Encadrer de jeunes réfugiés maliens, déplacés dans le désert burkinabé, à faire des reportages vidéos, photos, radio et des peintures sur leur situation. Comment ces jeunes interprètent-ils leur situation? A la place des médias classiques, donner l’occasion aux enfants d’exprimer, de partager leurs opinions, leurs besoins, leurs craintes et leurs espoirs en leur offrant opportunité de prendre le micro, la caméra et le pinceau. Et appuyer par la même occasion les initiatives scolaires dans ces camps à travers une formation aux techniques d'animation et la constitution d’une bibliothèque.

Large_affiche_projet_site

The project

 

Les premiers coups de canon au Mali ont fait déplacer des milliers de personnes dans les pays limitrophes. Aujourd’hui cette guerre a fait près de 300.000 réfugiés que l’on retrouve éparpillé en Mauritanie, au Niger et au Burkina-Faso.

 

Des enfants, de jeunes maliens, se sont vus contraints d’abandonner les routes qui mènent au savoir, leurs cahiers et leurs espaces de loisirs pour se retrouver avec leur famille dans le désert burkinabé, entre autres, à une quarantaine de kilomètre de la frontière de leur pays. Malgré la précarité dans laquelle ils vivent, certains les plus âgés d’entre eux, sans aucune formation requise, se sont constitués en association pour mettre en place des salles de classe de fortune à l’ombre des arbres épineux ou des tentes construites avec des matériaux de récupération trouvés sur place. Leur objectif : donner de l’espoir  à leurs jeunes frères et sœurs dans ce chao humanitaire et sanitaire.

 

« La situation des réfugiés maliens du point de vue des jeunes!»                  Un projet multidisciplinaire pour de jeunes réfugiés maliens 

 

Comme son nom l’indique, c’est un projet  multidisciplinaire,  qui répond aux objectifs visés par ces jeunes professeurs des camps de réfugiés. « Expressions plurielles, pour enfants réfugiés maliens » est un projet qui tourne autour de la photographie, du cinéma numérique, de la peinture, de la radio, en mettant ces jeunes et ces enfants en acteurs. Il s’agit de mettre en place avec eux des ateliers d’initiation dans ces différents domaines artistiques et techniques. Cette initiative vise le développement personnel et socio-culturel des enfants réfugiés et en même temps l’initiation de leurs jeunes professeurs aux techniques d’animation pédagogique. Cela dans le but de poursuivre des activités socio-culturelles sur du long terme.

 

 

Fort d’une expérience de quatre ans dans les écoles maliennes  et  avec les jeunes non scolarisés de plusieurs localités du Mali, Walaha entend en faire profiter à tous ces jeunes réfugiés. Leur offrir l’occasion de s’exprimer et de partager leurs opinions, leurs besoins, leurs craintes, leurs ambitions et leurs espoirs à travers ces outils d’information et ces moyens artistiques. Ce sont eux-mêmes qui seront derrière les micros, les objectifs du plateau radio,  les cameras et les appareils photos.  Ce sont eux également qui tiendront les pinceaux  pour décrire, peintre et exposer leur quotidien.

 

 

Les œuvres produites seront montrées dans les différents camps de réfugiés au Burkina, ensuite publiées sur notre site internet qui est entrain d’être restauré à cet effet et exposées à Bamako dans le cadre d’une exposition itinérante de collecte de fonds. Les fonds seront distribués à des associations humanitaires pour les populations du nord  et financeront en partie des projets  similaires dans d’autres zones de refugiés maliens.

Cette exposition itinérante pourra se poursuivre dans d’autres capitales africaines faisant frontière avec le Mali et en france en collaboration avec des associations amies.

 

 

Nous débuterons  ce projet dans les provinces du Soum, premier camp à avoir été officialisé début février 2012 et  Oudalan à quelques  kilomètres. Les deux provinces regroupent  46 000 maliens réfugiés dont 35 000 dans la seule province de l’Oudalan, dans le nord du Burkina-Faso. Le projet  envisage également une collecte de livres et manuels scolaires et même des habits récupérés et/ou achetés pour les enfants.

 

Notre projet répond parfaitement aux priorités de Walaha, qui sont  de donner la chance à tous les enfants et la jeunesse en général d’avoir accès aux médias pour s’exprimer, à l’éducation, à la culture et aux loisirs. D’où sa devise : «Walaha, faire en sorte que le futur ait un avenir ».

 

                                            Qui sommes-nous?

