Toute l’équipe du «Roi d’Araucanie» vous invite à un époustouflant voyage théâtral qui vous mènera du Périgord profond aux lointaines pampas d’Araucanie en passant par les rues encanaillées de Paris. Voyage multifacettes, théâtral bien sûr mais aussi culturel, linguistique et musical.

Large_kkbb

The project

D382bd8ae87d9139df6458192532657c_s

L’histoire

 

Le texte raconte l’histoire rocambolesque et néanmoins vraie de Orélie-Antoine de Tounens.

1857: Antoine de Tounens, avoué à Périgueux, rêve de partir pour de longs voyages à l’autre bout du monde. Il vend son étude et s’embarque au Havre pour rejoindre l’Amérique du Sud où il débarque en 1858.

1860: il gagne la province d’Arauco (sud du Chili actuel) où il réussit à convaincre les Mapuches (prononcer «Mapoutché») de le faire Roi d’un état souverain, le Royaume d’Araucanie et de Patagonie. Mais ses pérégrinations sont suivies de près par le colonel chilien Saavedra qui le fait enlever et enfermer. Afin d’éviter tout incident diplomatique et étant donnée son origine française, il sera déclaré fou et sera renvoyé en France.

1869: A Paris, les services secrets le contactent pour qu’il reparte en Araucanie et rétablisse sa royauté car Napoléon III a perdu la guerre contre le Mexique et le royaume d’Araucanie représente la dernière chance de l’établissement d’une colonie française sur le sol américain. Mais à son retour en Araucanie, Saavedra l’attend. Il lui annonce que les bâtiments de guerre qui croisaient au large des côtes araucanes sont repartis car, en France, Napoléon III a été renversé et la République proclamée. Il est ainsi de nouveau renvoyé dans son pays d’origine.

1878: il meurt à Tourtoirac, en Périgord, tout près de son village natal.

 

Dansede_but

Le spectacle

 

La pièce que nous montons poursuit deux objectifs distincts et pourtant intrinsèquement liés.

Celui de faire découvrir l’histoire oubliée d’Antoine de Tounens, l’existence d’un homme (presque) ordinaire porté par ses rêves mais perdu dans les méandres de l’Histoire Officielle et toujours à la lisière de celle-ci. C’est tout le portrait de la conquête coloniale à la française qui est dépeinte à travers lui, le portrait d’une époque, le Second Empire. C’est aussi poser la question de la valeur de l’humain et de ses aspirations face à la raison d’état, la raison des états, en l’occurrence français et chilien.

Et celui de mettre en lumière l’existence du peuple Mapuche, oublié des media et des grandes causes internationales. Ils ont résisté 400 ans aux Incas qui voulaient annexer leurs terres; ils ont résisté 300 ans aux Conquistadores qui voulaient annexer leurs terres. Ils ont résisté 100 ans aux chiliens qui voulaient annexer leurs terres - jusqu’à l’invention des armes automatiques qui mena, après des massacres que l’on peut qualifier de génocide, à leur annexion par le Chili en 1903. Aujourd’hui, en 2013, ce peuple est encore en lutte: contre le Chili pour faire reconnaître ses droits, et contre les multinationales qui viennent piller leurs ressources naturelles. Près de 1000 ans de lutte... Parler des Mapuches aujourd’hui, c’est reconnaître les erreurs du passé, c’est prendre en compte que ce peuple précolombien est le seul à ne pas avoir été exterminé par l’homme blanc et qu’il a toute sa place au sein de ce vaste ensemble nommé Humanité.

 

Ide_edulieu-est

La scénographie

 

Chacun des trois tableaux de la pièce est composé d’un lieu "ouvert" (place du village, pampas, terrasse d'un café parisien) et d’un lieu "intime" (roulotte, bureau du chef de la sécurité du sud-Chili, chambre d'hôtel). Les scènes "ouvertes" auront lieu sur le grand plateau; les scènes "intimes", sur le petit. Petit plateau qui sera mobile, se transformant en bateau pour nous mener d’un continent à l’autre, en tournant autour du public, au fil des pérégrinations du héros.

Ce spectacle pourra se jouer en plein air sur terrain plat ou dans de grandes salles (sans scène ni gradins - le public s’asseyant sur des bancs).

