Aidez-nous à financer ce beau projet, un court-métrage surréaliste posant pour thématiques l'art et la critique...

Large_10958334_960209273990034_593504244290541826_n-1425328312

Présentation détaillée du projet

Durée

15 minutes

Genre

Surréalisme

Format

Couleur/ plan séquence

 

Avec Dominique Dani – Eulalie Elsker – Cédrick Spinassou – Marieva Jaime Cortez – Claire Martin du Nord – Charlotte Combeau – Jean-François Decaux – Francis Vernet  – Louis Vasquez

 

Capture_d__cran_2015-02-06___12.41.28-1423276048

Une mise en abyme, Alice dessine

 

 

Pitch:

 

Alice organise un cocktail pour présenter sa nouvelle création. A travers ce cocktail elle croise des personnages aux mondes divers et variés. La plupart des gens présents ont un avis sur son art qu'elle revendique comme une création nouvelle. Les avis sont plus ou moins crus : certains l’encensent, d'autres la détruisent, certains avis sont même inexistants. Qu'a t-elle vraiment voulu représenter ? Et si tout ça n'avait finalement aucun sens réel...

 

 

Note d'intention :

 

Dans ce court-métrage, ma vision s’apparente à celle qui fut portée jadis par les maîtres du surréalisme (André Breton, Magritte, Dalí, Bunuel...etc), c'est à dire introduire la confusion entre rêve et réalité. Ma démarche d'introduire cette confusion est d'autant plus forte à travers un plan séquence. Les repères traditionnels de la raison et de la logique seront bouleversés dans la réalisation. Mes influences sur ce scénario ont principalement été Rilke "Lettre à un jeune poète", un peu Tcheckov avec "La Mouette" et deux livres d'André Breton "Le Manifeste du surréalisme" ainsi que "Les Champs magnétiques".

 

     Tout est subjectif...

 

389169_10151060002814841_928398920_n-1423271121

 

Il s'agit surtout pour moi de déstabiliser le spectateur. Ce court-métrage pose des questions sans réponses. Le spectateur choisira son interprétation.

Il est question aussi d'aborder le thème de l'art et la critique. Parce ce que l'art c'est subjectif, l'art c'est relatif.

 

Mon intention est d'exposer la critique de l'art de manière assez violente. Qui sommes nous pour critiquer l’œuvre des autres ? L'art qu'est-ce que c'est ? Quelle est la direction à prendre artistiquement parlant pour prospérer ?

 

Il s'agit également de mettre en parallèle deux cadres de vie : ceux des artistes, et les autres. Mon désir est aussi d'accentuer le côté monotone de la vie dans dans des boulots dis « normaux », de parler d’inspiration, de l'envie de créer des choses nouvelles, qui sortent un peu des normes auxquelles on s'attend.

 

      Pourquoi le surréalisme ?

 

Le Surréalisme repose sur la croyance, à la réalité supérieure de certaines formes d'association, négligées jusqu'à lui, à la toute puissance du rêve, au jeu désintéressé de la pensée." André Breton.

 

Ceci_n__est_pas_une_pipe_by_lunpi-1423271562

 

À travers une exploration de l’inconscient et l’interprétation des rêves, le surréalisme propose des images de mondes poétiques et empreintes d’une atmosphère énigmatique. Il se caractérise par la recherche d’une réalité supérieure, en recourant à des moyens nouveaux: le sommeil hypnotique, l'exploration du rêve, l'écriture automatique, l’association de mots spontanés ainsi que des rapprochements inattendus d’images. C'est pour moi l'approche la plus censée pour exprimer l'art tel que je le ressens à l'écran : pas de barrières, pas de codes, ni de normes, on suit simplement son imaginaire !

 

       Le voyage du plan-séquence...

 

Il n'y a pas de réel espace temps, les scènes se confondent entre elles. Rêve et réalité se mélangent sans cesse. On ne sait pas à quelle moment le rêve et l'illusion commence. Mon désir est aussi de casser les barrières cinématographiques du plan séquence : réaliser une mise en scène qui pourrait être propre au théâtre. Ainsi on pourra changer de lieu et d'espace temps mais la caméra ne s'arrêtera de tourner qu'à la fin du film.

 

Cocktail-1423508831

La scène principale du film sera celle du cocktail qui aura ce genre d'ambiance qui variera au fil du film.

 

              Un extrait du scénario

 

 

11007433_10205993284732703_1410264386_n-1425340588

 

Les trois lieux principaux correspondent à un espace-temps différent:

 

Le plan séquence commence dans l'Atelier d'Alice qui peint au milieu d'une multitude de dessins et peintures, une représentation de l'artiste passionnée bercée par son imagination..

