4 mois de reportage itinérant à la rencontre des entreprises, des produits et des hommes qui font le Made in France

Large_couv_02

Présentation détaillée du projet

«Le tour de France du made in France» (www.tourdefrancedumadeinfrance.fr ) est un road trip de 4 mois à travers d’hexagone à la rencontre d'une trentaine d’entreprises fabriquant des objets Made in France. Des histoires d'entrepreneurs audacieux et de salariés fiers de leur boulot, mais aussi de régions, de matières premières et de savoir-faire, voilà ce que nous allons vous raconter.

 

Et parce que le Made in France n'est pas qu'une histoire de patrons et d'hommes politiques, nous donnerons régulièrement la parole aux citoyens rencontrés sur notre passage et à quelques intellectuels décentralisés qui, sur le coin d'un comptoir de café, nous parleront de leur conception du Made in France et répondront sans détours à nos questions. 

 

A la manière du populaire Tour de France cycliste, nous sillonnerons les routes de notre pays en deudeuch’ ( la rolls du made in France ! ). Ce périple donnera lieu à un blog interactif diffusé sur un site de presse pendant les 4 mois de reportage et d'un livre pour boucler la grande boucle.

 

Emilie-bransac-carnets-cousus-sac

image le l'entreprise calepino

 

Pourquoi ce tour de France ?

 

Alors qu’on produit, achète, package et vend des marchandises à échelle planétaire, le Made In France revient au galop: la deuxième édition du salon «M.I.F.» s’est tenue à Paris à l’automne 2013, le ministre du redressement productif pose en marinière pour les magazines, les petits drapeaux bleu blanc rouge fleurissent dans les rayons de nos supermarchés... 

 

Les études l'attestent : deux tiers des Français seraient prêts à acheter un produit plus cher fabriqué en France. 

 

Acheter MIF, c’est la garantie pour le consommateur d’avoir un produit local, authentique et de bonne qualité. Acheter MIF, c’est savoir qu’on participe à la baisse du chômage, qu’on soutient à sa manière l’industrie française en enrayant les délocalisations d’usines, qu’on encourage le travail décent et bien fait… 

 

Les oiseaux de mauvaise augure diront quand à eux qu'il est un coup de comm’ lancé par le gouvernement en mal de solutions pour redresser l’économie du pays, une niche réservée à une élite urbaine et branchée, des labels pas bien clairs...

 

Bref, le débat fait rage et le Made In France n’a pas fini d’agacer et de questionner.

 

Une chose est sûre, c'est que le dynamisme et le potentiel de la tendance M.I.F. sont bien réels. Sans occulter la réalité de la désindustrialisation de notre pays et la complexité d'un tel sujet, le Made In France, avouons-le, nous fait un peu rêver!

 

Nous, trentenaires bourlingueurs, fondus d'actu, utopistes et lucides avons donc décidé de nous emparer de ce sujet, à notre façon.

 

Nous ne ferons pas d’enquête poussée sur la jungle des labels Made In France ni de comparatif franco-allemand sur la compétitivité de nos industries. De statistiques à gogo et d’expertises d’experts, nous nous délestons. Nous avons voulu partir léger et découvrir naïvement, artistiquement et humainement cette France qui fait du bien. En clair, se faire câliner par le doudou Made In France comme un coq en pâte. Cocoricoooooo ! 

 

Serigraf

image de l'entreprise rekiem

 

Pourquoi... nous ? 

 

La crise ? On est né avec ! Adolescents, nous disions que nous étions la génération du chômage et du sida. Bonjour l’héritage...

Nos emplois respectifs et l’actualité depuis le krach de 2008 ont sûrement participé à aiguiser notre regard sur l’économie française, le monde du travail et le sort de nos campagnes. Les usines qui ferment à tour de bras et les salariés mis sur le carreau, voilà le pain quotidien de Sophie, journaliste d'actu sociale. Romain, " citoyen avant d’être designer " comme il dit souvent, est pas mal préoccupé par l’avenir de son pays. 

