Riquet et ses princesses font appel à votre générosité pour enflammer les tréteaux

Large_ouais-1517483958-1517520377

Présentation détaillée du projet

Bonjour bonsoir,

 

Nous sommes deux jeunes demoiselles de 16 et 17 ans, en classes littéraire, passionnées de théâtre et irrésistiblement attirées par ce monde. Ci-dessous, une image de qualité supérieure pour vous montrer nos frimousses.

 

Nous sommes actuellement en train de monter trois projets entre nos heures de cours : “La passion a un sein plus petit que l’autre”, “La barbe de Cassiopée” et “l’Autre poitrine”.

"La passion a un sein plus petit que l'autre", réunit onze acteurs (dont nous faisons partie). Cette pièce sera jouée en avril au lycée Vaugelas puis le 2 et 3 juillet à l'auditorium du conservatoire de Chambéry. Les entrées seront gratuites vous êtes donc évidemment bienvenus !

"La Barbe de Cassiopée" a simplement été écrit et commence à prendre forme doucement dans nos pensées...

"l'Autre poitrine" est la pièce dont nous voudrions vous parler aujourd'hui, celle qui a réellement besoin de votre soutien !

 

Le thème de l'amour, et plus particulièrement de la passion revient souvent dans nos écrits car le théâtre est pour nous le moyen d'exprimer une parole sincère, de montrer l'Homme (avec un grand H) dans sa plus grande complexité. Nos pièces questionnent donc les enjeux esthétiques et amoureux de la société et se donnent le Graal d'explorer tout types de relations humaines. L'adolescence est un âge de découvertes, d'envies de créations mais d'angoisses aussi, d'appréhensions. Un âge où peut se jouer le destin. Un âge que vous avez vécu, que vous vivez encore peut-être, un âge qui nous prend, nous suit et ne nous quitte parfois jamais.

 

Nous avons écrit cet âge. Mais maintenant nous avons besoin de vous pour le faire exister.

 

 

Voilà, là c'est encore nous... Vous avez regardé la bande-annonce ? (Elle est provisoire mais révèle assez bien la veine de notre spectacle)

 

l'Autre poitrine donc. Une pièce un peu étrange, poétique, drôle mais aussi tragique ; écrite par Célia qui se rêve dramaturge, mise en scène et jouée avec Mélodie.

Célia joue Saphia et Mélodie, Aglaé. Deux sœurs. Dans cette scène l'amour rend l'une reine, l'autre poussière. Mais c'est leur dualité qui les rend concrètes. Elles existent.

 

L'Autre poitrine est une pièce basée sur le conte de Riquet à la houppe (de Charles Perrault). Mais il est secondaire à l'histoire, comme une voix, le regard innocent d'un homme amoureux mais impuissant. Nous jouons les deux sœurs. Opposées en tout mais pourtant indissociables. Leur relation est obscure, indéfinissable. Conflictuelle. Elles parlent de beauté, de masques, d'amour, de sagesse. Elles parlent et s'inventent. Elles dansent.

Perpétuelles insatisfaites elles cherchent à refouler leurs envies : mais la vérité sait rattraper le désir. Aglaé cherche en l'admiration de l'autre sa propre gloire, son propre miroir. Aglaé est le centre.

 

Et vous ?

 

Vous avez déjà voulu être quelqu'un d'autre ?

 

À quoi servira la collecte ?

Avignon, vous l'avez deviné, ou plutôt lu ou début de cet article. Avignon, le siège immense du théâtre qui fait vibrer le cœur de tout artistes.

 

Avignon est un festival de théâtre, ou plus généralement d'art qui se déroule chaque année durant le mois de juillet, cette année du 6 au 29.

Voilà notre raison du pourquoi.

Mais comment ?

 

Après quelques recherches, démarches et demandes, Le théâtre du vieux balancier du festival d’Avignon est à nos portes, à portée de doigts... Nous sommes déjà dans la programmation, ce qui est incroyable, et nous avons signé le contrat de location, contrat qui nous permet d'avoir la salle de 9h45 à 11h15 afin d'y jouer de 10h à 11h. Nous la louons pour vingt jours, vingt jours intenses durant lesquels nous jouerons chaque matin (du 6 au 26 pour être précis).

Mais ce contrat de location est bien trop cher pour nos deux jeunes vies d’étudiantes...

 

Il coûte 2550 euros. 

 

Nous avons déjà payé un premier versement de 1350 euros en retirant dans l’argent prévu pour nos études, car, comme dirait presque Verlaine : “du théâtre avant toute chose”.

Mais il nous faudrait pouvoir rembourser cette somme ainsi qu'avancer la seconde...

 

 

Et c'est là que vous entrez sur scène.

 

Regardez, les projecteurs sont braqués sur vous.

 

Deux trois cinq trente sept cinquante douze, euros dollars rouble franc peso livre couronne... un don, de la valeur que vous le souhaitez, un don pour nous aider, pour nous permettre d'atteindre cette première somme.

Un don pour nous encourager, pour nous permettre d'avancer, de donner à nos rêves une consistance réelle.

 

L'argent que vous pourriez nous donner irait d'abord à l'association du Rire d'Ariane puis au théâtre du Vieux Balancier. Si par un heureux hasard le montant de la somme dépassait nos espoirs les plus fous nous nous en servirions pour payer l'adhésion au service de l'AF&C (Avignon Festival & Compagnies) qui coûte 313 euros.

 

Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter ordre et beauté, luxe, calme et volupté.

Merci :)

 

Que Dionysos et Apollon vous gardent.

 

Célia et Mélodie

Thumb_27266922_310551322771387_1110679980_o-1517134081
le_rire_d_ariane

Sauvez les harengs fumés / Les artistes et Cassiopée / Aidez la petite Aglaé / A faire rayonner sa beauté ! / ( M e r c i )

Derniers commentaires

Thumb_default
Merci pour votre vitalité et créativité ! Ne lâchez rien et surtout pas vos rêves !
Thumb_default
Et qu'un jour prochain vous puissiez vous dire "we did it"
Thumb_20180124_125551_0-1518375479
C'est quand on découvre des projets tel que celui-ci qu'on souhaiterait être millionnaire pour débloquer les fonds en un clic ! Malheureusement pour vous, (et un peu pour moi aussi, hein ?) je suis loin d'être millionnaire. Tout comme vous je suis lycéen, tout comme vous je suis passionné de théâtre, tout comme vous j'ai des projets de pièces. Mais la différence majeure c'est que je suis encore très loin de les réaliser ! J'ai fais un petit don en espérant qu'il vous sera utile, j'ai partagé et incité à partagé sur les réseaux sociaux. Voir de tel projet redonne le sourire, et j'ai hâte de venir vous voir jouer à Avignon. Louis Jouvet disait qu'il n'y a "rien de plus futile, de plus faux, de plus vain, de plus nécessaire que le théâtre." Ma première impression est que vous allez liée la futilité au nécessaire comme personne !