Le film La Sonate des Spectres sort au cinéma Saint André des Arts, à partir du 21 janvier 2015. Aidez-nous à financer la copie numérique !

Large_kiss-kiss-diffusion-1418657946

Présentation détaillée du projet

 

 

Affiche-04-1418657830

 

"Ivan Heidsieck, un peu à la manière du Al Pacino de Looking for Richard, trouble les frontières entre réel et fiction, représentation et répétition. Une expérience cinématographique singulière..."  

 

Dominique Toulat/ Temps d'images/Ferme du Buisson.  

 

 

 

RESUME

 

Juliette, petite fille de Gisèle Casadesus et Lucien Pascal, est enceinte. Elle désire une trace cinématographique de ses grands-parents qu’elle admire.

Elle demande à Ivan de mettre en scène La Sonate des Spectres dans la maison de retraite de Lucien en plein quartier Pigalle.

 Dans cette pièce fantastique de Strindberg, Lucien Pascal joue le rôle d'un homme très riche, commanditaire du meurtre d'une mystérieuse laitière.

Ivan tient le rôle du jeune homme dont le père a exécuté le meurtre, et qui par la suite s'est donné la mort.

Une étrange amitié lie les personnages de Lucien et d'Ivan, comme une filiation perverse...

 

 

 

 

 Il y a quelques années, sur une idée de Juliette Mailhé, petite-fille de Gisèle Casadesus et de Lucien  Pascal, j'entreprenais l'adaptation cinématographique de La Sonate des Spectres dans la maison de retraite de Lucien Pascal. La vie même du tournage allait être le fil conducteur du film pour correspondre avec l'œuvre d'August Strindberg.

Lucien me dit un jour avec le sourire : « Dépêche-toi, mon grand ! »

Nous fîmes le contraire. Ce film ne fut à aucun moment une course contre la montre. Les tournages ne duraient jamais plus de deux heures, et pouvaient être espacés les uns des autres de deux, trois jours voire une semaine, deux semaines, des mois mêmes, et pas nécessairement à cause de la fatigue de Lucien, non, il y avait aussi le temps de la réflexion, de la rédaction du scénario, des démarches auprès des maisons de productions.

Le temps aussi de nos conversations dans la chambre de Lucien avec Gisèle. Leurs encouragements. Leurs conseils. Nos rires. Le sentiment de vivre des moments privilégiés.

 

 

 

Lucien_pascal-1417256893

 

Lucien Pascal dans le rôle d'Arkenholz.

 

 

Lucien nous a quitté il y a quelques années. Des séquences tournées il put en voir quelques unes que j'avais montées sur dvd. Il était heureux de se revoir, mais plus encore, c'était l'instant présent du tournage qui comptait, et pas tant le résultat. Il fallait le voir se concentrer avant les prises, et se fâcher si, autour de lui, il y avait  trop de dissipations. 

L'existence du film tient en grande partie à sa forte présence à l'image mais aussi à sa foi en cette folle aventure dans laquelle nous nous étions lancés. Tel un enfant qui joue, il était capable de faire abstraction de l'environnement de la maison de retraite pour se glisser dans le monde des rêves dessiné par Strindberg. C'était le métier d'acteur qui l'habitait.

Je revois Lucien et Gisèle jouer le Directeur Hummel et la Momie. Les deux anciens amants se remémorent leur passé près d'un extincteur rouge accroché dans un couloir de la Providence.

 

 "Parce que nos crimes et nos secrets nous lient. Tant et tant de fois nous avons rompu, nous nous sommes séparés, mais toujours pour être à nouveau attirés les uns vers les autres"

 

27520028-1418307567

 

Grâce à Lucien, grâce à Gisèle, la frontière entre le documentaire et la fiction s'est brouillée. Tous les acteurs qui nous ont rejoint par la suite ont eu à coeur de fouler ce nouveau territoire de jeu. Leur implication, leur professionnalisme, leur passion ont légitimé des tournages aux moyens rudimentaires. Le film trouve lentement son chemin vers les spectateurs. Le 21 janvier 2015 au cinéma saint André des Arts!

 

A Gisèle Casadesus, à tous les acteurs de la troupe, grandes figures disparues : Willy Holt, Philippe Khorsand, Marc Eyraud, Bruno Sermonne, aux jeunes : Juliette Mailhé, Hélène Viaux, Cyliane Guy, je voudrais dire ma reconnaissance.

 

27520007-1418307644

 

Willy Holt et Juliette Mailhé

À quoi servira la collecte ?

Ce film a été une auto production de 2002 à 2007.

 

Enfin, il sort en salle grâce à l'enthousiasme de Mme Diamantis, propriétaire du Saint André des Arts.

 

Une sortie en salle nécessite quelques frais que je ne peux pas financer.

 

Ce sont des frais de post production liés à la projection.

 

Aidez-nous à le distribuer !

 

Donc, cette collecte de 500 euros va servir à payer le DCP : 220 euros.

 

et un disque dur 500 giga en USB : 50 euros.

 

 

Pour info, Un Digital Cinema Package (DCP) est composé d' un ensemble de fichiers informatiques (images, sons, sous-titres, méta-données...) qui sont destinés à être stockés et lus dans la cabine de projection. Soit l'équivalent en cinéma numérique de la copie de projection, qui en cinéma traditionnel (en argentique) se présente sous forme de bobines de film argentique 35 mm.

 

 

Et aussi ce kisskissbankbank servira à payer les affiches et les flyers du film : 200 euros.

 

Si nous dépassons la somme de 500 euros, j'organiserai des projections presse....et investirai dans un achat d'un autre DCP concernant une version sous titrée du film.

 

 

Merci à vous tous !

Thumb_but_rogn_
héros

Acteur au théâtre avec Stanislas Nordey, Claude Régy, Michel Foucher, Nicolas Liautard… A réalisé un premier court métrage Béatrice en 1998, 17 minutes, super 16 mm, sélectionné au festival de Clermont-Ferrand, aux Rencontres Cinématographiques de Digne les Bains, au Festival Romantique de Cabourg… Puis, a réalisé un moyen métrage L’Oeil Noir de... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bientôt la sortie alors bon courage à toute l'équipe et meilleurs voeux pour 2015. Julie