Soutenez la jeune création, aidez la Cie Contrepied à réaliser un beau Festival d'Avignon avec ses trois spectacle jeune public...

Large_compagnie_contrepied_en_avignon

Présentation détaillée du projet

                                           Prendre la Production à Contrepied

    Ou comment atteindre ses rêves quand on n'en a pas les moyens financiers !

 

I - Une partie sérieuse qui parle de notre travail (ou pourquoi nous aider !)

 

   Ce projet via le site kisskissbankbank est destiné à récolter des dons afin de permettre à la Compagnie Contrepied (compagnie de spectacle jeune public) de participer à la 68ème édition du Festival OFF d'Avignon (juillet 2014). Les dons ainsi récoltés auront pour but de permettre à la compagnie d'investir dans des moyens de communication et ce pour toute la période du festival.

 

La compagnie à pour objectif de jouer trois de ses créations lors de ce festival :

 

Y'a plus de saisons !

 

La Cigale & La Fourmi et autres fables de La Fontaine.

 

En avant la musique !

 

 

 

Présentation de la compagnie Contrepied.

 

   La compagnie Contrepied, est une jeune compagnie de théâtre créée en 2012. Grâce à son bureau dévoué et actif (nous ne remercierons jamais assez Michel Boulcourt président, Aleth Chapoy-Favier notre secrétaire, Lydie Cholet notre trésorière ainsi que François Lemaître) et à son équipe artistique (Valentin Vander comédien/musicien/auteur, Sophie Jarmouni comédienne, Yéshé Henneguelle comédien/musicien/auteur, Siwar Mahmud peintre, Allain Bailly décorateur, Juliette Oger-Lion, régisseuse/créatrice lumière), elle tente depuis de faire rêver au travers d'histoires ludiques, rigolotes et nous l'espérons intelligentes, les enfants aux quatre coins de notre pays. Nous avons depuis la création de la compagnie réussi à mettre sur pied (et même à faire marcher !) pas moins de cinq spectacles pour le jeune public. Nous vous invitons d'ailleurs, si cela vous intéresse, à aller faire un tour sur notre site internet pour découvrir l'ensemble de nos créations...

 

Contrepied vous parle...

 

   Mais pour vous dire quoi ?  Vous montrer notre travail, vous donner l'envie de nous soutenir, vous démontrer l'intérêt de nous aider... Peut-être un peu des trois ?

 

1 - Notre travail

 

                                                  Y'a plus de saisons !Affiche_y_a_plus_de_saison_internet

 

   Y'a plus de saisons (anciennement Léo sauveur du temps) est un conte musical écrit par Yéshé Henneguelle en 2013 et qui à obtenu le prix du meilleur spectacle jeune public au Laurette Théâtre cette même année. Ce spectacle est interprété par Valentin Vander, Sophie Jarmouni et Yéshé Henneguelle.

 

   Catastrophe ! Cette année l'Hiver ne veut pas s'en aller ! Il a emprisonné le Printemps dans son château et fait régner un froid terrible sur la terre... Heureusement, le courageux Léo va partir dans une incroyable aventure pour permettre au Printemps de revenir. Aidé des ses amis, Maïa la fée du printemps, Annabelle l'hirondelle, les saisons Été et Automne, il ira défier le terrible Hiver dans sa demeure...

 

   Ce spectacle drôle et poétique soulève des questions écologiques (réchauffement climatique, équilibre des saisons...) et humaines (amitié, entraide, préjugés...) diverses : Léo apprendra beaucoup de choses, grâce à ses amis et aux enfants qui l'accompagneront tout au long du spectacle.

 

   Sur scène trois comédiens/musicien font apparaître pas moins de neuf personnages. La musique est très présente, on entendra de la guitare, de l'accordéon et six chansons écrites par Valentin Vander.

