La Dernière Lettre de Vassili Grossman à la Manufacture des Abbesses à Paris et en tournée. Mise en scène: Cyril le Grix Comédienne: Christine Melcer Violoncelliste: Martine Bailly Ce spectacle bénéficie du soutien de la Fondation de la Poste et du label "Rue du Conservatoire" (CNSAD)

Large_image_kisskiss

The project

Hebergeur d'image

 

Avec le soutien de: Heberger image     Heberger image  Heberger image

 

 

 

La Pièce

 

Le 7 juillet 1941, les nazis entrent à Berditchev en Ukraine. Le 26 août, les juifs sont enfermés dans un ghetto. Le 15 septembre 1941, Anna Semionovna, médecin ophtalmologue est fusillée en même temps que de nombreux autres juifs du ghetto de Berditchev.

 

Extraite de Vie et destinLa Dernière Lettre est celle qu’Anna Semionovna écrit à son fils, Vitia, physicien célèbre qui vit loin du front, dans un institut de sciences soviétiques.

 

Dans cette lettre, elle parle de sa vie quotidienne sous l'occupation, de l'indifférence des uns et de la compassion des autres et enfin de sa prise de conscience d'être juive avant d'être russe.

 

L'Auteur

 

Vassili Grossman, auteur russe, d’origine juive, est né en 1905 à Berditchev.

 

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il est correspondant de guerre sur le front. Il regrettera de n’avoir pu emmener sa mère avec lui à Moscou. En 1941, elle meurt fusillée par les allemands.

 

Au retour de la guerre, il prend ses distances avec le régime communisme. Lui qui écrivait des romans dans le courant du réalisme socialiste devient très critique, en particulier sur la personne de Staline et le sort réservé aux minorités. Son livre Vie et destin fut saisi par le KGB.

 

INTENTIONS

 

Malgré les « plus jamais ça », force est de constater que le cycle de la violence et de la haine réapparait régulièrement, à différents endroits du monde.

 

Cela nous donne-t-il le droit de nous résigner ? 

 

Le théâtre est pour moi un des derniers lieux de révolte, d’indignation, de résistance et de réflexion. Ne peut-il pas, par une approche attentive et un questionnement scrupuleux des textes, permettre une réelle introspection de la nature humaine et générer ce formidable sursaut des consciences ?

 

C’est ce à quoi je souhaite participer, en toute humilité, en mettant en scène La Dernière Lettre, même si j’ai bien conscience que ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan.

 

Cyril le Grix - Metteur en scène

 

 

L'EQUIPE

 

Heberger image

 

Christine Melcer

Comédienne

 

Après une année passée au "centre de la rue blanche" (Ensatt), suivie de trois années au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris, Christine Melcer fait ses débuts au théâtre mais aussi à la télévision auprès de Jean Kerchbron, qui lui confie ses premiers grands rôles dans Les Corbeaux d'Henri Becque et des épisodes du Commissaire Moulin (L'Evadé).

Au théâtre, elle alterne les auteurs classiques et contemporains et excelle dans le drame comme dans la comédie.

 

Citons parmi sa riche expérience Madame Legros mise en scène de Bernard Sobel, Le Grand Guignol Revient mise en scène de Gérard Croce et produit par Christian Fechner au Théâtre de l’Européen, Flora Tristan  de Henri Saigre au Théâtre de la Bastille, L’Equarrissage Pour Tous mise en scène de Jean-Jacques Dulon avec Jean-Marie Proslier, Phèdre à Repasser de Pierre Dac, mise en scène de Jean-Baptiste Plait avec Didier Bourdon, La Baie de Naples de et mise en scène de Joël Dragutin au Théâtre des Mathurins, La Trilogie de Villégiature et L’Epouse Prudente de Goldoni mise en scène d’Attilio Maggiuli à la Comédie Italienne, Libertine de Francis Pornon, mis en scène de Christian-Martin Bretonville au Festival d'Avignon, Guichet Montparnasse et en tournée.

