Soutenez la jeune création avec la compagnie das Unheimliche pour sa première mise en scène!

Large_logo_sans_cie_2-1448358111-1448358121

Présentation détaillée du projet

 

 

Camille_bras_pench_e_nb-1448965163

Photo tirée du film je m'appelle l'amour j'ai 4 ans de Anna Carraud - Images de Pierre Hessemans

 

 

 

 

Résumé:

 

Mesa, solitaire, désemparé et épris d'absolu.

Ysé, belle et insouciante.

C'est dans un cimetière chinois que la rencontre évènement se fera.

 

 

 

 

 

Note d'intention de la metteure en scène Anna Carraud

 

Dès ma première lecture, mon corps s ‘engage, j’y vois un ballet. Le texte est pour moi organique et non lyrique. C’est physique ! J’axe ma recherche sur l’expérimentation du corps au travers de la danse afin d’investir le texte. En effet cette version du texte nous offre de part notamment ses didascalies et son rythme, une vision gutturale du « Partage de midi ». Le travail se fait donc dans un premier temps à partir de technique somatique pour être au plus proche de ses propres sensations. Pour ne pas aborder le texte uniquement de manière émotionnelle. Acquérir du concret physiquement pour ensuite passer aux mots. Je garde les mots de Claudel, ainsi que le travail du souffle qui s’impose naturellement. Mais la pièce est tronquée. Seule la relation entre Ysé et Mesa m’intéresse. Les autres personnages, du moins dans cette étape de travail, n’interviennent pas. Je tisse alors avec les mots de Claudel la seule relation amoureuse de Ysé et de Mesa.

 

 

 

 

 

Moodboard_3-1449238859

 

 

 

 

 

J’imagine des ombres. Car vraisemblablement nous sommes des ombres. Une mise en scène fantôme. Un texte fantôme. Celui qui ne vous quitte pas depuis des années. A maintes reprises, essayer et bien sûr chercher son sens, pour soi et pour tous. Il y a des démons, au sens du daïmon, une présence en soi qu’on a oublié mais qui nous guette. Un instinct. Une force inconsciente.

 

La notion de tissage est forte au travers de cette adaptation. Elle se témoigne tant dans le travail du récit, que dans la rencontre des corps, ou la scénographie. Il va falloir aborder l’espace comme un lieu d’empreintes, de traces et de restes. Par la lumière, criarde ou au zénith, je veux supprimer les ombres, ou au contraire créer l’emphase lorsque celle-ci exagère l’espace.

Sur scène j’imagine un amas de matières textiles cumulées, comme un gros tissage enflé. Celui-ci symbolisera à la fois les corps en putréfaction, la structure du récit, la rencontre amoureuse et délimitera l’espace de jeu.

 

La relation amoureuse, fil conducteur de cette informitée, je la vois comme une possible orientation dans la pensée, dans nos conditions contemporaines. La perdition dans le « on » devenant une dispersion générale. L’utilisation du « nous » propose une responsabilité du « je », de l’individu et de son altérité. Ici il est question de rencontre-événement, comme celle d’Ysé et Mesa. Face à cet invisible qui prend forme à travers leur tressaillement, se joue quelque chose de la tonalité de l’affect, une tension passionnelle, une pulsation pré-organique qui voudrait ressurgir. La Unheimlichkeit, notre zone d’ombre.

 

 

 

 

 

Img_3101-1448291226

 

 

Note d'intention du dramaturge Kevin Keiss:

 

 

L’adaptation.

Enquête sur la Passion d’Ysé et Mesa.

À l’instar de Roméo et Juliette ou de Hamlet et Ophélie, Ysé et Mesa appartiennent à notre imaginaire collectif théâtral.

Il s’agit ici de donner à voir « Un partage de midi » centré sur Ysé et Mesa. Uniquement sur eux. Une Passion. Au sens religion et étymologique du terme. « Patior », aimer et subir. Quelle est l’essence de ce couple mythique?

Nous souhaitons questionner leur présence sensible. Leur « vitalité désespérée » pour reprendre l’expression de Pasolini. Les outils de notre enquête seront les corps des acteurs, leurs voix et le texte de Claudel que nous ne toucherons pas. Si Ciz et Amalric ne sont plus ici nécessaires, seules leurs scènes seront retranchées.

Car c’est le chant de séduction, d’amour et de destruction, les illuminations que le texte de Claudel impulse qui nous intéressent.

L’idée n’est pas de raconter la « fiction » du Partage de midi, son histoire, encore une fois, mais de donner à voir la Passion de la relation amoureuse. Sa laideur et sa beauté, sa brutalité et son absurdité. Sa capacité de transcendance également.

 

Le lieux des possibles.

Le Partage de midi est la pièce du lointain, du voyage et du fantasme. L’Orient évocateur. Un ailleurs où tout est possible. Mais aussi le lieu de la transgression. Où la passion devient le révélateur de l’être profond.

 Le bateau de l’acte I est cet « entre-monde » où tout peut advenir.

Le Cimetière de l’acte II et la maison sur le point d’exploser de l’acte III autant de point d’ancrages pour une mise au plateau à la fois onirique et attentive au concret du quotidien. Les minuscules petites choses qui agitent les amants. Les gestes comme les objets. 

