Participez à la création de La Mesure du Monde. Un documentaire qui retrace l'histoire d'un carnet de voyage.

Large_photo_projet-1458311906-1458311937

Présentation détaillée du projet

112-1457973857

 

 

“La Mesure du Monde” est le résultat de six années de voyages, de rencontres, de réflexions et de recherches. Documentaire-autobiographique, ce film retrace les écrits d'un carnet de route en auto-stop, des steppes de Mongolie jusqu’aux rives de l’océan Atlantique en Bretagne.

 

1-1458810074

 

12-1458809913

 

 

 

Alors qu’aujourd’hui rejoindre le bout du monde peut se faire en moins de 24 heures, paradoxalement la compréhension entre les peuples s’éloigne graduellement, et laisse ainsi se développer des formes de pensées radicales. J’ai souhaité prendre du recul et porter sous un nouvel angle, un regard inédit sur le monde. À travers la compréhension, l’exploration et la rencontre, axé sur l’introspection d’un personnage,  mon intention première est de transmettre l’audace de vivre et d’oser ses rêves. Ce projet documentaire souhaite laisser réfléchir le spectateur à quelques questions, telles que:

-Qui suis-je? Ou précisément, que suis-je?

-Que cela signifie t-il d'être humain?

-Qu’est ce qui nous lie, qu’est ce qui nous sépare? 

 

Les vertus de l’errance, c’est perdre ses repères, se rapprocher de l’autre, puis quitter au moins pour un moment nos contextes, nos conditionnements sociaux, voire nos habitudes que l’on prenait jusqu’alors pour nos identités, et ainsi aller se découvrir. La distance, l’inconnu, l’incompréhension que l’on porte vers une terre étrangère et son peuple, voire vers soi-même peuvent être illustrés sur une carte du monde et aussi bien marqués par un questionnement intérieur; cette séparation sera liée durant le voyage. Ainsi le monde réfléchira tel un miroir sur le voyage émotionnel de l’individu. 

 

 

Oulala-1461573366

 

Img_4197-1458126340

 

Décider de faire un documentaire-autobiographique sur un tel sujet est un choix porté autant sur l’honnêteté que sur la logistique et qui jusqu’à présent m’a permis une grande liberté. Très léger, seul, muni d’une caméra, d’un micro, de disque-durs et d’un carnet de voyage, j'ai pris la route. Mais contrairement aux voyages ordinaires, je suis parti du lointain (La Mongolie) pour me rapprocher de la France. Cette différence me permet de juxtaposer l’introspection du protagoniste qui se rapproche de lui-même, alors qu'il traverse un environnement qui ressemble petit à petit et de plus en plus à ces terres d'origine.  Cette manière de voyager et d’aborder ce projet m’a offert l’opportunité de travailler, sous un angle inédit.

 

"En résidence artistique fin 2015 durant 3 mois à Osh au Kyrgyzstan, j’ai conversé et construit à partir de mes mémoires et de mes enregistrements vidéos et sonores, un scénario sensé et honnête."

 

“La Mesure du Monde” souhaite définir l’extraordinaire de l’errance dans sa simplicité et sa légèreté, par des images témoins d’un passage, que j’ai filmées le long de la route (une rue chinoise, l’intérieur d’une maison Kyrgyz, sur la route avec un conducteur Afghan au Tadjikistan, dans une fumerie d’opium en Iran, sous la tente bédouin au milieu du désert de Jordanie, sur les rives du Nil, chez une famille au pied des montagnes du Monténégro, etc).

 

_-1458126604

 

D’Oulan-Bator, j’ai pris la route avec dans le sac à dos une caméra, un mono-pied et du matériel sonore. Environ 300 jours de voyage plus loin avec plusieurs milliers de kilomètres derrière moi, accompagné par plus de 300 conducteurs différents, à travers une vingtaine de pays sur 3 continents, je suis arrivé en France avec dans mes disques durs du matériel honnête et complet pour envisager la réalisation de ce film. Cela comprend plusieurs dizaines d’heures d’enregistrement vidéos et sonores, ainsi que l’écriture de centaines de pages sur mon carnet de route.

L’objectif fixe de 35mm, qui avec le 7D se rapproche le plus possible de l’oeil humain, m’a permis d’avoir un matériel de tournage en accord avec le rapport humain que je souhaitais mettre en lumière, aucune triche n’a été possible avec ma caméra. Si je souhaitais zoomer ce que je filmais, il fallait alors que je me rapproche. Ainsi les limites de mon investigation, d’un film sur le voyage conçu durant le voyage, mettront en valeur la sincérité du film.

 

2-1458466039

 

 

La narration du documentaire représente la partie intérieure d'un voyage, l'introspection. Le film est construit en 7 chapitres qui représentent 7 dates, d’un Lundi à un Dimanche du mois de Juillet, toujours en Mongolie, jusqu'à début  Mai, l’arrivée en France.