 

 

Nous sommes un groupement de jeunes de diverses qualifications appelé Walaha. Notre intervenons dans le domaine de l’éducation, de la communication, des arts et de la culture. Et cela à travers le multimédia (informatique, radio, cinéma numérique), le théâtre, les arts plastiques, la musique et la danse. Notre public cible étant les jeunes, nous travaillons avec plus d’une vingtaine d’établissements scolaires, d’associations de jeunes et de centre socioculturels à travers le Mali et à l'extérieur.

 

Fousseyni Diakité : Administrateur général de Walaha, Plasticien-Designer, il a fait plusieurs expositions au Mali, en Afrique et en Europe, il est détenteur d'un DEUG2 en économie.

Rôle sur le projet: directeur artistique, montage de film, animateur en peinture.

 

Koami Vignon : Coordinateur des projets à Walaha, il est comédien-conteur et animateur de groupe de jeunes. A son actif, il a plusieurs spectacles de théâtre et de contes.

Rôle sur le projet : Coordination, initiation en technique d’animation, mise en scène des films.

 

Safiatou Thiam: Responsable de la radio Walaha. Charger de la formation des clubs radio et responsable des clubs Walaha.

Rôle sur le projet : initiation dans les techniques de réalisation radiophonique, mise en voix des émissions radio avec les enfants.

 

Fatoumata Diabaté (Photographe professionnelle malienne)

Mariam Maïga (Responsable photo à Walaha)

Roles sur le projet : initiation dans les techniques de prise d’image numérique, responsable photo du projet.

 

Moussa Diarra : Directeur technique et responsable vidéo, régisseur son et lumière à Walaha.

Rôle sur le projet : Responsable vidéo et tournage, responsable projection et diffusion

 

Sayon Diakité et Aïcha Doucouré: Techniciens et informaticiens

Rôle sur le projet : Assistant vidéo et tournage, responsable son.

 

     L’équipe de Walaha est composée de plusieurs nationalités, malienne, togolaise et burkinabé résidents tous à Bamako au Mali. Nous avons à notre actif plusieurs projets éducatifs, culturels et humanitaires pour public jeune :

 

- le projet « Echanges » (ateliers et productions autour de la radio, le théâtre et l’écriture) en coopération avec le service culturel de l’Ambassade de France pendant deux ans dans une vingtaine d’écoles maliennes ;

 

 

- partenariat dans le projet « La maison des parents », un projet de construction d'une maison d’accueil pour les familles des enfants atteints du cancer au Mali. Organisé par l'AEACM (association de parents d'aide aux enfants atteints du cancer au Mali), l’Unesco Terre Bleu et le GFAOP (Groupe Franco Africain d'Oncologie Pédiatrique)

 

Picturetank

 

- le festival « Ciné à Dos » (festival d’arts numériques et de technologies mobiles) dont nous venons de boucler la deuxième édition ;

 

 

- la Co-organisation de plusieurs festivals ; et camps de reboisement et d’échanges culturels en partenariat avec les clubs Unesco du Mali et de l’Afrique de l’ouest.

 

Why fund it?

Nous sommes une équipe de bénévole, depuis 2008 nous réalisons des projets similaires avec des jeunes. Donc nous avons déjà la plupart du matériel de production à notre disposition. La collecte servira à payer uniquement:

 

- Le financement du voyage de l'équipe du projet et les frais de transport du matériel: le voyage aller/ retour dans les provinces du Soum et de l'Oudalan au nord du Burkina Faso, 1010 Euros.

 

- Frais de vie de l'équipe pendant un mois et catering pour les participants pendant les ateliers de production: 920 euros

 

- La collecte prend en charge aussi le financement une mini-bibliothèque, la location et le carburant pour un groupe électrogène pour les projections dans les camps et les productions audiovisuelles, l'achat de matériel de peinture, le tirage et l'encadrement des photos pour les expositions, les frais inhérents à la postproduction des films et des émissions radio et enfin les frais d'organisation de la première exposition des oeuvres: 3770 Euros

 

Au cas où la collecte sera dépassée, les fonds supplémentaires serviront à acheter des produits de première nécéssité pour les enfants et leur famille en accord avec les responsables humanitaires sur les différents camps.

Thumb_logo_walaha-profil
Walaha

Nous créons et pilotons des projets d'échange et de formation dans le domaine des arts et des nouvelles technologies pour les élèves, étudiants et jeunes non scolarisés. Nous faisons de la consultation en évènementiel culturel et artistique, nous créons et organisons des festivals et toute rencontre de jeunesse. Nous somme les créateurs d’un... See more

Newest comments

Thumb_default
Bon courage pour le projet! Les enfants ont bien besoin de trouver un espace où être entendus!