 

Au Lucernaire, elle a joué plusieurs spectacles : En compagnie de Guillaume Apollinaire de et mis en scène Henri Saigre, Pardon Monsieur Prévert de et mise en scène de Christian Leguillochet , Jusqu'à Béthanie de Giraudoux mise en scène de Luce Berthomé, La Grotte de Jean Anouilh mise en scène d’Yvan Garrouel, La Dernière Nuit de Socrate de Stéphane Tsanéve, mise en scène d’Alexandre Tchobanov.

 

Citons encore : Caligula d’Albert Camus et Phèdre de Jean Racine mises en scène de Margueritte-Marie Lozac’h , Eté d’Edward Bond mise en scène d’Eliezer Mellul, Les Fausses Confidences de Marivaux, mise en scène de Patrice Lecadre, Gamine de Renatto Menardi mise en scène de Carlotta Clerici, Le Libre Penseur de Strinberg mise en scène de Cyril le Grix, Mademoiselle fait ses dents de Labiche et Nathan le Sage de Lessing mises en scène de Jean-Luc Jeener.

 

En 2006, après avoir rencontré une jeune auteur Nathalie Colladon pour son spectacle Anna et Nina au Théâtre de Ménilmontant, Christine lui propose de la mettre en scène dans La Dernière Lettre de Vassili Grossmann au Théâtre de l’Epée de Bois dont voici quelques extraits d’articles de presse :

 

Agnès Santi, Journal La Terrasse, Février 2010 :

« Une interprétation sobre, digne et pudique de Christine Melcer qui fait entendre la bouleversante lettre d’une mère juive à son fils aimé, extraite du chef-d’œuvre de Vassili Grossman ».

 

Pierre Assouline, Le Monde Des Livres, 22/01/2010 :

« Chrisitne Melcer a relevé le défi de faire oublier la puissante prestation de Catherine Samie il y a cinq ans. »

 

Michèle Lévy-Taïeb, Actualité Juive, 21/01/2010 :

« La comédienne Christine Melcer, a pu, sans pathos, transcrire une palette de sentiments qui passent par l’espoir, l’incompréhension, l’abattement, les larmes et le courage ».

 

Yael Hirsch, La Boite à Sorties, 13/01/2010 :

« Pendant plus d’une heure, la salle est suspendue à ses lèvres, entrant en empathie avec le sens à la fois simple et essentiel de chaque mot écrit par Grossman »

 

Elle souhaite aujourd’hui reprendre le spectacle dans une nouvelle mise en scène de Cyril le Grix.

 

Dernièrement, on a pu la voir dans Les Liaisons Dangereuses, mise en scène de Régis Mardon.

Christine Melcer est la fille d’un résistant juif polonais, emprisonné à La Santé à Lyon et libéré par l’intervention de Lucie Aubrac. Son implication personnelle pour ce projet est une évidence.

 

 

Heberger image

 

Martine Bailly

Violoncelliste

 

Issue de la prestigieuse école française du violoncelle, Martine Bailly a eu la chance de se former auprès de Paul Tortelier au Conservatoire National Supérieur de Paris. Elle obtient un premier prix de violoncelle à l'unanimité du jury en 1967.

 

Cette même année, elle remporte aussi un premier prix de musique de chambre dans la classe de Maurice Crut, etse perfectionne avec Joseph Calvet en quatuor, avec lequel elle donne de nombreux concerts dans divers pays d’Europe.

 

Martine Bailly se produit au sein de plusieurs formations de chambre ou en soliste dans de nombreux pays d'Europe, d’Amérique, au Japon, au Mexique, en Russie. Elle passe ensuite deux années aux Etats-Unis à l’Université de Yale où elle se perfectionne auprès d’Aldo Parisot, de Janos Starker et de Pierre Fournier.

 

A son retour en France, Martine Bailly développe une activité de musique contemporaine, notamment avec l’Ensemble Intercontemporain et l’Ensemble 2E2M. Puis elle intègre l'orchestre de l'Opéra de Paris en 1979, où elle a passé 26 ans au poste de supersoliste, premier violoncelle solo.