 

 

                                               En avant la musique !Visuel_internet_en_avant_la_musique

 

   En avant la musique est spectacle écrit par Valentin Vander et joué par Yéshé Henneguelle et Valentin Vander. C'est un véritable concert pour les enfants, un spectacle dont la voile serait la musique, la coque le clown et l'océan la poésie... Liant la magie de la musique à la richesse du voyage...intérieur !

 

 

   DoDo et RéMi sont des saltimbanques farfelus venus d'un pays très lointain : La Fantaisie. Endroit merveilleux où les rues sont pavées de bonbons, où les dauphins volent dans le ciel et où tout le monde danse et chante toute la journée.

 

   Les deux compères sont partis de Fantaisie il y a plusieurs années pour venir chanter sur les places publiques de France et d'ailleurs... Et ce soir, dans votre ville ! Ils joueront leurs chansons écrites sur les routes, et vous présenteront leurs instruments incroyables. Et peut-être iront-ils même jusuq'à vous inviter à les suivre en Fantaisie...

 

   En avant la musique !, c'est un savoureux mélange de musique, de clown et de poésie : 8 chansons écrites et composés pas Valentin Vander, ponctuées d'interventions remplies d'humour et de tendresse.

 

   Ce spectacle a également une porté pédagogique importante : les enfants (et les grands !) y découvrent l'histoire des instruments, et leurs utilisations dans différents contextes musicaux. Ils se sensibilisent à l'écriture et à l'interprétation de chansons.

 

                                         La Cigale & La Fourmi

                                  et autres fables de La FontaineVisuel_internet_la_cigale_et_la_fourmi

 

   La Cigale & La Fourmi et autres fables de La Fontaine est un spectacle imaginé et crée par Valentin Vander et Yéshé Henneguelle et interprété par ces deux même personnes !

 

   Ce spectacle rassemble quelques grands classiques de La Fontaine (Le Corbeau et le Renard, La Grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le Bœuf...) et d'autres fables peut-être moins connues, mais tout aussi extraordinaires (Le Renard et le Bouc, La Montagne qui accouche). Porté sur scène, ces histoires et et leurs personnages prennent littéralement vie et emmènent les spectateurs...petits ou grands !

 

 

   L'objectif de ce spectacle est double : faire découvrir les Fables de La Fontaine de manière ludique aux plus jeunes, et les montrer sous un autre jour, drôle et novateur, aux plus grands. Le texte original est présent, mais par moments détourné volontairement : une manière de le rendre plus accessible pour les enfants, plus drôle et décalé pour tout le monde. On passe de scène franchement clownesques dans La Cigale et La Fourmi, à des moments plus poétiques et musicaux comme dans La Montagne qui accouche. Un grand travail plastique a été apporté à ce spectacle (masques, décors) qui combiné à une interaction constante avec les enfants, les entraîne du début à la fin.

 

.........................................................................................................................................

 

Voilà !

 

   Vous venez de lire ici une présentation succincte de trois de nos créations. Nous espérons que cette amuse-bouche concernant notre travail vous aura intéressé et vous aura donné l'envie d'aller plus loin dans votre lecture et peut-être aussi dans votre soutien...

 

   Nous ne vous présentons ci-dessus que ces trois spectacles car ce sont eux que nous souhaitons emmener au Laurette Théâtre pour la 68ème édition du Festival OFF d'Avignon (2014). Cependant si notre travail vous interpelle, vous avez la possibilité d'obtenir plus d'infos sur notre site internet, accessible depuis ici !

 

                             ATTENTION !!!

 

   La partie intéressante de notre projet Kisskissbankbank s'arrête ici ! La deuxième partie (ci-dessous) est un texte semi fictionnel racontant les déboires d'une équipe mal organisée (qui pourrait parfois nous ressembler...) qui souhaite faire le festival d'Avignon, édition 2014...

 

 

               MERCI & À BIENTÔT...

 

 

II - L'équipe - Journal de bord de notre vie (ou pourquoi nous aider, encore plus !)

