Ensemble relevons le défi de l'éducation pour tous, à travers notre passion, le judo. Le sport une école de la vie

Large_untitled-1410764406

Présentation détaillée du projet

Qui sommes nous ?

 

 

Je m'appelle Léa Buet, j'ai 25 ans, et suis à l'initiative de l'association Adjimé.

 

En Mars 2012, je me suis envolée vers l'Afrique, cherchant à m'accomplir sportivement et à partager ma passion, le judo. Je vis depuis sur le sol sénégalais, où j'ai la possibilité de vivre cette passion et de la transmettre.

 

Le Sénégal a gagné mon cœur, renforcé ma volonté de réussir, et m'a donné la motivation de braver à nouveau les compétitions internationales, sous ses couleurs cette fois. 

 

Ces deux dernières années m'ont donné l'occasion de prendre conscience des différentes problématiques de ce pays. Éducatrice de formation, mon attention s'est arrêtée sur ce grand nombre de jeunes sans repères véritables, nourrissant néanmoins l'espoir d'un avenir meilleur. Peu à peu mon désir de partager ma passion s'est transformé en volonté de développer cette activité au Sénégal, afin que ce sport qui m'a tant apporté devienne accessible au plus grand nombre, et par là transcender les barrières, échanger et promouvoir une façon différente de concevoir l'éducation : par le sport, et en particulier le judo. 

 

De Paris à Dakar, en passant par la Bretagne, un collectif s'est formé, un projet a germé...

 

Notre collectif est essentiellement constitué d'éducateurs sportifs franco-sénégalais, actifs auprès de la jeunesse sénégalaise, tous concernés par un même souci de transmission et d'éducation.

Nous avons donc mis en place le projet  Adjimé  pour ensemble relever:

 

 

             - les défis de l'encadrement des jeunes et de leur insertion sociale

             - les défis de la sécurité et du bien être socia

             - les défis de la solidarité et de l'entraide

 

 

Ce collectif est constitué par :

 

 

David Ndoye, entraîneur d'athlétisme et préparateur physique.

Il m'encadre depuis plus de deux ans dans ma préparation physique et dans la mise en place de Adjimé.

 

 

Sandrine Lemare Boly, responsable de l'association des Eco Maires Afrique.

Elle participe au développement de Adjimé en assurant la promotion de l'association auprès des collectivités locales afin de pouvoir travailler dans un climat de confiance avec nos partenaires.

 

 

Anne Laure Cowe, diplômée d'état, éducateur sportif et professeur de judo.

Actuellement en poste au centre de loisir de Leuville sur Orge, elle a fait le choix de rejoindre Adjimé sur le terrain dès novembre 2014.

 

 

Atou Gueye, professeur des écoles à l'école publique de la Somone et responsable du dojo de la même localité.

Rencontré le jour de mon arrivée au Sénégal, il m'accompagne depuis le début dans ce projet. Il prendra en charge l'un des dojos qui verront le jour grâce à l'action en cours.

 

 

       Atou

 

Abdou Salam Pam, professeur des écoles à Ndioum (nord du Sénégal), et professeur de judo.

Il enseigne dans un dojo aménagé grâce à la collaboration du club de judo Le Renshinkan (dojo de la presqu'île de Crozon) en mars 2013, et dont l'espace a été rendu disponible par la mairie de Ndioum.

 

                                              Ndioum

http://www.judotv.fr/voyage-au-senegal-video-38024.html

 

Papa Thiam, entrepreneur social.

Originaire de Fimela, il développe des activités économiques, sociales et sportives afin d'améliorer les structures de son village. Il met à disposition un bâtiment neuf pour installer nos tatamis dès la réception du matériel.

 

Où évoluons nous et pourquoi?

 

Le Sénégal est un beau pays, truffé de trésors et de potentiels, qui dans son développement doit faire face à certaines réalités:  

 

 

- 50% de la population a moins de 20 ans.

- l'accès à l'éducation est très limité.

- une majorité de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

- le taux de chômage est en hausse constante.

 

 

Des efforts sont faits par l'état sénégalais pour faciliter l'accès à l'éducation et en améliorer la qualité. Les défis sont néanmoins nombreux et il sera difficile à l'état d'apporter seul une solution face à la forte demande sociale. Le ministre de l'éducation nationale ne peut ainsi que constater que "le pays n'atteindra l'enseignement universel qu'en 2070."

De ce constat découle notre volonté de faire du sport, au Sénégal, un outil éducatif favorisant à la fois l'épanouissement des facultés psychomotrices et physiques, et l'insertion sociale de ses pratiquants.

 

 

      Senegal-avec-le-renshinkan-le-judo-prend-racines-ndioum

 

La majorité d'entre nous est issue de cette école de la vie qu'est le judo. Dès lors, il nous a semblé primordial d'oeuvrer à l'implantation de dojos en différents endroits du Sénégal, et ce, en adéquation avec les réalités locales.

A terme, notre action va générer des emplois et permettre à des enfants dépourvus de scolarisation d'acquérir les valeurs du judo.

 

 

 

                                    Code

Avec qui travaillons nous?

