Soutenez la création et le développement de LAGRAPPE, lieu partagé pour des projets collaboratifs

Large_lagrappe

Présentation détaillée du projet

Qui sommes-nous ?

 

A l’origine de LAGRAPPE, il y a des structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) qui réfléchissent aux nouvelles formes de travail et à la création d’emplois durables.

Il s’agit notamment d’entreprises  partagées (coopératives de conseil, d'activité, d'artistes...) qui mutualisent des moyens permettant de renforcer la sécurisation financière et sociale des créateurs, entrepreneurs, artistes. Ces coopératives permettent aux porteurs de projet de créer leur propre emploi en proposant une dynamique collective basée sur le partage et la durabilité des projets plutôt que sur la compétition et les résultats à court terme.

D’autres structures de l’ESS se sont associées au projet afin de constituer en un même lieu, un vivier de ressources permettant aux porteurs de projet d’accéder aux services nécessaires au développement de leurs activités : assistance juridique, recherche de financements, mécénat, aide à la création d’emplois autour d’éco-activités, stratégie de communication, relations publiques...

 

C‘est quoi LAGRAPPE ?

 

Lagrappe-visuel-baseline1-couleur

 

LAGRAPPE est LE lieu de la création d’activités économiques responsables qui provoque la rencontre d’acteurs travaillant habituellement sur des lieux éparpillés.

 

C’est un lieu innovant parce qu’il met l’accent sur la coopération entre les acteurs et sur le droit à l’initiative pour tous.

C'est un projet qui se focalise sur l’échange, le partage, la durabilité des projets plus que sur la compétition et les résultats à court terme.

 

LAGRAPPE en quelques mots :

 

- Un espace collaboratif ouvert pour les acteurs du développement local durable en lien avec des réseaux internationaux

 

- La vitrine de la création d’activités économiques responsables avec une approche de l’accompagnement basée sur le long-terme et le partage

 

- Des événements (formation, réseautage, rencontres, conférences...) organisés par et pour les acteurs du développement local durable

 

- Un lieu d’échanges, de partage, de capitalisation d’expériences et de bonnes pratiques entre les acteurs du développement local durable : les associations, les collectivités, les porteurs de projet, les artistes, les structures d’accompagnement, les entrepreneurs, les élus, les habitants, les chercheurs...

 

- Un accélérateur de projets grâce à un vivier de ressources (humaines et techniques) sur place pour permettre aux porteurs de projet d’accéder aux services nécessaires au développement de leurs activités

 

- Un espace de coworking gratuit pour les membres.

 

- 1 330 m² en plein centre-ville de Lille (Nord-Pas de Calais)

 

Lagrappe3

 

Lagrappe2

 

Lagrappe

 

A qui s’adresse LAGRAPPE ?

 

LAGRAPPE s’adresse à tous les créateurs en mode projet ; c’est-à-dire toutes les personnes individuelles ou regroupées dans un collectif qui mettent en œuvre un projet générateur d’activités économiques responsables.

Ces créateurs peuvent être artistes, informaticiens, chercheurs, designers, auteurs, architectes, consultants, étudiants ...

Ils travaillent essentiellement en mode projet, ce qui nécessite de développer de nouvelles formes collaboratives de travail et de proposer des lieux d’accueil spécifiques où l’on peut venir partager, expérimenter, innover, se réunir à plusieurs.

 

Ces créateurs vont se rencontrer à LAGRAPPE et cela va générer de nouvelles énergies positives.

 

Soutenez-nous pour nous permettre d’aider les créateurs à créer leur emploi !

À quoi servira la collecte ?

Notre projet est déjà en activité, néanmoins, nous vous sollicitons pour offrir de meilleurs services aux porteurs de projet et pour les accompagner à créer leur propre emploi en leur proposant une dynamique collective dans la durée.

 

En vue de renforcer notre équipe déjà en place, nous devons créer 4 emplois mutualisés chargés d'accueillir, d'accompagner et d'assister les personnes se rendant à LAGRAPPE. A travers la création d'emplois durables, nous souhaitons accompagner des jeunes éloignés de l'emploi à se qualifier et à acquérir des compétences professionnelles.

