Participez à la construction d'un projet visant à la transmission d'un savoir ; celui de la sculpture de bronze dite "à la cire perdue"

Large_titreee-1512837642-1512837654

Présentation détaillée du projet

 

                                        Rencontrer, apprendre, assimiler, partager. 

                                                     Quatre notions qui articulent ce projet.

Sans_titre-1-1511186044

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous partons à la recherche de la cire perdue du 29 janvier au 26 février 2018...

 

 

 

 

 

Coline Dupont

 

J’ai rencontré Bamadou Traoré dans la région de la Sarthe, à Poncé-sur-le-loir, en juin 2016. Il proposait d’initier sur deux jours à la technique du coulage de bronze dite « à la cire perdue ». C’est au cours de cet apprentissage qu’il m’invita à approfondir la découverte en venant dans son atelier à Bobo Dioulasso, au Burkina Faso

Stimulée par la découverte de la fonderie et l’idée d’expérimenter ce dépaysement , je prie note de cette proposition, la laissa germer pendant deux ans, afin d’avoir aujourd’hui les motivations nécessaires à la fondation de ce projet. 

 

C’est la rencontre humaine et artistique, suivie de celle d’une technique qui me conduit aujourd’hui à souhaiter l’approfondir au court de ce voyage initiatique d’un mois.  

Parce que voyager c’est nous permettre de comprendre la complexité du monde qui nous entoure. De développer nos points de vues et perspectives de pensées. Le mouvement, le déplacement sont moteurs de mes recherches. Sur mon chemin je récolte des traces, et les rassemble dans un nouveau lieu, nouvel espace et sous de nouvelles formes.

 

Je pars pour découvrir comment cette sculpture peut prendre racine dans un paysage étranger, l'observer évoluer, la cueillir et implanter dans l'espace actuel où moi-même je vie et me développe.

 

 

 

Mains-1512318943

 

 

 

 

 

Anthony Beaujouan 

 

« L’autonomie, c’est être responsable de sa vie et de choisir sa dépendance. » Cette phrase illustre la manière dont je souhaite mener mes projets. L’idée de faire de la fonderie vient de cette envie de créer par soi-même. Touché par les problèmes environnementaux et sociétales, je souhaiterais changer certaines choses dans mon quotidien ainsi que dans ma pratique de designer. J’ai déjà, par l’intermédiaire du projet Precious Plastic, souhaité créer des moules afin de recycler mes déchets plastiques. Après avoir procédé à quelques expérimentations avec de la fonte d’aluminium, dans une petite fonderie maison (inspiré de Barnabé Chaillot), ce projet serait pour moi le moyen de parfaire ma pratique. Pour pouvoir par la suite partager ce qui m’a été enseigné et ce que j’ai pu développer. 

 

 

Anthux-1512835526

 

 

 

Ensemble, nos motivations

 

Nous sommes deux étudiants à l’EESAB Rennes, en art et en design, souhaitant enrichir nos recherches plastiques grâce à l’apprentissage de la fonte de bronze dite « à la cire perdue ». 

 

Cette technique de sculpture antique attise notre curiosité depuis quelque années. Le bronze est un métal des plus résistants. Alliage de cuivre et d'étain, la corrosion ne l’altère pas, assurant sa conservation à travers le temps.

 

Aujourd’hui nous constatons combien les progrès techniques influent la production d’art, précisément lorsque cela concerne le volume. Cette technique artisanale a su traverser le temps. Quelque peu délaissée en France, elle reste très utilisée au Bénin, au Burkina Faso et dans d'autres régions d’Afrique. Notre curiosité ne s’applique par essentiellement au coulage de bronze mais aux technique de fonderie en générale.

 

Développant un rapport nouveau à la matière et la forme, accessible à un plus grande échelle elle serait selon nous le moyen d’élargir les champs de production d’art et artisanat.

 

 

La technique du coulage de bronze est certes un élément essentiel à ce projet mais il est aussi un prétexte à la rencontre, au partage, à la découverte d’une culture et une technique. Voir comment un mode de vie peu influencer une pratique.

