Participez à la création de la pièce au Théâtre des Halles à Avignon du 6 au 28 juillet 2013, donnez pour les lumières et le décor!

Large_sans_titre-1

The project

« La Carte du Temps, Trois visions du Moyen Orient » est un triptyque dont les pièces forment un ensemble, une carte du temps figée dans des terres sinistrées. Tous  les personnages ont en point commun la perte ;  d’un parent, d’un ami, d’une maison…

Naomi Wallace avant d’écrire fait un très important travail de documentation et toutes les situations de ces courtes pièces sont authentiques.

 

La première vision « Un état d’innocence » se passe dans le  zoo de Rafah détruit par Tsahal. Mais plutôt dans un lieu qui rêva d’être un zoo ou peux être dans l’imagination d’Um Hisham. Cette mère palestinienne doit accomplir un acte difficile. Alors que des soldats israéliens ont tué sa fille elle a décidé de rendre à la mère du soldat israélien « quelque chose qui lui appartient ».

Cartedutemps06

 

Um Hisham va mener cette rencontre avec dignité sans sentimentalisme et parfois avec humour. On va comprendre qu’elle a tenu dans ses bras ce jeune israélien, qui s’est effondré sous les balles d’un sniper. Elle l’a même bercé alors qu’ « une mère devrait toujours tenir dans ses bras son enfant quand il meurt ».

 

 

La deuxième vision « Entre ce souffle et toi » raconte la transplantation du poumon d’un palestinien décédé vers une israélienne. Cette jeune femme va être approchée par le père du donneur qui veut retrouver son fils à travers elle … L’israélienne va refuser ce lien et le père s’obstiner à nouer une relation avec cette jeune femme qui est aussi son fils…

Cartedutemps02

 

Un troisième personnage, un balayeur, personnage lunaire et chaotique, poète du balai, va bousculer cette rencontre qui finalement aboutira.

 

La troisième vision « Un monde qui s’efface » met en scène un jeune Irakien à Bagdad. Ce passionné d’oiseaux veut nous parler d’aviculture mais malgré ses efforts, pour la repousser sa réalité le submerge. Son meilleur ami, sa grand-mère sont morts à cause d’une guerre qui ne cesse de l’horrifier.

Cartedutemps05

Cette « conférence» avicole est perturbée par sa mémoire, ses réminiscences. Il est drôle, fantasque, émouvant, surtout pas haineux. Il est au-delà. Il est devenu le gardien des morts qui veulent la paix.

 

 

Naomi_wallace

Naomi Wallace – Auteure Naomi Wallace seule dramaturge américaine avec Tennesse Williams à être entrée au répertoire de la Comédie Française ,est née aux Etats Unis dans l’état du Kentucky. Elle grandit entre Amsterdam et Louisville. Dramaturge, scénariste et poétesse, elle se fait d’abord connaitre par ses poèmes publiés aux Etats Unis et en Europe. Son écriture ample, précise et très poétique , ne craint pas d’aborder de grands thèmes politiques et sociaux, tout en confrontant le monde extérieur aux méandres de l’intime. Parmi ses nombreuses pièces de théâtre, jouées aux Etats Unis, au Royaume Uni, et au Moyen Orient, on peut citer Une puce, épargnez la, Au cœur de l’Amérique,Au pont de Pope Lick,Les Heures sèches,La Carte du temps, Slaughter City, et And y And Silence. Son activité théâtrale est couronnée de nombreuses distinctions dont le prix Susan Smith Blackburn, le prix Kesselring, la récompense Fellowship of Southern Writers Drama, et un Obie. Elle est également lauréate du MacArthur « Genius » Fellowship. Naomi Wallace a écrit le scénario du long métrage Lawn Dogs,couronné de nombreux prix. Elle a également coécrit avec Bruce McLeod le long métrage The War Boys sorti en 2010. Elle écrit actuellement de nouvelles pièces pour le théâtre public et le festival Shakespeare de l’Oregon.   

 

Roland_timsit

Roland Timsit, mise en scène Formé au Conservatoire National de Région de Montpellier, Roland Timsit est ce qu’on appelle un homme de théâtre complet. Comédien, metteur en scène, producteur (il a produit le dernier spectacle de Roger Blin), clown, mime il travaille avec des metteurs en scène aussi différents que André Engel, au festival d’Avignon, ou encore Jean Négroni. Avec son personnage de Clown "Chapo", il crée le spectacle « Chapo dans le métro », qui  tourne longuement en France et à l’Étranger. Il a interprété le rôle de "Narcisse" dans « Britannicus et plus récemment le rôle de "H" dans « Quand j'étais singe » d'après Kafka, mis en scène par Céline Agniel, ou encore Motel, le tailleur dans « Le Kaddish » de Grigori Gorine, mis en scène par Youlia Zimina. Il a mis en scène des spectacles burlesques et visuels comme « Sourdingue » (avec des acteurs malentendants) ou « Révolutions vocales », fausse conférence musicale et burlesque sur la musique contemporaine.