 

La collecte servira à financer les services et les équipements nécessaires à la création de ces 4 emplois : financement du mobilier d'accueil, de l'équipement audiovisuel des espaces mutualisés, de la création du vestiaire, de la régie technique, du mobilier pour les espaces de coworking.

 

Ainsi, nous pourrons permettre à ces 4 nouveaux emplois de mieux accueillir les porteurs de projet dans un lieu à l'image de ses utilisateurs : un lieu où il fait bon travailler, échanger, développer, créer...

 

En soutenant LAGRAPPE, vous permettrez de soutenir la création d'activité et la création d'emplois

Thumb_lagrappelogo
initiativesETcité

initiativesETcité est un groupement d'entreprises du développement local durable L'équipe est composée d'Eléna et Perrine qui animent, développent, accompagnent le réseau d'entreprises, d'entrepreneurs et de créateurs composant initiativesETcité. Pierre s'occupe de répondre aux besoins des personnes présentes à LAGRAPPE : régie technique, support... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ C'est quoi les nouvelles formes d'activité et d'emploi ?

Les mutations économiques auxquelles sont confrontées les sociétés occidentales avancées se caractérisent par deux phénomènes :

- Une division de l’activité à l’échelle mondiale qui entraîne un recul global du secteur industriel.
- Un développement très rapide d’une économie basée sur l’immatériel également appelée « l’économie du savoir et de la connaissance ».

Ce contexte a favorisé l’émergence d’une nouvelle catégorie socio professionnelle que certains ont déjà dénommée les « nouveaux créateurs ».
Ces nouveaux créateurs sont tout autant artistes, informaticiens, chercheurs, designers, auteurs, architectes, etc. Ils se distinguent par leur capacité à manipuler des savoirs et à convertir leurs talents en innovation génératrice de richesse.

Les nouveaux créateurs développent leurs activités essentiellement au travers de projets, c’est-à-dire d’ensembles d’actions circonscris dans le temps et dans l’espace qui visent l’aboutissement d’un objet précis : une création, un spectacle, une œuvre...Leur appartenance à une ou plusieurs organisation(s) (entreprise, administration, association) est appréhendée plutôt comme un moyen au service d’un ou plusieurs projet(s) que comme une fin en soi.

La prééminence du « mode projet » nécessite une forte capacité de mobilité. Les nouveaux créateurs sont très souvent des « nomades » qui savent mobiliser les membres de leurs réseaux (tribus). De nouvelles formes « collaboratives » de travail s’effectuent entre les membres d’un réseau par le biais d’échanges. Ces échanges ne sont pas toujours marchands et peuvent aussi prendre la forme d’échanges non monétaires dans le cadre d’une logique de réciprocité.

De nombreux acteurs locaux semblent percevoir l’impact économique lié à la présence de ces nouveaux créateurs sur leur territoire. De multiples initiatives témoignent de cette volonté des institutions locales à rendre leurs territoires attractifs aux nouveaux créateurs : reconversion de friches industrielles en ateliers, développement des résidences d’artistes, mise en œuvre de partenariats...

La diversité des situations font de ces nouveaux créateurs de véritables « caméléons » capables de changer de posture en fonction de leur place à l’intérieur d’un projet. Ils sont tour à tour donneur d’ordre, client, salarié, prestataire, employeur...

+ C'est quoi une coopérative d'activités et d'emploi ?

Une coopérative d’activités et d’emploi (CAE) est une entreprise dont l’objectif est de créer des emplois pérennes et de la richesse économique et sociale sur son territoire.
Les CAE accompagnent des porteurs de projet dans la durée, afin qu’ils fabriquent leur propre emploi salarié au sein d’une entreprise qu’ils partagent et construisent ensemble.

