La troupe du Collectif du K vous sollicite pour un projet de tournée. Nous partons sillonner deux semaines durant (du 18 au 30 mars 2013) les villages du département de l’Eure, à la rencontre du public. Première étape : Beaumont-Le-Roger. Nous y animerons un atelier pédagogique avec 30 élèves de cinquième. Le point d’orgue de cette expérience sera la représentation du Songe du Réverbère avec en première partie la création des jeunes. Deuxième étape : Le collectif du K reprendra la route pour jouer petites et grandes formes dans le département de l'Eure. Spectacles burlesques et spectacles de marionnettes, reprise du Songe du réverbère.

Large_visuel_kiss_kiss_2

The project

 

LE PROJET

 

Nous sommes une troupe théâtrale constituée de 14 acteurs en résidence au Théâtre de Verre à Paris, depuis 2 ans.

Agés d’une vingtaine d’années, nous sommes originaires en majorité de Haute-Normandie. Au sein de la capitale, nous avons fédéré un public fidèle. Cette tournée symbolise un retour à nos racines, à notre premier public de théâtre. Pouvoir amener notre art auprès des habitants du pays où nous sommes nés. Jouer pour un public où le Théâtre ne se déplace que peu (quartiers de Brionne, villages ruraux de l'Eure).

 

Du lundi 18 au vendredi 22 mars, nous mettrons en place un atelier pédagogique au collège Croix Maitre Renault de Beaumont Le Roger (27), en Haute-Normandie. Une trentaine d’élèves de 5ème créeront un spectacle qu'ils joueront, le vendredi 22 au soir, en première partie de notre création théâtrale Le Songe du Réverbère. Le samedi 23, nous jouerons nos petites formes, toujours dans la salle des fêtes.

 

Le dimanche 24 mars, nous jouerons Un Dîner anglais (court spectacle burlesque) à Combon (27) en marge d’un évènement autour du terroir normand. Puis, nous poursuivrons la tournée jusqu’au dimanche 31 mars et joueront Le Songe du Réverbère et nos « petites formes » (spectacles burlesques et spectacles de marionnettes) dans les environs de Brionne (27).

 

 

L A T R O U P E DU COLLECTIF DU K

 

 

Couverture

La première évidence fût de nous rappeler que le Théâtre est art de troupe. La troupe qui œuvre au sein du collectif du K est une aventure qui s’enrichit de création en création. On y fait nos écoles, on s’y trompe souvent, on y doute toujours, on y apprend que le public est notre seul juge. Dans cet apprentissage, notre recherche s’est affinée et une structure a émergé́ : un grand nombre de comédiens sur le plateau, une musique jouée sur scène, un jeu stylisé. Voilà les quelques règles que nous avons pu nous donner. Les règles sont faites pour être transgressées.

 

Nous oeuvrons pour raconter des histoires.

 

Au cours de cette aventure, sont nées trois pièces de troupe (un Shakespeare et deux créations originales) et une quinzaine de pièces de plus petite échelle (burlesque, marionnettes, pièces à texte, poésie, lectures).

 

LES SPECTACLES PRÉSENTÉS

 

LE SONGE DU REVERBERE

 

Dernière création originale

 

Reverb_re4

 

 

Texte mise en scène: Simon Falguières

Avec : Laurent Barbot, Thomas Blumenfeld, Laura Cros, Benjamin Desche, Juliette Didtsch,

Elise Douyere, Brice Fontan, Léandre Gans, Alona Martier, Romain Pageard, Coraline Pradeau

lumières : Simon Falguières Léandre Gans

supervision costumes : Elise Douyère

régie générale :Chouaib Boujemaaoui

réalisation collective des décors et costumes du spectacle.

 

En janvier 2012 la troupe se lance dans une nouvelle création.

