Un docu' court sur les militants chiliens de la dictature à aujourd'hui,pour inviter chacun à se questionner sur son propre engagement

Large_affiche3

Présentation détaillée du projet

"J'ai toujours été le mouton noir de ma famille"

 

               " A 20 ans, mes parents ne savaient pas où je vivais"

 

"J'ai commencé à coller des affiches communistes dans mon collège privé"

 

                                                  "Les jeunes vivaient en communauté"

 

                                                                               "On vivait au bord des limites" 

 

"On ne pouvait pas connaître le vrai nom de notre petite amie"

 

                                       "La démocratie fut une réelle désillusion"

 

                      "Je me faisais appeler Constanza ou Antonia"

 

"J'étais perdue,je voulais revoir ma famille" 

 

  "Les jeunes s'infiltraient facilement car on ne les connaissait pas encore"

            

"Pour beaucoup de gens, ça fait juste partie de l'histoire, il faut tourner la page"

 

« Ils m’ont cherché dans la maison de ma mère, dans celle de ma sœur à Santiago. J’étais grillée..."

 

Nuage_de_mot_am_rique_latine_2

 

Le 11 septembre 1973, Santiago du Chili. Le Palais présidentiel de la Moneda est bombardé par l'armée. Le coup d'état du Général Pinochet va bouleverser les vies des anciens soutiens d'Allende qui font alors le choix d'entrer en clandestinité. Parmi eux, beaucoup de jeunes militants, parfois mineurs, qui sont prêts à perdre la vie pour leurs idées et la défense de l'Unité Populaire, la voie chilienne vers le socialisme. Une première génération de militants qui aura vu leur espoir de révolution sociale tranché net par le brutal passage de leurs idéeaux dans la clandestinité. 

Après eux, une nouvelle génération de militants débute son activité politique sous la dictature, au milieu des années 70. Une troisième génération les suivra, chargée d'assurer la transition démocratique à la fin des années 80. Enfin, il y a les militants d'aujourd'hui, tiraillés entre la satisfaction de vivre en démocratie et l'intime conviction de devoir continuer à militer contre les injustices sociales de notre monde contemporain. 

 

Quatre générations. Quatre témoins, un pour chacune de ces périodes clés de l'histoire de la résistance chilienne, nous confient leurs histoires personnelles. Quatre histoires de vie enchevêtrées dans l'histoire du Chili et du continent latino américain, qui invitent chacun à se questionner sur sa propre notion d'engagement citoyen à l'heure où les structures sociales se défont et les inégalités se creusent... Que nous enseignent ces trajectoires militantes chiliennes sur nos propres engagements? Quels ponts entre les résistants d'hier et les engagés d'aujourd'hui?

 

A travers les récits de vie, les anecdotes du quotidien, les échanges intergénérationnels, le documentaire nous invite à réfléchir et échanger sur la notion d'engagement politique et citoyen. 

 

C'est quoi être engagé? Qui serai je dans 30 ans? Doit on mourir pour ses idéaux? Est ce comparable d'avoir 16 ans aujourd'hui au Chili ou en France? Suis je un citoyen? A quoi ça correspond d'être jeune et engagé, en démocratie ou en dictature, au Chili ou ici, hier ou aujourd'hui?

 

 

Le Documentaire

 

La "Vie en rouge", sera un documentaire court de 25 minutes, qui mêlera images d'entretiens et images d'animation. Accessible, non académique, le documentaire sera diffusé dans plusieurs centres sociaux et lycées du Nord pas de Calais et de Bretagne, régions dont sont originaires les membres de l'équipe. Il servira de base à une réflexion générale sur ce que représente l'engagement.

 

Nous avons fait le choix d'intégrer des images d'animation au sein de ce documentaire pour plusieurs raisons. Premièrement, les images d'archive sur la période de la dictature sont assez rares, et les images de résistances davantage, pour des raisons que l'on peut facilement imaginer: il s'agissait de ne pas laisser de traces de ces actions clandestines. 

Ensuite, les parcours de vie et de résistance de ces personnes sont marquées par des périodes de tortures et de détention méprisant les droits de l'homme. Il nous paraissait donc nécessaire de traiter ces réalités insoutenables, qui touchent à l'expérience intime de chacun, par le biais de l'animation.

