Kaotic présente

Laz !

Indignez-vous... en aidant à financer mon nouveau film court : " Laz !

Large_jean-pierre-clatot-afp-le-monde-1412102309

Présentation détaillée du projet

330314f47e5a215e8f59f7caa2bf4269-1412084531

 

SIMAA, jeune roumaine de 19 ans, se rend sur une place à Lyon, et raconte l'histoire de sa vie... faite de  souffrance, de misère et de viols collectifs et comment elle a décidé de mettre fin à ce destin en commettant l'irréparable.  

 

 

" LAZ " est un des derniers ouvrages parus de Jacques Bruyas, auteur prolifique de la région lyonnaise, dont les pièces de théâtre sont jouées sur les scènes françaises, européennes et africaines.

 

Jacques Bruyas : auteur de Laz... un ouvrage sur le quotidien des Roms. Ils sont dans l'actualité à Perrache, la Soie ou Oullins. Mais c'est un regard différent que nous propose Jacques Bruyas sur cette communauté. Ecoutez le podcast...

 

 

 

 

 

Notes d'intention :

 

Après avoir déjà travaillé à l'adaptation, mise en scène et interprétation du rôle principal de sa pièce " Moi, Jacob, l'esclave d'Agbodrafo Wood Home ", j'envisage une adaptation filmée de ce texte à la fois " cru et cruel " sans vouloir pour autant faire dans la surenchère.

 

 Après avoir travaillé sur le texte pour  le rendre moins " littéraire ", avec la comédienne Roumaine, j'ai pris le parti de me concentrer sur le personnage de Simaa.

 

Dans la mesure où elle démarre son récit en se présentant et où ce récit est conduit tout du long, j'ai

décidé que la caméra sera sur " elle ", pendant qu'elle nous parle, et le film sera entrecoupé de plans plus larges (pendant qu'elle se tient sur cette place de Lyon), de portraits de ses semblables, d'une séquence très intimiste  et de la séquence avec les porteurs de miroirs pour illustrer un point de vue qu'elle soutient. Mon intention est franche et simple : devant notre réaction au regard des sans-abri en général et des Roms en particulier qui nous abordent, lorsqu'on cherche plutôt à les ignorer, j'ai souhaité que Simaa passe du stade d'inexistant dans notre sphère proche (en société) au rang de personne humaine, apparaissant en gros plan, nous regardant et nous interpellant (non pas pour la raison qu'on imaginerait, à savoir " mendier ").  Elle s'adresse à toute personne qui lui accorde son attention, la distance s'établissant via le langage cinématographique entre le spectateur et elle ou entre les passants et elle se trouve réduite du fait qu'elle maîtrise la langue française (apprise comme elle l'explique). Elle revêt alors une véritable identité confirmée par son nom qu'elle nous annonce au début.

 

La jeune fille se présente à nous au début comme toute personne non reconnaissable comme étant une Rom. Les images d'introduction situant la ville donneront au film son aspect documentaire : il est impératif de ne pas donner l'illusion d'une fiction car le propos est d'interpeller la conscience du spectateur pour l'amener à la réflexion (non dénuée de compassion) et non de le divertir.

 

Une fois la ville située et jouant sur les oppositions, comme cela a toujours existé - ne serait-ce que par le biais d'un miroir - je souhaite convoquer au début des images de richesse, de signes extérieurs de richesse, de matérialisme, caractéristiques d'une forme d'égoïsme sociale (qui s'oppose à l'esprit d'une âme charitable, vouée à son prochain et sensible à la misère d'autrui), opposition avec les images de camps et de sans-abri... avec la musique du Panis Angelicus, pour donner du relief à cette opposition.

 

Le récit démarre à un moment approprié et surtout dans un lieu (une place) emblématique, où l'idée de foule (comme partageant une seule conscience lorsqu'on parle d'une opinion générale) prend son sens. Le récit va au-delà du cercle fermé - le métro par ex. - pour résonner chez chaque passant qui l'entend mais va surtout l'écouter. Une fois  " installée " sur cette place, ce sont les passants qui l'approchent, l'abordent ou la regardent de loin - on est à l'opposé de ce qui se joue lorsque les mendiants quémandent...  allant d'une personne à une autre. Là on pourrait presque dire que c'est son récit qui va " quémander " une attention particulière chez chacun d'entre eux, passant les prémices d'un visage non familier, un physique non avenant, mais avec une voix non chargée d'affects surtout.

 

La mise en scène va être simple mais efficace : tout est dans le texte " cru et cruel ", l'image définie comme celle d'un film documentaire : nous poursuivons l'observation fluctuante comme au travers d'une loupe, mais s'alternant entre le sujet et son objet, entre la fille et les passants.

 

http://www.romeurope.org/

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte permettra  de :

 

- effectuer des essais techniques  (caméra, objectifs et étalonnage) pour obtenir l'aspect documentaire souhaitée soit 1500 €

 

- planifier un jour de tournage supplémentaire, car faire un film prend du temps et on doit souvent composer avec des éléments perturbateurs et imprévus, soit 2500 €

 

- financer un transfert du film du numérique vers la pellicule pour une projection dans les salles de cinéma n'étant pas encore équipées  de vidéoprojecteur, soit 1000 €

 

Dans le cas où la collecte dépasse la somme demandée, nous dépenserons l'excédent pour travailler le son et la musique afin de leur conférer une dimension  plus " organique " que mélodieuse.

 

 

 

 

Joel_saget_afp_lib_ration_2-1409863278

Thumb_xavier_pardessus_le_nouvel_observateur-1410097485
Kaotic

Parallèlement formé comme comédien aux cours F.A.C.T. (+ stage John Strasberg) et Laboratoire de l'acteur, je suis également scénariste-réalisateur, auteur de plusieurs courts-métrages ( Black and white, Putain de répondeur, Elle-même, Le chat et la souris, Spooky Electric), sélectionnés en festival ou diffusés en télévision, actuellement en... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_02._fredo
Je viens de m'apercevoir que le teaser a été enlevé. En tout cas pour le reste du projet il manque un visuel esthétique et où est passé cette comédienne du teaser et qui auparavant était aussi dans la présentation du projet. Cette comédienne est talentueuse et mérite qu'on la découvre. J'espère qu'elle sera toujours dans le projet parce que ce serait injuste pour elle de ne pas le faire d'autant plus qu'elle la plus a même de porter ce projet. Je ne comprends pas pourquoi il n'y a plus rien sur elle qu'est-ce cela veut dire. Pourquoi ne pas avoir de belles photos avec elle sur les lieux du décors pour mieux présenter le projet. Cordialement.