Soutenez-nous et prenez votre ticket pour Le Prochain Train, un conte sur nos liens à l'ère du numérique, au Festival OFF d'Avignon 2014

Large_final_prochain_kkbb

Présentation détaillée du projet

« Je te parle de ce lien qu'il y a entre nous. Tu ne le vois pas, tu ne peux le sentir, le toucher, ou l'entendre. Il n'apporte aucun goût dans ta bouche. Mais il est là, entre l'autre et toi, il vous éclaire et vous lie. Et jusqu'à aujourd'hui, il nous appartenait encore »

 

Les Bandits de Grand-Moulin présentent LE PROCHAIN TRAIN

Une pièce d'Orah de Mortcie sur une musique de Cédric le Guillerm

Interprétée par Jeanne Couppié et Stéphane Duguin

Du 5 au 27 juillet 2013 à 14h35, Théâtre Notre-Dame, 13-17 rue du Collège d'Annecy, 84000 Avignon

 

MISE A JOUR DU 28/03/2014

Vu l'avancement du financement (plus de 90% en moins de quatre jours) et les promesses de don, nous avons décidé d'ajouter un pallier supplémentaire au projet :)

 

- SI NOUS ATTEIGNONS 3250 EUROS

Nous produirons la création d'un DVD sur lequel sera enregistré une captation de la pièce et des extraits des coulisses du projet.

Ce DVD sera automatiquement ajouté comme contrepartie pour les dons de 70 euros et plus !

 

Merci encore pour votre participation à l'aventure LE PROCHAIN TRAIN. La pièce est soutenue par l'association Avignon Le Off et subventionnée par la SPEDIDAM.

Beg7nw2ciaa2cqr

 

Capture_d_e_cran_2014-03-16_a__15.34.33

 

LE PROCHAIN TRAIN conte la rencontre de deux solitudes. Vincent est un toxicomane du travail. Rivé à son écran, ignorant de la vie qui coule autour de lui, il ne lèvera la tête que pour constater que sa femme est partie sans même qu'il ne s'en aperçoive. Poussé par son entourage à se ressaisir, à réagir, il choisira la seule solution logique à ses yeux : faire appel à une professionnelle des réseaux sociaux, afin qu'elle lui invente et administre sa vie.

 

Karine est la meilleure dans son domaine. Elle gère la vie de ceux qui n'ont plus le temps de le faire. Donnez-lui vos identifiants et vos mots de passe, elle s'occupera du reste. Dès lors, tous deux se mettent en affaire: quoi de plus logique dans une société où chacun se débat pour maintenir son employabilité et sa rentabilité ? C'est sur cette base étrange que ces deux solitaires vont se découvrir et s'apprivoiser.

 

Enjeu

 

L’intrigue traite des liens à l’ère du numérique sur fond de dépossession de nos identités. L’objet de la pièce est de parler de problématiques très actuelles : l’abandon de notre intimité à la sphère publique du web, la marchandisation des vies privées dans l’univers du tout gratuit, la permanence d’information qui change notre rapport au temps, la mutation de la notion d’identité.

 

La pièce s’adresse aussi bien aux technophiles qu’aux néophytes des outils de communication. La scène est l’occasion d’échanges inattendus. On s’interroge sur les relations humaines, une manette de jeu à la main, tout en discutant de la Singularité, de Snapchat et de Spinoza. Surtout, on s’intéresse moins à ce qui se passe à l’écran qu’à celui qui le regarde. Pour ce que nous avons pu en découvrir, c’est une des premières tentatives d’aborder ces thèmes dans un spectacle vivant.

 

Karine et Vincent se croisent dans un bourdonnement technologique incessant. La pièce a pour décor un monde où tout est devenu marchandise, de nos identités à nos rencontres. Qu'est donc devenue la poignée de main qui nous liait ? En sommes-nous toujours propriétaires ? Les personnages flottent dans un torrent d'information et de mouvement, étourdis d’être perpétuellement à contretemps. Au hasard de leurs regards, on perçoit parfois une hésitation, comme l'indice d'une possibilité : que se passe-t-il lorsque l'on tente de ralentir ? Que se passe-t-il lorsque l'on a l'instinct d’être dans l'instant ?

 

Si les rapports entre l'homme et la technologie sont au centre de la réflexion, la pièce ne pose pas le débat en terme d'ancienne ou de nouvelle génération. Elle n'oppose pas les vieux cons aux jeunes connectés. Elle ne maugrée pas que c’était mieux avant. Elle pose de simples questions : savons-nous où nous allons ? Qui a choisi cette direction ? A qui appartiennent ces rails où nous nous bousculons ?

 

Musique

 

Cédric le Guillerm, compositeur des bandes originales de « Demain il Fera jour », « Maintenant » et « Madame K », construit avec Le Prochain Train une ambiance musicale aux antipodes des notifications digitales. Sous sa direction, les musiciens créent une atmosphère subtile et épurée qui vient donner une couleur unique à l'ensemble. La musique accompagne l'histoire mais ne la sous-titre pas. Elle est comme un conteur qui lève le voile sur le salon de Vincent. Elle habite le lieu en accompagnant l'imaginaire du spectateur. Elle joue avec les sentiments des scènes qui l'entourent, tout en racontant sa propre histoire. Elle porte l'indice de l’ancienneté d'un propos mal masqué dans une parure moderne. C'est un conte qu'elle a déjà raconté. Elle le raconte de nouveau, comme on raconte un vieil ami que les années n'ont pas changé.