 

10984668_10205837080307690_1783657894_n-1423609175

 

Il se poursuit, on arrive étrangement en plein cocktail organisé à l'occasion de l'exposition d'une oeuvre d'art créée par Alice. C'est dans ce lieu où va se jouer tout l'univers surréaliste avec des personnages hauts en couleurs et très variés qui seront chacun représentatifs d'une catégorie de personnes, des gens aisés qui aiment l'art à leur façon... Les avis seront multiples, représentés de manières différentes et à différents niveaux. La situation va monter crescendo.  

 

10958858_10205837079587672_879573834_n-1423609279

 

Le dernier espace, une terrasse, un dîner... Il marque le retour à la réalité. Sans doute le moment le plus déstabilisant....

 

10979171_10205837078907655_1137130085_n-1423609322*

 

             Le défi est de taille !

 

La technique va ici être primordiale pour réussir ce plan-séquence. Les techniciens seront les acteurs de la visibilité mais aussi les régisseurs d'un théâtre ambulant.

 

La lumière servira l'illustration des métaphores visuelles qui apparaîtront comme des images tout au long du film. Celle-ci servira d'autant plus pour les changements d'ambiance. Ainsi on pourra passer du jour à la nuit et d'un lieu à un autre à travers le plan-séquence. L'idée est d'installer une certaine atmosphère, une ambiance plus ou moins étrange, onirique avec de brusques ruptures qui viennent casser ces effets.

 

Il est aussi question de rythme, de nuances et de variations qui seront des choses primordiales pour que le plan séquence soit fluide. La caméra sera spectateur ambulant d'un théâtre géant. Un vrai ballet chorégraphique sera effectué pour tous les techniciens qui devront fusionner avec tous les comédiens en action sur le plateau.

Pour les comédiens, il s'agit pour eux d'un véritable spectacle théâtral à préparer, le jour du tournage sera la représentation. De nombreuses répétions seront nécessaires. Le jour J, personne n'aura le droit à l'erreur.

 

       Un mot sur la réalisatrice...

 

Kadia_28.06.2014-16-1423509494

 

Ouabi Kadia, 23 ans. Passionnée par le dessin et la peinture de base, celle-ci découvre l'univers du cinéma en passant une licence en Arts du spectacle. Voulant découvrir une autre facette plus pratique, elle se lance ensuite dans une formation théâtre qui lui donne envie de réaliser ses propres projets. Elle réalise alors son premier court-métrage en octobre dernier, "Rendez-vous manqué", d'un tout autre style. Aimant les défis et enjeux,  son deuxième projet se veut beaucoup plus ambitieux et aborde un tout autre univers qui la touche particulièrement.

 

     L'équipe

 

1ere assistante réalisatrice: Marie-Charlotte Vigneresse

2e assistante réalisatrice: Maëlle Brechoteau

Scripte: Célia Nivel

Le cadre sera entre les mains de Clémence Therin la steadycameuse et Carole Dessinger qui l'assistera. Martin Ragobert sublimera les effets lumière en chef opérateur accompagné par Frédéric Austin, le chef électro. Elodie Hyest se chargera de la décoration assistée par Flavie BelleJean-Charles Kraimps s'occupera de la prise de son et du mixage. 

 

 

7613_10205020036562107_3671581788353894476_n-1423508951

Kadia Ouabi/ Clémence Therin, sur le tournage de "Rendez-vous manqué".

     

 

    

À quoi servira la collecte ?

      A quoi va servir cet argent ?

 

Pour réaliser un court-métrage il est toujours question d'argent !

Euro-draghi-1424099861

 

Nous avons fait une demande de subvention à la FSDIE pour financer la plus grosse partie financière du court-métrage. La demande est en cours de traitement. Tous les comédiens et techniciens étant bénévoles, cet argent va surtout servir à louer le matériel nécessaire au tournage: la caméra et les objectifs (350), le steadicam (400), le matériel son (250), moniteurs batteries et follow focus (200) et la lumière (700). Le budget est estimé à environ 1900 euros pour deux jours de tournage sachant qu'il y aura aussi plusieurs répétitions en amont avant la toute dernière répétition et le jour J.

 

La cagnotte servirait donc à compléter le budget pour la déco, les accessoires, les défraiements et la régie. Nous avons mit la cagnotte à 700 euros mais espérons avoir beaucoup plus au cas où la demande FSDIE serait rejetée.

 

 

Thumb_13101441_10209199002833652_1423131992_n-1462623446
Ouabi

Ouabi Kadia, 23 ans