 

 

 

 

Moodboard_5-1449238901

 

 

 

 

 

 

Les comédiens

 

 

Camille Broillard

 

Camille_regard_nb-1448968373

Photo tirée du film je m'appelle l'amour, j'ai 4 ans de Anna Carraud - Images de Pierre Hessemans

 

 

Moustafa Benaïbout

 

Mous_nb-1448964675

Crédit photo: Fanny Vambacas

 

 

 

L'équipe artistique

 

Anna Carraud - Metteure en scène

 

Dan Imbert - Créateur lumière 

 

Kevin Keiss - Dramaturge

 

Elise Villatte - Scénographe

 

Julie Vulliez - Costumière

 

 

 

 

Extrait de la pièce "Le Partage de midi" de Paul Claudel

 

Ysé

 

Moi, je comprends, mon bien-aimé,

Et je suis comprise, et je suis la raison entre tes bras, et je suis Ysé, ton âme!

Et que nous font les autres? mais tu es unique et je suis unique.

Et j'entends ta voix dans mes entrailles comme une chose énorme et massive et aveugle et désirante et taciturne. 

Mais ce que nous désirons, ce n'est point de créer, mais de détruire, et que ha!

 

Un cri sauvage.

 

Il n'y ait plus rien d'autre que toi et moi, et en toi que moi, et en moi que ta possession, et la rage, et la tendresse, et de te détruire et de n'être plus gêné,

Détestablement par ces vêtements de chair, et ces cruelles dents dans mon coeur,

Non point cruelles!

Ah, ce n'est point le bonheur que je t'apporte, mais ta mort, et la mienne avec elle,

Mais qu'est-ce que cela me fait à moi que je te fasse mourir,

 

Elle étend les bras avec les siens.

 

Pourvu qu'à ce prix qui est toi et moi,

Donnés, jetés, arrachés, lacérés, consumés,

Je sente ton âme, un moment qui est toute l'éternité, toucher,

Prendre,

La mienne comme la chaux astreint le sable en brûlant et en sifflant!

 

 

 

 

 

La Compagnie das unheimliche

 

Nicolas Poulain - Président

 

Loriene Emely Mulder - Trésorière

 

Louise Lecoq Peyre - Secrétaire

 

Administratrice de Compagnie

 

Elodie Carollo

 

 

A Clara Vulliez pour le logo de la Compagnie das unheimliche, l'assistanat, le montage du film...

A Lyly Chartiez, Lilas Nagoya, Mathilde Papin et Lucie Raimbault pour la première étape de travail autour du "Partage de midi" de Paul Claudel. 

A Pierre Hessamans pour les images du film, je m'appelle l'amour, j'ai 4 ans

 

 

 

Soutien de L'Auditorium de Seynod

 

27274324-a8e4-4a7c-a629-8b7a650d8451-1449483841

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

 

Les déplacements des comédiens, le péage, l'alimentation... n'étant pas pris en compte par le théâtre, nous faisons appel à vous, chères et chers afin de mener à bien notre projet. 

Cette cagnotte à laquelle nous vous demandons de participer correspond a un budget minimum afin de couvrir : 

 

- Les déplacements des comédiens en train (Paris - Seynod)

- Le carburant pour se rendre à L'Auditorium de Seynod

- Le péage 

- L'alimentation

- La papeterie

 

Bien évidemment, si nous avons plus, étant une association à but non lucratif, nous utiliserons cet argent pour la conception du décor, la conception des costumes et pour la création lumière!

 

- Tissus pour le tissage au sol

- Costumes pour les trois actes

 

Pour la création de ce spectacle, l'Auditorium de Seynod nous offre gracieusement deux fois deux semaines de résidence (soit 6050 euros). Nous mettant à disposition  la grande salle de répétition et une régie, pour les périodes du 21 au 31 décembre 2015 puis du 22 février au 6 mars 2016.

La scénographie sera conçue aux arts décoratifs de Strasbourg par Elise Villatte.

Les costumes, eux seront sélectionnés dans une maison de couture ou fait par Julie Vulliez.

La création lumière sera de Dan Imbert.

 

 

Pour chacun de vos dons, vous pouvez bénéficier d'une réduction fiscale de 66% pour les particuliers et 60% pour les entreprises.

Exemple: Un don de 100 euros ne vous coûte que 34 euros après déduction fiscale. Sur simple demande, vous recevrez, à la fin de la collecte, un justificatif daté du jour de votre don, à mentionner lors de votre prochaine déclaration annuelle d'imposition. 

 

Thumb_anna_2-1448623804
dasunheimliche

Anna Carraud Née en 1987 au bord du lac Léman. Elle suit jusqu’à ses 20 ans différentes formations de danse. De la danse africaine, à la danse contemporaine, au Hip hop. Un rapport au corps fort qui se tournera après un accro de la vie vers le théâtre. Cela commence à l’université de Nanterre où elle étudie le cinéma et le théâtre. Elle... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bisous ! Bonne année ! Katell et Yves
Thumb_default
Vas-y, Anna fonce. Bisous MCV
Thumb_default
Au plaisir de découvrir cette création ...