Grâce à un changement de rythme, chaque chapitre marque une mesure de ce périple autant géographiquement, qu’émotionnellement. À travers ce choix mon intention est de mettre en avant le lien entre lieux et temps, suggérer la déconnection d’un déplacement trop rapide au bout du monde et mettre en avant tout ce que l’on perd en terme de compréhension de notre environnement. Une voix-off donnera vie à l'avancement émotionnel de notre protagoniste. Nous ne verrons que très peu son visage, cela permet de mettre en avant son propre regard, l'oeil de la caméra. Toute l’histoire émotionnelle se passera par les commentaires (De la genèse d’un voyage, à la mémoire de la route; tout en passant par le choc culturel, le silence et la solitude, la rencontre, l’émerveillement et finalement l’observation de la conscience); les images, elles auront le rôle de raconter les actions, l’avancement géographique.

 

Musique enregistré à Ljubljana qui sera utilisé pour le film. 

Ibra Baye Fall - Peter Dimnik & Gal Yogzit

 

 

Chacun des chapitres sera un voyage, où je souhaite, sans oublier de faire plaisir aux yeux, rendre visuel l’invisible. Autrement dit, j’ai filmé en m’accordant entièrement à l’âme d’un peuple, et sans chercher à dépeindre le pays. Nous voyagerons donc dans la Mongolie nomade, dans une grande ville chinoise, dans les vastes plaines et les étroites vallées d’Asie Centrale, dans une cité millénaire de la route de la soie, puis dans la somptueuse Perse (de Samarkand aux rives du golfe Perso-Arabe), jusqu’au monde arabe, puis enfin dans la région des Balkans, avant de rejoindre la France.

 

Img_1623-1458126482

 

 

À quoi servira la collecte ?

3-1458466953

C'est l'heure de la post-production, de s'installer devant un ordinateur et de réunir en une seule pièce, le scénario, des extraits du carnet de voyage, enregistrements vidéos, sonores et musicaux. Une petite équipe va donc travailler ensemble à l'assemblage de "La Mesure du Monde"

 

La collecte va permettre dans un premier à rémunérer un monteur-étalonneur et un ingénieur du son. Ensuite elle permettra de payer les licences pour les musiques, la traduction et le sous-titrage et enfin l'inscription à divers festivals voyageur, de cinéma, et documentaire à travers le monde.  

 

Zzza-1459354286

27 Juillet 2014: Départ d'Oulan-Bator (Mongolie) en auto-stop

30 Avril 2015: Arriver au Pouliguen (Loire-Atlantique)

Septembre-Décembre 2015: Résidence artistique à Osh, Kyrgyzstan. Écriture d'un scénario à partir du carnet de voyage et des rushes.

Printemps 2016: Post-production

Hiver 2016:  Projections en France

        Participations en festivals cinématographiques nationaux et internationaux

        Trouver un partenaire pour la diffusion TV/ salle de cinéma(indépendants).

 

 

 

4-1458467001

Screen_shot_2016-03-28_at_11.02.12-1459155861

Uhuhuhu-1458811705

 

Arthur Béranger - Ingénieur du son

 

Photoarthur-1458841049

 

Après une école d’ingénieur du son, sa curiosité musicale et son envie d’ailleurs l’ont poussé à s’expatrier à Brixton, quartier afro-caribéen de Londres. Les rencontres effectuées pendant ces cinq années l’ont porté aux quatre coins de la planète, du Vietnam à la Jamaïque, en passant par la Turquie et le Brésil. De retour à Paris pour suivre des études de journalisme, il raconte des histoires en son et en images. 

 

 

Guillaume QUERE - Monteur/Étaloneur

 

983689_10203137510532187_7864783983618139559_n-1458921058

 

Après avoir suivi des études de commerce, Guillaume décide de se lancer dans la réalisation de vidéos en autodidacte. Amoureux des grands espaces, il réalise plusieurs projets personnels mettant en scène ses proches lors de ses voyages. Avec son ami d'enfance, il décide de partir pour un voyage d'un an à travers l'Australie et l'Asie du Sud-Est où il développera un projet vidéo sur son voyage et les rencontres qu'il a pu y faire. Désormais de retour à Paris, il travaille avec plusieurs agences de production, pour la réalisation de Making of, films produits, portraits et clips. Il tient cependant à développer des projets personnels de plus grande envergure. 

 

 

Thumb_me-1457019675
anton1

Antonin Lechat Voilà désormais des années, que je vis dans divers pays (Australie, Angleterre, Mongolie et Kyrgyzstan), que j’étudie de manière autodidacte l’histoire et la culture de ces lieux. Je crois fortement que la rencontre d’une culture inconnue et sa compréhension sont un enseignement essentiel dans la vie de chaque homme. Naturellement... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Félicitations :) !!!
Thumb_default
J'ai hâte de voir ce beau projet, à très viteToto!!!!
Thumb_default
Banzaiiiiii aller mec ça va le faire :)