Rassembler les solutions positives et viables pour la planète et l'humanité et les mettre en perspective dans des scenarios du futur.

Large_diapositive1

Présentation détaillée du projet

Image004

Design me a planet ! Un atelier de co création planétaire.

 

 

LE TOUR DU MONDE DES SOLUTIONS

Dessine  moi une planète pour le troisième millénaire.

Premier voyage au USA.

 

Face aux grands enjeux planétaires des nombreuses solutions existent un peu partout.

 

Le tour du monde des solutions part à la rencontre des innovateurs et des créateurs qui, dans tous les domaines, inventent des plans alternatifs pour construire un monde meilleur pour tous.

 

Le but de ces voyages  est de dégager des scenarios positifs pour le futur de l'humanité de manière globale et a long terme.

 

L'objectif central du "Tour du monde des solutions" est de rassembler les solutions positives et viables et les mettre en perspective dans des scenarios du futur.

 

Le projet prévoie une exploration successive de chaque continent. Nous souhaitons financer la première exploration  sur le continent américain au USA. Un pays au cœur des enjeux et des solutions.

 

La restitution du voyage se fera à travers des conférences, des textes, des photos et des vidéos.

 

 

 

 

 

 

Une planète en pleine transformation

 

Ce projet s’inscrit dans un contexte planétaire en pleine transformation. Cette transformation globale est marquée par de nombreux aspects négatifs : dissolution du lien social traditionnel, réchauffement de la planète, crise écologique, fracture grandissante entre les riches et les pauvres, raréfaction des ressources essentielles (eau, pétrole etc.), multiplication des pandémies et risques sanitaires, régression vers des fondamentalismes sectaires, développement d’un cynisme opportuniste et choc des cultures et des représentations.

 

Mais cette transformation est aussi travaillée par une multitude de forces positives qui bien que puissantes, sont souvent bien moins bruyantes que les précédentes. Gandhi écrit : « un arbre qui tombe peut faire beaucoup de bruit, une forêt en germination ne fait jamais de bruit ». Garcia Lorca enchaîne : « N’attendez rien du 21e siècle, il attend tout de vous ».

 

Depuis vingt ans, je suis un passionné de cette transformation planétaire. Ma recherche dans ce domaine s’est cristallisée à travers une série de livres qui suivent un cheminement logique en approfondissant d’étapes en étapes cette problématique. 

 

 

 

 

 

 Les années 2000

 

Durant cette dernière décennie, les années 2000, beaucoup se sont attelés à trouver des solutions, chacun avec sa logique, son rôle. Les acteurs clés de la planète se sont quasiment tous convertis au « green ». Les discours enflammés font place à des tentatives d’actions qui paraissent insignifiantes en regards des enjeux et renforcent le sentiment d’impuissance.Le politique n’a pas les leviers économiques, les acteurs économiques isolément n’ont pas la capacité de changer la donne. Les ONG réussissent sur la prise de conscience mais ne changent qu’à la marge le court du fleuve. Le citoyen peut pétitionner tant qu’il le peut, la planète n’est pas encore un collectif intelligent capable d’agir en regard de ses propres enjeux. La crise, les crises, ont ajouté au pessimisme et renforcé le court termisme : « Vous comprenez, c’est la crise, il y a urgence, nous naviguons à vue : il n’est plus temps de regarder à long terme ! ».

 

Et si c’était l’inverse ?

Il y a crise (s) car nous n’avons plus pris le temps de regarder à long terme. Preuve ?

Les pays, les entreprises, qui s’en sortent sont ceux qui ont une vision, une singularité et qui l’assument. Comment être intelligent dans l’action si nous ne pensons pas l’évolution du système dans lequel nous sommes ?

Si nous ne nous comprenons pas comme partie prenante de nos écosystèmes économiques, sociaux et environnementaux si intimement liés ?

Si nous ne dominons pas la complexité du monde qui nous entoure ?

 

"Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, nos impacts systémiques démultipliés, nous rendent responsables localement à court terme, d'enjeux globaux à long terme. "

 

Autrefois quelques millions, nous sommes devenus quelques milliards en moins d'un siècle.

 

Au-delà du déni ou du catastrophisme, cela implique que nous ayons une vision claire des possibilités des mondes viables que nous souhaitons construire !  

Ce sont les grandes lignes de ces nouveaux mondes que nous cherchons à entrevoir à travers notre démarche .

 

 

_mg_3386

 

 

 

 

Objectifs

 

Analyser l'évolution structurelle passée pour comprendre le présent et anticiper le futur.

