Soutenez une comédie musicale jazz inédite! La création d'une pièce de Boris Vian encore jamais montée!

Large_visuel_rdg_kkbb-1456931298-1456931312

Présentation détaillée du projet

Synopsis

L’histoire commence par le mariage de Camille Mauser, la fille de l'illustre Overlord Mauser, fameux diététicien en vogue. À cause de la myopie du fiancé, et d'un baiser malencontreusement donné à une actrice célèbre plutôt qu'à sa bien-aimée, le mariage est annulé. Pour se venger de son fiancé, de son père et de la vedette, Camille va devenir la Reine des Garces. Une comédie musicale jazz complètement déjantée aux personnages hauts en couleurs, depuis un Overlord mégalomane, aux tueurs à gage espagnols, en passant par un éditeur psychopathe et une bonne nymphomane, le tout sur des compositions originales de Quentin Meurisse. Chant, danse, comédie, coups de théâtre, folie et surtout... Jazz! Et en avant la zizique!

 

 

Image-1456906667

 

Théâtre et Jazz

 

Cette comédie musicale écrite par Boris Vian en 1953 est restée inconnue jusqu'en 2009, date où le texte a été édité. La musique par contre n’ayant jamais été composée, la première étape du travail fût de trouver un compositeur de jazz en qui je pouvais avoir confiance afin créer toute la musique du spectacle. Le défi n’était pas moindre, il s'agissait, en effet de composer dans le style de Boris Vian plus d’une quinzaine de chansons.

 

Pour les comédiens, la tâche n'était pas moins rude car la pièce, commençant à  la manière d’un vaudeville, part très vite dans un délire typiquement vianesque. Elle mêle ainsi un grand nombre de registres différents, de telle sorte que  les comédiens doivent user de virtuosité et d'adresse pour rester toujours justes et jamais répétitifs! Évidemment, la tâche eût été trop facile si nous nous étions contentés de jouer simplement la pièce avec un accompagnement musical!

 

En tant que grande amatrice de Vian, je me devais de lui rendre justice en comprenant qu'il liait plus qu'étroitement le jazz à la littérature, en l'occurrence au théâtre. En effet, le jazz transpire  son écriture. Il émane de tout ce qu'il fait rendant la musique absolument indissociable du travail de Boris. C'eût été une grande erreur, selon moi, de scinder  musique et  théâtre, de limiter le rôle de l’une à l’accompagnement de l’autre. La musique n'accompagne pas la pièce, elle la fait exister.

 

Ainsi, chaque participant, comédien comme musicien, a compris qu'il s'agit de trouver la musicalité du théâtre et la théâtralité de la musique. Il eût été, de plus, très castrateur de priver nos musiciens de l'improvisation. C'est pourquoi j’ai souhaité créer des scènes avec de la musique mais aussi de la musique théâtralisée et ce sous une forme proche de l’improvisation (qui est un exercice tout aussi incontournable pour les comédiens).

 

Ainsi, mon travail a consisté à créer un lien étroit entre le jazz et la comédie, comme Boris Vian l'imaginait. Les deux arts sont donc sur un pied d'égalité pour ne former bientôt qu'un.

Pour m’aider dans la démarche, je me suis également entourée de différents artistes: costumiers, régisseurs, coachs vocaux, chorégraphes, qui chacun explore leur créativité et leur art dans le cadre du projet. Aucun des comédiens n’a été choisi uniquement pour sa capacité à chanter ou à danser, mais  bien pour leur personnalité et leur capacité à imaginer, à s’acharner dans le travail de l’absurde. Ce projet nous a permis et nous permet encore de grands échanges humains et artistiques dont nous n’avons pas encore épuisé toutes les ressources.

 

Image__3_-1456930503

 

Genèse et adaptation

 

Pourquoi monter "La reine des garces"? Cette pièce n'a aucun message politique ou social, aucune dénonciation ni critique, quoique toutefois parsemée de petites piques, allusions que les amateurs de Vian et les esprits fins comprendront. Ce qui me séduit dans cette pièce est justement cet aspect "rire pour rire". Faire rire n'est certainement pas tâche aisée! Mais le rire est ô combien nécessaire, de tout temps, mais encore plus dans celui qui est le nôtre. Le rire est vital pour l'artiste et pour le monde. Selon moi, les deux exercices les plus difficiles pour un metteur en scène (ainsi que pour un acteur) sont la réalisation d'une bonne tragédie et d'une bonne comédie. Sans en faire trop, sans se mettre en avant.

