CREEZ AVEC NOUS LA PIECE "La MécaNIQUE de l'ORnitHorYnQUE"EN FINANÇANT SA PRODUCTION !!!

Large_meca1

The project

                                                       La Lune Vague Aprés La Pluie

                                                                          présente

_mg_7804

 

                                              "la MEcaNIQUE de L'ORnitHorYnQUE"

 

                                                       texte de Delphine Gustau

 

                                                           avec Coralie Emilion

 

                                                    Mise en scène David Negroni

 

 

scénographe Zoé Grelié Chorégraphe Bouziane Bouteldja Univers Sonore Matthieu Michard Créateur Lumière François Languille

 

 

site de la compagnie à découvrir juste ici!

 

 

 

 

RESUME

 

Alice, séparée du grand amour de sa vie, attend un homme. Ses préparatifs sont interrompus par l'ouverture d'un colis qu'elle vient de recevoir, contenant un sac de montres. Elle reconnaît la collection de son père qu'elle n'a pas vu depuis longtemps. Souvenirs éparpillés d'une vie qu'il faut trier. Identités potentielles d'un père impossible à cerner... Essayant d'y mettre de l'ordre, Alice s'égare dans un dédale de rêves et de souvenirs. Elle cherche une issue, une ligne de fuite. Perdue entre l'attente de cet homme d'un soir et l'absence de son père, elle égraine les solutions et les possibilités de ce qui est, n'est pas, plus, ou pourrait être. Elle refuse de voir l’évidence qu'annonce ce colis, distillant un humour acide et abusant de la fuite, dans cette mécanique si bien huilée qui, jusqu'à aujourd'hui, l'avait toujours protégée.

 

 

 

_mg_7807

 

 

le teaser de la pièce juste en dessous :

 

pour découvrir le teaser de la pièce "la mécanique de l'ornithorynque"cliquez juste ici

 

 

 

PRESENTATION DU PROJET

 

"LA MECANIQUE DE L'ORNITHORYNQUE" naît d'une conversation à bâtons rompus entre deux femmes un soir de printemps : Coralie Emilion, évoque son envie de porter à la scène un projet sur le père, les hommes, les confusions des rapports et la construction de l'identité. Delphine Gustau, touchée, réagit immédiatement : ce thème l'inspire. Portées par une sensibilité commune, des personnalités complémentaires et un profond respect pour leurs travaux respectifs en tant que comédienne et auteur, elles décident de travailler ensemble. Et donc avec simplicité et évidence elles s'engagent dans l'écriture pour Delphine Gustau et la mise en oeuvre de cette pièce pour Coralie Emilion. Les deux femmes se retrouvent sur l'envie que leur pièce soit mise en scène par un homme. Elles veulent avoir le point de vue de ceux dont on parle ici, les hommes, pères réels ou potentiels ; faire une place à ce genre masculin qui les intrigue tellement... C’est ainsi que David Negroni les rejoints dans cette aventure. Partageant inspirations et exigences, tous les trois s'attellent à la création de cette oeuvre chorale.

 

 

 

 

 

_mg_7775

 

 

 

 

 

 

 

NOTE D'INTENTION DE L’AUTEUR

 

Ecrire pour Coralie Emilion ; interprète capable de traduire les mouvements secrets de l'âme d'un personnage ; m’a permis un grand lâché prise et une plongée dans l’inconscient. Mon écriture s’est laissée porter par le sujet, le personnage a pris le pouvoir. Le texte s’est déroulé autour de la mécanique dans laquelle Alice se débat : le déni du deuil d’abord, puis les différentes étapes qu’elle traverse de la colère, à l’acceptation. L’humour nait de la mauvaise foi du personnage dont la mécanique est de passer son temps à occuper son esprit de fantasmes délirants pour fuir le réel : la mort du père, et toutes les choses enfouies auxquelles il va bien falloir qu’elle se confronte. Elle passe son temps à imaginer comment il faudrait qu’elle soit pour être assez bien pour son père en particulier et les hommes général, comment elle aurait du être pour que son père l’aime plus, comment il faudrait qu’elle devienne pour le faire revenir. Jusqu’au jour où cette mécanique bien huilée se grippe : elle ne parvient plus à se mentir et est obligée de s’accepter, tout ornithorynque qu’elle est. On assiste à vue à la bascule, à la transformation vitale d’une âme qui fait sa mue. Ce qui provoque ce changement, c’est l’instinct de survie qui décide du moment où l’on ne peut pas continuer comme ça, où il faut évoluer pour survivre. Instinct animal qui nous ramène au titre. J’ai voulu faire de ce texte, la description en temps réel d’une mécanique humaine qui saute, un témoignage intérieur du moment où tout bascule dans une conscience. Ce texte, c’est la capture d’une évolution sans retour possible.