 

Donner des clefs d'adaptation au présent en proposant des grilles d'analyses théorique et pratique.

 

Avoir une vision des dangers mais aussi des possibilités du futur.

 

Mettre en scène, montrer, décrire des expériences alternatives, hétérodoxes dans tous les domaines de l’activité humaine du plus micro au plus macro : familles, associations, entreprises, services publics, villes, régions, continents.

 

Analyser les points de convergence et de divergence de toutes ces expériences.

 

Rendre explicites les processus d’innovation et de mise en mouvement afin que le lecteur puisse s’en inspirer pour sa propre vie et innover à son tour.

 

Témoigner des possibilités d’essaimage permettant la diffusion des expériences les plus exemplaires au niveau mondial.

 

Communiquer positivement sur le changement et la transformation planétaire en cours, réenchanter le futur.

 

Dsc_0952

 

 

Contexte

 

En un siècle la population planétaire est passée de 1 milliard à 6 milliards et l'espérance de vie a doublé. Jamais auparavant l'homme ne s'est trouvé en face d'un défi d’une telle ampleur. Ce n'est plus le destin d'une civilisation qui est en jeu, mais le destin de l'humanité entière. Nous avons les moyens technologiques de réaliser les plus vieux rêves de l'humanité, mais aussi les pires cauchemars. Nous avons conquis la liberté de définir notre destin.

Il existe sous forme d'arme nucléaire la puissance requise pour anéantir le globe plus de dix fois.

La technologie nous donne la possibilité de concevoir et de réaliser dès aujourd'hui une société planétaire sans misère où l'homme sera dégagé des tâches laborieuses auxquelles il a été enchaîné depuis toujours. L'homme se distingue des animaux par sa puissance créative. Il est logique aujourd'hui que chacun puisse s'épanouir dans sa nature essentielle.

Nous n'avons guère le choix dans ce quitte ou double.

L'inconscience nous emmène sûrement et rapidement vers l'holocauste.

Nous nous sauverons par un élan de tout notre être au-delà des barrières culturelles et des égoïsmes qui nous éparpillent et nous précipitent vers le néant. La progression fulgurante des sciences et parallèlement la dégradation de la situation planétaire prouvent qu'il n'y a plus de délai.

À travers le développement rapide des moyens de communication, nous vivons tous branchés en direct cet ultime enjeu où les rêves et les cauchemars ancestraux de l'humanité se réalisent parallèlement.

Chaque jour, par les efforts que nous faisons dans le sens d'une pleine conscience de notre humanité, nous multiplions les chances de réussir.

Nous sommes aujourd'hui confrontés à l'obligation de nous comprendre au-delà des barrières liées aux races, aux civilisations et aux cultures.

Ce projet  met en valeur les nouvelle approche de la réalité qui se révèle aujourd'hui à travers la prise de conscience de notre devenir planétaire.

 

Après la Chasse-Cueillette, l'Agriculture-Élevage et l'Industrie-Commerce, sommes-nous en train de basculer dans un nouveau type de société basé sur la Création et la Communication ?

 

En quoi notre situation actuelle est-elle spécifique comparée aux étapes précédentes du développement de l'Homme ?

 

 

Image007

 

 

Le temps du changement

 

Aujourd'hui, rien n'est plus commun qu'une certaine anxiété devant l'évolution de plus en plus rapide de notre société.

 

La grande majorité des métiers de demain sont inconnus.

 

La jeune génération changera en moyenne cinq fois de domaine durant sa vie professionnelle.

 

De plus en plus se creuse un écart dangereux entre ceux qui savent tirer parti du changement et ceux qui, au contraire, subissent le changement d'une manière négative et s'effondrent.

 

Le changement affecte les individus mais aussi les entreprises et les États.

 

À chacun de ces niveaux, c'est la capacité d'innovation qui détermine l'aptitude à tirer parti du changement.

 

Dd

Changement = danger + possibilités

 

La réaction positive ou négative au changement dépend de la manière dont on l'envisage.

 

Certains n'y voient que la multiplication de dangers, d'autres de nouvelles opportunités. Le changement est en fait l'un et l'autre : danger et possibilités.

 

Les États, les entreprises, les individus, en ne se concentrant que sur les opportunités vivent une sorte de fuite en avant qui, bien qu'ils puissent paraître brillants et pleins de succès, n'en accumulent pas moins des problèmes non réglés qui, à terme, sont appelés à saper l'apparence de réussite.

