L'équipe médicale et des soignantes au sens le plus large, très investie, souhaitaient donner à ces mères des "bons" souvenirs qui puissent servir de jalons qualitatifs dans leur vie chaotique. Lorsqu'on est très carencé, l'avoir prime souvent sur l'être et il est souvent difficile de "recevoir" sans concrétisation matérielle. Se faire prendre en photo, laisser sur les murs la mémoire de son passage, repartir avec un album d'images comme un objet transitionnel...

Large_004

Présentation détaillée du projet

Intervention d'un photographe dans le cadre d'un projet auprès de dyades mère-bébé au sein d'un service hospitalier de périnatalité. 

 

 

Le service de périnatalité de l'hôpital du Vésinet peut accueillir jusqu'à 20 femmes enceintes et 20 mères avec leur nouveau né pour des durées allant de quelques jours à 3 ou 4 mois afin de proposer un accompagnement de la grossesse et de l'interaction précoce mère-bébé. Ce service propose des soins pour des pathologies obstétricales, des pathologies somatiques de la mère ou du bébé, ainsi que des maladies psychiques de la mère tout en travaillant le lien mère-enfant, une réhabilitation socio-familiale et une réinsertion sociale lorsque c’est nécessaire.

L'équipe soignante regroupe divers professionnels: médecins (généralistes, psychiatre, gynéco obstétricien, pédiatre), psychologues, infirmières, sages femmes, auxiliaires de puéricultures, assistantes sociales.

 

000

 

Les causes d'admission sont multiples, handicap physique ou sensoriel, maladies chroniques (cancer, maladies infectieuses, pathologie orthopédique, maladies immunitaires et chroniques...), maladies psychiques ou psychiatriques, toxicomanies, retard intellectuel.

Ce sont parfois les nourrissons qui sont malades et ne peuvent rentrer au domicile faute d'étayage médical suffisant (grand prématuré, handicap, enfant opéré à la naissance, syndrome de sevrage lorsque la maman est dépendante d'une addiction…)

Certaines hospitalisation sont demandées par les professionnels d'une maternité ou les services sociaux pour évaluer la relation mère-bébé: rétractation après un accouchement dans l'anonymat, situation de déni de grossesse, mères adolescentes, situations de grande précarité, de violences socio-familiales, isolement social.

 

005

 

En 2011, une bourse de la Fondation Mustela m'a permis d'organiser un atelier de photographie dans ce service. Grâce à cet atelier ouvert, je souhaitais entreprendre une démarche de sensibilisation artistique permettant d'accompagner le travail de l'équipe soignante sur les interactions mère-enfant. Pendant les deux mois qu'a duré l'atelier, l'engagement, l'assiduité, la parole, le regard neuf porté par les mamans sur leur enfant, l'image valorisante qu'elles ont aimé renvoyer de cette relation a constitué un témoignage fort de leur maternité. 

Par ailleurs cet atelier a permis d'améliorer l'environnement familier du service grâce à des œuvres abouties, en proposant une exposition des photos réalisées par et pour les dyades mère-enfant et la réalisation de petits livres photos offerts aux mamans à l'issue du projet.

 

012

 

« Les mères étaient ravies », témoigne un des médecins, « heureuses d’avoir travaillé ensemble, d’emporter un album agissant comme un objet transitionnel, d'avoir laissé une trace d'elles mêmes sur les murs du service ».

 Pour certaines d’entre elles, cet atelier a été une réelle découverte : « On ne s’attendait pas à ce qu’elles fussent si émues », reconnaît le médecin. Certaines femmes se voyant en photo ont pris conscience pour la première fois, de leur beauté ou de celle de leur enfant, permettant alors une inscription généalogique de la filiation. Ayant noué de véritables relations d’amitié durant l’atelier, plusieurs femmes étaient toujours en contact des mois après.

 

009

 

 Bref, cet atelier a participé à l’expérience de la réparation, du dépassement du traumatisme qui marque la plupart de ces  mères. Il a aussi permis aux soignants d’ouvrir la stricte dimension du soin à un regard artistique.

 

For de cette expérience bouleversante et à la demande du service et de l'hôpital, il m'a semblé qu'une reprise de l'atelier constituait un projet significatif de mon engagement auprès d'une population particulièrement fragilisée.

 

 

085

 

 

 

011

 

 

000

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

 

  

- Films argentiques noir&blanc et couleurs

- Numérisation des images

- Le tirage des 20 livres photo pour les mamans

- Les livres des KissBankers

- Le papier imprimante de qualité pour les tirages des KissBankers

- Les tirages RC et Prestige des KissBankers

- Une vingtaine de tirages d'exposition sur Dibon

- Les frais d'essence et de bouche

- Les honoraires du photographe

Thumb_fred-1
zapafred

Né en France en 1968, reporter autodidacte, Fred Jacquemot photographie depuis ses débuts de manière engagée. En 1998, son premier travail sur le combat des indiens zapatistes au Chiapas (Mexique) et sur les rassemblements altermondialiste, lui permet d’affirmer son intérêt pour les sujets politiques et sociaux. Il tente de comprendre par la pratique... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Un beau projet à soutenir !
Thumb_default
Petite contribution pour un beau projet. On espère qu'il se concrétise rapidement. A bientôt
Thumb_default
bonne chance pour ce projet; nous souhaitons de tout coeur sa réussite