Participez à l'élaboration de ce documentaire filmé sur le Ladakh, un exemple vivant écologique et social face à la crise mondiale.

Large_new_couv-01-1418019498

Présentation détaillée du projet

Nous vivons dans un monde en mutation.

La frénésie de la consommation touche la planète dans son ensemble, la globalisation a créé de nouveaux besoins, sans se soucier de l’humain. Les individus sont  déroutés. Ils ont perdu leurs repères et sont devenus égoïstes. La notion d’entraide, de partage et de responsabilité de soi et des autres s’est peu à peu enfouie au fond d’eux.

 

Depuis près de 20 ans, je me rends au Ladakh et j‘observe le processus de transformation de la société ladakhi face à l'irruption d'un monde de consommation apporté par les touristes et le désenclavement.

Dans ce documentaire, nous rencontrerons des Ladakhis qui sont soucieux du futur de leur région. Ils cherchent une troisième voie et vont nous entrainer dans leurs expériences.

 

 

Village_moto-1414492712

Gauche : Village Ladakhi

Droite : Rallye touristique de moto sur les routes du Ladakh.

 

 

Depuis les années 1960 en raison de l’installation des camps de l’armée Indienne et l’ouverture aux étrangers en 1974, le Ladakh subit la pression du changement. L'afflux touristique, les créations d'infrastructures, la présence forte de l’armée, le changement climatique, bousculent les modes de vies traditionnels.

Avant cette invasion, la société ladakhie avait trouvé un équilibre qui faisait de l’Homme un outil au service de la communauté et de son environnement. Cet équilibre résidait dans  la transmission des savoirs de génération en génération.

 

 

Duo_touriste_tisseur-1414494782

Gauche : Rue à Leh

Droite : Tisserand de village

 

 

Comment les Ladakhis vivent-ils aujourd’hui cette confrontation avec le monde de la consommation propre au « développement  aveugle» qui pourrait faire voler en éclats des siècles d’accumulation de savoirs ? Comment envisagent-ils l’avenir ?

 

Au travers de ce documentaire, j’aimerais montrer comment cette société a une connaissance éclairée qui relie l’homme à son environnement matériel et cosmique. Comment elle absorbe les changements avec la conscience forte de vouloir faire perdurer son identité ladakhie. L’avantage des Ladakhis est de connaître les effets négatifs de la modernisation à l'occidentale et de pouvoir veiller à ne pas tomber dans ses pièges.

Pour cela, ils cherchent une nouvelle voie à travers l’éducation, les énergies alternatives, l’agriculture biologique, l’économie de partage, leur culture bouddhiste, et même leurs vêtements traditionnels (la goncha).

 

Duo_jardins-1414562195

Gauche et droite : Agriculture traditionnelle 

 

Tente_jeune-1414558433

Gauche : nomade du Chang Tang

Droite : Jeune Ladakhi

 

Nous filmerons tout d'abord à Leh, la capitale où « l’occidentalisation » et la société de consommation sont les plus visibles et commencent à l'emporter sur l'identité traditionnelle, du moins en apparence.

Puis nous cheminerons vers des villages isolés et chez les nomades du plateau du Chang Tang à plus de 4000 mètres d’altitude, où la tradition et les différentes cultures autochtones structurent la vie.

 

Duo_village_jeunes-1414559570

De gauche à droite : Jeunes Ladakhis, village traditionnel 

 

Ensuite, nous nous rendrons à SECMOL, « The Students' Educational and Cultural Movement of Ladakh » campus crée par Sonam Wangchuk et ses amis à quelques km de Leh où il accueille des étudiants en échec scolaire pour leur donner une seconde chance. Le campus de SECMOL est un champ d'expérience en énergie alternative (solaire, biogaz, glaciers artificiels, etc.) et dans l'éducation. Ces jeunes sont la graine du « nouveau Ladakh » entre tradition et modernité dont la voix off commentera les images.

 

Duo_the_glacier-1414560459

De gauche à droite : Étudiants de SECMOL servent le thé durant un séminaire et sur un glacier artificiel.

 

 

    

 

À quoi servira la collecte ?

Ce film ne se contentera pas de montrer que de belles images qui feront rêver les spectateurs. La démarche de ce documentaire est de faire prendre conscience du danger de l'exploitation de cette région à l'écosystème fragile, et de l'engagement de certains chercheurs pour le Ladakh et la planète Terre. Sans être figés dans la tradition, ils cherchent des solutions à partager avec le reste du monde. En ces temps de pessimisme global, ce film ira à la rencontre de personnes qui grâce à leur culture millénaire gardent l'espoir et sont un exemple. En soutenant le financement de ce documentaire, vous participez au développement et à la diffusion d'un exemple viable d'une manière de voir et de faire différente. La Troisième Voie.

 

Détail du budget pour environ un mois de tournage pour trois personnes :

 

-Transport (avion, location voiture) :               1500 €

 

- Hébergement/Nourriture  :                            3000 €

 

- Location du matériel de tournage :                 500 €

 

- Editing :                                                         1500 €

 

Grand Total :                                                   6 500 €

 

 

 

Img_5064-1414572863

 

 

 

 

 

 

Thumb_genevrier_mother_tree-1413973620
Ann Riquier

Je voyage en inde depuis trente ans. Depuis vingt ans je m'interesse aux peuplades Himalayennes. Publication chez Plon de deux livres: - Paroles de Tibétaines 1998 - La légende du Karmapa 2002 Réalisation de trois petits documentaires en Inde - Natural dyeing (2006) - Indigo Jeans (2010) - Credit people (2011) Pour Outreachmedia Auroville:... Voir la suite