 

À l'inverse, ne voir que l'aspect dangereux fait tomber dans un défaitisme aveugle et sans issue. Ceux qui ne voient dans le changement que la source de tous les problèmes s'enlèvent les moyens de trouver des solutions venant de l'innovation.

 

426405_10151486468969761_1808236082_n

 

Une boite à outil pour affronter les dangers et saisir les possibilités

 

Le défi du changement est difficile à relever. Autrefois, les choses n'évoluant pas aussi vite, une solution technique pouvait être appliquée pendant de longues années tout en restant à la pointe du progrès. Aujourd'hui, les temps de vie des solutions se sont terriblement raccourcis. De nombreuses solutions deviennent caduques le temps de leur diffusion.

Le monde a toujours changé, mais il semblerait qu'il change de plus en plus vite.

La rapidité n'est pas seule en cause, il y a aussi une complexité grandissante.

Une langue comme le français produit chaque année sous forme de langage spécialisé l'équivalent quantitatif des termes qu'elle utilise dans le langage courant. Ainsi notre langue s'enrichit chaque année de l'équivalent d'une langue usuelle.

Un autre aspect de la complexité est le phénomène d'interdépendance multiple. Les spécialisations extrêmes, s'enfonçant comme des tunnels dans des secteurs inconnus de la connaissance, finissent par déboucher sur d'autres spécialisations formant de curieuses hybridations : biologie et informatique, physique et philosophie, histoire et mathématiques, etc.

Nous avons affaire à un foisonnement de connaissances de plus en plus spécialisées et interdépendantes.

Les problèmes que nous avons à affronter sont à l'image de nos connaissances, précis et sectoriels, comme l'énergie nucléaire, ils s'enracinent néanmoins dans la complexité multidimensionnelle de notre nouvelle société planétaire.

 

Le défi est difficile à relever.

 

L'évolution est si rapide qu'elle ne laisse plus de temps à la réflexion. La complexité est si grande qu'aucune durée n'est suffisante pour la comprendre. Nous devons revoir notre rapport réflexion-action.

Le changement détruit nos points de repère, nos valeurs, et rend caducs les vieux réflexes.

Pourtant, rien de plus nécessaire que d'être pertinent face à l'actualité.

La tension monte créant une grande vague prête à éclater. Cette vague peut nous engloutir.

Mais c'est aussi une source d'énergie fabuleuse pour nous propulser.

Encore faut-il avoir une planche pour surfer et jouer avec cette vague, affronter les dangers et saisir les possibilités. Ce livre est cet outil. À la complexité, il répond par la simplicité et fournit les clés qui ouvrent à la compréhension du changement.

 

 

 

Dsc_0339

 

 

 

Analyser et expliciter les enjeux planétaires à l'aube de XXIe siècle en donnant des exemples concrets d'actions innovantes.

 

Ces enjeux sont essentiellement de trois ordres : économiques, sociales et écologiques. On retrouve là les trois piliers du développement durable tel qu'ils ont été définis dans le rapport Brundtland.

 

Au niveau économique l'enjeu est de définir ce que pourrait être une croissance dans un monde dont nous expérimentons pour la première fois la finitude globale. Cette nouvelle croissance économique passe impérativement par la décroissance de toute une série de secteurs économiques qui aujourd'hui empoisonnent effectivement la planète du fait de leur efficacité à extraire et purifier et répandre à l'échelle mondiale une multitude de substances artificielles difficilement recyclables par l'écosystème. Cela aboutit à une pollution de l'air, de l'eau et de la terre, qui détruit massivement la vie végétale et animale et met en cause la pérennité de l'humanité elle-même. Il est impératif aujourd'hui que l'ensemble de la chaîne de production de biens matériels soit repensé dans ses fondements enfin d'éliminer, au niveau planétaire, ce processus toxique et cancérigène.

 

L'ensemble de l'activité agricole et industrielle est à repenser afin d'assurer la santé durable des êtres humains, des animaux et des plantes dans un contexte de biodiversité. Des approches se développent aujourd'hui à l'échelle mondiale avec une multitude d'expériences positives notamment : The Natural Step et Biomimicry. Il est possible aujourd'hui d'affirmer à travers les expériences positives en cours, que l'ensemble des solutions scientifiques et technologiques rend possible une nouvelle croissance économique, qui non seulement cesse l'intoxication planétaire mais de plus permette un renouvellement de la biodiversité.

