La Fabrique est une création musicalo-clownesque qui se jouera au 20ème théâtre à Paris, du 30 novembre au 13 janvier pour 34 représentations. Prix du meilleur collectif décerné par le cours Florent. Attaché de presse :Vincent Serreau, www.vincent-presse.com

Large_logo_fabrique_3d

Présentation détaillée du projet

 

Affiche_20_me_th__tre

 

 

Avec Wohan Azzam, Etienne Belin (Baptiste Chabauty), Camille Bernon (en alternance avec Tatiana Spivakova), Clément Brondel, Florent Chesné (en alternance avec Alexandre Faitrouni), Marie-Alix Coste de Bagneaux, Kevin Dargaud, Pauline Deshons (en alternance avec Laura Turcatti), Hugo Horsin, Julie Lavergne (en alternance avec Eva Zink) et Morgane Nairaud.

 

 

197214_10150142888373144_742648143_6666926_8263224_n

 

 

Il était une fois :

 

Une usine. Un lieu mécanique, automatique et en plastique. On y suit les déboires d'une dizaine d'ouvriers surveillés par une directrice dont le pouvoir lui monte un peu trop à la tête. Les jours se ressemblent, les rituels quotidiens se suivent, absurdes, un air de "vélo-boulo-dodo", le travail à la chaîne déteint dangereusement sur les employés. Mais ceux-ci trouvent un semblant de liberté lorsque l'un d'entre eux les motive à pousser la chansonnette durant une pause déjeuner. La patronne les surprenant, elle renvoie le leader perturbateur, et hop, le dur labeur redémarre. Le lendemain, une étrange visite a lieu, un homme, en costume noir, signe un contrat décisif. Monsieur Monsieur achète ainsi la fabrique. Après avoir organisé un dernier bal, la directrice prend ses affaires et met la clef sous la porte, sans prévenir personne. Au petit matin, après avoir pointé, les travailleurs se retrouvent devant le spectacle de leur lieu de travail vide. Que vont-ils devenir sans emploi, sans revenus ? Heureusement, il y a l'espoir de monter une fanfare de bric et de broc pour essayer de s'en sortir... Ou au moins, vivre heureux, tous autour de la même joie : la musique.

 

 

                          Dsc_1398

 

 

Quoi faire alors ? Survivre ?

 

Le thème de la délocalisation est un thème grave. Difficile d'en rire. En France, ces 20 dernières années, plusieurs millers de travailleurs se sont retrouvés sans emploi et sans diplôme, du jour au lendemain. Quoi faire alors ? Survivre ? C'est cette question qu'Hugo Horsin s'est posée. Quand la société vous laisse tomber, il faut pouvoir se relever. Peu de choix s'offrent à vous. Et parmi ceux-là, l'art, la création, et donc, l'indépendance et la liberté.

Hugo cherche à toucher tous les âges et toutes les catégories sociales. En effet, l'histoire du spectacle n'est qu'un appui pour faire résonner une volonté de création chez le public. Tout le monde a une flamme artistique au fond de lui, que ce soit arts-plastiques, musique, cinéma ou scène de théâtre. La Fabrique se veut être un coup de pouce pour déclencher le petit mécanisme à l'intérieur de chacun de nous, afin de nous faire oublier le train-train quotidien et nous pousser à voir plus loin.

 

                     200650_10150142888823144_742648143_6666937_5486943_n

 

 

En bref :

 

La Fabrique est un spectacle pour toutes les nationalités qui parlera aux touts petits, grâce aux couleurs et à la naîveté des personnages, mais aussi aux plus âgés de par son histoire plus profonde qu'il n'y paraît.

Drôlement musicale, haute en couleurs, bougeant sans arrêt, La Fabrique remet les grands clowns du dernier siècle au goût du jour. Avec leur jeunesse, les comédiens n'hésitent pas à se mouiller et parlent de choses concrètes et difficiles à entendre, par le comique.

 

 

Img_1179

À quoi servira la collecte ?

 

L'argent collecté grâce à vos dons servira à : - l'achat des consommables (crème chantilly, cotillons, accessoires de scène) = 100 euros. - l'achat de deux praticables de scène = 1000 euros. - Rafraichir les costumes = 400 euros.   Et si vous aussi, vous vous mettiez debout pour travailler avec La Fabrique ? N'hésitez plus, pré-réservez vos places ici, grâce à un don.

 

 

Thumb__mg_7848
HugoEdless

Recevant dès son plus jeune âge des cours de théâtre, piano, guitare et chant, Hugo rêve de monter sur la capitale afin de trouver sa place dans le milieu artistique professionnel. Après l'obtention de son bac Littéraire option théâtre (mention bien), il rentre en classe libre au cours Florent où il rencontre des professeurs comme Bruno Blairet, Cyril... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
de gros kiss à vous tous et bonne collecte de bankbank, les couz du sud
Thumb_default
Vus et aimés pour la première fois au Sentier Des Halles le 11 et 12 mai, puis Lille, des bises à tout' (longue vie !) Dorine