Un court-métrage fantastique. Un père et un fils qui se rencontrent, une forêt, un lac, une barque... la magie.

Large_le_passage_affiche_16-9e

Présentation détaillée du projet

PITCH

 

Un jeune garçon rôde autour du pavillon d’un homme étrange.

Cet homme a le pouvoir de chasser les mauvais esprits des maisons, c’est un "guérisseur".

Le jeune garçon a une décision importante à prendre: doit-il accepter ou non cet homme, ce père qu'il ne connaît pas ?

Pour l'heure, il attend et observe ce drôle de type, de loin…

 

L'ORIGINE DU PROJET

 

Les histoires de famille, voilà un thème qui éveille ma sensibilité. Et ce qui m'intéresse plus particulièrement, c'est la relation que peuvent avoir les gens avec leur environnement direct: leur famille, leur travail, leur classe sociale et le lieu où ils vivent.

J'ai écrit l'histoire de ce petit garçon, Arthur, dans cet état d'esprit.

Mon but étant de faire croire à une histoire fantastique qui n'est en fait que l'histoire d'une rencontre entre un père et son fils qui ne s'étaient jamais vus jusqu'à présent.

 

LES PERSONNAGES

 

Arthur (Amane Lucas): le fils de Jean-Jacques. Il n'a jamais vécu avec son père. Baladé dans de multiples pays par sa mère, il a développé une grande richesse: un imaginaire personnel débordant. A 8 ans, sa mère pense qu'il a maintenant besoin de repères, de quelque chose de stable, d'un père. Mais le passage de relais est brutal, et Arthur le vit mal. Il se sent abandonné, et ce père reste pour lui un inconnu, entouré de personnages inquiétants et menaçants.

Jean-Jacques (Christophe Kourotchkine)

Il est guérisseur (rebouteux). Il passe sa journée à soulager la souffrance de ses patients mais semble impuissant face à celle de son fils. C'est un homme simple, d'origine paysanne. Il a hérité du savoir de guérisseur de son père qui le tenait lui aussi de son père. Il n'a jamais quitté sa région, c'est un sédentaire. Pouvant aussi bien guérir un mal de dos ou désenvouter une maison de ses mauvais esprits.

Talia / la sorcière (Ariane Zantain): d'abord cliente de Jean-Jacques, elle est devenue sa maîtresse. Arthur l'a bien compris et elle devient à ses yeux une sorcière. Talia représente une énigmatique allégorie féminine, objet de désir pour Jean-Jacques et cause de frustration pour Arthur.

La petite fille (Louna Lafaye): elle représente le double onirique et intrépide d'Arthur. Elle est présente à ses côtés, mais lui seul la voit.

La mère (Perrine Sonnet): elle n'apparait qu'en songe à Arthur, mais elle est un élément très perturbateur pour l'enfant qui se pose la question de savoir si elle ne l'a pas abandonné à ce père inconnu.

Les clients de Jean-Jacques (Bénédicte Dessombz, Nicolas Compain…): leurs traits de caractère sont exacerbés par le regard d'Arthur. Celui-ci voit ces personnages comme des acteurs en représentation dans une pièce de théâtre.

Les voisins (Corinne Jaze, Denis Gaugain, Léo Cheyrade): il représente pour Arthur tout ce qu'il n'a pas: une famille heureuse et unie. Arthur n'aime pas leur bonheur et les imagine dans des situations très désagréables.

 

Photos_kisskiss

 

LES LIEUX

 

Mon histoire se situe sur la commune de Cabanac et Villagrains en Gironde, proche du parc naturel régional des Landes de Gascogne. Un lieu isolé où les pins ont pris le pouvoir bien sûr, mais qui a la chance d'avoir plusieurs plans d'eau qui permettent de diversifier le paysage, lui donnant parfois des allures mystérieuses. Et puis planté dans ce paysage minimal, notre décor pour le film, à savoir le garage ou consulte Jean-Jacques qui est en fait l'ancienne gare SNCF sur le hameau de Villagrains. Une forêt est attenante à la maison ou se déroule l'action.

Cette campagne austère et dépeuplée, symbolise pleinement la personnalité de mes personnages. Abandon et solitude.