 

 

Acceuil_central_2savoir-faire

 

A quoi ressemblera le projet ? 

 

A un carnet de bord interactif, celui de notre périple: un mix entre un carnet de voyage et une collection de reportages sur ceux qui font le Made In France. 30 portraits de produits environ pour 4 mois de reportage soit 2 posts par semaine et des petites exclusivités.

 

Les objets ont été choisis en fonction de leur innovation, leur process de fabrication, le modèle économique de l'entreprise, leur originalité, leur popularité et leur ambiance de travail... Ci-dessous, une liste non exhaustive des entreprises à visiter mais nous restons souples sur le trajet pour nous adapter en fonction des rencontres, des coups de coeurs, des pannes moteur, du budget de départ… 

 

Carte_de_france_flou

 

L'esprit de cette aventure...

 

Le made in France est avant tout une histoire d’hommes: ceux qui font les objets et ceux qui les achètent.

 

Les courageuses couturières Lejaby et leurs culottes de dentelles, les ouvriers de chez Duralex dont les verres ont été salivés par des millions d’écoliers cherchant leur âge au fond du récipient, les artisans passionnés des derniers accordéons Made In France Maugein, les designers géniaux des vélos pliants Mobiky... Ces objets racontent des défis d’entrepreneurs, le travail des matières premières, des luttes de salariés, des savoir-faire ancestraux, des innovations technologiques, des modes de production...

 

Le MIF, c'est aussi l'affaire de tous les gens que nous rencontrerons sur notre passage. Ce peut être le cafetier du coin, le curé, une personne âgée, un routier, un ouvrier, le maire du village, un paysan, un prof, un médecin, etc... Nous voulons échanger avec ces français anonymes sur leur propre expérience du made in France.

 

Velo-pliant-vitesses-mobiky-steve

image du vélo mobiky

 

Ces rencontres de bord de chemin ont toute leur importance car elles permettront d’alimenter notre réflexion personnelle sur le Made in France. L’air de rien, ces conversations aborderont les thèmes de la mondialisation, de la production, du travail, de la politique, de la ruralité, de l’avenir... Nous tenterons de retranscrire dans notre carnet de voyage interactif cette fraîcheur-là.

 

Article_1312-eco-rossignol

image de l'entreprise rossignol

 

Mode de traitement journalistique 

 

Comme le Tour de France de ses débuts, il va falloir dégraisser, envoyer du lourd, tester, ressouder, rustiner, suer… Notre tour à nous se veut être un laboratoire de formats informels de reportages où le son, l'écrit la vidéo et la photos s'entremêlent. 

 

Bon, concrètement, vous y trouverez : 

 

- Deux fois par semaine, le récit écrit de chaque étape accompagné de photos. Nous raconterons le produit, l'usine, le savoir-faire, le défi.

 

- Mais aussi : Made in France: grosses galères d'entrepreneurs. Un condensé de nos discussions avec l'entrepreneur sur les difficultés à produire en France. Spontanés, mordants, curieux nous serons ! 

 

Carte_de_france

Carte_de_france2

 

Petit film réalisé en Franche-Comté qui a déclenché notre projet

 

- Des étapes spéciales: interviews vidéos de spécialistes décentralisés rencontrés sur notre route. Nos découvertes et nos questions mises en lumière par des sociologues, des historiens, des philosophes, des maires, des économistes, etc.

 

- "le son de l'étape": Les pépites radiophoniques de nos discussions avec les "vrais gens".

Toi, moi, la mamie du village, l'agriculteur du coin, la caissière, le prof, le retraité, la boulangère, le médecin, le chauffeur routier, le chômeur, l'ouvrier, l'ingénieur, le commercial, l'écrivain, ils en pensent quoi du Made In France ? Ils ont bien une petite idée sur la question... Et bien nous allons leur tendre notre micro dans tous les petits coins de France. 

