Chers amis, La Compagnie des Passeurs est heureuse de vous présenter sa nouvelle création, "L'Opéra du Gueux" de John Gay.

Large_test_photo_titre

Présentation détaillée du projet

« Seule l’heure qui passe est à nous car nul au monde n’a davantage ! (…) Quel mal y a-t-il à prendre à autrui ce dont il n’a pas le cœur de faire usage ? »

 

                                                                                Extrait de L’Opéra du Gueux.

 

 

Croquis_1_

                                   

 

La pièce

 

A Londres, au début du XVIII° siècle, parmi les filles de joie et les truands, le Capitaine Macheath mène les bandits de grand-chemin. Audacieux stratège, grand amateur de courtoisie, amoureux des femmes et de l’amour lui-même, il séduit la belle Polly Peachum, fille du tout-puissant recéleur de la pègre. Mais M. Peachum, qui se sent menacé par cet abord, est un homme dangereux, tentaculaire, dont les accointances s’étendent jusqu’aux moindres recoins d’un système corrompu. Avec l’aide du directeur de la prison, M. Lockit, dont la fille Lucy a également été séduite par le Capitaine, il s’efforce de préserver ses intérêts…

 

 

Distribution : Luca Bozzi, Laure Caillet, Renaud Gillier, Etienne Guérin, Marine Jardin, Charly Labourier, Maud Landau, Elise Touchon-Ferreira, Pierre Serra, Jo Zeugma.

 

Mise en scène : Pascal Durozier

Direction musicale : Benoît Combes

Costumes : Agathe Helbo

Décors : Yohan Chemmoul

Lumières : Florent Pénide

Photos : Harmony U

 

Chargée de diffusion : Vanina Montiel

Administration : La Mandragola

 

 

Notes de mise en scène

 

En écrivant L’Opéra du Gueux, John Gay fait une satire politique et dénonce les rouages du pouvoir. En plaçant le récit au milieu des bandits de grand chemin, des filles de joie, des receleurs, des fonctionnaires, il nous parle des mœurs politiques des « Grands » de son époque. Tous défendent une morale, leur morale.

 

Les personnages usent et abusent de corruption, de cynisme, de délations et de stratagèmes pour rester au pouvoir ou y accéder. John Gay visite l’idée de la justice, ou plutôt de sa marchandisation.

 

Dans cette noirceur philosophique, John Gay sait rester drôle, cruel, acide, cinglant, ridicule, léger et populaire, donnant naissance à une nouvelle forme véritablement populaire appelée Ballad Opera.

 

Un piano, des verticales, des horizontales, un chœur d’où se détachent tour à tour les personnages poussés par leurs passions débordantes. Des maquillages, des perruques, de la couleur. Une forme, un style qui s’éloigne du naturalisme désincarné. C’est ce que j’entrevois pour donner vie  à cette histoire. 

 

John Gay nous livre une des clefs :

«La vie est une plaisanterie, tout le démontre, je m’en doutais, maintenant, j’en suis sûr.» 

 

                                                                           Pascal Durozier, metteur en scène

 

 

 

Pourquoi l'Opéra du Gueux

 

Il nous semble que l’esprit de révolte contenu dans la pièce de M. Gay peut faire écho à la fougue que notre génération porte en elle. Si nous pensons qu’au XXI° siècle la violence des images et des discours n’a pas souvent de bien-fondé, ce sont les ficelles perverses d’une société qui, par le langage démasqué de L’Opéra du Gueux, nous sont données à voir et à entendre.

 

C'est par le mot et le son que s'exprime le sentiment de la révolte. Pour la Compagnie, transmettre un discours est devenu une priorité. Il s'agit d'éduquer le sens critique, qui est avant tout sens de l'observation, et si ce n'est de prétendre éveiller des consciences, tout au moins de tendre au monde un miroir qui ne peut être trompeur que si l'on refuse d'établir des rapports entre les milieux, les époques et les hommes.

 

Dans notre temps où tout veut nous paraître beau et cache la misère, où les vessies sont devenues les lanternes, où la tragédie même devient impossible, quand le voyeurisme se substitue à la prise de conscience,  nous avons choisi de perpétuer l’esprit festif hérité du théâtre de Shakespeare et de l’esprit des saltimbanques. A la pesanteur de l’apparence, nous préférons l’éclat du rire.

Ainsi, le spectacle sera bel et bien... une comédie !

 

Nous transposons, nous adaptons, nous utilisons une matière textuelle, visuelle et musicale issue d'un autre temps et l'émaillons de références qui font écho au public d'aujourd'hui.