Mais avant tout, l'image d'animation donne une dimension artistique au documentaire et permet de jouer avec un format original et un combiné ambitieux entre images vidéos et images animées. 

Ces images donneront un fil conducteur et une identité artistique bien précise au documentaire. 

 

 

Dscn9718

 

 

Le Tournage

 

Le tournage aura lieu en juillet et août 2013 au Chili dans la région de Santiago de Chile et devrait également nous emmener à Concepcion pour interviewer des militants du sud du Chili.

Nous profiterons de ces deux mois au Chili pour rencontrer les militants que nous avons préalablement sélectionnés. En effet, dans le cadre de travaux coordonnés par Vladimir Sierpe, professeur à l'IEP de Lille, plusieurs étudiants de Science Po Lille se sont rendus au Chili entre 2011 et 2013 pour réaliser des entretiens avec une cinquantaine de résistants des années 1960 à 1980. 

 

Nous rencontrerons donc plusieurs d'entre eux afin de nous familiariser avec leur histoire et l'histoire du Chili d'hier et d'aujourd'hui Nous nous focaliserons sur certains personnages dont la biographie nous paraît particulièrement intéressante et émouvante. Nous rencontrerons plusieurs fois nos "personnages" de manière plus ou moins formelle, et nous rendrons avec eux dans les lieux chargés d'histoire. 

Plusieurs de ces militants ont des enfants ou de la famille qui militent aujourd'hui au Chili, et nous tenterons de provoquer la discussion entre ces militants d'époque et de contexte variés. 

 

 

Carte_chili

 

 

La post production

 

La diffusion du film correspond à la facette sociale de notre projet. 

En effet, à l'issue de la réalisation du documentaire, aux alentours de janvier 2014, les membres de l'association AraDoc proposeront différents ateliers. 

 

Dans les lycées, il s'agira de trois interventions construites avec les professeurs d'espagnol. La première fera l'objet de la diffusion du film et d'un débat, la seconde de l'intervention d'un de nos partenaires et de l'étude d'un guide pédagogique réalisé par nos soins. La dernière intervention sera consacrée au partage d'expérience et aux retours des lycéens sur notre projet, autour d'un pot convivial. 

 

Dans les centres sociaux, la construction des interventions est un peu différente. Nous proposerons des ateliers de cuisine chilienne avec les adultes, des ateliers vidéos avec les 6-12 ans, et des échanges sur le montage de projet avec le secteur "jeune". Ces différentes interventions convergeront vers l'organisation d'une grande soirée chilienne, où seront dégustés les plats typiques, et où prendront place les restitutions des ateliers vidéos et la diffusion du documentaire. 

 

Nous n'abandonnons pas non plus la diffusion dans notre documentaire dans les festivals et salles de projection, mais ce mode de  diffusion 'traditionnel" n'est pas le coeur de notre projet. 

 

Nos partenaires se sont également engagés à diffuser le documentaire dans le cadre de leurs différentes événements : festival des droits de l'homme à Buenos Aires, Nuits Document'AL à Lille...

 

L'association AraDoc Collectif Documentaire

 

L'association AraDoc Collectif Documentaire a pour but de promouvoir la vidéo comme outil de débat, d'échange et de discussion. Elle est née en juin 2012, autour de cinq jeunes femmes animées par un projet commun et une volonté de travailler en lien avec l'Amérique latine. 

 

Ensemble, nous avons pris l'initiative de ce projet audiovisuel et social autour de l'engagement citoyen.

 

Dscn9734

 

L'équipe est composée de cinq personnes, Rozenn Le Berre, Maud Pavé, Fanny Chevrel, Julie Kisylyczko et Camille Six. D'horizons et de formations différentes, artiste plasticienne, étudiante en documentaire, juriste, diplômée en science politique ou en gestion, chacunes apportent son univers et sa sensibilité dans la réalisation du projet. 

 

L'association a été créée pour mener à bien ce premier projet autour des résistants chiliens.

Mais il est pour nous fondamental de pérenniser les actions de l'association par la suite, en offrant une structure pour la réalisation de différentes projets et événements: projections - débats au sein d'établissement scolaire, centres sociaux et maisons de quartier, rencontre avec des réalisateurs, ateliers vidéos, etc.. 