 

Ainsi j'ai choisi cette pièce légère -et pourtant bien écrite- pour m'essayer à l'exercice de la comédie avec toutes les difficultés que cela comprend (en plus de la création musicale). Cette pièce présente une difficulté supplémentaire: elle n'a pas été écrite pour être montée. On peut le comprendre rien qu'en la lisant une première fois: trente personnages, des décors trop imposants pour tenir sur une scène... Mais surtout, elle n'a jamais été éditée du vivant de l'auteur.

 

Monter La Reine des Garces exactement comme Boris Vian l’a écrite n’aurait pas de sens à notre époque : l’imaginaire de l’auteur est bien trop débordant et inspirant pour se cantonner à une représentation visuelle unique.  Ainsi, j'ai dû également m'atteler à un travail d'adaptation, notamment pour réduire le nombre de personnages et imaginer une scénographie possible. Le spectacle est porté par douze comédiens : les six rôles principaux (Camille, Overlord, Neuneu, Céleste, Dick et Carole Martin) et deux « chœurs » composés respectivement de trois femmes et trois hommes. Ces deux chœurs se partagent les très nombreux petits rôles délirants qui interviennent tout au long de la pièce, ce qui m’a forcé pour certaines scènes à regrouper quelques personnages, d’en couper d’autres, ou de faire jouer un comédien plusieurs personnages à la suite dans la même scène.

 

Cette formation de deux fois trois personnes est une formation de base des chœurs antiques dans le théâtre, ainsi cela me semblait évident théâtralement de choisir une telle formation plutôt qu’un comédien par personnage, ou de choisir un chœur asymétrique. Ce chiffre permet aussi une cohérence visuelle, de par sa symétrie, et cela est d’une grande aide pour les chorégraphies.

 

Img_4441-1456930864

 

L'équipe:

Ekwa Compagnie:

La Ekwa Compagnie s'est créée à la suite de la création "A Coups de Ciseaux de Couturis en ", adapté et mis en scène par Lucy Mattot en 2014, et repris au théâtre de la Samaritaine en septembre 2015, déjà grâce aux généreux donateurs de KissKissBankBank! Cette fois, la compagnie voit encore plus grand car l'on passe d'une équipe de 8 personnes, avec une bande sonore originale et deux chansons, à une équipe totale de 21 personnes et une quinzaine de compositions originales!  La Ekwa axe son travail autour de la pluridisciplinarité et tient à ce que les arts se rencontrent: musique, arts plastiques, théâtre, danse...   

 

Lucy Mattot : Mise en scène et scénographie Née en 1993 à Liège, Lucy entre au Conservatoire Royal de Bruxelles en Théâtre et Art de la Parole en 2011, après avoir fréquenté l’Académie César Franck (Visé) en art dramatique, déclamation et musique (violon et chant lyrique). Elle a participé à plusieurs projets artistiques dont « Le Cancan de Liza », création de Karin Giuliani, comme comédienne, chanteuse, musicienne et danseuse, « Œdipe Roi », une création européenne en trois langues (français-allemand-néerlandais) où elle a décroché le rôle du messager. C’est en entrant au Conservatoire qu’elle se découvre une passion pour la mise en scène et commencera de travailler sur le projet « A Coups de Ciseaux de Couture » en 2013, et dont la création sera jouée au Festival Courants d’Airs en avril 2014. En 2015, elle adapte et met en scène « La Reine des Garces » de Boris Vian, dont elle signe la création belge. De septembre 2014 à février 2015, elle est assistante à la mise en scène de Christophe Sermet pour le spectacle « Gilles et la Nuit » interprété par Itsik Elbaz et Muriel Legrand. Elle crée un peu plus tard la Ekwa Compagnie Asbl aux côté d’Alicia Duquesne, Zoé Henne et Lucie de Grom.  « A Coups de Ciseaux de Couture » est rejoué en septembre 2015 au café-théâtre de la Samaritaine à Bruxelles, recevant d’excellentes critiques tant sur l’interprétation que sur le travail d’adaptation et de mise en scène.   

