Créons ensemble un oasis, où l'être humain retrouve une place respectueuse et responsable, à l'égard du vivant et de son environnement.

Large_100_8088__2_-1476991928-1476991943

Présentation détaillée du projet

"La terre n'est pas un don de nos ancêtres, ce sont nos enfants qui nous la prêtent " (citation amérindienne).

  

Ma compagne et moi avons donc décidé d'emprunter à nos enfants un petit coin de paradis, situé sur la montagne noire, dans l'Aude, entre Castre et Carcassonne.

 

Carte_pradelles_01-1476895030

 

Ce terrain est riche de biodiversité. En effet, une forêt de 2,5 hectares abrite une dizaine d'essences  d'arbres. Une prairie de 7,5 hectares est parsemée de bosquets, de pommiers sauvages et de noisetiers. Deux sources d'eau potable ainsi qu'un ruisseau agrémentent ce joli coin de terre.

Nous habiterons sur ce terrain à partir de Janvier 2017 grâce à  mes beaux parents. C'est en vendant leur maison qu'ils nous permettent de débuter ce projet.

 

100_8030-1476805725

 

P1430400-1476905715

 

 

 

Nous souhaitons développer un endroit autonome en nourriture, eau, énergie, où le lien social associatif, l'artisanat, l'écoconstruction, l'apprentissage, l’accueil de personnes, et  la formation, s'entremêleront afin de créer un véritable oasis.

 

Découvrez ce qu'est un oasis en cliquant  ici  (association Colibris)

 

Village_d_asterix-1476895960

 

 

 

Une évolution personnelle :

 

 

A travers ce projet nous visons une façon de vivre différente de celle impulsée par le système économique actuel. Parce que nous souhaitons un monde meilleur pour l'avenir, il nous semble important de commencer par nous changer nous-même.

 

Par exemple une de nos priorités (nous le faisons déjà aujourd’hui), est de réduire au maximum nos déchets non compostables, pour arriver au 0 déchet.

 

 

 

Affiche-legende-colibri002-1476904258

           

 

Les différentes facettes du projet que nous souhaitons "cultiver" :

 

 

1/ Vivre en autonomie (autosuffisance) alimentaire et énergétique (éoliennes, moulins hydro-électrique, géothermie) en troquant équitablement avec la terre, en favorisant la biodiversité et en réduisant au maximum l'impact néfaste de la vie de l'homme sur l'écosystème.

 

 

- Création d'un jardin potager ainsi que d'un verger de gros et petits fruits de plusieurs hectares à terme, en s'appuyant sur la biodynamie (culture permanente, sans labour, sur butte) et en s'aidant au maximum de la traction animale. Des semences fertiles y seront  cultivées. En arrivant sur les terres, une de nos priorités sera de préparer ce jardin maraîcher. 

 

 

- Création d'un petit élevage de poules anciennes, (pondeuses/couveuses/de chaires) qui ne répond pas aux critères de la grande distribution (calibre des œufs, durée d'engraissement) ; en voie d’extinction : la gauloise à crête pâle, et 3 autres types de gauloises (bleues, noires et grises).

La crête pâle remontant au moins au XVIème siècle, est à l'origine des volailles de Bresse. Ses caractéristiques sont un plumage blanc, des pattes bleues, une crête pâle et des yeux noirs. 

J'ai aujourd'hui une dizaine de poules de cette espèce et 7 œufs sont couvés à l'heure où j'écris ces mots. 

 

Sam_1293-1476973404

 

 Sam_1290-1476973775

 

 

 

2/ Un projet partagé

 

Si l'idée est d'éviter la mécanisation et de ramener l'humain au centre de nos vies, il nous apparaît important de ne pas rester seuls, d'unir nos forces et échanger nos compétences pour que cela soit réalisable. Nous réfléchissons dès à présent à la construction d'un "bâtiment de mutualisation" où il pourra y avoir un espace de rencontre (réunions, repas partagés...), un espace culturel (bibliothèque, médiathèque, ludothèque...)  un espace de transformation (cuisine, produits cosmétiques, d'entretien....) 

