"LA VOIX EST LIBRE" est un documentaire dédié à la création contemporaine, tourné au Liban, en Tunisie et en France.

Large_kkbb-1-1462566444-1462566452

Présentation détaillée du projet

Nous avons atteint les 100% hier soir mais la collecte continue jusque dimanche 10 juillet 2016. Continuez à soutenir le projet ! Merci aux contributeurs ! Prochain objectif 12500 ! afin de nous donner un temps de montage plus long, faciliter la traduction et réaliser le sous titrage du film en anglais afin d'assurer une plus grande distribution du film en salle.

 

Avec Mounir Troudi, Amazigh Kateb, Elise Caron, Joelle Leandre, Médéric Collignon,  Alia Sellami, Erwan Keravec, Vimala Pons, Denis Charolles, Ludor Citrik, Brigitte Fontaine, Dgiz, Mazen Kerbaj, Jorg Muller, Naissam Jalal, Mehdi Haddab, Vippa, Theo Ceccaldi, Hasse Poulsen, Gaspar Claus, Wassim Halal, Sharif Sehnaoui, Seifeddine Manai, Peter Corser, Blaise Merlin, Nazzazzan quartet,  Zied Zouari, Violaine Lochu, Philippe Gleizes, Or Solomon, Vincent Fortemps, Jean-Francoisl Pauvros, Charles Pennequin, Pierre Meunier, Loïc Lantoine, Pedro Pauwels, Camille Boitel, Nass Makan...

 

SYNOPSIS

 

« LA VOIX EST LIBRE » est un documentaire poétique explorant les mécanismes de l’improvisation sous toute ses formes : musique instrumentale, slam, danse, musique traditionnelle, jazz, cirque, peinture... A l’heure d’internet, de Paris à Beyrouth en passant par Tunis, le combat est quotidien contre l’uniformisation et l’obscurantisme. Le combat est quotidien pour l’appétence à la curiosité, à l’imprévu, à la liberté de créer et au soutien des croisements artistiques. Que ce soit dans un square de Barbès, sur le front de mer à Beyrouth ou les toits de Sidi Bou Saïd, le film ambitionne de mettre en lumière ces zones de résistance, de partage et ces initiatives singulières que sont les festivals « La voix est libre » (Paris), « Irtijal » (Beyrouth), « Chantier libre » (Tunis).

 

Un documentaire qui choisit l'art comme point de départ pour interroger l’état du monde. Un documentaire de combat, un manifeste de l’improvisation sous toutes ses formes. Une revendication de l’éphémère dans l’art, un défi avec l’instant.

 

Un appel au voyage donc, à la rencontre de l’indéterminé en Europe, au Moyen-Orient et au Maghreb, en compagnie des artistes de nombreuses nationalités. 

 

 

 

 

Capture_d_e_cran_2015-06-11_a__13.09.50_jorgmuller-1459267167

 

Capture_d_e_cran_2015-06-11_a__19.02.35_violainelochu-1458066116

 

Quelques mots du réalisateur Josselin Carré

 

Après "Médo(S) - portrait de l'artiste Médéric Collignon" financé en 2013, en partie grâce aux soutiens des  KissKissBankers, j'ai plaisir à vous présenter mon dernier projet "La voix est libre" que je développe depuis fin 2014. J'ai tourné ce film en 2015 au Liban, en Tunisie puis en France. J'espère vivement que vous serez touchés par cette aventure qui a tant besoin de vous ! J'espère que ce film sera lumineux puisqu'il a l'ambition de répondre au contexte actuel de repli identitaire et de la négation de la culture. Ce dixième  film n'a pour l'instant reçu aucune subvention publique de type CNC car aucun diffuseur TV n'a répondu positivement à ce projet fou et intense.   La plupart de mes précédents films, captations et documentaires, sont disponibles sur mon site internet personnel (www.josselincarre.com) ou diffusés sur Mezzo, Arte Concert, Culturebox ou TVM.

 

N'hésitez pas à me joindre pour échanger et discuter du projet. N'hésitez pas à relayer cette collecte sur vos réseaux sociaux ! Le site du film ! La fan page facebook  love et unité !  - Josselin Carré (avril 2016)

 

 

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__16.51.30_mounirtroudi-1456768468

 

Capture_d_e_cran_2015-06-22_a__14.20.52_mazenkerbaj-1456766657

 

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__16.20.59_gaspardclaus-1458065705

 

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__16.31.04_amazihkateb-1458065616

 

Capture_d_e_cran_2015-06-22_a__14.26.56_theoceccaldi-1456766553

 

A PROPOS DU FILM

 

En préambule

 

"La véritable liberté s’insère là où il y a de l’imprévisible et du brassage entre les êtres. Si on était identiques, on n’aurait rien à se dire, d’où la nécessité d’apprendre à se rencontrer. » : une affirmation d’Albert Jacquard souvent citée dans les programmes de présentation du festival « La Voix est libre », tant elle illustre à merveille son identité profonde depuis sa création par Blaise Merlin en 1999. Ce festival met en résonance des enjeux de société majeurs tel que la liberté d’expression et celle de (ré)création. Ces soirées ouvrent des voix/es à la création, réunissant des familles d’artistes souvent éloignées les unes des autres, mais capables de se fédérer autour de valeurs primordiales d’ouverture, de sens et de partage. Musiciens, poètes des premières éditions ont peu à peu entraîné dans leur sillon danseurs, circassiens, chorégraphes en quête de nouveaux espaces de liberté, de joie, d'invention et de confrontation, à l'image de Josef Nadj, Camille Boitel, Brigitte Fontaine, Dieudonné Niangouna, Elise Caron, Serge TeyssotEGay, Dgiz... De ces frottements, naissent des collisions fertiles entres les genres, les cultures et les générations.