Le Songe du réverbère fut une création d'urgence. Une création mise en chantier comme un laboratoire. Laboratoire dont nous ne savions pas, il y a encore quelques mois, qu'il aboutirait à un travail fini et convaincant à nos yeux. Si nous avons créé́ ce spectacle, c'est que créer, rechercher, essayer autre chose était essentiel à notre vie de troupe. Nous ne pouvions faire autrement pour maintenir la cohésion, l'appétit théâtral et l'envie commune.

 

Ici la fable est celle d'un réverbère que l'on monte au début du spectacle et démonte à la fin. Seule lumière dans un monde où l'on peut discerner trois sphères de jeu. La sphère quotidienne, celle des fenêtres, de la maison. La sphère du travail, une usine a livres. La sphère des hautes instances qui dirige par l'absurde tout le reste. Et puis, la sphère des rêves, centrale, la chambre de l'enfant. Chacun de ces mondes a son entité́ propre. Son esthétique, sa lumière, sa musique. Ils paraissent indépendants, mais se font écho au fil de la pièce. Nous incarnons des hommes pris au piège d’un monde en mouvement. Et ce mouvement est une boucle effrénée. Une boucle de cycles éternellement répétés.

 

 

                                                                                E s p o i r

 

L’espoir qui luit comme la lumière du réverbère.

 

Pour nous, jeunes citadins, les réverbères, les fenêtres allumées la nuit, les phares et les néons des magasins qui se reflètent dans les flaques d'eau, tout cela est notre voie lactée, notre poésie moderne. Notre espoir réside dans la poésie. Elle nous suivra toujours. Notre espoir réside en l’humain. La jeune fille chante une petite chanson pour son père a la fin du spectacle. C’est lui qui l’a hissée sur un banc, comme sur une scène. Et cette petite chanson est plus forte que tout. Plus forte que le monde en marche.

 

Notre espoir réside en l’humain. Les douze comédiens de la troupe, tout au long du spectacle, démontent les décors, s’affairent, changent de costumes et pressent le pas pour que la forme advienne. Cela fait des années que cette aventure tient. Comme la petite chanson, elle est une résistance. Comme la petite chanson elle est plus forte que tout.

 

Teaser du Songe du réverbère :

 

 

 

 

UN DINER ANGLAIS

 

 

Mise en scene : Simon Falguières Avec : Thomas Blumenfeld / Benjamin Desche / Juliette Didtsch / Elise Douyère / Simon Falguières / Léandre Gans / Coraline Pradeau

Musique : Roman Mlodorzeniec

Durée : 15 min

 

 

Image_diner_anglais

 

 

Dans un intérieur sordide, un domestique bien pâle accueille six convives à diner. Peinture grotesque d'un repas qui finira par une grande partie de tarte à la crème. Tout cela ponctué d'une partition au piano joué en live. Ici les visages sont grimés, les masques des visages poussés au monstrueux. Ici nous nous rappelons que le gag de la tarte à la crème marchera encore des siècles et des siècles. Il ne s'agit plus vraiment du flegme d'un Tati ou d'un Keaton que nous expérimentons mais plutôt le grotesque peinturluré et onirique des films de Fellini.

 

 

 

PETROLE

 

 

Mise en scène et manipulation : Juliette Didtsch et Simon Falguières Fabrication des marionnettes : Juliette Didtsch, Gauthier Saillard et Simon Falguières

Durée : 8 min

 

 

Image_p_trole

 

 

Un balayeur catapulté dans un monde nouveau. Une terre inconnue. Une vieille femme qui de sa main unique vend des bidons de pétrole. Un gardien à la voix rayée qui tourne en boucle. Des bouts de corps de femmes. Des libellules à tête de Barbie. Des bouches volantes. Des boites à musiques mal réglées remplies d'œils de cyclope.

 

 

 

 

 

BUREAU

 

De et Par Thomas Blumenfeld et Simon Falguieres

Durée : 50 minutes

 

Image_bureau

 

 

Ceux que tout oppose / deux clowns modernes / partagent un même espace. Ensemble ils rêvent. Ils s'imaginent en ballerines, exécuter un ballet de chaises roulantes. Ils font de deux claviers d'ordinateurs, des instruments de musique classique. Un jour le clown rouge prendra la place du clown blanc. Ce jour là, il n'y aura plus de différence. Ce jour là sera un drame. 

