vivait surtout dans la rue. apprenait à se débrouiller. Aujourd’hui, ses commerces fleurissent, mais il est également très actif lorsque le quartier est menacé.

 

Elie à la retraite. Il vit encore aujourd’hui dans un appartement qui fut celui de ses parents, et dans lequel ses enfants ont grandi. Son amour du quartier est tel qu’il collectionne depuis des années toutes les photos, cartes postales et livres qui lui permettent de garder en mémoire ce lieu unique au monde. 

 

Jérôme a abandonné son métier d’avocat pour tenir un restaurant de falafels, tout en portant aujourd’hui un regard psychanalytique sur les individus tout autant que sur les textes sacrés. Il sait aussi rire de la tragédie grecque qui s'installe lorsque les « affaires » se corsent. 

 

Eric allait tous les jeudis de son enfance au hammam de la rue des Rosiers. Les premières années, le lieu lui servait de véritable salle de bains, puis de retrouvailles avec ses amis du quartier. Plus tard, cet homme, qui se rêvait coiffeur,  a ouvert les bains du Marais, alliant le luxe à la tradition. 

 

Louise se rêvait libraire, on lui a imposé tout un immeuble. Elle en a profité pour ouvrir la première crèche juive, dans les années soixante. .Aujourd’hui la crèche n’est plus, mais elle refuse la retraite et gère la dernière librairie du quartier, avec l’aide de ses enfants. Elle a lu tous les livres qui ont trait au quartier ou à la religion, et milite avec rigueur du fond de sa boutique.

...

 

Henri-1457000736

 

Henri

 

Elie-1457445663

 

Elie

 

Capture_d_e_cran_2016-01-28_a__15.48.38-1457445736

 

Eric

 

 

Valerie_et_david_chez_murciano-1457445700

 

GO FAST FILMS 

 

Go Fast est une société de production qui travaille pour le cinéma, la télévision et l'Internet. La dernière production en date est "Doom Doom", une web série pour Canal +, écrite et réalisée par Laurent Abitbol et Virgile Bramly. 

 

POURQUOI EST-CE QUE JE FAIS CE FILM ET NE COMPTE QUE SUR VOTRE PARTICIPATION POUR LE FINANCER ?

Il y a plus de trente-cinq ans, j'étais photographe et suivais des gens qui n'intéressaient personne d'autre que moi (ou presque!) : ceux qui ont inventé le Hip-Hop, dans le Bronx, à New-York. Ils étaient ignorés, mais depuis la moitié de la planète a adopté leur musique et leur style de vie et mes photos ont fait le tour du monde. 

Je ne suis pas en train de dire que les Juifs de la rue des rosiers sont une répétition de la même histoire, mais je suis convaincue qu'un jour, lorsqu'ils ne seront plus visibles dans ce quartier, les gens seront nostalgiques, ou voudront juste pouvoir capter l'essence de ce que ça a été. Ils seront sans doute satisfaits de pouvoir trouver un film en ligne pour voir tout ce qui a disparu, mais aussi sentir les émotions et la force de ceux qui ont fait ce quartier, mais qui pour une raison ou une autre n'ont pas eu d'autre choix que de partir ...

 

Sophie_bramly-1457519268

 

AVEC VOTRE AIDE, LE FILM POURRAIT ÊTRE DISPONIBLE DÈS JUIN 2016 ! MERCI ! 

À quoi servira la collecte ?

L'histoire est écrite, tous les intervenants ont été contactés et quelques fois filmés pour une meilleure préparation, mais il faut encore faire ou refaire les interviews (3 à 4 jours de tournage à 2 caméras), monter le film pendant un mois (un an de rushes à monter!), l'étalonner et le mixer.

 

PREMIER PALIER : 

Nous avons besoin de 25.000€ au minimum pour pouvoir payer les salaires & charges sociales des 3 personnes indispensables à la réalisation du film :

- Le deuxième caméraman,

- Le preneur de son,

- La monteuse,

ainsi que pour pouvoir faire toute la post-production (10.000€). 

 

PALIERS SUIVANTS  : 

30 000€ : musique originale dans l'esprit de la bande annonce

35 000€ : sous-titrage anglais et perfectionnement de l'étalonnage

40 000€ : promotion et diffusion du film 

50 000€ : création d'un site web sur la rue des rosiers, avec des vidéos des principaux commerçants, des personnages emblématiques de la rue, etc.

 

Avec votre aide précieuse, ce documentaire pourrait être disponible dès juin sur des plateformes de SVOD, et tous les gens attachés à la vie de ce quartier - comme moi - pourront conserver intacts leurs souvenirs et leurs émotions  ! Merci !

 

Thumb_sophie_bramly__avril_15__3-1457083181
Sophbram

Après des études d'arts graphiques à Penninghen, Sophie Bramly devient photographe et travaille pour Paris-Match, Rock & folk, etc... Elle est également exposée au Centre Pompidou, dans une exposition de groupe. À 21 ans, elle part s’installer à New York, où elle découvre et s’immerge dans l’univers du mouvement hip-hop dans le Bronx, balbutiant à... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Que l'extravagance soit avec toi !
Thumb_default
Félicitation Sophie, ton projet va se faire !! On te soutient ;-)
Thumb_default
Et voilà Sophie, j'espère que ça aidera ce beau projet :) des Bisous... et des Roses ! Olivier