 

Ce n’est pas un simple concept sur papier. Un slameur qui devrait se frotter à un circassien ou un jazzman qui rencontrait un danseur. C’est avant tout la rencontre de personnalités caractérisées par leur propension à réinventer, et non par la simple case où on les cantonne : jongleur, violoncelliste, funambule, peintre. C’est un acte authentique de recherche de « sens à sons », du « libre étrange » où l'humour est présent et la prétention d’une culture élitiste est exclue. En 2009, j’ai, pour la première fois, « fait l’expérience » de ce festival lors du tournage de mon documentaire « médo(S) » consacré au musicien Médéric Collignon, artiste habitué de ces joutes musicales. Il jouait en trio avec Bernard Lubat et Philippe Gleizes pour la première fois. Pour avoir vécu quelques heures dans les coulisses, le soundcheck et le concert, j’y ai senti un lieu ouvert au moment de l'indéterminé, du lâché prise, du lâché être, du geste qui crée et peut se tromper. Je le place aux avantEpostes comme une référence en quelque sorte dans le métissage E mot qu’il ne faut plus, paraîtEil, prononcer car trop galvaudé. Ma deuxième expérience professionnelle date de l’édition 2011 où j’ai participé, en tant que cadreur, au documentaire de Arthur Cemin « Jazz Nomades 2011 ». J’y ai retrouvé ce même sentiment de lâcher prise. J’ai senti à ce moment que le festival, lieu de création, n’invitait pas tel ou tel artiste en fonction de son actualité : promotion de son nouvel album, tournée du nouveau spectacle. En effet, « La voix est libre » propose des créations uniques à l’initiative de son programmateur. C’est toujours déroutant de voir ces artistes dans des situations de corpsEàEcorps différentes de leur propre groupe, leur propre troupe. Ces joutes mémorables revêtent indéniablement un aspect « vu nulle part ailleurs ». Le spectateur ressent alors ce sentiment rare de participer à une soirée unique et non à un concert qui se reproduira X fois. Assister à une soirée, c’est se laisser raconter une histoire, un conte dont le ferment est que l’art peut et doit réenchanter le monde.

 

Capture_d_e_cran_2015-06-22_a__14.27.27_mazenkerbaj_vincentfortemps-1456766438

 

Capture_d_e_cran_2015-06-22_a__14.27.43_fantasio-1456766366

 

Capture_d_e_cran_2015-06-22_a__14.33.10_blaiseetdieudonne_-1456766268

 

Capture_d_e_cran_2015-06-11_a__18.57.11_violainelochu-1458065998

 

Les enjeux du film

 

L’uniformisation de la culture semble irrémédiable. La « Voix est libre » résiste cependant et ne se contente pas de programmer « ce qui marche », ou « ce qui pourrait plaire ». Il faut un témoin de cette aventure, de cette tentative de « rapprocher ». Cheminer en proximité de ces artistes dans ces territoires traversés par une histoire récente, parfois sanglante mais où la joie reste et se partage dans une ambiance inébranlable. Le film se doit être un instant, un geste, un appel au voyage et au sensible ; il se veut être le témoin d’une lutte contre l’uniformisation culturelle rampante, contre cette facilité du « spectacle » qui doit détendre et être poli. De par le nombre d’artistes filmés et de lieux visités, l’ambition du film n’est pas d’être exhaustif ni de prendre la forme d’un « making of » amélioré. Cela doit avant tout être un territoire d’expérimentation de (ré)création, une aventure qui transcende ce fameux « geste qui », cette (rés)urgence à créer, et, par le prisme de l’art, parler de liberté, évoquer ce climat postE révolutionnaire en Tunisie où les bases de la démocratie se posent insensiblement et une nouvelle culture se développe.  

Trois territoires sont donc explorés : le Liban, la Tunisie, la France et plus particulièrement Paris (Le théâtre des Bouffes du Nord et le quartier de Barbès). Comment évoquer l’histoire récente qui continue de s’écrire en Tunisie sans ethnocentrisme ? Comment montrer l’uniformisation de la culture qui se fracasse sur la « ville musée » parisienne ? Comment se réapproprier cette proposition artistique si organique et lumineuse ? Comment cheminer en proximité et la transcender esthétiquement ? Comment rendre les captations plus sensitives que didactiques ? Comment susciter alors de nouvelles sensations chez le spectateur ? Comment faire, à partir de la multiplicité des performances hétérogènes, un film cohérent qui ne soit pas un assemblage de « bonnes séquences » et qui se perdrait dans l’exhaustivité ou le trop plein ? Tels sont les enjeux de la réalisation de ce documentaire.