 

 

Croquis_2_

 

La Musique 

 

La musique dans l'Opéra du Gueux est extrêmement présente. Il s'agit d'airs populaires de l'époque qui sont destinés non seulement à jouer avec les références culturelles du public, mais aussi à nous informer sur le milieu social particulier au sein duquel se déroule l'action. Il n'y aura donc pas de contradiction à voir se côtoyer des airs de compositeurs célèbres, comme Purcell, et des airs issus d'un répertoire traditionnel ou folklorique. Le rôle de la musique est également ironique, dans la mesure où elle inscrit la pièce dans un genre, celui du ballad-opera, qui dans ce cas particulier parodie l'opéra italien.

 

Le travail musical dans cette création est donc de rendre audible celui d'un auteur du XVIII° siècle, qui jouait lui-même avec la culture de son époque, pour un public du XXI° siècle, dont les références ont évidemment changé. Sans parler d'actualiser la musique, il s'agit de la rendre accessible sans trahir ses fonctions théâtrales, émotionnelles, comiques. Il s'agit donc de partir de nos propres références modernes pour rythmer à nouveaux ces airs, et de les inclure à la dramaturgie mais de façon théâtrale, le but étant de créer une pièce de théâtre et non un opéra à proprement parler. 

                                                                                                                                                                                         

Calendrier création

 

2 lieux nous accueillent en résidence de création:

- du 23 février au 7 mars à Lilas en scène (93)

- du 24 mars au 22 avril à Lilas en scène (93)

- du 19 mai au 15 juin au Pari à Tarbes (65)

 

 

Les Passeurs sur les routes de France

 

Les représentations de l'Opéra du Gueux sont déjà d'actualité :

 

- du 10 au 15 juin : Premières au Pari à Tarbes (65)

- les 20 et 22 juin : Festival "Le Mois Molière" à Versailles (78)

- du 5 au 27 juillet : Cour du Barouf, Festival off d'Avignon (84)

- 2 août : Festival "Félixval" à Saint Félicien (07)

- janvier 2015 : Théâtre de la Ville d'Annonay (07)

- mars 2015 : Théâtre Gérard Philipe de Meaux (77)

 

Les_com_diens_1

 

Com_diens_2

 

Qui sommes-nous

 

Fondée en 2009, la compagnie théâtrale des Passeurs est composée de neuf comédiens permanents issus de la même formation théâtrale. Les Passeurs défendent un théâtre de corps et d'esprit, un théâtre de masque et de mouvement, qui s'inscrit dans la tradition des saltimbanques et de la commedia dell'arte.

 

Héritiers du théâtre populaire, nous voulons rester fidèles à l’itinérance, qui nous constitue. Nos spectacles, joués sur quelques pièces de bois, trouvent leur place aussi bien sur une scène que sur une place de village, et s’adressent à tous.

 

La volonté d’adapter des textes du répertoire traditionnel et de les transmettre au public constitue un des fondements de la compagnie.

 

Sur le terrain d'un théâtre corporel et choral, traversé par la musique, le chant, la danse, l'escrime ou le mime, c’est dans l'échange constant, dans l'absence de frontières que s'élabore le travail des Passeurs.

 

Du mélange des styles, nous voulons trouver une forme qui nous ressemble, et nous permette de tisser un lien avec notre époque.

Photo_3_spectacles

 George Dandin /  La Nuit des Rois / Les Deux gentilshommes de Vérone

 

 

À quoi servira la collecte ?

Tout au long de votre lecture, vous avez découvert les croquis de notre costumière Agathe Helbo. 

 

En recourant à Kiss Kiss Bank Bank, c’est à vous que nous faisons appel, afin que ces croquis puissent prendre corps. Aidez-nous à financer la création des costumes de notre prochain spectacle !

 

 

Croquis_3_

Dessins: Agathe Helbo

 

 

N'hésitez pas à vous rendre sur l'onglet " Actualités"  pour découvrir la création pas à pas.

 

Et en attendant de se revoir les Passeurs vous saluent !

Thumb_roue
La Compagnie des Passeurs

La Compagnie des Passeurs est composée de neuf comédiens, issus de l'Académie Internationale Des Arts du Spectacle. Depuis sa création en 2009, elle parcourt les routes de France en défendant un théâtre populaire et itinérant.

Derniers commentaires

Thumb_default
Mieux vaut tard ! ...Que jamais. Tous mes encouragements pour votre beau projet et à très bientôt en Avignon. Michel De Bures
Thumb_default
Vivement le festival d'Avignon :-) Bon courage et à bientôt.
Thumb_default
Message d'encouragement pour la troupe, et tout particulier à Marine. P,F,V,A....