 

Ce qui freine ce processus de revitalisation, déjà pleinement engagé, c'est la concentration historique des capitaux dans le développement et la pérennisation du système économique toxique qui a prévalu antérieurement. Un système économique issu d'une vision étroite, mécaniste, instrumentale, héritée du XIXe siècle, une époque où les ressources planétaire semblaient inépuisables et la pollution par l'homme de son écosystème impossible.

 

La difficulté de cet ancien système économique à dégager aujourd'hui de la valeur et à continuer à être profitable aboutit à une concentration capitalistique croissante et au développement d'une bulle de spéculation financière artificielle et déconnectée de la réalité à l'origine de l'effondrement systémique de l'économie mondiale. Les États, pour répondre à court terme à cette crise, ont réagi par une émission massive de monnaie et par une amplification exponentielle de l'endettement. Cette réponse même si elle apparaît bénéfique à court terme crée inévitablement à moyen terme une inflation rampante, un appauvrissement grandissant du pouvoir achat de chacun et le discrédit du système monétaire mondiale.

 

La concentration des capitaux, la dévalorisation des monnaies, l'effondrement du pouvoir d'achat sont les facteurs qui structurent la crise sociale que nous traversons : appauvrissement rapide des plus pauvres, difficultés croissantes des classes moyennes et chute vertigineuse des actifs virtuels des plus riches.

 

 

 

Au niveau social une nouvelle logique d'alliance et de cohésion est à inventer. Elle passe par la revitalisation d'une démocratie participative locale et le déploiement d'un véritable débat sur les enjeux actuels mais aussi et la réappropriation des moyens d'échanges par des modes créatifs aux structures originales et renouvelées. La multiplication des monnaies locales alternatives sont des illustrations de ce processus et sont intéressantes à analyser et à comprendre dans ce cadre.

 

Les expériences, qui se multiplient dans le monde, d'écovillages et d'écoquartiers sont  des laboratoires nous permettant d'envisager des manières de vivre "vert" et "durable". Ces expériences nous donnent des pistes pour la transformation écologique, sociale et économique de nos campagnes et de nos villes. Soutenus par l'ONU, dans le cadre de leur travail de pionniers du développement durable, les écovillages et les écoquartiers ont tissé un réseau d'échange de leurs connaissances qui permet d'identifier un ensemble de bonnes pratiques et de solutions économiques, sociales et écologiques dans les domaines les plus divers : habitat, recyclage des eaux usées, énergies renouvelables, monnaies d'échanges locales, dynamique de communication communautaire, intégration solidaire intergénérationnelle, élaboration démocratique d'un projet collectif partagé et participatif, éducation intégrale toute au long de la vie, développement personnel physique, émotionnel et spirituel, santé préventive naturelle et holistique, agriculture organique, industries vertes…

 

Au niveau écologique, la raréfaction des ressources minérales, végétales et animales, la pollution de l'air, de l'eau et de la terre, le changement climatique sont l'occasion exceptionnelle d'une prise de conscience de notre devenir collectif planétaire. De la même manière que notre citoyenneté dans le cadre des États nations a été forgée par la prise de conscience des limites du système féodale agraire, notre citoyenneté planétaire et le renouvellement de nos dialogues démocratiques émerge aujourd'hui de la prise de conscience des limites du système capitaliste industrielle.

 

Plusieurs centaines de milliers personnes et bientôt plusieurs millions sont et seront engagées dans la recherche d’un mode de vie plus écologique, plus socialement responsable, permettant le développement d’une économie locale dynamique et riche.

 

À un moment où sur l’ensemble de la planète nous prenons conscience de la nécessité d’inventer un nouveau mode de vie, il est important d’aborder tout à la fois les questions philosophiques et théoriques, mais aussi les dimensions pratiques et opérationnelles.

 

Nous faisons un travail de sensibilisation et de compréhension en profondeur des mutations contemporaines mais aussi de pistes de recherches-actions concrètes.

 

 

 

 

Rassembler des cas concrets et expérimentaux.

 

Nous avons été amenés à voyager de plus en plus régulièrement et intensément afin de rassembler des cas concrets, expérimentaux de transformation profonde .

 

À mesure que nous faisions ce travail d’exploration, parfois temporairement envahis par le doute et le scepticisme, nous avons été obligés de reconnaître que la réalité dépassait nos rêves les plus fous. Après avoir quitté les autoroutes bondées où circule une information banalisée, nous avons rejoint par des petits chemins de traverse une multitude de personnalités exceptionnelles et de réalisations étonnantes qui réenchantent le monde et ouvrent à l’humanité un avenir renouvelé et porteur d’espoir.