 

Quentin Meurisse: Composition et accompagnement Né en 1990, il commence le piano dès l'âge de 8 ans. Suite à des études musicales aux CRR de Boulogne Billancourt et Saint Maur des Fossés, et des études universitaires à la Sorbonne où il obtint une licence de Musique et Musicologie, il part suivre ses études musicales supérieures au conservatoire royal de Bruxelles. Il obtient son Bachelor de piano en 2013 avec distinction. Il participe activement au festival du clavier contemporain, depuis 2008, et à des événements tels Cantus Formus (en 2013), à Paris, ou encore le festival Courants d'Airs de Bruxelles (en 2014). Il a été finaliste du concours Présences Féminines à Toulon en 2013 et lauréat du concours Borys Lyatoshynsky (CFRPM) en 2014. Il s'est également illustré comme compositeur (musique du ballet « Ephémère » de la compagnie Macha, carte blanche au festival du clavier contemporain, composition pour le théâtre …). Il compose l’entièreté des chansons de la comédie musicale jazz « La Reine des Garces » lors de la saison 2014-2015.     

 

Img_4648-1456930890

 

Du 13 au 15 mai au théâtre le Moderne (1, rue Sainte-Walburge, 4000 Liège)

20h le vendredi et samedi; 15h le dimanche

Ekwa Compagnie ASBL

 

Mise en scène de Lucy Mattot

Musique originale de Quentin Meurisse 

Assistante à la mise en scène: Sophie Barbi

Avec: Lucie de Grom, Marc Laurent, Louise Kneip, Valery Stasser, Louise Kneip, Laura Masci, Anthony Molina-Diaz, Julie Dieu, Laura Mann, Laura Noël, Mickey Boccar, Samuel du Fontbaré, Pierre Plume (comédiens/chanteurs) Quentin Meurisse, Yuki Koichi Takano, Jeysson Estrella Diaz et Nicolas Walthéry (musiciens) et Vivyane Dewals (maquillage)

 

Img_4380-1456930944

À quoi servira la collecte ?

Droits d'auteurs

Nous réservons 300€ pour la redevance des droits d'auteurs du texte, ainsi que +-360 € pour les droits d'auteurs de la musique que Quentin Meurisse a composé (tout travail mérite salaire!)

 

Micros:

Puisqu'il s'agit d'une comédie musicale, nous tenons à ce que notre public puisse entendre nos chanteurs, c'est pourquoi nous aimerions nous munir de micros d'ambiance permettant d'amplifier les comédiens sans les gêner lors des scènes et différentes chorégraphies. Nous estimons le coût de ces micros à 500€ pour les trois représentations et les deux jours de répétitions au théâtre.

 

Scénographie:

Bien que la scénographie soit peu chère (elle est entièrement créée en palette de récupération), nous avons cependant besoin d'accessoires divers, nous estimons les dernières dépenses des décors et accessoires à 150€.

 

Costumes:

Les filles sont habillées sur mesures, mais leurs robes ont cependant besoin de modifications, et l'on n'est jamais à l'abris d'une chemise qui craque, ainsi nous prévoyons 150€ pour le nouveau tissu et les retouches de dernière minute!

Thumb_visuel_rdg-1456908195
Ekwa Compagnie

Jeune troupe de théâtre professionnelle bruxelloise, la Ekwa Compagnie se forme suite à la création du spectacle A Coups de Ciseaux de Couture, la compagnie est axée sur le théâtre mais aussi (voire surtout) sur le théâtre pluridisciplinaire, notamment la musique.

Derniers commentaires

Thumb_default
Fan inconditionnel, ne ratant jamais une création de la divine et bouillonnante Lucy Mattot ainsi que de ces crapuleux comédiens, je ne peux que me réjouir de ce projet, risquant d'allier... rire et intelligence! On est prévenu. ;-)
Thumb_default
Très beau projet. De tout cœur avec vous et à bientôt pour le spectacle :-)
Thumb_default
Meilleurs voeux de réussite pour ce super projet !!!