 

 

 

La technique de coulage du bronze dite “à la cire perdue”

 

Cette méthode consiste à confectionner avec de la cire d'abeille la figurine désirée. Quand l’objet est terminé il est recouvert avec de l’argile qui, une fois séchée, est passée au feu. Sous l’effet de la chaleur, la cire s’écoule par un orifice percé dans l’argile (d'où le nom de cire perdue) Le moule qui en résulte est ensuite rempli de métal en fusion (généralement du bronze, alliage de cuivre et d'étain).

Lorsque le métal a refroidi, le moule de terre est brisé (ce qui fait que chaque pièce est unique). Apparait alors l’objet initialement fabriqué en cire. Après lui avoir enlevé à la lime les coulures grossières, l’artiste peut le personnaliser : mat ou poli, brillant ou patiné, de couleur noire ou brune.

 

 

 

 

Sans_titre-1-1514901080

 

 

 

 

Le budget 

 

Pour s'y rendre :

 

Avion: 459 € /personne

Visa : 70 € /personne

Vaccins (fièvre jaune obligatoire/thypoïde/hépatites/méningite) : ≈ 200 €

 

Une fois sur place :

 

Stage (hébergement/repas/apprentissage/deplacement): 600€ /personne

Matériels sculpture (charbon de bois/bronze/teinte et patine) : ≈ 100 € 

 

Après :

 

Budget exposition

- communication

- impression et présentation photographie 

- l'essentiel pour un vous offrir un vernissage festif

- location matériels pour projection vidéo et sonore

- transport sculptures Burkina Faso --> Rennes

≈ 800 €

 

 

TOTAL =     1 779 € /par personne    

                    soit

                    3 558 € en tout

À quoi servira la collecte ?

Cette collecte nous permettrait, au retour du Burkina Faso, d'organiser une exposition pour juin ou septembre 2018 qui rassemblera sculptures, photographies, reportage filmique et sonore.  

L'intégralité des fonds sera reversée sur le compte de Coline, et réservée au projet. 

Puisque cela comprend un investissement important ; coût de la formation/ du voyage/ du transport des sculptures (oui le bronze pèse lourd)/ de l'impression photo/ du matérielle d'exposition et de sa communication... Votre aide nous permettrait d'aller au bout de ce projet.

C'est à dire de créer une nouvelle dynamique de production au sein de notre école. Celle-ci par le biais de workshops en partenariat avec des ateliers déjà équipés pour la fonte ou/et si possible dans l'enceinte même de notre établissement. Nous envisageons ainsi d’organiser des ateliers découvertes à Rennes ouverts à tout public curieux de cette technique. 

 

 

 

Et si on dépasse l'objectif ?

 

 

Comme vous pouvez le constater ce projet demande un grand investissement financier.

Nous avons déjà réussi à obtenir une bourse de 800 € au près du Fond Rennais d'Initiatives Jeunes, qui soutient notre projet.

Nous demandons ainsi la même somme, bien que ça reste loin de couvrir l'intégralité des dépenses que ce projet nous demande. 

 

Pour vous donner un ordre d'idée, même si vos généreux dons atteignent les 800€, il nous reste à investir 1 958 €. 

 

Vous l'avez compris nous sommes de jeunes étudiants, bien qu'économes et investis, dépasser l'objectif nous permettrait d'alléger notre apport personnel afin de donner de la qualité et perspective à ce projet. 

 

Alors

on compte sur vous !

 

Notre souhait étant de faire vivre le projet sur le long terme en permettant de créer et installer un espace équipé à la fonderie (fours/outillage/matériaux) qui pourrait accueillir régulièrement tout type de créateur intéressés par la technique. 

 

Thumb_peinture-bronze-metallisee-1514900142
colinedupont

Coline Dupont et Anthony Beaujouan, deux amis et partenaires de travail. Etudiants aux Beaux Arts de Rennes. Nous nous sommes rencontré autour d'une passion commune; celle de la matière. Du volume. De la structure. Développer à travers une production et des univers différents mais dans une curiosité partagée.

Derniers commentaires

Thumb_default
De toute beauté!
Thumb_default
Coco cest la plus forte, la plus belle, et en plus elle sent bon walla. Bisous, depuis l'autre bout de monde :)
Thumb_default
Go Cocodisco!