 

    Aujourd'hui, en 2014, un petit théâtre du joli nom de Laurette Théâtre a décidé de nous accorder sa confiance en nous proposant de venir jouer nos spectacles lors de la 68ème édition du festival d'Avignon (juillet 2014). Quelle chance, quelle aubaine, alors que nous sommes si jeunes, ils nous font confiance ? Merci... Surtout que vous ne savez pas tout, nous ne payons pas la salle de théâtre, non ! Nous avons un contrat dit en "50/50", cela signifie que le théâtre prend 50% des entrées et que nous (la compagnie) prenons les 50% restants... Bref, c'est miraculeux, nous n'avons pas à payer pour travailler ! Enfin... Maintenant que je vous le dis, j'ai comme un doute, une affreuse crainte, une peur qui me ronge... Et si en vrai on devait tout le temps payer ?

 

    Suis-je bête ?!! Nous habitons à Paris et Paris... Oui vous avez raison ! Paris c'est loin d'Avignon ! Bon, trois billets de train vous me direz c'est pas la mer à boire ! Flûte, les décors... comment vont-ils descendre eux ? Ça fait pourtant longtemps que je les pousse à avoir leur propre autonomie. Bon d'accord, il faut louer une camionnette (objectivement j'ai pas trouvé d'utilitaire pour moins de 200€, l'aller !) donc nous sommes déjà à 200€ (je vous épargne le retour, on rentrera en stop avec les décors !! Non non, vraiment laissez, j'insiste !). Super et déjà merci beaucoup, nous sommes à Avignon, nos décors et nos costumes sont dans le théâtre, le trajet s'est bien passé dans notre camionnette de marque "Super U", par exemple. Le filage (répétition pour la technique) est prévu pour 17h, nous sommes le 2 juillet, le festival commence dans deux jours, cool !!! On va boire un coup les copains ? Euh non pardon, on va pas pousser, vous n'allez quand même pas non plus subventionner nos coups à boire... Donc première journée dans la ville reine du théâtre et tout va bien grâce à vous !! Vous pouvez être fiers et contents. Là, on rencontre un collègue d'une autre troupe : "Salut les gars, alors vous avez visité votre appart ? Le notre il est mortel, en même temps on joue dans le "In" donc on pouvait pas dormir dans la rue..." J'aimerais lui répondre que puisque nous on joue dans le "off" on peut dormir tranquille dans la rue, mais le regard complètement abruti de mes deux amis m'en empêche et j'esquisse juste un : "O.K".

C'est ça, on n'a pas de logement ! Les c... Faire du théâtre c'est bien, mais mourir d'une pneumonie en étant mangé par des vers, c'est moins bien ! Donc là, je lance un défi à la France entière, voir au monde : trouver un logement en location au mois de juillet à Avignon (intra-muros où pas trop loin pour pouvoir venir à pied) pour moins de 1000 €... Franchement, au mois de juillet à Avignon il vaut mieux être propriétaire que comédien ! Donc nous sommes le 2 juillet dans la ville reine du théâtre, nous n'avons encore pas joué une seule fois, ni même posé une affiche et encore moins donné un tract, mais nous sommes déjà à 1200€ de frais. Heureusement qu'on ne doit pas louer la salle dans laquelle on joue !

 

    Après le filage, je le concède une certaine faim se fait sentir. "Un resto pour fêter ça !" lance l'air de rien le mec à ma droite en pleine crise d'hypoglycémie. Mais bon, comprenez moi, je ne peux pas me permettre de lâcher au bas mot 40€ pour un restaurant alors que nous venons seulement et grâce uniquement à vous d'avoir un toit pour dormir. Donc non, se sera des pâtes pour tout le monde et de l'eau !

