Contribuez à améliorer les conditions des femmes de Nianing (Sénégal) en les aidant à démarrer leur activité maraîchère !

Large_photo_kkbb_marie_beugnet-1446668496-1446668575

Présentation détaillée du projet

 

 

Kisskissbankbank_-_titre_1_fr-1445808422

 

C'est une action de solidarité internationale qui aura lieu au Sénégal entre mars et septembre 2016. Le but : permettre à 10 sénégalaises volontaires de s'installer en maraîchage. Ce projet est mené conjointement entre le Centre de Promotion Rurale de Nianing (CPRN), structure locale d'accueil, et l'association étudiante nancéienne 3D'Tour.

 

Le_potager_des_dames_-_carte_2-1445443307

Carte avec la localisation du Sénégal et de Nianing

 

La construction des infrastructures, la mise à disposition des terres, du matériel ainsi qu'une formation complète sont les grands objectifs du projet. Les mots d'ordre : répondre à un besoin et à une volonté de la population locale, garantir l'autonomie des femmes et ainsi développer une activité durable.  

 

 

Kisskissbankbank_-_titre_2_fr-1445795587

 

L'agriculture, l'élevage et la pêche sont les principaux secteurs d’activité au Sénégal et emploient environ 50% de la population active. Dans la région de Nianing, on assiste de plus en plus au développement de l’activité maraîchère mais celle-ci reste fragile par le manque de formation et d’accompagnement.

 

Les femmes, elles, ne peuvent pas facilement pratiquer une activité agricole car les terres sont possédées par les hommes de façon ancestrale. Leurs principales sources de revenu sont le ramassage de coquillages et la vente d'objets d'art à la sortie des hôtels. Néanmoins, ces activités s'essoufflent. Le dernier hôtel de Nianing a fermé il y a quelques mois car le tourisme doit faire face à l’épidémie Ebola et aux taxes dues à l’instauration du visa biométrique. Par ailleurs, les ressources marines se dégradent par la surexploitation et la détérioration de l’environnement marin.

 

Le développement d’une activité agricole par les femmes leur permettrait d’avoir une source de revenu plus stable et une meilleure autonomie. Cette installation nécessite un accès aux terres et un appui en terme d'accompagnement et de formation. Le CPRN possédant des terres non exploitées, c'est une bonne opportunité pour aider les femmes ! Elles pourront ainsi développer une activité maraîchère solide et durable.

 

P6230674-1445443728

Le premier groupe de femmes défrichant leurs parcelles

 

 

Kisskissbankbank_-_titre_3_fr-1445796222

 

Le Centre de Promotion Rurale de Nianing (CPRN) a été repris et réhabilité par Frère Christophe Ngom depuis 2009 et est soutenu par la Congrégation des Frères du Sacré-Cœur. Son objectif est de contribuer à la promotion du monde rural par l’accompagnement, l’appui matériel et le suivi jusqu’à l’autonomie des maraîchers.

 

Le CPRN accompagne le monde paysan, en totalité masculin, dans les communautés rurales de Malicounda et Nguénière aux alentours de Nianing. Il a proposé ses parcelles non exploitées aux femmes habitant à Nianing et les 30 premières ayant répondu à l'appel ont été retenues. Elles forment depuis le Groupe de Mbog-a-Yaay de Nianing. Son nom fait référence à la famille : leur but est de former un groupe solidaire, comme une grande famille !

 

L'année dernière, 2 puits fonctionnels ont été construits avec l’appui de l’ONG hollandaise CORDAID pour alimenter les parcelles en eau. Ces puits ne fournissant pas suffisamment d’eau pour 30 femmes, uniquement 11 d'entre elles ont pu être accueillies au centre. Ainsi, notre objectif est de poursuivre ce projet en construisant un nouveau puits afin de compléter les ressources en eau et d'installer un nouveau groupe de 10 femmes.

 

Cette action est donc ancrée localement. Elle répond à une demande de la population de Nianing et s’inscrit dans la continuité d’un projet déjà existant.

 

Le_potager_des_dames_-_photo_de_profil_3-1445443448

Premier groupe de femmes installées puisant de l'eau au bassin pour arroser les oignons

 

 

Kisskissbankbank_-_titre_4_fr-1445796468

 

Nos objectifs consistent donc en la construction d'un puits courant mars 2016 qui permettra l'installation de parcelles maraîchères pour 10 femmes. Nous nous chargerons de l'accueil et de l'accompagnement du groupe de femmes de mai à septembre 2016, soit tout au long de leur première campagne de maraîchage (cycle de culture du semis à la récolte). Le matériel nécessaire sera fourni par nos soins, ainsi que les matières premières pour la première campagne. Des formations aux techniques culturales et à la gestion budgétaire seront mises en place par Frère Christophe Ngom et nous-mêmes pour garantir l’autonomie technique et financière des femmes.

