Cette grande enquête photographique et documentaire pour regarder la France en face ne se fera pas sans vous. Soutenez le projet !

Large_visuel

Présentation détaillée du projet

La France VUE D'ICI, c'est le récit photographique d’un pays bouleversé...

 

Comment vit-on en France ? Depuis 2008, et une crise financière devenue tourmente économique, les Français sont sommés de s’adapter à des bouleversements jamais survenus depuis la Seconde guerre mondiale. Cinq années sans croissance, dix millions de personnes sous le seuil de pauvreté, cinq millions à la recherche d’un vrai emploi : relations sociales, rapport au travail, crise de la représentation politique, mais aussi expérimentations, innovations, solidarités, réseaux sociaux et révolution numérique, rapport au monde…

 

C’est cette France en mutation accélérée, pour le pire et le meilleur, que nous voulons regarder en face. Documenter. Raconter. Montrer. Expliquer.

 

La France VUE D’ICI est un projet lancé par le journal Mediapart et le rendez-vous photographique de Sète ImageSingulières ; un projet participatif qui associera reporters photographes, journalistes, lecteurs et internautes. Il s’appuiera sur un financement collaboratif via KissKissBankBank. 

 

Fauxbourgs-lamoulere-11

© Yohanne Lamoulère / La France VUE D'ICI 2014

 

Au lendemain de la crise de 1929, la FSA américaine (Farm security administration) recrutait une vingtaine de photographes chargés de documenter les conditions de vie et de travail des Américains ruraux. À la fin des Trente Glorieuses, la mission photographique de la Datar explorait les mutations de la France, désindustrialisation, crise des banlieues, périurbanisation... Douze photographes y ont travaillé entre 1983 et 1989. Depuis, plus rien ou si peu. Des collectifs, quelques agences, des photographes ont, au coup par coup, rendu compte des grands événements sociaux. Mais aucun projet d’envergure, ambitionnant de raconter dans la durée la diversité des « vivre en France », n’a pu voir le jour. C'est ce que nous voulons faire avec votre soutien.

 

 

LES GRANDS AXES DU PROJET

 

La France VUE D’ICI se déroulera sur trois ans : du printemps 2014 au printemps 2017. Il doit répondre à 3 constats :

-       le manque de photoreportages sur la France d’aujourd’hui,

-       la difficulté pour les photoreporters de financer leurs projets

-       l’accès à des sujets et à des sources d’information originales qui ne soient pas les traditionnelles institutions syndicales, territoriales ou médiatiques.

 

Pendant ces trois ans, Mediapart et ImageSingulières accompagneront une trentaine de photographes afin qu'ils rendent compte des changements sociaux (travail, jeunesse, alternatives, famille, santé, vacances, logement, transports, etc.). 

 

Peche-vasilev-05© Vladimir Vasilev / La France VUE D'ICI 2014

 

UN SITE POUR TOUS

 

Un site web dédié- lafrancevuedici.fr - rassemblera ces photoreportages accompagnés parfois aussi de sons, de vidéos ou de textes. Une cartographie interactive et évolutive pointera sur les travaux réalisés et les blogs des reporters, conçus comme des carnets de bord des travaux en cours : les photoreporters y noteront leurs réflexions, les étapes de leur projet, publieront des articles, des photos, voire des vidéos ou des prises son.

 

Le site lafrancevuedici.fr sera en accès libre. Après inscription sur le site, les internautes pourront réagir et commenter sur les blogs des photographes, proposer leur éclairage sur les thématiques abordées et apporter leurs propres sources d’informations. Les blogs permettront donc aux photographes de nourrir leurs enquêtes afin d'offrir des sujets documentaires alternatifs et originaux, hors des sentiers battus.

 

UN SITE POUR LES PHOTOGRAPHES

 

Les quatre premiers photographes de ce projet ont été choisis par ImageSingulières : il s'agit de Yohanne Lamoulère, Jacob Chetrit, Vladimir Vasilev et Pablo Baquedano. Mais tous les photographes pourront proposer leur sujet via le site la francevuedici.fr.

 

Candidaturephotographe

 

Et, tous les six mois, un jury de sept membres choisira quatre ou cinq projets de photographes qui auront soumis leur candidature via le formulaire en ligne. Ce jury comportera un membre d’ImageSingulières et un membre de Mediapart. Pour le reste, il s’ouvrira largement à la société (photographes mais aussi personnalités, acteurs sociaux, témoins, etc.) et sera renouvelé tous les six mois. 

 

Les quatre premiers photographes

Portrait-lamoulere-web

 

Yohanne Lamoulère. Née en 1980, pas très loin de la Méditerranée. 

Membre du collectif de photographes Transit, représentée par l’agence Picturetank, Yohanne n’a jamais eu la fibre du portraitiste mercenaire, dont le cadrage gommerait docilement le personnage tombé en disgrâce pour mieux inclure le « fils de » promis à un bel avenir… Elle préfère la compagnie des gens, ceux qui peuplent le hors champ. Yohanne s'attachera à peindre un portrait de Marseille.

 

Portrait-chetrit-web

 

Jacob Chetrit. Né en 1991 à Toulouse. Il abandonne le système scolaire une fois le bac en poche pour se diriger vers la photographie. Il apprend sur le tas puis grâce à des stages. Il veut pouvoir raconter, rencontrer, témoigner de ces tensions internes, quotidiennes qui n’ont rien à envier aux grands sujets d'actualité. Jacob travaille sur le thème de la famille et sur les liens qui unissent dans des moments difficiles.