 

 

_mg_7789

 

 

NOTE D’INTENTION DE MISE EN SCENE

 

Monter une pièce écrite par une femme pour une femme et qui parle essentiellement du rapport au père est, pour l'homme et le père que je suis, une sorte de défi, un saut dans l'imaginaire, un voyage de l'autre côté du miroir. Il faut dire que, peut-être un peu obnubilé pas le nom d'Alice et l'irruption des montres du père, j'ai voulu voir dans la pièce de Delphine Gustau une allusion aux aventures décrites par Charles Lutwidge Dodgson, sous le pseudonyme de Lewis Carroll. C'est donc sous cet angle que je me suis imaginé mettre en scène les aventures toutes intérieures de cette Alice là, qui elle aussi part à la découverte de sa féminité, dans une succession de rêves où elle fait, défait et refait son rapport à l'homme en passant tout d'abord par ce père, qu'elle vient de perdre et qu'elle doit retrouver quelque part dans l'éparpillement d'un héritage chronométrique. Cet éparpillement on le retrouvera dans la scénographie comme dans la direction du jeu, car Alice maîtrise l'art de l'esquive et de la métaphore, s'échappant sans cesse d'un rêve à l'autre, s’enivrant de ses propres contes et revêtant toutes les identités qui lui tombent sous la main sans que l'on sache, et peut-être ne le sait-elle pas très bien elle-même, si elles sont véritables ou empruntées. C'est pourquoi nous avons voulu avec Zoé Grelié créer un monde à la fois quotidien et onirique. Le décor c'est la pièce principale d'un appartement, mais tout y est blanc comme une transposition d'un intérieur banal mais qui puisse servir d'écran à la projection des fantasmes de la jeune femme. Là elle pourra jouer avec les volumes, les ombres et les transparences sans jamais sortir de son univers domestique. Une sorte de maison de poupée mentale où elle se met en scène, se cachant et s'exposant tour à tour, jouant avec les perspectives du décor qui l'entoure. Comme pour l'autre Alice, celle de Lewis Carol, il suffit d'un rien pour être trop grand ou trop petit, trop ou pas assez pour affronter le monde et ses règles. C'est de la rencontre avec sa fragilité et de la découverte de sa force intérieure qu'il est question dans ces dialogues avec l'absence, avec les monstres que cette absence fait naître ; des monstres qui nous sont pourtant familiers tant Alice est aussi le reflet de nos propres doutes. Elle ne parle ni au public ni à elle-même mais avec des personnages qu'elle invoque devant nous, dans un jeu d'ombres onirique, comique et cruel. Ce jeu propre à l'enfance qui requiert une tension particulière, celle justement que l'on peut saisir quand on observe un enfant solitaire qui s'immerge dans ses propres chimères, avec cette sincérité particulière de ceux qui inventent un monde pour y retrouver leur vérité première. Nous sommes ainsi convié au spectacle d'une intimité troublante sans emprunter à la confidence ni la confession. Le spectateur est tout simplement invité à une présence, au cours d'un rite étrange, une fête d'émotions, se tenant, sensible, à la lisière ; comme dans un rêve que l'on ferait ensemble.

_mg_7746

 

 

 

 

 

Delphine

 

Delphine Gustau : Auteur

 

