Un lampadaire vert, plus écologique, s'implantant avec beauté dans nos villes et facile à mettre en place. Le futur de nos candélabres urbains.

Large_image__premier_plazzn-1489415942-1489415957

Présentation détaillée du projet

Pass-1489172897

 

Depuis tout petit je suis passionné par les plantes et cette magie qui les entoure. Du plus loin de mes souvenirs j'ai toujours été émerveillé par le monde végétal. Cette fascination est d'ailleurs inexplicable, car dès mes premiers pas, les plantes me subjuguaient et je dévorais tous les ouvrages les concernant. A l'âge de 9 ans j'obtiens mon premier prix lors d'un concours de connaissances sur les plantes organisé lors de la Fête des Tulipes au sein du Parc de la Légion d'Honneur de Saint-Denis (ci-après, et désolé je ne sais pas lequel des deux je suis, mon frère jumeau s’était invité sur la photo avec moi. Et oui les autres récompensés avaient plus de 50 ans et ce n’était pas un concours destiné aux CE2 :) )

 

Tulipes-1489175368

 

J'ai donc passé ma vie à lire et m’intéresser aux plantes, cela m'ayant amené à faire une fac de biologie et une école d'architecture du paysage. J'ai sans cesse travaillé mon jardin, celui de mes amis et erré à travers les divers salons et événements dédiés aux plantes. J'ai également par passion en parallèle de mes études travaillé au sein de la magnifique Jardinerie Taffin de Montmorency (que les passionnés des plantes rares connaissent) dans laquelle je suis encore parfois certains weekends. (Ci-après, en photos les journées des Plantes du Domaine de Chantilly et le dragon du jardin Taffin à Montmorency.)

 

Zakozako-1489182399

 

C'est donc cette passion qui m'anime et qui me pousse à voir nos villes comme d'immenses supports exploitables pour l'implantation des plantes et de leur magie. Pour que nos vies soient plus agréables, notre quotidien moins stressant et que nous nous sentions dans un cadre plus naturel.

La ville doit être vécue comme quelque chose que nos sens peuvent s'approprier, comme quelque chose qui peut nous faire rêver, nous enjouer et nous faire voyager. Quoi de mieux que les plantes pour nous embarquer dans un rêve, pour s'évader de la minéralité de nos villes.

 

 

Constat-1489071044

 

De cette passion et cette envie, une idée a surgi lors d'une réflexion sur les structures verticales urbaines et leurs efficiences du point de vue paysager. Rapidement les lampadaires, ces éléments omniprésents de nos espaces publics, ont attiré mon attention.

Ils se multiplient de plus en plus, et cela pour des raisons sécuritaires, mais peuvent dans certains cas, être la cause d'importants élagages d'arbres, allant parfois jusqu'au retrait de ces derniers.  En effet, afin de veiller au bon éclairement de la chaussée, les arbres sont obligatoirement élagués, engendrant des coûts assez importants d'entretien aux collectivités. Un fait qui aboutit, de plus en plus à de moins en moins d'arbres en présence de lampadaires. Sans ajouter à ce fait, que le système racinaire des arbres ne permet pas dans certains cas leurs implantations à proximité des routes, constructions et trottoirs et que lorsque cela est possible, les branchages en période de vents peuvent toujours occasionner des accidents lorsqu'ils cèdent.

 

Il fut donc important, surtout dans le contexte environnemental actuel de penser une appropriation par le végétal cohérente et pertinente de ces éléments verticaux. Cette réflexion devait prendre en considération que cette végétalisation doit :

 

- Pouvoir s'implanter sans risques pour les constructions et aménagements proches.

- Etre facile à mettre en oeuvre.

- Etre sans gènes pour l’éclairage et sa photométrie. 

- Nécessiter peu d'entretien et donc être peu coûteux aux collectivités.

 

 

Titres-1489070781

 

Ces points ont abouti après une longue réflexion, et le souhait fort de donner à ces éléments verticaux un aspect plus naturel, à un dispositif transformant les lampadaires en des entités se rapprochant esthétiquement de l'allure d'arbres.

 

Vegetalisation_lampadaire-1489072550

 

Ce dispositif (breveté) permet de créer comme illustré une nouvelle forme, plus vivante et plus écologique, habillant les lampadaires d'une enveloppe végétale. Cela sans nuire à l’éclairage, sans danger de chutes de branches, sans besoins importants d'entretien et sans danger racinaire pour les aménagements proches. Cela permet une implantation au cœur de nos villes.

 

Rendu_2-1489073034

 

Ci-après le rendu en ville effectué par un logiciel d'architecture prenant en compte l’éclairage selon le réel. La lumière arrive sur la chaussée sans entraves alors même que la végétalisation est présente.

 

Rendu_nuit_2-1489234132

 

De plus le dispositif permet un réglage au cas par cas de la forme permettant sur un même alignement d'obtenir des houppiers tous différents.

 

Profils_linffne-1489073707

 

La partie verte du dessin représente une barre dont l'angle variable, induit des formes différentes par le câble qu'elle relie. Le tout étant exploitable par la ou les grimpantes plantées au pied du mât. Le système sur le lampadaire peut être adjoint en partie haute  d'un panneau solaire, rendant autonome l’éclairage. Bien entendu les lampes dans la lignée de la pensée de l'ensemble seraient des LED.    

 

Rendu1_rue-1489074071

 

Voici une autre illustration du dispositif, qui à l'inverse de toutes les précédentes nous donne également à voir les lampadaires de dos. Cette face étant généralement celle offerte à la vue depuis le trottoir, donc la plus proche du piéton. On pourrait presque penser qu'il s'agit d'un alignement d'arbres. Les grimpantes sont ici des Trachelospermum jasminoides.