 

Th-18

Embarquement immédiat!

 

Toute l’équipe du «Roi d’Araucanie» vous invite à un époustouflant voyage théâtral qui vous mènera du Périgord profond aux lointaines pampas d’Araucanie en passant par les rues encanaillées de Paris. Voyage multifacettes, théâtral bien sûr mais aussi culturel, linguistique et musical.

Voyage culturel car chaque tableau se situera dans un contexte fort: jour de comice à Tourtoirac en Périgord, fête rituelle chez les Mapuches au sud de l’Amérique du Sud, concert en terrasse d’un café à Montmartre.

Voyage linguistique pour le plaisir d’entendre les différentes langues parlées en ces endroits-là: occitan limousin à Tourtoirac, espagnol au Chili, parigot à Paris. Et surtout le privilège d’entendre quelques mots usuels en mapudungun, la langue des Mapuches, l’une des trois seules langues précolombiennes à avoir perduré jusqu’à notre époque.

Voyage musical enfin: accordéon et vielle à roue sur la place du marché en Dordogne, flûtes et kultrun (percussion avec mailloche) en pays araucan, chansons gouailleuses des cabarets parisiens précurseurs du Chat Noir. Larguez les amarres...

 

Th-22

Les dates

 

Deux avant-premières ont eu lieu à l'été 2012 à Tourtoirac (24) à l'occasion de l'inauguration du musée des rois d'Araucanie. Les photos y ont été réalisées, soit en répétitions, soit lors de la première avant-première.

La version finale du spectacle verra le jour à l'été 2013 après des résidences sur le lieu du Théâtre des Deux Mains dans les Landes ainsi qu'une autre en Dordogne.

Ensuite, le spectacle partira en tournée.

 

Distribution

 

Avec Emilie Esquerré, Jean-Marc Foissac, Dorian Robineau, David Sanhes, Mathieu Berenger, Bastien Fontanille, Vincent Maneyrol. Régie: Cyril Bourbon et Yann Jacquelin. Costumes: Danielle Rolin. Administration: Ghislaine Grégoire. Diffusion: Cécile Alcourt cecile2451@gmail.com.

Spectacle produit par la compagnie Par les temps qui courent..., la Commune de Tourtoirac, la Communauté de Communes du Pays de Hautefort et le Théatre des Deux Mains de Villeneuve-de- Marsan, avec le soutien du Conseil Général de la Dordogne, du Théâtre de la Poivrière de St-Astier et de la Commune de St-Jean-de-Côle.

Why fund it?

Sans_titreLes aides publiques étant ce qu'elles sont en 2013, il est très compliqué de boucler un budget de création de spectacle. On réussit à assurer l'essentiel pour que ça puisse jouer (décors, costumes, dispositif scénique...), et, du coup, il ne reste rien pour payer l'équipe. La majeure partie de la collecte ira donc aux salaires des 10 acteurs, musiciens et techniciens du spectacle. Une somme à peu près équivalente à 500€ sera prélevée pour la réalisation et l'impression de l'affiche de la pièce. Les 435€ représentent la part prélevée par KissKissBankBank que nous rajoutons au montant total pour avoir précisément 5000€.

 

Si le plafond est dépassé, l'argent supplémentaire nous permettra d'engager un(e) vidéaste et le matériel adéquat afin dé réaliser une captation du spectacle dont nous avons grand besoin comme outil de communication et de vente du spectacle.

Thumb_grounouil
Par les temps qui courent...

«Par les temps qui courent...» est une compagnie de théâtre basée en Périgord vert. Elle prône un théâtre tout-terrain afin de rester au contact des gens. Tout-terrain car attendre bien sagement les gens dans des salles surchauffées ne suffit plus par les temps qui courent. Aujourd’hui, le théâtre est partout dans l’espace public: dedans, dehors,... See more

Newest comments

Thumb_default
Au plaisir de voir ce spectacle ! Labiza+
Thumb_default
Bon vent au Roi d'Araucan'Oc !
Thumb_default
Bonne continuation et bon courage. j'espère avoir la plaisir de voir le roi d'Araucanie en chair et en os. Cordialement jean-marc