Le Gnou, un journal de jeunes qui bourgeonne. Humoristique et satirique.

Large_gnouveritablefinal

Présentation détaillée du projet

 

 

Gnoudroit      Legnou   Gnougauche

 

 

Par une froide nuit d’hiver, venu des tréfonds de la savane, Le Gnou a surgi. Un journal pas gnan-gnan écrit à la gnôle et jamais avare de gnons.

 

Notre slogan : Le seul journal qui n’est pas mou du gnou !

Notre ligne de conduite : Etre incisif, inventif, corrosif.

Notre lectorat : Les étudiants, les jeunes de corps ou d'esprit.

Notre trésorerie : vide.

 

Voilà pourquoi nous lançons un appel. Ce n’est pas un appel à la résistance, comme le 18 juin 1940. Ce n’est pas un appel à la générosité, comme le 1er février 1954. Ce n’est pas non plus un appel au secours, comme on en voit tous les jours. Il s’agit, en ce jour solennel du 27 Mars 2014, d’un appel au mécénat éclairé, qui puisse permettre l’essor d'un journal neuf : Le Gnou.

 

Deux numéros à faible tirage, vendus 1 euro, sont déjà parus. Ils ont été lus et le plus souvent appréciés. Pour une meilleure idée de ce qu’est Le Gnou, nous vous invitons à lire le premier numéro en cliquant ici.

 

Leseuljournal

 

Nous comptons sur le troisième numéro, courant avril, pour frapper un grand coup. Pour faire connaître Le Gnou au plus grand nombre. L'installer dans les esprits.

 

Nous précisons que Le Gnou est uniquement pensé comme un journal papier. Les journaux ne meurent pas d'Internet, ils meurent parce qu'ils ne se renouvellent plus.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Gnoudroit

 

1500 euros est, selon nos humbles prévisions, la somme minimum adéquate pour que le 3ème numéro du Gnou ait un réel impact:

 

- 1100 euros pour l'impression de 1500 exemplaires

- 125 euros pour les affiches et les tracts

- 270 euros pour l'organisation d'une soirée de lancement

- 5 euros pour les détournements de fonds

 

Plus le fruit de la récolte sera important, plus nous pourrons imprimer d'exemplaires. Plus nous pourrons toucher de lecteurs. Plus nous pourrons prendre date pour l'avenir !

Si l'engouement des Banquiers Bisous crève le plafond, ce qui certes est loin d'être acquis, nous pourrons même envisager de nous doter d'un local.

 

Gnoutiquement vôtre, 

 

Signature

Thumb_avatarfinal
Philistin Gnou

Je suis né dans la savane, et j'y mourrai.