 

    Après une nuit dont nous avions tous bien besoin nous nous réveillons fin prêts pour la grosse journée d'affichage. En effet, c'est aujourd'hui que vers quatorze heures, les autorités de la ville donnerons le top départ pour pouvoir revisiter le temps d'un court mois la décoration des rues avignonnaises. Comme certains collègues nous n'allons pas parier sur des centaines d'affiches, mais plutôt sur quelques affiches bien placées et sur un ré-affichage régulier auquel veillera notre fidèle équipe d'afficheurs : nous ! Nous sommes comme des dingues, dans la rue sous quarante degrés, remontés pour afficher. Mais en observant bien les autres compagnie autour de moi, je remarque un détail qui me semble d'importance et que mes deux autres compères ne semblent pas avoir remarqué... Tout le monde a dans la main, ou dans des sacs... des tas d'affiches ! un temps. J'y crois pas ! Je lance immédiatement notre cri de rassemblement : "Réunion de crise !" et aussitôt mes amis me rejoignent. C'est à mon tour de marquer les esprits par un beau discours, sinon je sens qu'on va pas y arriver à la fin de ce festival ! "Chers amis, chers collègues, chers partenaires de scène, je vous ai compris ! Trop remuer par l'agitation environnante, forts (peut-être trop ?) de votre fougue vous vous êtes jetés corps et âme dans les flammes du feu qu'il y a maintenant soixante-huit ans le grand Jean Vilar a allumé. Dans votre grand dévouement, vous avez »... Et là, au climax, que dis-je à l'apogée de mon discours le gong du top départ affichage retentit, ayant pour effet immédiat de faire détaler mes deux collègues dans des directions sans cohérence et surtout sans affiches ! A moi encore une fois de les rappeler à l'ordre : " les copains, réunion de crise ! Vous avez pas l'impression qu'il nous manque un truc ?" lançai-je espérant les mettre sur la voie ! Les réponses : "Si moi j'ai oublié ma trousse de toilette à Paris", "coconuts", "un trampoline ?", "moi j'ai toujours rêvé d'avoir une chaise à porteur", "un sac géant pour que le vent souffle dedans et qu'on s'envole loin au dessus des neige de Patagonie ?". Là je pris la décision d'arrêter le carnage, par un mot qui je n'en doutais pas tomberait comme le couperet de la lame sur le cou d'un condamné : « Des affiches » ! Je n'ajoutais pas par politesse "bande de dégénérés décérébrés !". Je ne m'étais pas trompé, le mot fatal eut pour effet de faire fondre en larme mes deux amis, les jetant dans un désespoir sans fond, ils rampaient  à mes pieds comme des oisillons tombés du nid un peu trop tôt, seuls sans la maman pour les guider sur le dur chemin qui mène à la mort de toute façon, ils criaient de ce cris si spécial que pousse les porcs lorsqu'on les égorge... Euh...un temps... J'arrête ! 

 

    Voilà nous n'avons jamais pu afficher, car notre collecte s'arrête à 1200€... Mais rassurez vous, c'est déjà super pour faire le festival d'Avignon de : 1. pouvoir y aller ! 2. pouvoir s'y loger !

 

    Donc un immense merci à vous si cette lecture a pu un peu vous amuser et vous donner l'envie de nous aider à réaliser ce beau projet qu'est de jouer au festival d'Avignon... (d'ailleurs ce texte n'avait pas d'autre but que les deux sus-mentionnés !)

 

 

    Notre compagnie et malgré peut-être le goût que vous aura laissé le texte précédent, ne fait que du théâtre pour le jeune public. Nous allons donc en Avignon avec des spectacles pour les enfants...

 

 

 

 

 

L'équipe de Contrepied Productions.

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

2 – Donnez vie aux envies, faites un don !

 

Nous ne cacherons pas à ceux qui pourraient être nos futurs donateurs que le Festival OFF d'Avignon a un coût, un certain coût même ! Nous évaluons le montant global des charges et ce pour la venue de trois spectacles au Festival OFF d'Avignon environ 20 000 €. Il est certain que cette somme est un véritable investissement pour la petite compagnie que nous sommes.

 

   Nonobstant cela, il est d'ores et déjà acté que la compagnie Contrepied pourra jouer ces spectacles lors de la 68ème édition du festival. Les contrats avec le théâtre sont signés.