 

Rue_dos_face-1489448959

 

Evidemment toutes ces images de synthèse ne reflètent pas assez bien ce que sera le rendu réel. La forme et l'allure végétale des lampadaires sera bien plus plaisante et naturelle dans la réalité. Surtout que pour cette modélisation j'ai utilisé les mêmes configurations du dispositif alors qu'il devraient tous être différents (explication précédente) et donc avoir des houppiers de formes bien plus variables.   

 

 

Vege-1489073975

 

La végétalisation via ce dispositif s'effectue par grimpantes volubiles ou à vrilles, permettant une ascension par les plantes sur le lampadaire, sans nuisances de sa peinture (qui serait le cas avec des grimpantes à crampons). L’éventail des possibilités de couleur de feuillages et de floraisons est immense. De plus au vue de la vigueur des grimpantes le rendu souhaité est obtenu extrêmement rapidement (un an ou deux tout au plus). Une grimpante plantée en fleurs refleurit tous les ans. Un projet en cours ou futur projet pourra donc avoir le rendu souhaité dès l'année de fin de chantier. L'entretien de ces plantes est aisé et ne nécessite ni tronçonneuse ou outillages lourds et peut être effectué facilement.

De plus l'appropriation par le végétal de tous ces éléments verticaux, si nombreux de nos espaces de vie permet de lutter durablement contre tous les symptômes du réchauffement climatique que nous connaissons actuellement. Les plantes permettent de nettoyer l'air, lutter contre les îlots de chaleurs urbains, réduire la quantité de CO2...

Ci-après des exemples de grimpantes utilisables et à fort esthétisme. 

 

Plantes-1489075909

 

 

Parte-1489077353

 

L'École Supérieure d'Architecture des Jardins et des Paysages de Paris (ESAJ Paris) soutient le projet, ainsi que Taffin.

Le projet est aussi en cours d’étude par d'autres futurs partenaires et j’espère que la liste sera grandissante.

Il est important de préciser qu'une prise de contact est en cours avec un des leaders du mobilier d’éclairage urbain.

                                              Logos-1489237316

 

À quoi servira la collecte ?

Pour-1489076592

 

La partie principale et qui sera effectuée en premier :

 

- Aider à la création de l'agence (entreprise) qui se nommera Linné (nom en hommage à Carl Von Linné, botaniste historique d'exception)

  Environ 200 € (pour la partie législative) et davantage par la suite (pour les besoins matériels)

 

- La fabrication d'un prototype à l’échelle 1:50

  Environ 4500 €

 

Les autres phases que le financement, si l'objectif est dépassé, peut grandement aider :

 

- Aider à la constitution d'une équipe permettant la promotion de ce dispositif.

  Environ 3000 € pour démarrer 

 

- Aider à la constitution d'une équipe permettant l'accompagnement paysager des futurs projets.

  Qui se fera par la suite et qui nécessite environ 3000 € pour commencer

 

- Aider à la réflexion et la création de nouveaux systèmes permettant l'appropriation par le végétal d'autres supports verticaux inhérents à nos villes.

  Qui se fera par la suite et qui ne peut être chiffré

 

 __________________________________________________________

 

 

Le Calendrier de réalisation en dehors du prototype qui peut être fait rapidement (environ 2 mois après la collecte) est inhérent à la communication et l’intérêt porté à l'invention.

Le développement du produit par une entreprise spécialisée dans les domaines du mobilier urbain et de l’éclairage est primordial afin de pouvoir être proposé aux villes et aménageurs.  

 

Plus la somme sera importante plus nous pourrons développer rapidement l'ensemble et réfléchir à d'autres modes de végétalisations.

 

J'ai espoir qu'il devienne réalité et présent au sein des futurs projets urbains avant la fin de l'année !

 

Merci à tous et je compte sur votre enthousiasme pour partager ce projet !

 

Les fonds collectés iront à l'entreprise Linné.

 

 

 

Thumb_ampoule_logo-1485363800
Linné

// Źarko STOJANOVIĆ Paysagiste Concepteur // Passionné par les plantes depuis mon enfance, j'ai d'abord effectué un premier cursus en science de la vie à l'Université Pierre et Marie Curie de Paris et poursuivi en école supérieure d'architecture des jardins et des paysages (ESAJ Paris). De cette passion est né le souhait de la partager et... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Très bonne idée, nous avons besoin de végétation dans la ville. J'espère que le projet marchera.
Thumb_default
Un projet ambitieux, innovant et futuriste que j'espère voir dans toute les villes rapidement notamment à Avignon qui réveillerait les remparts en leurs donnant une nouvelle aire, je soutiens à 100% le projet en espérant le voir un jour peut être à nos coins de rue...
Thumb_default
C'est une idée toute simple mais comme le sont toutes les meilleures idées... Ces lampadaires ont bien sûr pour visée pour les grands marchés publics, c'est le moment de faire partie de la révolution populaire qui fera enfin de nos routes tristes le vrai lien beau et écolo entre nos campagnes verdoyantes et nos lieux de culture et de vie. Bon il y encore beaucoup d'applications à mettre en place autour de ce projet, on ne veut pas juste avoir des fleurs au bord de la route, mais il faudra développer des ruches, des nids, et tout projet environnemental et écoresponsable. Espérons que l'objectif soit largement dépassé pour que ce lampadaire soit le symbole de la ville du 21e siècle proche de la nature et effectivement jolie. A bon entendeur