70 ans après, la Mémoire marche dans les pas des déportés de Sachsenhausen. A l'arrivée, un livre-témoignage. Pour les générations futures.

Large_projet_crowfunding_3-1419630576

Présentation détaillée du projet

En 2010, à l’occasion d’un voyage mémoriel sur le site du camp de concentration de Sachsenhausen, situé à une trentaine de kilomètres de BERLIN, est née l’idée d’une action symbolique pour le 70ème anniversaire de la libération des camps nazis (2015). L’épisode final de l’évacuation du camp central de Sachsenhausen et de ses annexes par des marches meurtrières apparaissant comme l’un des évènements les plus marquants de cette période tragique, le projet d’élaboration d'une action retraçant le parcours effectué à pied par les déportés lancés vers leur destin funeste prit forme.  

Carte_des_camps_-_source_fmd-1421097014

Carte des camps de concentration et d'extermination nazis.

 

L’élaboration de ce projet symbolique a démarré par la détermination d’un cadre physique et temporel. Pour cela, nous avons choisi de parcourir dans leur intégralité, le tracé de ce que l'on dénomme les "marches de la mort", dans les pas du déporté matricule 66213 du camp de Sachsenhausen. Ce camp de concentration avait deux caractéristiques majeures. D'une part le fait d'héberger l'Inspection générale des camps, élément central du système concentrationnaire nazi. D'autre part, le nombre de déportés français qui y était très élevé. Alors que débutait l’évacuation du camp principal le 21 avril 1945, le matricule 66213 fut lancé lui aussi sur les routes en direction de la Mer Baltique, au départ du kommando Heinkel dans lequel il avait été affecté qui était un camp-usine où les déportés étaient les esclaves de l'industrie militaire allemande. Dans tous les cas, puisque c'était l'ordre de Himmler, c'était la mort qui les attendrait au bout du chemin. Aucun témoin ne devait en effet en réchapper. Avec ses camarades, il allait parcourir quelques 160 kilomètres sans le moindre ravitaillement, alors que la plupart se trouvaient déjà dans un état déplorable. Et à chaque moment de faiblesse, c'était une balle dans la nuque qui leur était promise. C’est donc sur leurs traces que nous nous déplacerons, jusqu’au village de Parchim où le matricule 66213 fut libéré par l’Armée Rouge. Et pour mieux coller aux commémorations internationales qui se dérouleront au printemps 2015 sur le site même du camp, c’est en avril que se déroulera cette marche, 70 ans mois pour mois après ces évènements meurtriers.

 

Marcher dans les pas de l’un d’entre eux, ce sera marcher dans les pas de tous. Et la veste intacte du déporté 66213 nous le rappellera à chaque instant puisqu'elle accompagnera les acteurs dans leur effort, redonnant corps quelques 70 années plus tard à une mémoire toujours vive.

Veste_ac-1419627974

Veste sauvegardée du déporté matricule 66213.

 

 

Le parcours de la Mémoire en marche 2015 est donc établi, de la ville de Germendorf, où se trouvait le kommando Heinkel jusqu'à Parchim, soit 160 kilomètres environ en direction du nord-ouest de l’Allemagne. La route choisie a été fixée à partir du témoignage du matricule 66213, et en tenant compte des connaissances actuelles relatives à ces marches de la mort. Par cohérence, nous achèverons notre travail de mémoire dans la ville de Schwerin où les déportés rescapés rejoignirent les Forces américaines. C'est également à Schwerin que se trouve le Mémorial consacré à ces marches. N’ayant pas la moindre connotation « sportive », cette action mémorielle se déroulera sur les lieux historiques, à la recherche des traces d’un passé visible ou invisible.

Carte_marche_de_la_mort_couleur-1421097392

Tracés des "marches de la mort" qui se déroulèrent en avril-mai 1945.

 

De nombreux témoignages de survivants constituent une bibliographie utile à notre action. Le témoignage du matricule 66213 a fait l'objet d'un livre publié sous le titre "Terre ! N'efface pas leurs visages" aux Editions Atlantica (2006). Le matricule 66213 était en fait le père de Michel Claverie, l'un des deux passeurs de mémoire porteurs de ce projet.

 

Lien utile:  http://www.terreneffacepasleursvisages.com

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Nous avons pour objectif de publier un ouvrage associant des croquis et des photographies au sténopé réalisés durant la marche sur les lieux historiques, mis en perspective des témoignages de déportés survivants ayant participé à ces évènements tragiques 70 ans plus tôt. Cet ouvrage se présentera sous la forme d'un carnet de voyage, une sorte de lien entre le passé et le présent.