 

Ces rencontres mettent en scène des individus qui à travers un travail sur eux-mêmes original et singulier ont su inventer une nouvelle manière d’être au monde. Ces personnalités ont su cristalliser leur vie à travers des idées originales, structurées, à la fois profondes et opérationnelles.

 

Ce qui nous intéresse tout particulièrement c’est de décrire comment ces idées se sont incarnées et comment elles ont donné naissance à des organisations réunissant parfois plusieurs milliers de personnes qui expérimentent ainsi en société une nouvelle manière de vivre, radicalement différente de tout ce qui a été connu jusqu’alors. Ces organisations peuvent être de simples familles mais aussi des entreprises, des services publics, des villes, des régions ou des continents.

 

Cml

 

Nous décodons la dynamique des processus de mise en action et la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes. Nous soulignons comment les activités classiques apparemment difficiles à réinventer peuvent prendre des formes alternatives infiniment plus positives.

 

Le cas de la prison de Delancey Street à San Francisco en Californie, où chacun des prisonniers apprend à reprendre confiance en lui-même et à se restructurer positivement, est un bon exemple dans le cadre des services publics. L’action auprès des enfants du Tamil Nadu du Père Ceyrac constitue un autre exemple où l’activité humanitaire est réinventée d’une manière originale.

 

Au-delà de la description détaillée de chacune de ces « rencontres », notre objectif est d’analyser en quoi toutes ces expériences convergent et participent d’un certain nombre de constantes universelles mais aussi en quoi elles divergent et sont originales. Nous chercherons à dégager le caractère expérimental de ces laboratoires de l’évolution humaine et sociale afin de tirer parti d’expériences facilement transmissibles. Notre objectif est de rendre les mécanismes de ces expériences transparents afin que chacun puisse s’en emparer. Donner des repères d’émergences à partir duquel chacun pourra construire sa propre innovation.

 

 

Image006     

 

Un parti pris positif.

 

Il est essentiel que l’humanité ait conscience des risques et des enjeux de notre époque. Nous avons dans nos livres précédents participé activement à la prise de consciences de ces risques et de ces enjeux.

 

Cependant au moment où la transformation s’accélère et où le chaos systémique s’intensifie, il est plus important que jamais de savoir relever la tête et contempler au fond du ciel les étoiles qui nous guident.

 

Perdus aux quatre coins du globe des aventuriers réinventent et reconstruisent. Profondément originaux, ils sont pourtant intensément en harmonie les uns avec les autres. Le tour du monde des solutions est le témoignage de cette unité dans la diversité et de ce miracle planétaire où chacun en se réinventant trouve au plus profond de lui-même l’unité cosmique avec le Tout.

 

L’action est alors une méditation et la méditation est au cœur de l’action. Dans cette nouvelle conscience élargie, l’amour de l’autre dans son altérité, l’intensité de la conscience à l’instant présent, l’originalité créative d’instants en instants, l’ouverture en abîme à l’infini sont les points cardinaux d’un nouveau savoir-être.

 

Cette nouvelle humanité n’est pas enfermée dans la rationalité, l’idéologie, le mental qui ont marqué la civilisation industrielle. Ce que nous découvrons c’est un être humain qui laisse parler son amour, ouvre son cœur, apprend à vivre ses émotions et vit d’instants en instants en connexion avec son inspiration.

 

Nulle nécessité d’organisation massive, de propagande, de bruit et de violence dans cette révolution là, car elle est en train de germer non pas dans nos têtes mais dans nos cœurs. Ce n’est pas d’une libération des corps qu’il s’agit mais d’un réveil des sentiments. Tout se passe dans le silence de l’âme, lorsque celle-ci n’ayant pu trouver dans le raisonnement et la matière aucune solution, se retourne vers l’esprit et s’ouvre à la conscience de l’infini.

 

 

 

Pour réaliser ce projet ambitieux nous sommes une équipe motivée.

 

 

Dsc_0027

 

Chloë Champion Après des études en Lettres Modernes Spécialisées à La Sorbonne Paris IV, Chloë Champion intègre l’Ecole Supérieure d’Etudes Cinématographique de Paris (ESEC) où elle se forme aux techniques audiovisuelles (2004-2006). Elle entreprend ensuite une carrière d’assistante opérateur de prise de vue sur des longs et courts métrages français. Elle réalise des documentaires, des films institutionnels et des making of et travaille en parallèle en tant que cadreuse pour les télévisions françaises et étrangères (France télévision, Canal +, Arté, CLP TV (Portugal), PBS (USA)) En 2008 elle intègre le Collectif pluridisciplinaire « Borborygme » basé à Bruxelles (Belgique) où elle collabore en tant que vidéaste et photographe avec des danseurs contemporains, des plasticiens et une costumière.