Un nouveau modèle économique dans un contexte socio-économique défavorable : les modèles classiques de la création d’entreprise se révèlent souvent inadaptés à la situation des porteurs de projet. Notamment ceux qui veulent pouvoir vivre de leurs savoir-faire de façon autonome, sans pour autant créer une entreprise classique.
Les entrepreneurs salariés sont à la fois responsables de leur devenir économique et partie prenante d’une entreprise collective où se mutualisent les expériences, dans un esprit d’entraide et de convivialité.

Malgré l’existence de structures d’aides à la création d’entreprises sur l’ensemble du territoire – comme les chambres Consulaires, associations d’accompagnement, fondations etc…, de nombreuses entreprises disparaissent au bout de trois ans.

Les raisons sont multiples. Cependant, leur disparition est surtout due au fait que les aides financières importantes la première année s’amenuisent la seconde, pour disparaître la troisième. Le créateur d’entreprise ne réussit pas à relayer ces financements par un chiffre d’affaires suffisant pour pérenniser son activité. D’autres renoncent à monter leur affaire, craignant de ne pas posséder les compétences administratives nécessaires pour exercer une responsabilité de chef d’entreprise.

Avec la montée croissante du chômage qui frappe particulièrement notre région, l’aspiration à l’indépendance et la création de sa propre activité apparaît comme un vecteur de plus en plus attractif en termes d’emploi ou d’autonomie autant pour les femmes que pour les hommes. Les dernières statistiques ont démontré un certain engouement pour la création d’entreprise de la part des français, cependant, parmi ceux qui tentent l’expérience, beaucoup d’entre eux échouent. 50 % des entreprises créées disparaissent au bout de 5 ans ! Les contraintes sont en effet très nombreuses.

Si l’accompagnement post-création, conçu comme un moyen de réduire le taux d’échec des créateurs d’entreprise est aujourd’hui une piste d’action largement explorée, elle n’est pas suffisante. Il s’agit aussi d’élargir le vivier potentiel de la création d’entreprise en repérant et en accompagnant des porteurs de projets, notamment de micro-projets. Cette démarche vise à encourager les projets d’individus en recherche de revenus et souhaitant participer à la création de leur propre emploi. Cet accompagnement individualisé permet ainsi de prendre en compte les atouts culturels, professionnels, individuels du porteur de projet concerné et de doper la création d’entreprises sur des activités de services ou de production dont l’action restera limitée en termes de personnel mobilisé.

La formule des Coopératives d’Activités et d’Emplois apparaît comme une solution originale pour la création d’emploi, qui dépasse le cadre individuel pour proposer une dynamique collective portant vers le succès.

+ Comment LAGRAPPE peut accompagner un porteur de projet dans le développement et la structuration de son projet culturel ?

La notion accompagnement est très largement utilisée dans des domaines d’activité variés et spécifiquement dans le domaine culturel.

Les créateurs considèrent l’accompagnement comme un aspect important, voire essentiel, de leurs activités : accompagnement dans leur parcours de professionnalisation notamment. LAGRAPPE se veut être un solide accompagnateur des projets de ses membres mais aussi de toute personne en recherche de solution pour le développement d’activité relevant de l’économie de la création et du savoir.

Les accompagnateurs LAGRAPPE visent à sécuriser les parcours professionnels des membres en recherchant pour eux les solutions juridiques, techniques, administratives et sociales les plus adaptées à leur situation. L’accompagnement se fait par le biais de personnes ressources, les gestionnaires d’activités qui entretiennent avec les porteurs de projets, une relation de confiance, de connaissance mutuelle. Ancrées sur les territoires, elles peuvent orienter l’artiste vers des partenaires, lui donner des conseils sur les financements, sur le développement des ses activités… Le but étant d’autonomiser les créateurs en leur fournissant des éléments d’aide à la décision.

Nous orientons également les porteurs de projet qui n’ont pas vocation à devenir membre vers des organismes plus adaptés à leur projet, spécialement sur la gestion de carrière.

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne continuation !
Thumb_default
je fais le pari que ces 5 demi-journées de co-working pourraient donner des ailes et de la légèreté à mon amour!
Thumb_default
Go go La Grappe!