 

Elle a été sollicitée par Jérôme Robbins pour interpréter avec Manuel Legris les suites pour violoncelle seul de Bach, lors de la création française du ballet A Suite of Dances au Palais Garnier, puis à Munich, Hambourg, Monte-Carlo.

 

On l’a particulièrement remarquée lors de l’interprétation sur scène du solo du 2ème acte de La Femme sans ombre, de Richard Strauss, dans la production dirigée par Bob Wilson, ainsi que dans l’Ode à Napoléon, d’Arnold Schoenberg, également sur la scène du Palais Garnier.

 

En novembre 2009, Martine Bailly a créé à Copernic le Crépuscule du Kol Nidré de Graciane Finzi.

 

En avril 2011, elle a été invitée à donner deux concerts et des master classes lors du Festival International de Violoncelle d’Adélaïde (Australie).

 

Martine Bailly se produit régulièrement en concert, en particulier avec Jean-François Zygel. 

 

Heberger image

 

Cyril le Grix

Metteur en scène

 

Adolescent, il fait ses débuts au Théâtre Montansier, où il joue dans Bilbo le Hobbit d’après J.R.R. Tolkien puis dans Notre Dame de Paris, adaptation du roman de Victor Hugo. Puis il joue dans L’Oiseau Bleu de Maeterlinck au théâtre de Villepreux.

 

Mais c’est la mise en scène qui l’attire réellement. Pour satisfaire cette passion, il entre au cours Florent, parallèlement à un D.E.A. de Lettres Modernes à la Sorbonne.

 

En 2004, dans le cadre de sa dernière année au cours Florent, il crée sa première mise en scène : le Fanatisme de Voltaire.

 

En 2005, il crée sa compagnie, La Torche Ardente, et met en scène L’Héritier de Village et Les Sincères de Marivaux puis en 2006, Jeanne et les Juges de Thierry Maulnier.

 

En 2007, il adapte et met en scène Timon d’Athènes de Shakespeare, dans la traduction de Jean-Claude Carrière faite pour Peter Brook en 1974. Grâce à ce spectacle, il fait la rencontre de Jean-Pierre Bernard et projettent de travailler ensemble.

 

Parallèlement, en 2007, il passe à la réalisation avec Le Voyage, un court métrage produit et diffusé par ARTE. Puis en 2008, il réalise un documentaire de création, L’Absente, également produit par ARTE.

En 2009, il monte Dom Juan de Molière, avec Jean-Pierre Bernard au Théâtre Mouffetard. Laurent Terzieff prête sa voix au Commandeur. En 2010, le spectacle est en tournée en France et en Belgique.

 

En 2010, il crée également Le Libre-Penseur d’August Strindberg et Brûlons Voltaire ! d’Eugène Labiche.

 

En juin 2011, il présente une maquette de Démons de Lars Noren au Festival Passe-Portes de L’Ile de Ré, saluée par Bernard Faivre d’Arcier et Didier Thibaut. La pièce sera créée au printemps 2013 à La Rose des Vents, Scène Nationale de Villeneuve d’Ascq.

 

En parallèle, il travaille à la préparation de son nouveau court-métrage, Huit Minutes et à l’écriture de son premier long-métrage, La Nébuleuse du Crabe.

Why fund it?

A compléter le  financement de la création et plus particulièrement, la communication de notre spectacle: attaché de presse, communication dans la presse (encarts Pariscope, l'Officiel+ affichage) et diffuseur pour organiser une tournée. Possibilité de défiscalisation du montant donné (hors contre-partie): 66% pour les particuliers et 60% pour les entreprises dans le cadre de la loi sur le Mécénat (mais sans contre partie).

Thumb_la_torche_ardente_cie_new
La Torche Ardente Cie

La compagnie de la Torche Ardente a été créée en Juin 2004, autour de Cyril le Grix, à l’occasion de Le Fanatisme de Voltaire. Le théâtre que nous défendons est un théâtre de la parole. Contemporaine dans sa forme, l’approche théâtrale de la Torche Ardente vise à redonner aux textes leur vigueur, leur clarté, leur intelligibilité. Aider à... See more