Aidez ces jeunes artistes en devenir à mener à bout leur projet d'expérimentation théâtrale! Ce pourrait être le début de leur carrière...

Large_le-roi-lezard-kisskiss2-1458684512-1458684527

Présentation détaillée du projet

Le Roi Lézard (Rituel Cérémonial)

 

Texte: Helena Márquez

Mise en scène: Ivan Márquez

Avec: Barbara Baumann; José Guerra et Ivan Márquez

 

Dates de représentation: 2 et 4 mai au théâtre des Enfants Terribles

 

Ray-jim-edit-1458686478

 

La mort de Jim Morrison, le 3 juillet 1971 reste de nos jours un mystère. Entre les versions officielles d’arrêt cardiaque, les rumeurs d’overdose et les théories d’une mort falsifiée, le personnage continue à faire rêver depuis l’outre-tombe. Mais avant d’être rockstar, il se considérait comme poète, un guide spirituel entre les hommes. Musique, drogues, rites chamaniques, poésie… tout cela n’étaient pour lui qu’un processus de recherche auquel il se livra sans réserves. Et si son décès, qui fascine autant encore aujourd’hui, n’était pas une fin ? Et s’il y avait une vérité mystique dans les limbes entre la vie et la mort?

 

Morrison-concert-1458682311

(Jim Morrison, explorant les limites de la musique avec le public)

 

 

L'obectif

 

Un groupe de jeunes artistes tente d’explorer cet « au-delà » non-perceptible mais atteignable à travers l’art. Cette œuvre n’est pas une pièce de théâtre mais un véritable rituel pour invoquer la spiritualité qui existe dans l’art (or, qu’y a-t-il, finalement de plus théâtral que cela ?). Jim Morrison n’est pas « joué » par les comédiens, mais invité pour partager la révélation des derniers instants de sa vie. C’est une messe qui, comme toute cérémonie, met en scène un moment mystique pour tenter d’ouvrir les portes de la perception vers un espace transcendental avec le public. Morrison, qui se faisait appeler le Roi Lézard, est une sorte de prophète spirituel qui dépasse la simple icône du rock.

 

Chiens-navarre-1458682403

(Les Chiens de Navarre, un théâtre viscéral et puissant)

 

L'origine du projet

 

Le projet a pour genèse l’envie de l’auteure d’écrire sur Jim Morrison et sur sa mort. Suite à des recherches et de longs moments de dialogue avec le metteur en scène, le travail prend la forme d’un monologue théâtral. Un an après le travail d’écriture (année de maturation de l’idée et de re-travail sur le texte), le metteur en scène demande à deux musiciens de l’accompagner sur scène pour ce projet. L’idée est de faire un véritable rituel où la musique, le corps, le texte s'unissent pour faire du spectacle une expérience organique.

 

 

Il s’agit ici du premier travail de cette troupe. Travail de recherche donc, entre quatre univers différents qui apportent chacun un ingrédient : une auteure, deux musiciens et un comédien. Travail aussi sur les outils de chacun des intégrants qui s'unissent dans à une création hétérodoxe.

 

 

Troupe-1458687395

 

Jose "Chepe" Guerra, guitariste guatémaltèque, a une grande expérience avec le rock et le metal.

Barbara Baumann, violoniste de Nancy, peut tout jouer sur les quatre cordes de son instrument.

Ivan Márquez, élève-comédien franco-mexicain, tente de coordonner toutes ces forces pour en faire un véritable événement.

 

Le projet est un travail continu sans cesse renouvelé à l’aide des spectateurs, mais reste à ce jour en attente de pouvoir être confronté au public. En effet, il est difficile pour une jeune troupe sans structure financière ni de diffusion de se représenter. L’originalité du projet fait sa force, mais signifie une prise de risque pour la troupe et pour les espaces de représentation parisiens.

À quoi servira la collecte ?

Jusqu'à présent, le travail à été financé par les artistes eux-mêmes, en recyclant des objets trouvés dans la rue et en répétant dans des caves (ça reste l'option la moins chère à Paris!).

 

Mais avec le projet grandit, les dépenses s'accumulent.

- La production de la pièce coûtera autour de 300 euros le jour de la première (décors, espaces de répétition, accessoires).

- A cela, nous devons ajouter les droits d'auteur et la location de l'équipement de son.

 

Désormais, nous nous préparons pour les représentations au Théâtre des Enfants Terribles, le 2 et 4 mai!

 

650 euros représentent vraiment le minimum dont nous avons besoin pour que cette pièce voie le jour. En effet, nous avons chacun investi nos propres économies pour payer la location de la salle en avance. Si on dépasse le budget, en remplissant toute la salle de spectacle (on voit grand oui !), on espère pouvoir ainsi chacun récupérer une petite partie de la somme avancée.

 

Nous voyons donc aussi la collecte de fonds comme un moyen pour le public d'acheter des places en avance.

 

Repet-1458682160

 

Si ce projet marche bien pour les premières, ce pourrait être le début d'une plus grande aventure !!

Thumb_portada-1458657863
IvanM

Helena Marquez est planner à l'agence de communication Sra. Rushmore à Madrid. Elle écrit surtout des fictions (nouvelles ou romans), parfois des articles, mais ce texte est son premier texte dramatique. Ivan Marquez, son frère, est en Master2 de politiques urbaines à SciencesPo et est ancien élève du CRR de Poitiers et du Cours Florent. Tous les deux... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Le mythe Jim Morisson demande à être revisité et humanisé et poétisé par de nouveaux créateurs
Thumb_default
J'attends avec impatience le jeu sérieux des enfants terribles.
Thumb_default
Ánimo, valor y nunca miedo!