Projet de film court. Récit d'un ermite moderne, accompagné d'une poule, au volant de son Break Volvo sur les hauts plateaux Lozèriens.

Large_affiche_ldfalp__150dpi_-1443036168-1443036193

Présentation détaillée du projet

 

 

 

SYNOPSIS :

 

Luc a tout quitté du jour au lendemain, nous le retrouvons deux ans plus tard, c'est la fin de l'été. Accompagné d'une poule, au volant de son break Volvo qui lui sert de toit, Luc va et vient sur les hauts plateaux de Lozère. Reclus, il n'a "plus rien à dire". Quand il ne complète pas son herbier, il lui arrive de troquer du bois qu'il coupe dans la forêt. Sous cet air apparent de tranquillité la demence ne semble jamais très loin.

Un matin à l'aube Luc rencontrera deux baigneuses autour d'un lac désert.

 

Bandeau

 

 

GENESE :

 

Le scénario est inspiré d'une histoire vraie. 

 

Je me souviens d'un homme qui vivait depuis peu dans son break. Avec mon père, à chaque fois qu'on passait il était assis dans sa voiture, droit, face à l'horizon. C'était sur une petite route qui permet de rejoindre Toulon depuis le petit village du Broussan. Qu'il pleuve, vente ou fasse soleil, il était toujours à la même position. Il vivait dans son break, rempli jusqu'au plafond. Je n'arrivais pas à percer le mystère d'un comportement aussi obsessionnel. Il fit parler de lui, les gens s'arrêtaient pour essayer de comprendre, voir s'il avait besoin de quelque chose, il ne demandait rien. En fait il était devant son ancienne maison, où vivait encore sa femme. Il avait été mis dehors, je ne sais pourquoi.

Il est resté là plus de 7 ans. Aujourd'hui il est mort.

 

 

J'ai souvent repensé au mystère de ce personnage, au drame sous-jacent qu'il dégageait.

Ce que les gens en disaient, ce qu'il me permettait d'imaginer. C'était fascinant de voir à quel point autour de cet homme statique et sans paroles pouvait se générer un véritable récit.

 

C'est à partir de cette histoire, et nourri par les paysages de Lozère que j'ai écrit l'histoire de Luc.

Son passé, nous n'en savons rien, mais nous le pressentons. Ce sont des dissonances, des éléments qui s'accordent mal au paysage, un physique pas tout à fait accoutumé à l'hostilité de l'environnement.

 

 

Bandeau2

 

 

 

DECORS :

 

Lac du Rachas et alentours (voie romaine) qui se prêtent particulièrement au scénario et à nos conditions de tournage.

 

Vidéo de repérages et d'ambiances sur le lieu de tournage (juillet 2013) :

 

 

 

Imprégné des décors lozériens, j'ai toujours voulu utiliser ces paysages dans un film. Le voici.

Luc incarne un retour aux sources. Il tisse à nouveau ce lien primaire que lie l'homme à la nature. Je pourrais citer la nature de Terrence Malik (Les Moissons du ciel - 1978), mêlée à l'homme primitif de Philippe Grandrieux (Sombre - 1999), sur un rythme d'Andreï P. Zviaguintsev (Le Retour - 2003).

Sensibilisé par ma formation de directeur de la photographie, les images et le comédien porteront le film. C'est un film sans paroles, un temps de méditation et de contemplation pour Luc.

 

"Quand tu aimes il faut partir Quitte ta femme quitte ton enfant Quitte ton ami quitte ton amie Quitte ton amante quitte ton amant Quand tu aimes il faut partir [...]"

Blaise Cendrars - Feuilles de route - 1924

 

 

 

03

 

 

 

 

EQUIPE (6 personnes) :

 

L'équipe sera réduite, par nécessité, mais aussi car c'est en accord avec l'intimité du scénario. Chacun devra être polyvalent :

 

1 réalisateur/scénariste/cadreur 

1 comédien

1 chef opérateur/assistant opérateur

1 ingénieur du son / perchman

1 assistante réalisateur/directrice de casting / assistante opérateur / régisseuse / scripte 

1 coach - dresseuse de poule / accessoiriste / décoratrice / costumière / maquilleuse / actrice

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

L'argent récolté servira à financer l'acheminement des gens et du matériel sur place. A nourrir l'équipe sur place pendant huit jours de tournage et de préparation. A financer les moyens techniques (caméra, son).

 

 

Capture_d__cran_2013-07-19___00.20.41

Thumb_fb
Stan

Ayant passé de nombreux étés au Rachas, en Lozère, Stanislas s'est imprégné de ces paysages, le lac, les montagnes et l'immense nature. Toujours attiré par le cinéma, il arrive sur Paris en 2005 pour suivre des étude en BTS audiovisuel option Image. De tournage en projets personnel, il occupe les différents métiers de la prise de vue en passant de plus... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon courage mon ami. Je suis impatient de voir le résultat. J'imagine qu'avec d'aussi beaux paysages, le travail à l'image devait être un delice... Bisous de NZ Fred
Thumb_default
Bravo pour votre collecte ! Ce n'est pas une surprise que vous ayez réussi. Très beau projet ! Hâte de le voir. Bon courage !
Thumb_f14c-1417626259
Très hâte de voir ça ! Bon courage pour la post-prod, à plus !