 

Rep_rages_cabanac___villagrains

 

LE TEMPS

 

L'action se passe sur vingt-quatre heures, du matin au matin suivant. Le film devrait durer 16 minutes.

(7 jours de tournage) 

 

LA MUSIQUE

 

Elle a une place importante. Elle sera composée par Sam Karpienia (Dupain, Forabandit). Sam fait une musique à son image, haute en couleur. Il est chanteur et joueur de mandole autodidacte et il s'est inspiré de musiques aussi diverses que le flamenco, la musique occitane et le rock. C'est la première fois qu'il travaille sur une musique de film originale. Il vit et travaille à Marseille.

Le site de Sam Karpienia

 

 

L'IMAGE

 

Le chef-opérateur est Michel Dunand. Le film est tourné en numérique, avec une RED EPIC. Le traitement de la couleur du film, fera référence aux films fantastiques comme Stalker ou le Miroir de Tarkovski. L'essentiel des plans du film, sont subjectifs et représentent le regard d'Arthur. Ils accentuent l'aspect onirique et théâtral de l'univers dans lequel il s'enferme. Idéalement, les premiers plans du film seraient filmés du ciel depuis un ULM. L'entrelacement des champs et forêts vu du ciel, introduirait l'état onirique et imaginaire dans lequel mon personnage principal, Arthur, est en permanence. Nuit américaine pour la nuit dans la forêt et sur le lac.

Le site de Michel Dunand

 

LES COSTUMES

 

Ils seront réalisés par la créatrice de mode Sakina M'Sa. Celle-ci travaille depuis longtemps avec des vêtements qu'elle récupère et recompose (Emmaus, Guerrisol...). D'origine Marseillaise, elle travaille à Paris. Elle prendra un malin plaisir à apporter une touche intemporelle aux vêtements des personnages, afin d'accentuer l'aspect fantastique de l'histoire. 

le site de Sakina M'Sa

Le_passage_robe_sakina_m_sa_02

 

EXTRAIT DU SCÉNARIO

Le_passage_extrait_sc_nario

À quoi servira la collecte ?

Nous avons établi un budget à 6 800 euros  pour les 7 jours de tournage (10-17 août 2013).

Toute l'équipe, professionnelle, travaille bénévolement sur ce projet.

 

Les habitants de la commune où nous tournons, Cabanac et Villagrains (33), nous ont d'ores et déjà proposé leur soutien artistique et logistique : pour jouer quelques rôles, solutions logements, prêts de véhicules...

 

Cependant, il nous reste à assurer :

 

- La location du matériel de tournage (caméra, objectif, steadycam, éclairage, son) : 3 000 euros

- Les frais de transport de l'équipe technique et artistique : tournage en Gironde et équipe en provenance de Paris et Marseille (20 personnes au total) : 1 600 euros

- Frais de régie : location/achat d'accessoires, éléments de décors : 1 000 euros

- Repas : 1 200 euros

 

Le réalisateur investit 1 800 euros. Vos soutiens à hauteur de 5 000 euros nous permettront de mener à bien ce projet !

 

Coup de main production : Société de production de films documentaires, Zebras Films  (Didier Zyserman, Marie-Anne Somda, Jean-François Aurenty) nous soutient amicalement pour la gestion de la production

 

UN GRAND MERCI D'AVANCE POUR VOS DONS ET "PARTAGES" !

 

Thumb_olivier_photo
OlivierLucas

Diplômé des Beaux-Arts de Marseille en 1992, Olivier Lucas réalise des vidéos expérimentales remarquées et sélectionnées dans diverses rencontres d'arts durant les années 90. Parallèlement, il participe au montage des structures Télé d'un Jour et Image Hic à Marseille. En 2001, il part à la recherche de son père inconnu à Paris, en Angleterre, et en... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Un petit coucou assorti d'un gros bisou Bon Courage pour le tournage et Meilleurs vœux de Réussite pour toi Olivier , toute l'équipe et le Passage vers le meilleur....
Thumb_default
Tiens bon Olivier!
Thumb_581060_319349368147762_83797035_n-1451837277
Bon tournage à vous !