La Marge, atelier d’édition participatif, cherche domicile où stocker amis, gouache et carton nécessaires à la survie de ses livres mutants.

Large_lamarge-couv

Présentation détaillée du projet

FOIRE AUX QUESTIONS :

 

Un atelier d’édition de livres en carton : d’où vient cette idée saugrenue ?

 

Tout commence lorsque, voici un an, Flora, la journaliste de l’équipe, part réaliser une série de reportages en Argentine avec cette obsédante question en filigrane : qu’est-il advenu des expériences autogestionnaires et collectives suscitées par la crise économique de 2001 ? Au cours de son périple, à mi-chemin entre les usines récupérées et les assemblées de quartier, elle découvre les trublions de la coopérative éditoriale Eloisa Cartonera.

 

Eloisa

 

Euh… C’est quoi le concept ?

 

Acheter le carton collecté par les recycleurs de fortune de Buenos Aires, surnommés « cartoneros », de manière à les soutenir, tout en fabriquant à moindre frais les couvertures de leurs livres. Des ouvrages bon marché, uniques, peints à la main. Les porte-voix d’une littérature latino-américaine à la fois populaire et audacieuse. Flora se plait tellement dans ce petit atelier foutraque et jovial qu’elle y passe plusieurs mois à boire du maté, écouter de la cumbia, couper, peindre et coller.

 

 

Et son billet de retour ? Vendu sur le bon coin ?

 

Pas vraiment. En fait, l’histoire veut qu’elle finisse par reprendre pied en terre hexagonale. C’est alors qu’elle apprend l’existence, à Paris, de la Guêpe Cartonnière, l’une des nombreuses « cousines » étrangères revendiquant leur lien de parenté avec Eloisa. Cette bonne nouvelle atténue quelque peu son coup de blues hivernal, et Flora rencontre même son fondateur, l’écrivain argentin Guillermo Bravo. Au fil de leurs discussions naît l’idée de dédoubler la Guêpe : sa branche maîtresse, hispanophone, restera à Paris tandis qu’une seconde pousse, francophone et participative, verra le jour à Angers, ville de résidence de la jeune fille et d’une poignée d’amis motivés par le projet.

 

Livre_guepe

 

Doit-on en déduire que la pollinisation est en marche ?

 

Précisément. C’est l’acte de naissance de l’association La Marge, forte à ce jour de huit membres actifs, chaleureux – chacun dans leur genre - et superbement bien portants. Outre ses activités créatives, éditoriales et journalistiques - l’équipe souhaite aussi sortir une revue - La Marge propose des ateliers consacrés à l’apprentissage de techniques rédactionnelles et plastiques afin de favoriser l’accès à la lecture, à l’écriture, à l’expression et au savoir. Ses cycles d’apprentissage s’adressent à des publics variés : volontaires, élèves, migrants, personnes âgées, en situation de handicap, de réinsertion ou d’alphabétisation, sans compter les autres.

 

7876_10200994679781996_1573727111_n

 

 

Lettre_julian__montreuil__gravures_082

 

Lettre_julian__montreuil__gravures_047

 

 

 

Lettre_julian__montreuil__gravures_041

 

Lettre_julian__montreuil__gravures_088

 

Lettre_julian__montreuil__gravures_083

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

« Tous ensemble, on est bien, on suit le même chemin » : c’est très joli tout ça, mais que comptez-vous faire de nos sousous une fois dans vos popoches ?

 

La Marge cherche un atelier où défaire ses cartons à la rentrée prochaine ainsi que des ustensiles de choix, histoire de se ménager une certaine autonomie de production. Et, pour ce faire, nous avons besoin de vous pour réunir les 3000 euros qui couvriront :

 

- L’achat de fournitures d’arts plastiques et de matériel de découpe (250 euros)

- Les dépenses d’impression de flyers et de divers supports de communication (200 euros)

- L’achat d’un ordinateur (200 euros), d’un photocopieur noir et blanc recto-verso (300 euros), d'un massicot (300 euros) et d’un kit de sérigraphie (250 euros)

- Les frais d’agence et le montant du premier loyer (1000 euros)

- Les menus travaux de peinture et d’isolation (300 euros) et le mobilier (200 euros)

 

Ces investissements permettront également à l’association d’accueillir les gens, d’imprimer ses livres à la carte et d’organiser des rencontres et des événements culturels : expositions, lectures, projections de films indépendants, conférences, activités de sensibilisation à la musique, à l’actualité, à la BD, au recyclage, au collage, à la photo et même aux nouvelles technologies.

 

Le local tant convoité :

 

Local_asso-6

 

 

 

Thumb_lamarge-avatar
LA MARGE

La Marge se compose des deux Pauline(s), l’une organisatrice hyperactive, l’autre animatrice d’ateliers d’écriture, Ludo, humoriste ronchon et dessinateur de presse, Simon, prof de sciences pour apprentis charcutiers et guitariste électrique, Flora, journaliste et illustratrice de plaisance, Alex, programmeur informatique libéré et libraire militant,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_lamarge-avatar
Merci à tous et toutes pour vos dons! Opération réussie! Grâce à vous nous serons dans notre local au mois de septembre!
Thumb_g_-profil-pic
Très beau projet !
Thumb_default
Bravo pour cette belle idée originale, bon courage à vous!