Aidez à créer un documentaire émouvant sur le choix de vivre libre.

Large_image5.2-1436220895-1436220927

Présentation détaillée du projet

                                                   Synopsis

 

Dans les années 60, fuyant la dictature d’Antonio de Oliveira Salazar, de nombreux Portugais ont fui leur pays pour immigrer en France.

Après avoir réuni la somme suffisante pour payer le passeur, ils partaient par groupe de trois ou quatre.

La première étape était de traverser le Portugal jusqu’à la frontière Espagnole où des maisons de passe avaient été aménagées.

A la nuit tombée, ils traversaient la frontière où un nouveau passeur les récupérait. Il leur fallait alors traverser l’Espagne, gouvernée par Francisco Franco.

Ils étaient amenés à la frontière Française qu’ils traversaient la nuit suivante.

A travers deux témoignages, nous suivrons un de ces voyages infernaux.

 

 

 

                              Note d’intention : pourquoi ce sujet ?

 

Il est raconté dans ma famille depuis plusieurs années une histoire, une scène singulière, des retrouvailles incroyables :

 

Nous sommes à la fin de l’été 1993, mes parents ont acheté une maison à Andernos-les-bains, dans le bassin d'Arcachon, et le voisin Portugais de mes grands-parents paternels, Monsieur Gomes, vient d’achever la terrasse. Mes parents les invitent donc, lui et sa femme, à prendre l’apéritif le lendemain soir.

Le jour suivant, totalement par hasard, mes grands-parents, maternels cette fois-ci, Portugais également, passent à la maison. Mon grand-père et Monsieur Gomes se mettent alors à discuter du Portugal.

Un moment après, au fil de la discussion, les deux se lèvent, font le tour de la table et se tombent dans les bras.

Il y a trente ans de ça, ils avaient fait ensemble les trois jours de fuite du Portugal.

Cette histoire, je l’entends racontée par ma mère depuis toujours, avec le même tremblement dans la voix face à l’émotion qui s’est dégagée de cette scène. Ils étaient deux inconnus lorsqu’ils sont partis, trente ans après, ce sont deux meilleurs amis qui se retrouvaient.

 

A travers cette histoire, c’est l’histoire de milliers de personnes que je souhaite raconter.

 

 

 

                                       Inspirations et Esthétique

 

              Image :

 

Le film s’appuie sur deux esthétiques différentes :

 

- Tout d’abord, une partie filmée. M’inspirant de la réalisation de Richard Dindo et de Claude Lanzmann,  j’irai avec les témoins sur les lieux actuels et je les filmerai aujourd’hui, racontant l’histoire passée.

 

Extrait tiré du documentaire Une Saison au Paradis de Richard Dindo

 

- Puis, mis en parallèle, des reconstitutions des événements en film d’animation.

 

Valse-bachir-film-1436098038

Image tirée du film Valse avec Bachir de Ari Foman

 

 

              Son :

 

La musique originale du film s’inspirera du fado, musique traditionelle Portugaise basée sur la nostalgie du départ.

Composée au début comme un fado classique, elle évoluera au fur et à mesure du film, donc du périple, en intégrant des thèmes musicaux et des rythmes de musiques folkloriques françaises.

 

Prece (o fado) de Catarina Wallestein

 

 

 

                                                    L’équipe

 

 

                     Viol_te-1436102611

 

                                     Violète De la Vega : Réalisation

 

 

                     Mar_va-1436102626

 

                                      Maréva Assouline : Production

 

 

                    Sandy-1436102641

 

                                            Sandy Masotti : Cadre

 

 

                     C_cile-1436102660

 

                                           Cécile Lapergue : Son

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Tout d'abord, un grand merci d'avance pour toute l'aide que vous pourrez nous apporter !

 

Nous tournerons donc 5 jours à Barbeita, au Portugal; 2 jours à Andernos-les-bains; 5 jours aux différents endroits de passe et, pour finir, 7 jours en plus pour effectuer le trajet entièrement (servant aux images d'illustration).

 

La somme récoltée servira à financer une partie du tournage au Portugal, répartie entre :

 

- le trajet, reconstitué donc entre Barbeita (Portugal) et Paris (France) ==> environ 1600 €

 

- la location du matériel ==> environ 1000 €

 

- la régie (essence, logements, nourriture ...) ==> environ 1400 €

 

 

En plus des frais du tournage, le film nécessite des archives audiovisuelles et photographiques, dont le coût avoisine les 5000 €, plus la location d'un studio d'enregistrement pour la musique originale du film d'environ 3000 €.

Tout dépassement de la collecte aidera à financer ces deux parties !

Thumb_photo_kisskiss-1435762851
Violete

D’origine Portugaise, je suis née et ai vécu majoritairement en France. En 2010, j’intègre l’Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle (ESRA) à Paris où je me spécialiserai en Production lors de ma dernière année. En 2013, je pars à New York suivre une formation de Réalisation et d’Ecriture scénaristique. Je suis actuellement en Master... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Boun's et Claudie Après avoir bien galéré pour mener à bien cette démarche... nous nous trouvons enfin en mesure de te souhaiter plein succès pour ce très intéressant documentaire qui, à juste titre, te tient à cœur !!!
Thumb_default
bonjour travailles bien car il faudra financer nos retraites... c'est bien d'ecrire sur les histoires et l'Histoire de nos ancetres ! JOLI PROJET BIZ
Thumb_default
Quel beau projet ! un petit soutien financier, mais surtout un gros soutien moral...Annick et Sandrick