 

   L'aspect artistique de notre travail n'est pas en jeu non plus, beaucoup de temps fût consacré ces dernière années à la création et à l'aboutissement de nos spectacles. Les coûts liés à la fabrication de décors, à la création de costumes ou encore aux diverses choses dont nous n'avons pu nous passer sont eux aussi hors propos.

 

 

   La principale difficulté du festival d'Avignon lorsqu'on est pas connu du grand public, réside surtout dans le fait même de faire venir ce public au sein des salles de spectacle. C'est là le véritable objet de notre demande d'aide sur le site kisskissbankbank, la communication. Pour se faire voir, plusieurs moyens s'offrent aux compagnies ; premièrement l'incontournable annuaire du OFF qui, surtout quand on vient avec trois spectacles, représente un investissement important, ensuite il y a l'affichage puis le flyage (distribution de tracts dans les rues de la ville). D'autres moyens sont aussi beaucoup usités comme l'impression de visuels sur des grandes bâches et toutes sortes d'autres moyens plus où moins fous et extravagants, tous orientés religieusement vers le même objectif : se faire voir !

 

   Nous ne déborderons pas d'imagination ni d'ingéniosité et nous n'aurons pas recours à divers stratagèmes douteux pour communiquer sur nos spectacles, nous voulons nous contenter d'un affichage précis dans des endroits réfléchis avec des affiches de belle qualité. Dans la même idée, nous ne comptons pas « flyer » à tour de bras les passants de sept à soixante-dix sept ans, mais plutôt effectuer un flyage ciblé vers notre public et ainsi privilégié un temps de dialogue avec des parents curieux d'en savoir plus sur nos spectacles, plutôt que de s'échiner à donner des flyers à des gens sans enfants ! Pour finir nous aimerions si possible investir dans une grande bâche publicitaire que nous pourrions à loisir laisser à proximité du théâtre où emmener avec nous lors de parades dans la ville. Il va sans dire que tout ça représente aussi un investissement :

 

- Pour ce qui est des affiches, à raison d'un affichage correct d'environ soixante-dix affiches de bonne qualité par semaine et ce durant trois semaines, le montant s'élève à 380 €.

 

- Concernant les flyers et ce pour des flyers de qualité supérieure, le montant pour une distribution d'approximativement deux cents flyers par jour durant vingt trois jours s'élève à 460 €.

 

- Une bâche publicitaire de bonne qualité, susceptible de résister aux conditions du festival d'Avignon durant un mois, montant 240 €.

 

   C'est pour ces trois raisons qui nous semblent malheureusement indispensables à la réussite de notre festival que nous sollicitons votre générosité et vous appelons à faire un don...

 

   Si la collecte dépassait l'objectif prévu, nous aimerions utiliser le surplus pour commencer à constituer une cagnotte dans l'objectif d'enregistrer un CD avec les chansons de notre spectacle "En avant la musique !". Si ce CD venait un jour à naître, il serait offert en tant que contrepartie additionnelle à nos généreux donneurs !

 

MERCI...

Thumb_091
Yéshé

Biographie Yéshé Henneguelle Yéshé Henneguelle naît à Marseille le 26 Juin 1991 et grandit dans les Alpes de Haute Provence. Il grandit en développant une passion pour le sport et l'art. Avec un beau-père guitariste membre des Generik Vapeurs et une mère travaillant dans plusieurs associations culturelles (Aix'Qui ? à Aix-en-Provence, Cita Del... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon vent pour ce beau projet. Qu'il navigue longtemps sur des océans de bonheur. Bises à toi Yeshe! Claire G
Thumb_default
Un petit soutien à Valentin et à son équipe pour un grand Festival d'Avignon! Allez on fonce, c'est la dernière ligne droite Courage et vive le swing et la poésie! Je viendrai voir votre spectacle sur Paris Pascal
Thumb_default
Merde!! Bisou bisou Caro