 

Philippe_quillet

Philippe Quillet, lumières et scénographie Très éclectique, Philippe Quillet travaille au théâtre avec Francis Perrin, Jean-Claude Brialy, Ariane Mnouchkine «Soudain, des nuits d'éveil », Stéphane Meldegg «Tantine et moi», « L'escale» ou encore Agnès Boury « Créatures». Il a également collaboré à des spectacles dans le domaine de la danse (par exemple avec Claude Brumachon au CCN de Nantes...), de la musique (avec Patrice Fontanarosa, Marielle Norman, Didier Lockwood, Caroline Casadesus, Le Quatuor) et dans le monde lyrique avec Mireille Laroche de la Péniche Opéra («Ubu Opéra », «Le roi Pausole », «Lucia de Lammermoor », « Werther » ...) Ses activités et expériences sont multiples, puisqu'il collabore avec le Muséum d'Histoire Naturelle de Paris (réhabilitation de la Grande Galerie de l'évolution et  expositions temporaires), assiste des artistes contemporains dans leur installations (Claude Lévêque pour les Nuits Blanches 2002, Lille 2004)... En 2008, il a mis en lumière le Mobile Art de Channel à Hong-Kong, et illuminé « 6 milliards d'autres » de Yann-Arthus Bertrand au Grand Palais en Janvier et Février 2009.

David_ayala

David Ayala, rôle de Yuval Comédien pour Edouard Bond (dont il a été l’assistant), Alain Françon… David Ayala s’est notamment formé à l’École du Passage, auprès de Niels Arestrup. Il est titulaire d’une Licence de Lettres Modernes. Egalement metteur en scène, il a fondé et dirige depuis douze ans la compagnie La Nuit Remue, et monte des textes de Samuel Beckett (« En attendant Godot »), Diderot (« Paradoxe sur le comédien) ou Alfred Jarry (« Docteur Faustroll »). Il vient de mettre en scène Ma peau sur la table, d’après Louis Ferdinand Céline, au Théâtre Firmin Gémier d’Anthony.

 

 

Daniel_martin

Daniel Martin, rôle de Shlomo est actuellement en tournée dans "Cyrano de Bergerac" mis en scène par Dominique Pitoiset. Comédien pour Antoine Vitez, dont il fut l’élève au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique, Daniel Martin a travaillé au théâtre avec de nombreux metteurs en scène: Daniel Mesguich, dans « Le Prince travesti », Stuart Seide, dans « Le Songe d'une nuit d'été », ou encore Claude Régy, dans « Grand et Petit ». Parallèlement à sa carrière théâtrale, il a joué pour le cinéma dans « Les Faux monnayeurs », de Benoit Jacquot, « Lacher la rampe de Jean Michel Fete », « Maman » de Romain Goupil, « Joséphine en tournée » de Jacques Rozier, « Bleu » de Krysztof Kieslowski… Daniel Martin vient de tourner sous la direction de Mathieu Kassovitz dans L’ordre et la morale.

 

Dominique_hollier

Dominique Hollier, traductrice et rôle de Tanya Langer   Dominique Hollier aborde le théâtre en tant que comédienne avec la compagnie Laurent Terzieff, avec qui elle joue Saunders ( Ce que voit Fox ), Pirandello, Mrozek, Asmussen, David Hare ( Mon Lit en Zinc ). D’autres rencontres la mènent à jouer des textes d’Eugène Durif, Maryse Pelletier, Frank Bertrand, J-M Benet y Jornet, Robert Angebaud, Céline Champinot…   Dernièrement, elle joue en anglais à Glasgow et à Edimbourg le rôle de Simone Signoret dans une pièce de Sue Glover, Marilyn .   Elle traduit Don DeLillo, Caryl Churchill, Muray Shisgall, JP Shanley ( Doute ), Michael Frayn ( Démocratie ), Ariel Dorfman, Sean O’Casey, David Mamet ainsi que les pièces de Ronald Harwood, (dont Temps contre Temps , À Torts et à Raisons, et L’Habilleur qui lui ont valu trois nominations aux Molières en 1993, 2000 et 2010). Elle coordonne le Comité Anglais de la Maison Antoine Vitez, Centre de la Traduction Théâtrale.

 

 Afida_tahri

Afida Tahri, rôle de Oum Hisham Qishta    Afida Tahri travaille très régulièrement au cinéma, et vient de tourner dans « Omar m’a tuer », sous la direction de Roschdy Zem. On a également pu la voir dans « Michou d’Auber », réalisé par Thomas Gilou, ou « Yamakasi », d’Ariel Zeitoun. Elle apparaît également dans les films « Mazzeppa » et « Galop arrière », de Bartabas. Comédienne et chanteuse, Afida Tahri a travaillé également pour le théâtre notamment aux côtés de Farid Paya (Harmagedon, Opéra nomade d'après les textes de l'Apocalypse de Saint Jean), ou Jacques Lassalle (Andromaque d'Euripide, création au Mégaron d'Athènes, Cour d’Honneur du Palais des Papes). Pour « L'Opéra Equestre » de Zingaro, spectacle de Bartabas, elle dirige, forme le groupe de chanteuses berbères et crée le répertoire qu'elle interprète également au cours d'une tournée en France et en Europe durant trois saisons.