 

 

Portrait-vasilev-web

 

Vladimir Vasilev. Né à Stara Zagora en Bulgarie. Il commence la photo dès 15 ans, tout en suivant des études d’ingénierie civile. En 1998, il décide de consacrer sa vie à la photographie et quitte son pays trois ans plus tard. Ses images fortes aux noirs intenses, contrastées, généreuses et épiques, comme sorties d’un film d’Eisenstein, ne font rien pour cacher ses origines : il est slave jusqu’au bout de son objectif.

Vladimir travaille sur la thématique des tribus qui tentent de résister à la crise et à la misère.

 

 

Portrait-baquedano-2-web

Pablo Baquedano. Né en 1988 à Toulouse, Pablo finalise ses projets au sein de l’atelier qui clôture ses trois années d’étude comme praticien photographe à l’ETPA de Toulouse. Fort d’un apprentissage qui l’a amené à travailler dans de nombreux domaines, il s’oriente à présent vers des sujets qui font la part belle à l’Humain dans son individualité singulière mais aussi à travers sa dimension sociale.

Pablo travaille sur la question de la dépendance.

 

• Le lancement officiel

 

L’intégralité du projet (construction du site et production des reportages) s’appuie sur un financement collaboratif (crowdfunding). Tous les six mois, au fil d'avancement du projet, un appel aux dons sera organisé sur la plateforme KissKissBankBank.

 

Le vendredi 30 mai 2014 à 16h. Le projet est officiellement présenté à l’occasion de la sixième édition du rendez-vous photographique ImageSingulières, à Sète, avec une version de démonstration du site et d’un espace d’exposition avec les travaux en cours des quatre premiers photographes déjà sélectionnés (tirages, projections, rencontres avec les photographes lors du vernissage...). 

 

Mediapart et KissKissBankBank seront présents lors du lancement du festival pour présenter et soutenir le projet. 

 

Img_3796

• Et après ?

 

Fin septembre 2014. Lancement officiel du site lafrancevuedici.fr.

Réunion du jury pour sélection des 4 ou 5 nouveaux projets de photoreporters. 

 

Par la suite, et parallèlement à la mise à jour du site, ImageSingulières se chargera d’offrir une visibilité lors des prochaines éditions du festival à Sète avec un espace dédié et scénographié, la production d’exposition et l’accueil des photographes du projet. 

 

À terme, le projet pourra s’achever par l’édition d’un livre et une exposition itinérante au printemps 2017, avant l’élection présidentielle. 

À quoi servira la collecte ?

Notre association est habilitée à vous remettre un reçu au titre de votre don en tant qu'organisme d'intérêt général. Ainsi, vous pourrez déduire jusqu'à 66% de vos dons annuels, retenus dans une limite de 20% de votre revenu net imposable. N’hésitez pas à en faire la demande !

 

Avec 20 000 euros, nous lançons le projet !

Le site est ouvert fin septembre 2014, quatre premiers photographes partent en reportage. CéTàVOIR, petite association sétoise qui organise le rendez-vous photographique ImageSingulières se verra rembourser les frais de lancement du projet, en mai-juin 2014 : frais d'exposition et scénographie = 3500 euros ; voyages-hébergement-repas des photographes pour cette édition de lancement = environ 4000 euros ;  frais d'organisation et de communication = 1500 euros. Droits d'auteur pour les quatre photographe= 10000 euros.

Mais pour poursuivre l'aventure, nous aurons besoin de plus d'argent. Que nous récolterons, on l'espère, à l'issue de cette première campagne sur KissKissBankBank. Sinon, nous vous solliciterons à nouveau dans six mois. Désolés, nous ne lâcherons pas ! 

 

Avec 40 000 euros, on vous laisse tranquille pendant un an...

Plus d'une dizaine de photographes toujours sélectionnés par un jury pourront partir en reportage, entre mi- 2014 et mi-2015. ImageSingulières pourra organiser l'exposition 2015 des premiers travaux achevés lors de sa septième édition à Sète. 

 

Avec 60 000 euros, plus d'une vingtaine de photographes sillonnent la France.

ImageSingulières assure aussi l'exposition de l'année 2016. 

 

Avec 80 000 euros, notre objectif d'envoyer 30 photographes en trois ans est atteint.

ImageSingulières pourra organiser une grande exposition en 2017. 

 

Avec 100 000 euros, on rêve d'investir dans des projets complémentaires.

On rêve déjà d'éditer un livre de tous ces reportages, un livre particulièrement utile puisque ce sera l'occasion de montrer le vrai visage de la France en 2017, année électorale. Et pour que l'on se rencontre, on rêve aussi de vous convier à une exposition itinérante partout en France. 

 

Avec 200 000 euros et plus, on fait une grande fête avec vous et tous les photographes.

Le lendemain, même pas fatigué d'une nuit blanche, on saute les frontières. À nous l' Europe ! 

 

Avec 1 000 000 d'euros, des centaines de photographes sillonnent le monde.

ImageSingulières n'en dort plus la nuit. Mediapart doit renforcer ses serveurs. On entre dans une nouvelle dimension, le projet devient “La Terre VUE D'ICI” et on passe la main à plus jeunes et vaillants que nous.

 

Sitefrancevue

Thumb_logo-lfvdi-web
Mediapart & ImageSingulières

Mediapart Depuis sa création en 2008, Mediapart défend le photojournalisme en publiant chaque semaine un portfolio d'une quinzaine de photos grand format. Signées et légendées par leurs auteurs, elles racontent une histoire, une situation, un récit. À rebours des diaporama de “photos qui font le buzz ”, les portfolios de Mediapart entendent redonner aux... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Merci pour ce projet indispensable afin d'avoir des images singulières et vrai de la population française.
Thumb_default
merci à tous car images singulières c'est aussi une équipe au top et très très sympa venez les aider comme bénévoles au moment du festival, vous y reviendrez tous les ans, on est vite accros
Thumb_default
Projet passionnant. Félicitations aux initiateurs. Patrick L'Ecolier