 

Il nous semble important de faire des ponts avec les projets d'autres personnes et d'être plusieurs à viser un même objectif en ayant une part de projet personnel, et une part de projet collectif. Mais aussi permettre à des petits artisans de s'installer, comme des souffleurs de verres, forgerons, ou des associations, en leurs offrant un espace de travail. 

           

 

 

3/ Créer du lien social

 

 Accompagner des personnes de tout âge et de toute origine dans un processus de reconnexion avec les réalités et les cadences naturelles, avec l'agro culture, la médiation animale, la fabrication de pain, de fromage, d'huiles alimentaires et essentielles, de savon,  l'étude de la faune et de la flore.

Peut-être grâce à un centre d'accueil : conçu pour toutes personnes, dont certaines en situation de déficience mentale, en difficulté psychique, physique ou comportementale (ma compagne Alice s’appuierait sur son diplôme, ses connaissances et expériences). 

Egalement en proposant dans quelques temps, et au fur et à mesure de nos expériences, des formations et stages chez nous.

Cette facette de notre projet sera développée dans un deuxième temps, quand nous seront bien installés sur les lieux et que le jardin aura démarré. 

 

           

4/ Education

 

 

Nous aspirons entre autres pour notre fille  à " une  école qui ne fonde pas son éducation sur la peur de l'échec mais l'enthousiasme d'apprendre, qui abolit le chacun pour soi pour exalter la puissance de la solidarité et de la complémentarité, qui met les talents de chacun au service de tous, qui équilibre l'ouverture d'esprit aux connaissances de l'abstrait avec l'intelligence des mains et la créativité concrète, qui relie l'enfant à la nature à laquelle il doit et devra toujours sa survie et qui l'éveille à la beauté, et sa responsabilité à l'égard de la vie. Car tout cela est essentiel à l'élévation de sa conscience. " (Pierre RABHI)

 

Nous aimerions nous pencher sur l'élaboration d'un projet qui permettrait, soit la réalisation d'une école alternative sur le terrain ou dans un endroit où il sera possible de l'installer, soit de créer un partenariat avec des écoles. Cette facette du projet évoluera en fonction de nos rencontres et des volontés de chacun.

 

Des écoles "alternatives" ont déjà vu le jour, par exemple au Hameau du Buis que vous pouvez découvrir ici . 

 

 

 

 

 

C'est pour demain... 

 

Nous sommes bien conscients que certaines facettes de notre projet (éducation, formations...) prendront du temps à être mises en œuvre et qu'il faudra procéder par étapes et traverser de nombreuses difficultés (aussi bien techniques qu'administratives). Nous savons aussi qu'il y à déjà, et qu'il y aura encore de nombreux soutiens : de notre famille, de nos amis, de voisins, de woofers, de citoyens et d'élus engagés qui attendent juste la possibilité de faire autrement. 

Notre détermination, notre énergie, notre envie de bien faire ainsi que nos ambitions seront à la hauteur des aventures qui nous attendent :

 "Ils ne savaient pas que cela était impossible, alors ils l'ont fait"  (Mark TWAIN)

 

 

 

Qui sommes-nous ?

 

 

Img_0289coolp-1478090188

 

 

 

 

Enaya, Alice et moi-même, avons respectivement 1 mois, 32 et 28 ans.

 

- Je ( Florian ) suis actuellement reconnu en tant que "porteur de projet agricole" par la chambre d'agriculture. Mon dossier de demande d'autorisation d'exploiter ces terres à été accepté. Mon statut sera donc "chef d'exploitation agricole" en entreprise individuelle.

 

Sensibilisé et amoureux depuis l'enfance à la biodiversité, grâce aussi à un BEPA " Aménagement, entretiens de la nature et protection de l’environnement " effectué à la MFR de Anse (01),  je me suis depuis plusieurs années logiquement dirigé vers le monde agricole, en tant qu'aide agricole dans diverses installations, maraîchage bio, élevage d'ovins, élevage d'équidés....  