 

 

Kisskissbankbank_-_titre_5_fr-1445796683

 

Le projet ne s'arrête pas là ! Nous comptons faire partager notre expérience et sensibiliser différents publics à la solidarité internationale. Des restitutions à destination des étudiants seront organisées à Vandoeuvre-lès-Nancy : une exposition photo sera installée à la bibliothèque universitaire du pôle Brabois et une conférence organisée à l'ENSAIA lui fera échos. Ces interventions permettront de partager notre expérience, de sensibiliser à la solidarité internationale et de donner des conseils aux étudiants qui voudraient mener le même type de projet.

 

Mais il n'y en aura pas que pour les étudiants : d’autres restitutions, cette fois-ci sous forme de séquences ludiques, seront mises en place dans les écoles élémentaires et les collèges. Nous présenterons notre projet et mettrons en place des activités illustrant une thématique particulière, en la reliant si possible au programme scolaire. Nous pourrons par exemple animer un atelier jardinage de mise en pratique, faire découvrir la culture sénégalaise avec un atelier cuisine ou encore comparer la faune et la flore avec une petite expédition nature dans la cour de récréation.

 

Les thématiques destinées aux collégiens sont davantage orientées autour du développement durable et de la mise en place d'un projet de solidarité internationale. Cela permettra de réfléchir avec eux aux enjeux de ces actions, aux différentes situations que l'on peut rencontrer et comment les gérer.

 

 

Kisskissbankbank_-_titre_6_fr-1445796961

 

Pour s'assurer du bon fonctionnement et de la pérennité de l'activité des femmes, nous resterons en contact avec elles par l’intermédiaire de Frère Christophe Ngom qui sera chargé de l'accompagnement sur le long terme.

 

Mais ce n'est pas fini ! Nous communiquerons auprès des étudiants de l’ENSAIA pour leur proposer de poursuivre notre projet l'année suivante aux côtés de Frère Christophe Ngom en installant au centre les 9 femmes restantes.

 

Et l'histoire pourra encore continuer les années d'après : Le groupe Mbog-a-Yaay a en tête de poursuivre sur sa lancée en installant un poulailler. Le CPRN projette également de développer l’activité maraîchère des femmes dans les villages alentours. Pour cette dernière action il y aura du travail notamment en ce qui concerne l’acceptation des maris. Néanmoins, Frère Christophe reste confiant car il a su acquérir une certaine légitimité en travaillant à leurs côtés pendant de longues années.

 

À quoi servira la collecte ?

Kisskissbankbank_-_titre_7_fr-1445797965

 

La collecte du crowdfunding constitue une partie des recettes de notre budget prévisionnel. Nous sollicitons également des organismes publics, des entreprises... et nous apportons notre contribution personnelle bien sûr !

 

Du coté des dépenses, nous avons pris en compte tous les coûts que nécessitent ce projet : l'achat de matériel, l’installation d'infrastructure, les frais de mission, les coûts des restitutions en France... Mais vu qu'une image vaut parfois mieux qu'un long discours, nous vous laissons jeter un œil à notre budget prévisionnel :

 

Budget_fr-1446140007

*A : acquis ; E : espéré

**sous condition d'un cofinancement publique

 

Les 1 000€ de la campagne de crowdfunding seront utilisés dès la première étape de l'action pour construire le puits nécessaire à l'activité ! Sans puits, pas d'eau et donc pas de maraîchage !

 

Kisskissbankbank_-_titre_8_fr-1445798199

 

Directement dans nos poches ? Bien sûr que non !

 

Comme vous pouvez le voir dans notre budget prévisionnel, une partie des recettes n'est pas encore acquise. Le surplus permettrait d'être moins demandeur et d'assurer plus facilement nos fonds. Cela nous aiderait également à rebondir plus aisément si une demande de subvention est refusée ou que la somme donnée n'est pas celle espérée. Par exemple, si nous réussissons à récolter 500€ supplémentaires, ils serviront à la construction des 4 bassins qui seront alimentés par le puits ! Autrement dit un coup de pouce de plus pour la réalisation du projet !

 

Et si tout marche bien et que nous obtenons toutes les recettes espérées ? Et bien, nous pouvons améliorer notre projet en achetant du matériel agricole supplémentaire pour améliorer les conditions de travail des femmes !

Thumb_p1020165__2_-1445348543
Carole & Pauline 3D'Tour

Carole Beugnet et Pauline Thibaux, l'une originaire d'Auvergne et l'autre de la région Centre, sont deux étudiantes de l'Ecole Nationale Supérieure d'Agronomie et des Industries Alimentaires (ENSAIA) à Nancy. L'association étudiante 3D'Tour dont elles sont membres mène des projets de découverte à l'international liant l'Homme, l'agriculture et... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Coucou les filles :) J'espère que votre beau projet se passera bien ! Bon courage à vous deux, Audrey
Thumb_default
Bravo pour cette initiative qui a du sens localement. Parce que les solutions locales seront partout plus fortes. Avec mes encouragements pour la mise en œuvre sur place ! Je suis preneuse de nouvelles d'avancement. Laurence (tante de Samy)
Thumb_default
Bonsoir Pauline et Carole Un bonjour d'Orléans de la part de Pascal et Françoise et un grand succès à votre généreuse et magnifique entreprise. On vous embrasse Pascal & Françoise Brault