Un roman pittoresque, un "road-tripes" passionné, une œuvre de bonne chair dans l'univers inattendu des corps et des cœurs.

Large_visuel_kkbb_v3

Présentation détaillée du projet

 

L_histoire_d_une_tripi_re___v3

 

 

Pas_seulement_v2

 

Que se cache-t-il derrière notre engouement (ou notre répulsion) pour les produits tripiers ?

Jouer avec ses tripes, mettre ses tripes à table, prendre aux tripes, avoir des tripes…

LA TRIPE PARLE, C'EST CERTAIN.

ENCORE RESTAIT-IL À L'ÉCOUTER, C'EST CHOSE FAITE !

 

 

Tout part d’une rencontre.

 

La rencontre avec Estelle, l’Étoile de Maubert, l’une des rares tripières à son compte dans ce pays.

C’est au marché de la place Maubert, où je m’approvisionnais de ses rognons, têtes de veau, tripes et autres abats que j’affectionne particulièrement, que j’eus la révélation de la grâce tripière, à quelques pas du pilier de Claudel à Notre-Dame il est vrai.

 

Des années que je rêvais d’écrire un roman sans jamais oser dépasser l’écriture forcément contrainte du genre journalistique.

Des années aussi que je réfléchissais à cette force émotive et subversive inévitablement associée aux abats, cette sensibilité brute à laquelle personne ne semble pouvoir échapper.

 

Et aujourd’hui la boucle est bouclée.

 

Après quelques ébauches, un travail souterrain tout au long des quatre dernières années, ça y est, tout est là, il ne reste plus qu’à écrire.

J’ai donc repris le manuscrit et j’ai décidé d’aller au bout de l’aventure.

 

Pas un article de presse, pas un portrait, pas un reportage, pas un dossier… non, une œuvre littéraire, un roman :

 

Un roman viscéral, une œuvre de bonne chair,

l'histoire, entre fiction et réalité, d'un "road-tripes' passionné

dans l'univers inattendu des corps et des cœurs.

 

Aujourd’hui, plus de la moitié du roman est déjà rédigée et les retours des quelques professionnels consultés sont super positifs, j’en suis plus que ravie ! Je dois donc terminer…

 

J’ai besoin de vous pour la dernière ligne droite de cette aventure.

Avec votre soutien, je pourrais :

- Libérer du temps pour mener à bien ce projet,

- Poursuivre le travail de documentation,

- Rédiger les textes manquants,

- Peaufiner l’existant,

- Rechercher un éditeur,

- Organiser une diffusion complémentaire et originale de l’ouvrage, tant sur les marchés tripiers que dans des restaurants spécialisés comme Ribouldingue (Paris-5e), Moissonnier (Paris-5e), Le Quincy (Paris-12e), le Petit Mâchon (Paris-15e) pour ne citer qu’eux.

 

Votre nom pourrait être cité au nombre des mécènes, dans les remerciements à la fin du livre.

 

En espérant vous mettre l’eau à la bouche, voici déjà 2 courts extraits :

 

Marché Maubert, un petit matin d’hiver.

«...... Je m’étais octroyé une petite déambulation jubilatoire, vérificatrice de l’incompétence d’un marché pourtant hautement concurrentiel à accueillir sous ses toiles ces dignes représentants du patrimoine vivant de la gastronomie française : les tripiers. Parce que concurrence en l’occurrence il n’y avait pas et tant mieux. Le vrai, le seul monopole local et discriminant, délicate concession aux théories du choix rationnel, il n’y en avait qu’un, c’était Estelle, l’Étoile de Maubert…." 

 

«...... Au centre de la troisième allée départ Montagne Sainte-Geneviève, mission accomplie, je repérais Estelle au coude à coude avec le volailler vedette, une grande gueule qui s’époumonait, ceinturé de magnifiques effluves régressives, un homme d’un talent extraordinaire qui étirait, flambait et dépouillait des ménageries sanguinolentes de volailles et de lapins. C’était ma troisième visite à Estelle et j’avais appréhendé l’entrevue – et si elle disait non - ma démarche n’avait rien à voir avec le traditionnel ravitaillement hebdomadaire et trois longues semaines d’atermoiement pour enfin décider « j’y vais » n’avaient pas adouci ma tension. Du caractère imprévisible de sa réponse, j’avais conscience, après tout, à qui avais-je affaire et qu’avais-je à lui proposer? Une causette informelle debout sous la bâche ? Impossible, la fascination n’y aurait pas résisté, envoûtée que j’étais par la femme, son métier, sa technique et singulièrement par tous ces morceaux qu’on ne peut baptiser viande, ce cinquième quartier comme ils disent. Ce qui reste après la découpe d’une carcasse en quartiers. Des déchets. Seulement voilà, telle Jeanne d’Arc à l’écoute de la cacophonie tripale, l’intime sentiment qu’il n’en était rien m’envahissait…. »

 

Bd_planche_1

 

 

Bd_2_kkbb

 

 

À quoi servira la collecte ?

A_quoi_servira_la_collecte

 

À donner la dernière impulsion à ce projet :

 

Finaliser l’écriture du roman

-Rechercher un éditeur et financer les envois de manuscrits en x exemplaires

Financer une conférence de presse de lancement pour les journalistes de la presse gastronomique

Organiser une diffusion complémentaire originale de l’ouvrage, tant sur les marchés tripiers que dans les restaurants spécialisés comme Ribouldingue (Paris-5e), Moissonnier (Paris-5e), Le Quincy (Paris-12e), le Petit Mâchon (Paris-15e) pour ne citer qu’eux.

Financer les deux lancements : l’un sur le stand de la géniale tripière, l’autre en soirée, dans un lieu original...

Rechercher des librairies partenaires pour les signatures

Financer des flyers de présentation de l’ouvrage

- M'acquitter des contreparties des KissBankers

M’acquitter des 8% de frais du site

 

2 solutions pour l’édition :

- Soit le manuscrit intéresse un éditeur ( et plus il y aura de commandes ici, plus j’aurai de chances de séduire un éditeur important)

- Soit j’opte pour l’auto édition, cofinancée par vous sur ce site

 

Dans les 2 cas, vous serez les premiers à recevoir l’ouvrage final

 

 

 

Si_on_d_passe_l_objectif

 

 

En dépassant l’objectif, je pourrais faire évoluer ce projet encore plus vite et m’y consacrer A PLEIN TEMPS, mon rêve...

 

La rédaction serait alors achevée à l’été, 

La géniale tripière pourrait paraître à Noël, pour la "rentrée d'hiver" des éditeurs.

 

 

J’ai aussi quelques idées (alléchantes) pour un prochain ouvrage… si le temps me le permet.

 

 

Thumb_lm_logo_seul_-_bleu_pur_r0_v74_b153_-_copie
Laurence Monsénégo

Je suis passionnée de bouffe, et de tripes, bien sûr ! En tant que journaliste, j’ai dirigé les rédactions de divers médias comme celles du mensuel africain AMINA ou du magazine Objectif Grand Paris. N'hésitez pas à me demander quelques-uns de mes articles plus à même de me raconter... La géniale tripière sera mon premier roman.

Derniers commentaires

Thumb_default
Congratulations! Tout mon meilleur soutien. David
Thumb_default
L'auteur, une fille formidable ! et j' en suis sûre un livre découverte à nourrir nos coeurs amateurs ou non de tripes