 

Les photographies seront réalisés par Michel Claverie en utilisant la technique du sténopé, c'est à dire sans objectif. Il s'agit d'une technique primitive, offrant un rendu particulier. Vous pouvez découvrir cette technique développée par Michel Claverie en cliquant sur le lien suivant: http://www.linstantstenope.com . Michel, fils du déporté 66213 ne désire pas réaliser des photographies des camps tels que nous les voyons aujourd'hui. Il propose à la place un travail photographique plus proche d'une interprétation de la réalité, permettant à la mémoire de se créer des souvenirs sans avoir vu ni vécu les évènements. Les croquis seront réalisés par Valérie Claverie.  

Sachsenhausen_2-1421099270

Vue sur le camp de Sachsenhausen réalisée au sténopé - 2014 © Michel C.

 

Il nous est apparu fondamental de relier notre évènement à une institution travaillant pour la pérennisation de la mémoire de la déportation. Nous avons ainsi choisi le Comité International de Sachsenhausen, instance représentant toutes les nationalités qui étaient présentes dans le camp. Il est actuellement présidé par un déporté résistant français, Mr Roger Bordage. Ce comité constitue l'un des interlocuteurs institutionnels pour les autorités allemandes les plus importants pour tout ce qui concerne la préservation de la mémoire historique. Nous avons donc pris la décision d'abandonner nos droits d'auteurs sur le prochain livre au bénéfice de ce comité. Pour découvrir le Comité International de Sachsenhausen: http://www.internationales-sachsenhausen-komitee.eu/index1.htm .

Nous avons également décidé de collecter des fonds tout au long de notre action afin de les remettre au Comité le 16 avril 2015 lors de sa réunion en Allemagne à Sachsenhausen (proche de Berlin), sur le site même du camp pour les commémorations du 70ème anniversaire de la libération des camps.

 

Les fonds récupérés ici se répartiront ainsi:

 

- 850 euros pour l'organisation logistique de l'action: logement / déplacement / repas / frais techniques (publication live sur Blog et Facebook, budget photo et croquis) pour deux personnes pendant une semaine

- 100 euros pour le budget communication autour de notre action, au niveau national et international.

- 2000 euros pour la conception et la réalisation de l'ouvrage type carnet de voyage, incluant la mise en page, la conception graphique autour des éléments centraux que sont les photographies, les croquis et les témoignages. Cette somme ne prend pas en charge le travail d'impression et de diffusion du livre finalisé.

- 1000 euros destinés au Comité International du camp de Sachsenhausen, par solidarité et soutien à son action.

 

Pour que la gestion des fonds soit la plus transparente possible, nous nous sommes constitués en association loi 1901 dont le nom est La Mémoire en marche 2015. L'évolution du projet, son calendrier, son actualité font l'objet d'une page Facebook éponyme: https://www.facebook.com/lamemoireenmarche

 

En apportant votre soutien financier à ce projet mémoriel et à l'ouvrage qui en découlera, ce n'est pas à nous individuellement que vous l'apportez, mais c'est au Comité International de Sachsenhausen pour qu'il puisse après la disparition des derniers témoins, passer le relai aux nouvelles générations et poursuivre son travail de préservation des lieux, d'information et d'éducation des citoyens de demain. Dans le respect et la tolérance de l'Autre. Pour la Paix entre les peuples.  

Thumb_le_marcheur_de_la_m_moire-1419635307
Michel C

Nous sommes les marcheurs de la mémoire: - Valérie, née en 1973 à Lyon (69), petite-fille de Républicains espagnols exilés en France à l’occasion de la Guerre civile (1939, Retirada). Membre du Comité International de Sachsenhausen, représentant les déportés espagnols de ce camp depuis 2012. Dessinatrice. - et Michel, né en 1961 à Orthez (64), fils du... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_m-logo_gray_transp_1400x1400_copy-1421952866
hi Michel C - I raised my contribution just now ... better make sure (I was thinking) you don't dive below the threshold when some other contribution perhaps fails ... anyway congrats !
Thumb_le_marcheur_de_la_m_moire-1419635307
Même la Cantabrie est avec nous ! Génial ! Suerte !
Thumb_default
Courage mes amis!!Lo conseguiréis!!!! un abrazo Susana, Luis y Dana