 

- des Haïkus : comme les petits poèmes japonais, l'interprétation poétique de notre road trip en vidéo / photo / son.

 

- Et tant d'autres choses improvisées sur un coin de capot, un recoin d'atelier, un cul de tonneau ; ) 

 

Petit haïku réalisé un hiver à Ouessant - exemple 

 

 

La team :

 

Nous sommes un couple de jeunes trentenaires, issus de cette fameuse génération Y où nomadisme, système D et 2.0 se mélangent joyeusement.

 

Portrait_mif

 

Romain porte la casquette irlandaise comme personne, boxe comme un peaky blinder, aime le boudin et le bon vin. Diplômé de l'ESAAB en design produit, les beaux objets, la technique, les matériaux, l'écologie, c’est son truc. Il sera le conducteur principal de notre estafette, le photographe attitré, le vidéaste bien heureux, le graphiste 2.0. Un vrai couteau-suisse de reportage. 

Bref, c’est l’homme idéal, mesdames, pour partir dans les contrées sauvages.  

 

Sophie aime camper et barouder en pleine nature, les brocantes et la littérature. 

Diplômée de la Sorbonne et de l'ISCPA en journalisme et après avoir arpenté pour son boulot les régions de France métropolitaine et outremer, elle travaille aujourd'hui pour la presse de l'économie sociale.

Les usines, les pneus cramés et les nuits d’occupation, elle connaît ça par coeur. 

Avec gouaille et sensibilité, elle écrira sur la beauté des objets, le bonheur d'innover, les ateliers plein de sciure, les angoisses de nos petits patrons et les savoir-faire des salariés.

 

La deudeuch' nous permet une grande liberté de déplacement, d’hébergement en cas de coups durs et une mini rédaction mobile. Oui, c'est vrai qu'elle fait vielle-France-picnique-des-bords-de-Marne, mais tout de même, n'est-elle pas jolie ? Et bien on aimerait avoir la même pour notre périple !  Et si jamais nous n’arrivions pas à récolter de fonds suffisants, nous partirons avec notre van où nous pouvons cuisiner, travailler et dormir quelques nuits par semaine.

 

Deudeuch_mif

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte permettra de nous faire connaitre auprès du grand public, de financer une partie du road trip et d'amortir nos investissements en matériel. Le reste du budget sera ( on croise les doigts ! ) pris en charge par les fondations partenaires du projet que nous essayons de contacter. 

 

Matériel technique :

- go pro : 449 €

- chargeur automobile pour le matos : 35 €

- écran lcd go pro : 99 €

- 2 cartes mémoire 64 GO : 178 €

- boîtier de protection go pro : 59 €

- fixation frontale et flexible : 85 €

- épaulière reflex numérique : 680 €

- viseur pour réflex numérique : 380 €

 

Logistique :

- carburant pour 6000 km : 700 €

- péage : 450 €

- défraiements ( logement pour 2 mois sur 4, réparations et pièce sur 2CV...),  : 2700 €

 

Livre :

- maquette et impression du livre “ Le tour de France du Made in France ” : 200€

 

Total : 6015 €

Thumb_avatar_mif
romain&sophie

Romain porte la casquette irlandaise comme personne, boxe comme un peaky blinder, aime le boudin et le bon vin. Il est designer. Les beaux objets, la technique, les matériaux, c’est son truc. Il est aussi passionné d’écologie et de photographie. Il sera le conducteur principal de notre estafette, le photographe attitré, le vidéaste bien heureux, le... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
J'adore l'idée!! Hâte de suivre vos aventures? pour quand est le départ? pourrez-vous nous donner le lien du blog? Bonne aventure!
Thumb_default
Bon ben ça y est! Jvais l'avoir ma board Rekiem ;). Pardon, ma planche... Made in France m****!!
Thumb_default
Bravo pour votre projet de la part de Denise, Louise et Charlotte ! Je vais vous suivre de là-haut avec beaucoup d'attention pendant ces 4 mois. Bonne route ! DLC