 

J'ai aussi eu l'occasion de me former à la traction animale, et plus spécifiquement à la méthode "Achenbach"(une approche éthologique reposant sur l'observation et la compréhension du langage du cheval) que je souhaite développer dans notre installation.

 

 -  Alice, titulaire d'une licence de psychologie, est actuellement à quelques mois d'acquérir le diplôme d’éducateur spécialisé.

Elle a travaillé dans le milieu social une dizaine d'années : en tant qu'animatrice dans un centre social ou auxiliaire de vie scolaire (AVS) dans des écoles, lors de cours de soutien scolaire, à l'occasion de remplacements de travailleurs sociaux dans différentes structures médico-sociales, ou encore lors de divers stages (par exemple dans les jardins de Cocagnes).  

 

- Enaya, nouvelle venue dans la famille, souhaite grandir et s'épanouir dans un monde qui évolue en cohésion avec la nature.

 

 

 

Merci de l'intérêt que vous portez à notre projet! N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, idées ou remarques, nous en serons enchantés.

À quoi servira la collecte ?

Nous demandons votre soutien pour adopter un cheval de trait comtois ainsi que de la sellerie et le matériel agricole nécessaire au lancement de la culture.

 

Cropped-image-panneau-les-jardins-d-uranie-1476908598

 

 

 

- Un cheval de trait de type comtois : environ 3500 euros, 

 

Nous souhaitons qu'il soit déjà débourré car nous n'avons pas ce savoir-faire. 

 

 

- Le collier d'attelage : 500 euros,

 

Un collier d'attelage doit être parfaitement ajusté, c'est pourquoi l'aide d'un sellier-bourrelier sera nécessaire afin de l'équilibrer parfaitement. 

 

 

- La sellerie : 500 euros,

 

Elle comprend le bacul (200 euros), le licol (50 euros), les guides (50 euros), les traits (100 euros), le mors (100 euros).

 

 

- Le matériel agricole : environ 500 euros,

 

Chiné en brocante et sur des sites de vente en ligne, ces vieux matériels sont : une remorque porte foin (150 euros), la griffe (50 euros), l'étrille (50 euros), l'arrache patate (100 euros), la faucheuse andaineuse (150 euros).

 

 

Si grâce à votre soutien et votre solidarité nous atteignons plus que la cagnotte demandée, les fonds supplémentaires serviront à poursuivre nos objectifs :

 

- La création d'un chalet (bâtiment de mutualisation) pour abriter les pièces communes : cuisine de transformation "aux normes", four à pain, salle de formation et de rencontre, bibliothèque... (65 000 euros) 

 

 

- La création d'un lieu de stockage du matériel, du foin et des céréales,  (7500 euros) 

 

 

- La création d'une serre vitrée, (3000 euros)

 

 

- L'achat de semences fertiles, (1500 euros) 

 

 

- La restauration du toit de la vielle bergerie, (4000 euros) 

 

 

- La création du bassin de phyto-épuration, (10000 euros) 

 

 

- La création d'autoconstructions afin de pouvoir accueillir des personnes souhaitant participer au projet, au fil du temps...

 

 

 

                              

Calendrier de création/réalisation des différentes facettes du projet :

 

 

Sans_titre_2-1478111949

 

     

Thumb_nous-1478089230
Florian.G

-Je m'appelle Florian, j'ai 28 ans, et je suis actuellement reconnu en tant que "porteur de projet agricole" par la chambre d'agriculture. Sensibilisé et amoureux depuis l'enfance à la biodiversité, grâce aussi à un BEPA " Aménagement, entretiens de la nature et protection de l’environnement " effectué à la MFR de ANSE, je me suis depuis plusieurs... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
beaucoup de bonheur pour vous ! que ce projet soit rayonnant :)
Thumb_default
super le projet, j’espère en faire partie, Johanna. Bonne chance pour la suite.
Thumb_default
Super idée, je compte faire la même chose avec des amis quand on aura fini nos études. Merci pour ce que vous faîtes, faut se soutenir!