 

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__16.53.55_naissamjalal-1456768188

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__16.37.55_alliasellami-1458065929

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__15.20.39_dieudonne_avice_deprez-1458066052

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__15.31.25_citrik_collignon-1458066443

Capture_d_e_cran_2016-03-17_a__11.09.08-1458212576

Capture_d__cran_2016-04-07___19.07.44-1460048977

Capture_d__cran_2016-04-07___19.09.03-1460049004

Lvel_web-1462563617

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

J'ai la chance de travailler sur ce film avec mes amis techniciens. J'en profite pour les remercier encore et encore de me faire autant confiance ainsi que tous les techniciens et stagiaires rencontrés en Tunisie et au Liban.

 

A l'image : Poll Pebe Pueyrredon, Celidja Pornon, Raphael Pannier

Au son : Marie Clotilde Chery

Au montage image : Sylvain Piot

Au montage son : Marie Clotilde Chery et Raphaël Mouterde

Au mixage : Francois Gueurce

A l'étalonnage : Elise Brinon

A la création de l'affiche : Julien Imbert

 

Ce projet de film m'a été soufflé par Blaise Merlin, directeur du festival La Voix est Libre. Je remercie Bakhta Ben Tara et toute son équipe de "El chanti" ainsi que Sharif Senhaoui et Mazen Kerbaj de "Irtijal festival" pour leur accueil.

 

Mon film est co-produit par Les Canards Sauvages et l'association Readymade Factory que je préside. Pour l'instant, le documentaire "La voix est libre"  ne bénéficie d'aucunes subventions ou achat de diffuseur TV. Il a pu se faire grâce à la motivation de nombreux techniciens et la confiance des artistes invités. C'est l'association Readymade factory qui récoltera les fonds auprès de Kisskissbankbank. 

 

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__15.28.08_medericcollignon-1458066387

 

La collecte servira principalement à financer la post production de mon film prévue à l'automne  2016 soit environ 4 mois de travail à temps plein (montage image, montage son, mixage TV) Avant cela, je souhaiterai réaliser des "retakes" en mai et juin 2016, c'est à dire des séquences manquantes : interviews et performances solo de Elise Caron, Amazigh Kateb, Fantazio et Gaspard Claus. Je vais avoir aussi besoin d'images d'illustration de Paris. Cette collecte me permettra donc de travailler sereinement et collectivement pendant plusieurs mois afin de structurer au montage le récit de toutes ces belles énergies et initiatives filmées. 

 

En cas de dépassement de la collecte,  un budget plus conséquent sera dédié à la post production : mixage ciné, DVD avec des bonus de lives mixés/etalonné. Je désire également distribuer le film en salle via le réseau de festivals et d'association que j'ai développé sur "Médo(S)".   Je prévois d'éditer des DCP,  effectuer un sous titrage anglais et arabe du film et rémunérer un attaché de presse en amont de la sortie prévue pour Juin 2017.

 

Voici un détail présentant le budget de la collecte :

 

- Tournage  parisien 600e (Juin ou juillet  2016)

- Frais de communication KKBB / affiche/flyers + frais postaux 550e

- Défraiement graphiste affiche 300e 

- Défraiement techniciens/réalisateur : 6000e (comprenant 5 semaines de montage image, 2 semaines de montage son, 3 jours de mixage, 3 jours d'étalonnage)

- Forfait location salle de montage image : 600e 

- Forfrait location salle de montage son et mixage 450e

- Contrepartie/envois 650e

- Frais KKBB 850e

 

 

Avec une collecte atteignant 12500euros!

-Sous titrage anglais et avant première dans une belle salle parisienne.

 

Avec une collecte atteignant 15000euros!

-Mix dans un auditorium ciné, création et pressage DVD

 

Avec une collecte atteignant 17500 euros!

-Sous titrage en arabe, Attaché de presse pour lancer distribution du film en salle.

 

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__15.08.34_denischarolles-1458065828

 

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__16.13.39_brigittefontaine-1458065768

 

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__16.58.02_mounirtroudi-1456766864

 

Capture_d_e_cran_2015-06-13_a__15.18.49_erwankeravec-1458066552

 

Capture_d__cran_2016-04-07___19.07.22-1460049396

 

Thumb_capture_d__cran_2016-05-15___15.51.26-1463320303
josselincarre

Réalisateur, depuis une dizaine d’’années, de documentaires et de captations de spectacles vivants pour Arte Concert, Culturebox, Mezzo, Josselin Carré gravite principalement dans le milieu du jazz, ses musiques connexes ainsi que la danse contemporaine. En 2010, il participe à la série de documentaire Jazzlive initiée par Oléo films. En 2014, il... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
J'ai bien reçu le lien pour le film su Médéric Collignon, j'ai hâte de le découvrir. Merci beaucoup! Avec tous mes voeux de vif succès à la suite de vos projets
Thumb_default
Félicitations Joss! A bientôt. Xav
Thumb_default
Hâte de voir le film !