 

 

 

 

 

ROB

 

 

De et par Simon Falguières

Durée : 20 min

 

 

Imagz_rob

 

Un homme entre en scène, il s'approche du micro et d'une petite voix appelle Rob . Il suffira d'un masque de peinture appliqué face public en quelques coups de main pour que Rob s'invite sur le plateau . Personnage grotesque et violent, bouffon moderne, il nous raconte sa vie dans une langue imaginaire.

 

 

 

LA TRAVERSÉE DÉGINGANDÉE DE MISS CONSTANTINE

 

 

Texte et mise en scène :Clément Dupeux Manipulation :Juliette Didtsch Narration : Elise Douyère Création collective de la marionnette.

Durée : 20 min

 

Miss_constantine2

 

 

Dans la pénombre du conte, une voix narratrice surgit et révèle une longue rue peuplée de personnages archetypaux et surprenants. Un visage gris et biscornu semble alors vouloir s’inviter dans la danse amusée et cruelle qu’est la traversée de la rue de Ladafalédéborga. Miss Constantine, à l’allure chancelante, évoluera jusqu’aux limites de la rue et de son corps jusqu’à se désarticuler incroyablement. 

 

Why fund it?

 

Ce projet est très important pour nous : nous allons à la rencontre d’un public qui ne nous est pas acquis, nous devons donc réunir un solide budget pour nous assurer une certaine sécurité. Ce projet est aussi très ambitieux puisqu’il s’étend sur deux semaines et qu'il concerne une quinzaine de personnes (les 14 acteurs et le technicien).

 

Nous avons avant tout besoin de financer le transport des décors du Songe du Réverbère (3m sur 10m) et des petites formes de Paris à la Normandie. Nous devrons, dans un second temps, assurer une logistique efficace, pour nourrir, loger et déplacer quinze personnes sur 9 jours (du 18 au 21 mars, seuls deux intervenants seront sur place et le reste de la troupe les rejoindra le 22).

 

Voici le détail de nos postes de dépenses :

 

-locations d’un camion de 12m3 pendant 10 jours : 490 euros

-essence pour deux voitures et un camion sur 10 jours (aller/retour Paris Beaumont Le Roger + déplacements entre villes + péage) : environ 400 euros

-restauration : 1350 euros (10 euros par personne et par jour, à partir du vendredi 22, soit 15 personnes sur 9 jours)

Cela nous revient donc à 2240 euros, auxquels ils faut répercuter 5% de commission si la collecte est réussie, soit 112 euros et 3% pour les frais techniques, soit 67,20 euros. Ce qui élève le montant de notre collecte à 2419,20 euros.

 

Si la collecte dépasse nos espérances, nous pourrons également prendre en charge d’autres dépenses :

 

-frais postaux : 120 euros

-achats d’outils et de fournitures pour le montage du décor et pour la régie : 200 euros

-10 trajets aller /retour en train Paris-Evreux : environ 330 euros.

Thumb_logo_du_k_-_copie
collectif du k

Actif depuis 2008 et basé a Paris, le collectif du K réunit de jeunes créateurs venant d'horizons divers: théâtre, marionnettes, écriture, vidéo, photographie, musique. À l’origine de notre nom, une nouvelle de Dino Buzzati : Le K. Le K ou une histoire de monstre marin. Le K ou notre mythologie. Elise Douyere a intégré le Collectif du K en 2010 sur... See more

Newest comments

Thumb_logo_du_k_-_copie
Merci encore à tous ! On a dépassé les 100%, mais on peut continuer jusqu'au 19 mars. Nous vous enverrons vos contreparties dès que possible. Le Collectif du K
Thumb_default
Bonne aventure en Normandie !
Thumb_default
Vous méritez comme toujours mon soutien chers amis. Je vous souhaite bon courage et bonne continuation. Je crois en vous. R.