Passionné de littérature, croyant encore à l'objet livre, j'ai bâti L’œil ébloui. Merci d'y zieuter un œil et de m'aider à son lancement.

Large_pour_projet_kiss_bank

Présentation détaillée du projet

 

" Un texte, pour nous marquer, a besoin d’un support qui ait une réalité concrète avec une couleur, un poids, une odeur, de la même manière que l’intelligence et l’esprit nécessitent un corps qui leur permette de se manifester." [Colette Lambrichs, Manifeste pour l’édition et la librairie indépendante]

 

Je fais le pari de dire qu’il n’y a pas trop de livres, le pari de son utilité, sa nécessité, même envisagé différemment dans la chaîne du livre (pas de diffuseur ni de distributeur).

 

Quinze ans après créé une maison d’édition associative (L’escarbille), je me lance dans une suite plus personnelle.

Je connais des auteurs, j’aime ce qu’ils font et suis persuadé qu’ils méritent d’être lus.

J’aime la littérature et pense que certains textes un peu oubliés méritent une réédition.

J’aime les images, elles auront leur place dans les pages qui seront publiées.

J’aime aussi la belle ouvrage : j’y accorderai une importance presque maladive…

 

Pour ces raisons, j’ai bâti, très librement, L’œil ébloui. Proposer des livres-objets, des albums littéraires qui visent, à travers les mots et les images, à rendre le lecteur plus rêveur, autrement dit plus vivant.

 

J'ai mis deux ans à préparer le projet. Le site est créé depuis avril, venez le visiter : www.loeilebloui.fr

Les 3 premiers ouvrages, eux, sortent début juillet. Ci-dessous un léger aperçu.

 

La marelle, de Marie-Hélène Bahain.

Une année dans la peau d'une petite fille de 5 ans. Un récit plein de tendresse pour le 7e roman de l'auteure.

          La_marelle_marie-h_l_ne_bahain_avec_cadre

         

                    

 

Le flacon, de Jean-Paul Andrieux. Quelques mois avant la première guerre mondiale, dans un salon parisien, fin d'un monde et une passion secrète autour d'un parfum.

           

           Le_flacon_jean-paul_andrieux_avec_cadre

 

 

Les maritimes, que je me permets de publier moi-même. Autour de paysages de mer, mon intimité poétique.

           

          Les_maritimes_thierry_bodin-hullin_avec_cadre

 

"Être éditeur, c’est d’abord manifester un vouloir-faire associé à un vouloir-rêver. C’est aussi parfois un savoir-survivre." [Hubert Nuyssen, La sagesse de l’éditeur]

À quoi servira la collecte ?

 

Les 3 premiers livres sortiront début juillet 2013.

Je ne cherche pas la rentabilité, mais vise impérativement l'équilibre financier.

 

Pour limiter les coûts, et parce que j'aime ça !, je fais tout moi-même (mise en page, conception du site, diffusion et distribution des ouvrages notamment).

 

Par contre, évidemment, je confie l'impression à un professionnel. La publication de ces 3 premiers ouvrages (en 700 exemplaires chaque) me coûte 6200 €.

 

L'aide demandée correspond au quart environ de l'investissement initial.

 

Apporter votre contribution, c'est participer au lancement du projet et m'aider à sa pérennité : la somme récoltée me permettra de préparer dès maintenant et plus sereinement  la suite, c'est-à-dire le quatrième ourvrage, puis le cinquième, etc.

 

Merci d'avance.

 

Thumb_bibi
Thierry Bodin-Hullin

Je suis né le jour où Youri Gagarine est entré dans l’espace. En cinquante ans, j’ai autant vécu à Paris qu’à Nantes. Ma passion pour les livres m’a amené en 1997 à créer avec quelques amis L’escarbille, édition de premiers romans. L’œil ébloui est une suite plus personnelle.

Derniers commentaires

Thumb_default
Super projet ! Tous mes encouragements.
Thumb_default
Beau projet, j'approuve... ...et je suis d'accord pour l'apéro !
Thumb_2013-06-15_15.03.03
Un petit encouragement et j'espère un apéro au moment de la sortie !