Soutenez massivement le projet de réalisation de court-métrage « le Noël de Demba ». 26 minutes, un film social et créatif.

Large_image_noel_demba-1432993437-1432993454

Présentation détaillée du projet

Le Noël de Demba

 

Image_noel_demba-1432989067

 

 

Présentation du projet

Réalisation d’un court métrage de 26’, intitulé « Le Noël de Demba »

 

Résumé

Le soir de Noël, en banlieue parisienne des jeunes décident de commettre un cambriolage dans des entrepôts, l’un d’eux a oublié son arme chez lui et donne comme mission au plus jeune de le récupérer là où il a caché, à la cité, dans l’appartement de sa grand-mère. Demba accepte après avoir eu l’assurance de participer avec eux au cambriolage.

Demba est un adolescent de treize ans qui ne connais que la froideur de la cité, auprès de Mamie Gina la grand-mère, il va connaître un monde de chaleur qui va lui faire oublier sa mission. Des couches de jeunes, qui sont lâchés par la société de plus en plus jeunes.

 

Qu’elles sont leur repère quand leur modèle familiale sont aussi en décomposition ?

 

 

Quels sont les objectifs de l’action ?

L’objectif de l’action est de créer un court métrage dont le thème porte sur la reconnaissance de l’enfant dans le tissu urbain.

Le court métrage de 26 minutes met en scène Demba qui est un adolescent " difficile ", déstructuré, pour qui la notion de limite n’a que peu de sens. Il a 13 ans mais il a acquis une maturité au contact de la rue. Originaire du Sénégal, il n’a pas eu la transmission culturelle de ses parents, c’est un enfant de France, élevé dans le milieu urbain, stigmatisé par une société qui le repousse. Son admiration pour les grands, l'attire tout naturellement vers eux. Car les grands, ce sont les modèles de la cité. Demba, c’est aussi un enfant débordant de bagout à l’humour décapant. Mais sa rencontre inattendue avec Mamie Gina lui fera découvrir un autre horizon.

 

Quel en est le contenu ?

Le film "Le Noël de Demba" aborde le sujet de l’isolement social dans le cadre familial, au travers d’individus qui succombent dans ce combat pour la survie et la dignité sociale et d’autres qui cherchent leur voie tout en gardant leur dignité et leur valeur.

Des couches de jeunes, qui sont lâchés par la société de plus en plus jeunes. Quels sont leurs repères quand le modèle familial est aussi en décomposition ?

Demba, le soir de Noël, est pris par un dilemme qu’il doit résoudre en faisant son choix entre le chemin suivi par la bande des grands de la cité, et celui d’une grand-mère qui s’accroche aux valeurs d’antan.

 

La réalisation montre ces deux univers qui se côtoient dans l’environnement de la cité, deux univers qui s’entremêlent, où chaque décision nous précipite dans l’un ou l’autre, monde d’ombre et de lumière. L’action se passe le soir de Noël. Un gang, composé de jeunes de la cité, va commettre un cambriolage. Les images se déroulent en extérieur, par une nuit sombre. Les dialogues sont décousus et violents. Chez la grand-mère, on découvre un environnement de lumière et de chaleur. Demba oscille entre ces personnages qui s’imposent à lui mais dont l’issue, au bout du chemin, est complètement différente.

 

Quels en sont les public(s) cible(s) ?

Le court métrage s’adresse à un large public surtout à ceux qui réside ou travail en banlieue. 

 

Combien de personnes en ont été bénéficiaires ?

On fera un casting direct auprès du large public de la Seine-Saint-Denis pour une participation dans des rôles pour le court métrage.

 

 

Quel est le lieu (ou quels sont les lieux) de réalisation de l’action ?

Les principales scènes seront tournées en Seine-Saint-Denis.  

 

Quelle est la date de mise en œuvre prévue ?

La date de mise en œuvre sera le mois de juillet 2015.

 

Quelle est la durée prévue de l’action : un mois.

La durée de réalisation : sept jours de tournage et quinze jours de postproduction.

 

 

Quels sont les indicateurs et les méthodes d’évaluation prévus pour l’action :

L’indicateur premier sera la fréquentation aux salles de cinéma.

- La mise en ligne sur le web,

- Associé à un environnement culturel florissant qui demande à être diffusé aux plus grands nombre, les festivals de court métrage.

 

Les responsables des centres sociaux et écoles nous donnerons les impressions des enfants sur la représentation et leur vision sur le film.

 

Information complémentaire :

La cohésion social par le lien culturel, constituent une réalité nouvelle dans les villes en France. Mettre en place ce projet est avant tous pour montrer la vie des très jeunes dans les banlieues, cela s’inscrit dans la construction d’une diversité culturelle.

 

À quoi servira la collecte ?

Réaliser un court métrage

 

Photoo_1-_1-1432989274

 

Cela demande comme tous projet un investissement financier, Matériels, déplacements, tournage, post production, régie. Rémunérer les participants. Finaliser le travail, tirer des copies. Diffuser le film. Tout cela a un prix. Surtout si on veut un film qui, une fois finalisé, ne fini pas dans les armoires (hélas, c’est souvent le cas). Si l’argent n’est pas forcément gage de créativité au moins, il participe à le mettre en œuvre. Le marché du court métrage est embryonnaire: un film court engrange peu de recettes, et il est utopique de compter sur elles pour le financer, après réalisation. L'économie du court est donc grandement subventionnée, nous avons donc fait comme tous le monde nous sommes partis à la quête aux financements, mais pour compléter notre budget nous avons décidé de le porter aussi sur un site participatif. C’est pour ces raisons que nous comptons vivement sur vous.

 

Devis tournage:

MATERIEL LUMIERE                   3500€

Béta numérique + cassette  

MATERIEL PRISES DE SON      1500€

DAT+perche, micro, HF

MONTAGE IMAGE                        3000€

AVID+ monteur

MIXAGE                                            2100€

Pro tools 3jours+mixage 4jours

REGIE TECHNICIENS                  2500

défraiements

                                                           12600€

 

 

Si notre collecte dépasse la somme demandée

Nous passerons si possible à l’échelle supérieur et pensée à la production d’un long-métrage qui est aussi déjà écris et scénarisé. 

 

 

 

Notre premier court métrage réalisé :

“Le cauchemar de Bintou”, durée : 9 minutes, mars 2002, financement G.R.E.C.

Diffusion :, CFI, TV5 Participation aux festivals : - Clap 89 de Sens - Festival “Cinéma et exclusion” Images d’Ailleurs

 

 

 

 

Thumb_snapshot-13bis_copie-1432740755
TIFLOO

Réalisateur/auteur M. Max Pensedent J’ai une formation de graphiste qui m’a permis de travailler dans différent studios publicitaires. M’intéressant depuis de longues années à l’audiovisuel et aux images de synthèse, j’ai créé un album de bande dessinée.. Par la suite, j’ai réalisé plusieurs courts métrages. Je travaille actuellement en tant que... Voir la suite