 

Le nom de l'association est un clin d'oeil à la chanson de Victor Jara, El AraDo (La Charrue). Dans cette chanson, il conte le quotidien épuisant d'un petit paysan chilien, dont le corps déchiré par le travail, ne survit que par le profond espoir de changement social qui anime son coeur et son esprit. 

Militant anti Pinochet, Victor Jara sera enfermé au lendemain du coup d'état dans le Stade National de Santiago. Comme des milliers d'autres, il aura payé de sa vie son engagement politique. intégrer cette icône populaire de la résistance chilienne au nom de notre association, c'est tenter de recueillirquelques rayons de lumières de cette pensée engagée intacte dans le faisceau de notre caméra. 

 

 

 

Si vous souhaitez obtenir plus d'informations sur notre projet, n'hésitez pas à consulter notre blog et notre Facebook. 

Vous pouvez également vous inscrire dans notre liste de diffusion et recevoir notre newsletter mensuelle en envoyant un mail à aradoc.cd(at)gmail.com

 

Crédits photos: Rozenn Le Berre

À quoi servira la collecte ?

A quoi servira votre don? 

 

Nous avons un budget de 20 000 euros correspondant à plusieurs blocs, détaillés ci dessous. 

 

Aux frais de fonctionnement de l'association 

- Création

- Investissement pour les actions d'autofinancement

- Services bancaires

- Frais postaux 

- Fournitures et consommables de bureaux

- Transports pour nos réunions 

- Impressions

 

Aux formations nécessaires pour notre projet

- Formation dessin d'animation pour Julie

- Formation à l'éducation à la citoyenneté et à la solidarité

 

Aux équipements techniques: 

- Disque dur externe

- Caméra

- Ordinateur

- Enregistreur numérique Tascam

- Micro directionnel stéreo

- Torche Led Mini 

- Logiciel d'animation

- Table lumineuse

- Matériel pour réaliser le grattage de pellicule (pellicules + encres).

 

Aux dépenses liées au départ et au séjour au Chili

- Billets d'avions

- Transport sur place

- Loyer 

- Alimentation

- Cadeaux aux participants

 

 

Aux dépenses liées à l'animation des ateliers

- Montage

- Impression de flyers, de brochure et de dossier de présentation

- Réalisation et impression du guide d'accompagnement

- Duplication des DVD

- Matériel d'animation pour les ateliers

- Les événements autour d'AraDoc

 

Nous avons réunis une partie conséquente de la somme nécessaire à la réalisation du projet grâce au soutien de nos financeurs et partenaires, et aux apports personnels des membres de l'association. 

 

La liste de nos partenaires est disponible sur notre blog:

http://aradoccollectifdocumentaire.wordpress.com/

 

Néanmoins, nous vous demandons un petit coup de main pour financer nos dépenses relatives aux images d'animation que nous estimons aux alentours de 1500 à 2000 euros.

En effet, notre documentaire devrait comporter environ 6 à 8 minutes d'images d'animation. Nous avons fait le choix de la technique du grattage de pellicule

C'est une technique d'animation qui consiste à gratter un bout de pellicule avec différents outils pour laisser apparaître la lumière. Il existe des pellicules de couleur et des pellicules transparentes, nous pensons utiliser les deux dans le cadre du docu, afin de donner un effet plus ou moins "vieillot" en fonction des époques. 

 

Pour quelles dépenses faisons nous appel à vous?

- les pellicules et les encres nécessaires à la réalisation des images d'animation du documentaire. 

- le financement de la formation de Julie, notre artiste plasticienne,  à cette technique.

- pour le matériel qui sera utilisé dans nos ateliers d'images d'animation dans les centres sociaux selon la technique utilisée (grattage de pellicules ou papiers découpés)

 

 

 

 

Thumb_logo10__2_
AraDoc Collectif Documentaire

AraDoc Collectif Documentaire est née en juin 2012, à Lille, autour de cinq jeunes femmes marquées par leurs engagements associatifs, leur intérêt pour le continent latino américain et la volonté d'être à l'origine d'un projet construit de A à Z. Ce court documentaire autour de la mémoire collective des militants chiliens est le premier projet de... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo les filles!! Bon courage et hasta luego!
Thumb_default
Bravo pour votre initiative, je vous souhaite à toutes la réussite de votre projet
Thumb_default
CHILE CHILE CHIIIIIIIIIIILE ! Que les vaya bien ! Léo