Auteur de théâtre, metteur en scène et parolière, Delphine Gustau publie un recueil de textes poétiques aux éditions Aréa, des sketchs pour enfants (ABS éditions) et une pièce radiophonique « Bzzz ou les confessions sincères d’un être nuisible mais repentant » chez Livraphone. Elle est également professeur de théâtre depuis quinze ans, et a monté plusieurs pièces dont la comédie musicale « Une histoire de peau d’âne », de Colette Roumanoff. Elle co-écrit «La symphonie aphone » spectacle musical de Chantal Lavallée présenté au Théâtre d’Ivry. Sa pièce « apprenez à dire non » s’est jouée au festival d’Avignon 2008 au Bourg Neuf et est éditée aux éditions Anabet. Elle met en scène « Faites comme chez vous » de Bruno Lugan, sous la direction artistique de Jacques Décombes, elle coécrit et met en scène le nouveau spectacle de Pierre Péchin au théâtre du Gymnase . Elle coécrit et met en scène en 2013 " Burn Out" au Pittchoun théâtre à Avignon avec Johnny Prieur et Matthieu Michard.Elle co-écrit et met en scène "betiz boup" créé en résidence à l'Iliade (67) avec Christel Kern, Musique de Matthieu Michard, direction vocale Richard Cross et joué au Ateliers d'Amphoux au festival d'Avignon 2013 .Elle met en scéneune version inédite de"jean et beatrice, rôles inversés"de Carole Fréchette au Sudden théâtre et au théâtre des Béliers Parisiens en 2013. elle co-met en scène et co-écrit aussi « Johnny Prieur » au théâtre du Bourg Neuf, festival d’Avignon 2012. Sa pièce « Après tout j’existe », mise en scène par David Negroni, se joue tous les ans à Avignon depuis sa création en 2009. Elle a collaboré à de nombreux spectacles montés par le Maître de l’absurde, François Rollin. En 2010, elle assiste Enki Bilal pour la mise en scène de «Suspection » au théâtre du Rond Point.

 

 

Negroni

 

David Negroni : Mise en scène

 

Comédien, metteur en scène, auteur, mais aussi scénographe et éclairagiste, David Negroni a d'abord été formé à l’École Nationale du Cirque puis au Conservatoire du Xe à Paris. Sa formation lui donne une vision très physique de l’acteur en même temps qu’un goût de la rigueur quant à l’interprétation des textes. Il a travaillé en tant qu’acteur avec de nombreux metteurs en scène, notamment Marcel Maréchal et les Tréteaux de France, Eric Sanjou et l'Arène Théâtre, Jean Claude Sachaud, Christophe Lidon, Jean Negroni son père, Thierry Atlan, Belkacem Tatem et Alain Béhar dont il futaussi l’assistant. Il a travaillé pour la compagnie Ecla Théâtre aussi bien en tant que comédien (Scapin dans Les fourberies) que comme metteur en scène pour la grande fresque de l’Odyssée d'après le magnifique texte d'Homère. Appréciant aussi bien le théâtre intimiste que les fresques épiques, le théâtre de genre que le Grand Guignol, il a mis en scène des textes de Cocteau (Le Bel Indifférent et Le Fantôme de Marseille), Ramon Del Valle Inclan (La farce enfantine de la tête du dragon), Robert Merle (Flamineo), Ariel O. (La répétition d’Antigone), Yvonne Princesse de Bourgogne et d'autres textes dont il est lui-même l'auteur. Il a créé la Compagnie de La lune vague après la pluie en 2003.

 

 

 

Coralie

 

Coralie Emilion : Comédienne

 

Depuis 2012 elle fait partie de la compagnie de La Lune Vague Après La Pluie et elle est représentée par l'agent artistique Naima Kadiri. Elle joue régulièrement un seul en scène "Valentina"-Tchernobyl, témoignage d'une femme née pour l'amour" mise en scène par Laure Roussel, (Maison de l'Europe et de l'Orient /théâtre des corps festival d'Avignon 2012 /Atelier de la Parole...). Elle a interpretée un des rôles principaux  dans l'opéra Kosmos de Sylvie Nègre Leroy mis en scène par Stanislas Grassian, créée en 2012 à l'UNESCO. Elle a  joué sous la direction de Stanislas Grassian dans "Je ne T'attendais plus". Pour la télévision elle a notamment joué dans « les hommes de l’ombre » réalisé par Fréderic Tellier (Macondo Production)," la passion interdite d'Hélène "série MHV pour TF1 (Gazelle Production) sous la direction de Pierre Leix-Cote... Elle collabore à la mise en scène auprès de David Negroni pour la pièce "les caprices de Marianne" d'Alfred de Musset, interprétée par Fanny Touron, Olivier Hamel et Xavier Girard et pour la pièce "Après tout j'existe" de Delphine Gustau. En tant qu'assistante à la mise en scène elle a aussi travaillé auprès de Stanislas Grassian et Jacques Courtés au sein du collectif Hic et Nunc, Nicolas Bienvenu, Clair Jaz, Christine Blondel. Elle intervient en tant que directrice d’acteurs pour la préparation au plateau et en plateau sur des tournages tels que la série "Cut" Terence films et Alp Prod, "les limiers" Calt Production ou encore « Pas de secrets entre nous ». Elle a collaboré avec des réalisateurs tels que Stéphane Meunier, Alain Desrochers, François Bigrat, Vincent Trisolini, Michel Hassan, Pierre François Brodin, Jean Marc Thérin, Patrick Marty, Pierre Leix-cote, Jules Maillard et François Basset, Adeline Darraux et pour des longs métrages tels que « Let my people go » de Mickael Buch (Les Films Pélléas). Elle a aussi travaillé en tant que coach/média training auprès de Najib Gouiia pour l'émission "en question". Elle travaille régulièrement avec des comédiens tels que Lucien Jean-Baptiste, Julie Boulanger, Lise Schreiber par exemple. Elle a été formée par des metteurs en scène et directeurs d’acteurs tels que David Géry, Nicolas Bienvenu, Nora Habib, Michel Bulteau. Pour son travail pictural et plastique Elle est représentée par Didier Simon “une vision singulière”. Elle a notamment exposé à la halle Saint-Pierre (Paris), la galerie Belair de Pascal Bello au Luxembourg ou encore la galerie Loctudy en Bretagne.