 

« Avec la musique du Prochain Train, je vais parler du temps qui passe, du souvenir, de la vie en nous, de colères et de joies. Une musique simple et sincère qui sans pathos et sans souligner l’émotion - j’y veille - mais avec force et caractère, s’entend comme un souvenir commun, une mélodie que l’on avait oubliée. » - Cédric le Guillerm

 

Cedric le Guillerm sur le spectacle Maintenant! par la compagnie Demain il fera Jour

 

 

 

Capture_d_e_cran_2014-03-16_a__15.58.17

 

ERWAN CARIO - LIBERATION - ECRANS.FR "Le personnage de Karine est fascinant et mériterait presque une série télé à elle ! :) La fin est très belle (...) Bravo !"

 

ERWAN HIGUINEN - LES INROCKS - GAMESLEMAG "Ça y est, j'ai (enfin) lu Le Prochain Train. Le problème, c'est que je ne sais pas trop quoi dire d'utile à part que j'ai trouvé ça bien. J'aime la manière dont les thèmes sont amenés et la façon dont le dialogue permet de désamorcer ce qui pourrait faire trop pièce à message"

 

LACTIMELLE - blog théâtre "Le texte m'a vraiment touchée. C'est fin et sensible."

 

THÉÂTRE COTE CŒUR - blog théâtre "Le texte est très bien écrit. Il y a de l'humour, de l'émotion, de la réflexion. J'ai hâte de voir la pièce sur scène. Il y a des répliques qui font mouche, des vérités et des questionnements énoncés parfois brutalement, mais toujours avec justesse."

 

YOHANN CLAUSSE - blog théâtre "Cette pièce m'a fait un bien fou, sans que je puisse décrire pourquoi. J'ai trouvé la relation entre Vincent et Karine touchante et sincère. Le sujet de l'addiction est magnifiquement traité."

 

STEPHANIE DE VANSSAY - 2vanssay.fr "J'ai lu et beaucoup aimé... Il y a une vraie atmosphère, on visualise bien ce que ça pourrait donner comme mise en scène, bref très chouette ! La vision est un peu négative par rapport à la mienne mais je l'ai trouvée quand même assez juste."

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Le coût total de la pièce Le Prochain Train est évalué à 27000 euros. C’est un investissement majeur pour une compagnie comme la nôtre.

Nous avons consacré notre budget en priorité aux dépenses couvrant les répétitions, le montage de la pièce et l’écriture de la musique : Le Prochain Train ira à Avignon. La question est : est-ce que le public sera au courant ? Ce financement participatif va être utilisé pour financer la communication au travers des actions suivantes, dans un ordre de priorité :

 

1- Communication visuelle:

- Flyers : l’expérience passée dans les rues d’Avignon a démontré que le qualitatif prévaut sur le quantitatif. Nous allons donc faire imprimer 5000 flyers de belle qualité. Ils ne seront pas semés à tout vent mais remis à l’occasion d’un réel échange. Cette méthode nous avait assuré un très bon retour sur tract en 2012. Le coût est de 300 euros.

- Affiches et bâches : même constat que précédemment. Nous allons placer peu d’affiches mais les placer dans des endroits stratégiques et surtout veiller à un réaffichage tout au long du festival. Nous allons également placer deux ou trois bâches dans les lieux de passage fréquentés. Pour ce faire, un budget de 500 euros est nécessaire.

 

2- Edition : tout comme la Carie d’Alexandrie et Hors Sec, nous allons éditer le texte à notre propre compte d’auteur. Le coût est de 800 euros. Si le livre était édité par un éditeur, cela couvrirait les frais de mise en page et d'achat pour les contreparties.

 

Horssec_couv_03_12  Lacariereborn_couv_02_11

 

3- Bande originale : Cédric le Guillerm a composé une musique magnifique pour cette pièce. A l’instar de ses productions précédentes pour la compagnie Demain il fera jour, nous souhaitons éditer un CD audio. Le coût est de 900 euros.

 

Nous demandons donc 2500 euros car nous voulons privilégier ces trois premiers objectifs. Si cette somme était dépassée, nous avons d’autres idées que nous nous ferons un plaisir d’exposer ici.

 

4- DVD

Si nous atteignons 3250 euros, nous produirons la création d'un DVD sur lequel sera enregistré une captation de la pièce et des extraits des coulisses du projet.

Ce DVD sera automatiquement ajouté comme contrepartie pour les dons de 70 euros et plus !

 

 

5- Traduction : Nous avons d’ores et déjà reçu de nombreuses critiques très enthousiastes quant à la qualité du texte. Plusieurs lecteurs nous ont fait remarquer que le propos dépassait les frontières francophones. Dès lors, si nous atteignons 5000 euros, nous comptons faire appel à un service de traduction.

 

 

 

LE PROCHAIN TRAIN est subventionné par la Logo_spedidam

 

 

 

Thumb_avatar1
OrahdeMortcie

Auteur et metteur en scène, je signe avec LE PROCHAIN TRAIN ma sixième création théâtrale. La pièce sera présentée au Festival Off d'Avignon 2014 au Théâtre Notre-Dame (www.leprochaintrain.com).

Derniers commentaires

Thumb_p1110047-1459054911
J'ai lu le script, il m'a bluffé, retourné, ému....C'est plus que rare, alors chapeau les artistes...
Thumb_avatar1
Exactement :) Merci pour le coup de pouce dans la descente en tout cas. Donc pour Madame et Monsieur, une affiche, deux places, un CD et un livre !
Thumb_default
Donc : vous prenez le prochain train avec un vélo neuf pour aller au ski, c'est ça le projet ?!...