Why fund it?

La somme que nous vous demandons nous servira à la création des décors et à location de projecteurs. Scénographie et lumières seront conçues par Philippe Quillet

 

Au festival d'Avignon, la plupart des théâtres, en raison d'un grand nombre de spectacles programmés, demandent aux compagnies d'apporter leurs propres projecteurs.  La lumière est essentielle à un spectacle. C'est elle qui met en valeur les comédiens, prête vie au décor, mais au delà de ça, c'est en premier lieu la lumière qui donne son caractère au spectacle, par la création d'ambiances, la délimitation d'espaces.

 

La lumière permet de créer des jeux d'ombre, de transformer en un instant tout un pan de décor, de faire apparaître et disparaître des éléments de façon étonnante, quasiment magique. Un spectacle sans éclairages est un spectacle sans relief.

 

Dans "La carte du temps - Trois visions du Moyen Orient", la lumière revêt une importance particulière. La pièce se déroule dans trois décors différents, un zoo détruit, un hôpital et une salle de conférence, mais pourrait se passer dans le seul espace du rêve, ou plutôt dans un no mans land étrange, qui se situe à la fois sur le frontière entre réel et irréel, entre vie et mort, entre Orient et Occident, entre Israël et Palestine. Il faut donc "mettre en lumière" cette "dualité" de la scène. Les éclairages doivent être à la fois capable d'évoquer les lumières blanches et froides d'un hall d'hôpital, tout en soulignant le caractère poétique et presque fantastique de l'action.

 

Les lumières viendront également transformer un décor qui restera quasiment le même pour les trois visions.

 

"La carte du temps" est une pièce qui parle des frontières matérielles et symboliques qui séparent les personnes. C'est également une pièce qui parle de la terre, je veux dire de la terre en tant qu'élément. C'est donc la première chose que les spectateurs verront en entrant dans la salle, de la terre, étalée sur tout l'espace de la scène, lui conférant le statut de lieu géographique, d'endroit à habiter, d'endroit à posséder.

 

Les spectateurs verront ensuite la frontière. C'est l'élément principal du décor. Un grand rideau transparent qui sépare la scène en deux, et va du haut du théâtre au sol du plateau. Les spectateurs s'installent, et certains d'entre eux seront placés sur scène, sur les côtés, se faisant face. Certains seront devant, d'autres derrière le rideau transparent, séparés eux aussi par cette frontière à travers laquelle ils pourront observer les autres spectateurs, les étrangers.

 

Lors de la première vision, le rideau est descendu, pour se trouver à un mètre de haut. Il symbolise alors le mur détruit du zoo de Rafah, les murs toujours trop petits, jamais assez sécurisants, de ces maisons blockhaus dont parle Shlomo, l'architecte israëlien, mais également cette barrière qui sépare le soldat mort de la mère vivante.

 

Pour la deuxième vision, le rideau remonte, devient alors mur d'hôpital, ou peut-être un autre mur, bien réel celui-là, s'élevant en Cisjordanie.  Cette fois-ci, Mourid, le père palestinien, et Tanya, la jeune aide-soignante, se trouvent du même côté du mur. Parce que Mourid a réussi à le traverser. Comme il le dit lui-même : "il y a toujours des brêches". Nous verrons donc, sur scène, Mourid traverser le rideau, jouer au passe-murail pour entrer dans l'hôpital.

 

La troisième vision, "Un monde qui s'efface", se déroule dans un espace réduit à néant. Il n'y a plus rien, même plus de frontières pour délimiter ce rien, juste un grand vide que le conférencier irakien essaye d'habiter. Il tente de se convaincre lui-même que la vie est encore possible, mais ne peut que parler de la mort. Pour ce dernier segment de la pièce, nous ouvrirons donc l'espace. Les deux parties du voile s'écartent, comme un rideau rouge au début d'une pièce. Mais ce n'est pas un espace réuni que nous pouvons voir, mais un lieu éclaté, éventré.

 

Votre argent servira donc également à acheter ce rideau, à construire la structure le supportant, à acheter les chaises et les bancs sur lesquels les spectateurs pourront s'asseoir.

Thumb_calvero2
Compagnie Calvero

La compagnie Calvero, créée en 1999, est basée à Paris avec une annexe en Région Centre. Elle est constituée d’acteurs, metteurs en scène et auteurs qui se rassemblent à l’occasion de créations ponctuelles. Depuis plus de dix ans, la compagnie Calvero a créé ou participé à plusieurs spectacles dont les plus remarqués ont été «Chapo dans le métro», de et... See more

Newest comments

Thumb_default
Mon cher Roland, Je te souhaite de pouvoir mener à bien ce beau projet. Bises. Taric
Thumb_default
Davaï Roland!
Thumb_default
Les petits ruisseaux font les grandes rivières ! je vous ( nous) souhaite cette rivière pour éteindre notre soif brûlante ! Mes encouragements