 

 

Matt

 

Matthieu Michard : Univers sonore et compositions musicales

 

Après l'obtention d'un premier prix d'écriture et harmonie au CNSM de Paris (mention très bien à l'unanimité), et d'un premier prix de piano au CNR de Paris, Matthieu Michard mène une activité de compositeur, comédien, accompagnateur/coach vocal et chanteur lyrique. Il chante dans La Belle Hélène mis en scène par Bruno Lugan au Théâtre Ménilmontant et en tournée. Il joue dans Johnny Prieur se confesse au Théâtre Montmartre Galabru, au Théâtre du Temple et en Avignon (2012, Théâtre du Bourg-neuf). Il compose notamment pour Johnny Prieur Jean et Béatrice mis en scène par Delphine Gustau au Sudden Théâtre ; Le Grand Vestiaire mis en scène par Anouche Setbon et Bruno Banon au Théâtre de l'Atelier ; Je ne t'attendais plus mis en scène par Stanislas Grassian. Il travaille actuellement à la composition d'un cabaret sur La Goulue, où il tiendra le rôle de Toulouse-Lautrec (2013-2014), et collabore à la transcription de la tétralogie Der Ring Des Nibelungen de Richard Wagner pour l'Opéra de Paris. (Printemps 2013). Il tiendra notamment le rôle du pianiste dans "Bêtise Boop" écrit et mis en scène par DelphineGustau en Avignon 2013 (Théâtre des Corps Saints).

 

 

Zo__1

 

Zoé Grelié : Scénographe

 

Scénographie, graphiste, photographe. Récemment diplômée de l'ESAT en tant que concepteur en communication visuelle, Zoé cultive une passion pour la photographie et la mode. Au cours de sa formation elle se distingue par son univers féminin imprégné d'onirisme, de fraîcheur et de délicatesse. Aujourd'hui elle collabore avec plusieurs marques de créateurs bijoux et prend part à différents projets (graphisme, événementiel, photo, scéno...) lui offrant la possibilité d'exprimer sa sensibilité artistique.

 

 

Bouziane-bouteljda-150x150

 

Bouziane Bouteldja : Chorégraphie

 

Danseur, chorégraphe, Bouziane Bouteldja découvre la danse en 1998 avec des chorégraphes comme Tayeb Benamara ou encore Kader Attou. Il se construit ainsi des bases solides dans un Hip-Hop recherchant une écriture scénique et une technique toujours plus poussée. En parallèle du break dance, il sʼouvre au contemporain auprès de Marie-Élisabeth Wachter, professeur pour Prejlocaj, et suit aussi des stages de Buto et de théâtre. Son ouverture l'amène à collaborer avec de nombreux artistes : comédiens, danseurs, musiciens (Christian Mazzuchini, Claude Debord, Daniel Moreno, Marc Vella, Tamango…). Il chorégraphie Les 4 Vents en 2005 et co-chorégraphie Duende en 2007 (Festival Capʼdanse, Genève, Festival International de la Paix, Paris…). En 2010, il crée le duo Pas si compliqué avec le musicien Laurent Ferraglio sous le regard de Farid Berki. La même année, sous l’égide du conservatoire de Tarbes, il dirige deux danseurs, un musicien et deux chanteurs dans le spectacle Harmonia City. Et enfin, il fait partie des chorégraphes du défilé de la biennale de la danse de Lyon 2010. En 2011 et 2012, il crée le spectacle Altérité en collaboration avec Coraline Lamaison et la scène nationale du Parvis, soutenu par Initiative Artiste de La Villette et le CCN de La Rochelle. Il participe à de nombreux workshops et labos chorégraphiques depuis 2009 : Tamango, Hofesh Shechter, Coraline Lamaison, Annabelle Chambon… En 2012 et 2013, il travaille sur le projet de la Cie Lamaison. Il lui tient à coeur de contribuer au développement des cultures urbaines en enseignant depuis 2003 les techniques de la danse Hip-Hop et, pour la cinquième année, en formant en région parisienne les professeurs de sport à l'enseignement des pratiques culturelles en milieu scolaire.