 

En France, nous travaillons avec différents Clubs de Judo grâce auxquels nous avons pu récupérer le matériel indispensable au développement de notre projet (kimonos et tatamis) qui nous parviendra par container grâce à vos dons.

 

 

Le Renshinkan judo club a déjà fait un bel échange avec la commune de Ndioum et a rendu possible la création d'un dojo il y a plus d'un an maintenant.

 

http://www.ouest-france.fr/senegal-avec-le-renshinkan-le-judo-prend-racines-ndioum-2061118

 

Nos maîtres de judo aussi, devenus pour la plupart des acteurs incontournables du judo en France, nous aident à développer la mission que nous nous sommes donnée:

 

 

Celso Martins (entraineur de SGS)

Laurent Commanay (responsable du Pôle Espoir Rennes) 

Fred Roualen (formateur à l'INSEP)

Stefane Lucas (professeur du Renshiskan judo club) 

Dennis Rampagajouw (professeur du CEPS Dinan)

et tant d'autres ...

 

 

Au Sénégal,

                 :     Universell

 

Unies vers'elle est la continuité de l'action française menée par Mona Chiasserio, fondatrice à Paris de l'action cœur de femme, en faveur des femmes en situation de grande précarité et de souffrance physique et psychologique.

 

Cette association basée au Sénégal, à Guediawaye, dispose de deux centres:

 

 - La Maison Rose, centre d'accueil pour les femmes.

 

 - Le Centre YAAKAAROU GOUNEYI, pour les enfants en grande précarité, où nous allons pouvoir implanter un dojo.

 

http://www.unies-vers-elles.com

 

 

                                                       Eco-maires-grand

 

L'association les Eco Maires Afrique, pilotée par Sandrine Lemare Boly qui nous permet de travailler avec les collectivités locales et de développer nos dojos dans les meilleures conditions. 

 

http://www.ecomaires.com/cooperation

 

 

Nos missions:

 

- Valoriser le judo comme vecteur éducatif.

 

 

- Valoriser le judo comme tremplin social, par la transmission de valeurs citoyennes.

 

 

- Démocratiser le judo pour les enfants des rues ("talibés") qui pour la plupart, n'ont jamais eu accès à l'école.

 

 

Comment ?

 

 

- en soutenant les dojos existants par des moyens matériels et humains.

 

 

- en implantant de nouveaux dojos auprès des communautés rurales.

 

 

- en offrant un libre accès aux plus défavorisés.  

 

 

      Wp_20140517_13_59_58_smart

 

 

 

 

 

 

 

 

       

À quoi servira la collecte ?

Dès ses débuts, Adjimé s'est vu offrir par des clubs français du matériel (kimonos et tatamis) que nous n'avons pas encore pu acheminer vers le Sénégal, faute de moyens. 

 

 

Nous avons ainsi décidé de lancer cette collecte à laquelle nous vous serons reconnaissants de participer. Les fonds récoltés permettront au matériel déjà rassemblé de nous parvenir pour la mise en place de nos 5 premiers dojos, notamment:

 

 - Sur la petite côte (avec Atou Gueye)

 - A Fimela (avec Papa Thiam)

 - Au centre  YAAKAAROU GOUNEYI pour les enfants en grande précarité (avec l'association Unies vers'elle)

 

 

Ces fonds seront répartis de la manière suivante:

 

 

Le regroupement des tatamis et kimonos sur Paris, actuellement stockés dans les différents dojos de France (1150 €)

 

 

Le local de stockage pour un mois, temps nécessaire au regroupement de l'ensemble du matériel (350 €)

 

 

Le transport du container Paris/Dakar (4500 €)

 

 

8% de frais dédiés à KissKissBanBank (480 €)

 

 

Soit un total de 6 480 Euros

 

Ndioum_judo

 

Par ce geste vous allez permettre à des kimonos et tatamis de voyager, mais bien plus d'offrir à des enfants la possibilité de pratiquer ce sport qui véhicule les valeurs que nous défendons.

 

 

Permettez-nous de partager notre passion, permettons aux enfants d'enrichir leur éducation...

 

 

 

 

 

Thumb_1502488_10202418067433730_799888821_n
Sénégalaventure

Un petit court métrage de 8 minutes, fait en 2012 par Nicolas Leclerc, retraçant mon parcours au Sénégal... https://www.youtube.com/watch?v=LTowMbEyjlk

Derniers commentaires

Thumb_default
ADJIMÉ, l'aventure à commencé !!! 1er combat et une belle victoire collective. Vous nous soutenez depuis le départ ou venez de nous rejoindre et grâce à vous, la collecte à atteint les 100% qq minutes avant la clôture ! :-)) Merci à vous tous pour votre soutien à l'association. Nous vous donnerons très vite des nouvelles sur l'évolution du projet ;-)
Thumb_default
Toutes mes félicitations pour la réussite de cette étape. Cela fait du bien de savoir que la solidarité est au rendez vous. Mais je pense que vous devez être très apprécier. Bon courage et à bientôt
Thumb_default
Je remercie ENCORE "le meilleur des meilleurs" alias Kiki ;-D ainsi que la famille Navarro et Cacolac pr les dons !!!