 

 

vous pouvez voir le travail de Bouziane Bouteldja ci dessous

 

http://www.alterite.org/#!propos_alterite/c10fk

 

 

Languilleicon

 

François Languille : Création lumières

 

Chef-opérateur, Chef Eclairagiste, Cadreur et Photographe. François Languille travaille dans le métier de l'audiovisuel en tant que chef-électricien et chef-opérateur depuis plus de dix ans. Il collabore à divers programmes télévisuels tel que " Empreinte " pour France Télévision ainsi que sur des fictions comme " Chante " en qualité de chef électricien aux côtés de divers directeurs de la photographie comme Dominique De La Pierre, Laurent Riobé, Nicolas Sourday. En tant qu'opérateur de prises de vues ainsi que chef-opérateur il participe notamment à la réalisation de reportages produits par Angel Productions, sur des génériques d'émissions comme 100%poker, Ondar Show, Touche pas à mon poste et travaille également sur des courts-métrages avec des réalisateurs comme Olivier Guidoux. Il exerce aussi ses qualités d'éclairagiste pour le spectacle vivant notamment sur certains spectacles de Lamia Saffiedine.

 

 

venez découvrir les photographies de françois languille ci dessous

 

http://www.flickr.com/people/francoislanguille/

 

 

Anja

 

Anja Holz : Collaboration artistique maquillage et coiffure

 

Venu d'Allemagne en 1996 pour faire l'Atelier International de Maquillage à Paris, cette passionnée des Arts a depuis travaillé sur d’innombrables courts-métrages, diverses pièces de théâtre et avec divers photographes. Savoir maquiller ne lui suffisait plus en 2003, elle passa son CAP Coiffure en tant que candidat libre. Autodidacte en divers moyens de créations (couture, peinture, dessin...) elle met constamment son savoir-faire au service de l'art et non seulement en tant que maquilleuse-coiffeuse, mais également en tant que décoratrice, accessoiriste ou costumière. Pour elle chaque maquillage et coiffure raconte une histoire et la partie la plus importante pour elle dans son travail est d'aider l'acteur ou l'actrice à raconter la sienne.

 

 

ci dessous le lien du bog de la compagnie pour venir découvrir sans modération ce que nous faisons

 

http://lalunevague.wix.com/lalunevague/apps/blog

 

et vous pouvez également nous suivre via notre page facebook à aimer et suivre autant que vous le souhaitez

 

http:// https://www.facebook.com/lalunevagueapreslapluie?ref=hl

 

 

quelque photos du tournage du teaser au studio InOut

 

_mg_7719

 

_mg_7722

0_1-3_mg_7721

 

Why fund it?

Votre soutien servira à assurer le budget technique et artistique :

 

Résidence de création à Tarbes

Location de la salle de répétitions

Costumes

Décor

communication (attaché de presse, graphisme, captation, affichage)

 

Votre participation nous permettra aussi de rémunérer l'équipe technique et administrative qui aide à la réalisation du projet.

 

Nous sommes actuellement en discussions avec plusieurs théâtres en province et en région parisienne.

Thumb_172779_425726487491092_965970500_o
lalunevague

La compagnie de La Lune Vague Après La Pluie est Une équipe d'artistes et techniciens de théâtre et de l'audiovisuel, des créateurs et rêveurs, chasseurs d’ombre aguerris, réunis en compagnie pour traquer, à petit pas, des proies imaginaires faites de fumée,de rires et de larmes…

Newest comments

Thumb_default
Même le Taj Mahal, au début, c'était juste une brique. Que vos énergies réunies bâtissent le leur...
Thumb_default
Plein de pensées positives !!!!
Thumb_default
n'hésitez pas c'est génial yoda