En 2010 elle crée son auto-entreprise Trëma. Chloë Champion s’est également tournée vers la formation en collaborant avec des associations et des fondations qui, notamment en Afrique, sensibilisent et forment les populations locales aux media audiovisuels (Fondation Janelly et Jean-Renée Fourtou, Association Al Barakka toutes deux basées à Marrakech au Maroc, Africadoc Bénin au Bénin). En 2012 elle réalise pour la chaîne câblée Planète Thalassa un documentaire de 50 minutes « Le guerrier blanc du peuple jivaro » pour lequel elle passe 7 semaines auprès d’une tribu d’indiens jivaros au cœur de la forêt amazonienne d’Equateur.

 

 

 

Dsc_0023

 

Shéhérazade Benzerga  Ingénieur en génie des systèmes industriels, Shéhérazade Benzerga est spécialisée en management de projets complexes et innovants. Titulaire d'un master recherche en management de l'innovation, elle prépare un doctorat sur la thématique de l’innovation organisationnelle. Shéhérazade s'est également enrichie de ses divers engagements associatifs, elle a par exemple, dans le cadre d'instances de conseils de jeunes, eu l’occasion de participer à des chantiers de démocratie participative en étant associée aux politiques publiques parisiennes. Engagée dans différents projets, elle est co-fondatrice et vice-présidente de la Youth Bank France. Elle est également responsable du développement de Design me a Planet, un hub d’innovation ouverte dédié aux grands enjeux de la planète dont elle fait parti du comité exécutif. Son engagement se poursuit également dans la représentation étudiante. C’est ainsi qu’après avoir été membre des Conseils d’administrations du CROUS de Nancy-Metz, de l'INPL (institut nationale polytechnique de Lorraine) et expert étudiante à la Commission des titres de l'ingénieur; elle est depuis juin 2012 représentante des étudiants au sein de l’Université Franco-allemande.

 

 

Dsc_0031_-_version_3

 

Michel Saloff-Coste Consultant, enseignant et chercheur, Michel Saloff-Coste nous fait découvrir les enjeux technologiques, économiques, sociaux et écologiques liés au passage de la "Société Industrielle" à la "Société de l’Information". Il s'est attaché à mieux comprendre les grands vecteurs de transformation qui métamorphosent notre civilisation dans le cadre d'un développement soutenable. Comment les individus, les entreprises, les états et la planète peuvent-ils s'articuler ensemble dans un avenir viable et harmonieux ? Dans ce contexte il facilite la démarche prospective et stratégique de grandes organisations publics et privés mais aussi des entreprises de tailles moyennes et des start-ups.

Michel Saloff-Coste a animé des rencontres mensuelles au Centre d'Evaluation et de Prospective du Ministère de la Recherche et de la Technologie et a été consultant et directeur de recherche dans le cadre du groupe de consulting international Bossard. Administrateur de la société de capital risque New Cap il a participé à de nombreuses créations d'entreprises et a été pendant plus de dix ans le Président de MSC une société de conseil spécialisée dans l’anticipation des évolutions en termes de Management, Stratégie et Communication. Initiateur en France du Club de Budapest, un réseau international de réflexion sur les enjeux du futur, il a enseigné en France dans le cadre de HEC, Science Po, Essec, Dauphine et ses conférences en Europe, en Amérique et en Asie ont touché plusieurs milliers de personnes.  Il est à l'origine du projet et des journées de l'Université Intégrale à Paris. Entre  2010 et 2013 il animé un cercle de prospective sur le futur de l'énergie dans le cadre de IDEES FONDATION TUCK IFPNE. Depuis 2011, il est directeur de la recherche et du développement international de In Principo, une société de conseil d'avant garde dans le domaine du management collaboratif ; depuis 2012, président de  "Design me a planet" une plateforme d'innovation ouverte pour la création de solutions adaptées aux enjeux planétaires actuels et depuis 2013 associés en charge du développement international pour le Copenhagen Institut for Future Studies. Par ailleurs Michel Saloff Coste est ancien élève de l'Ecole National Supérieur des Beaux Arts de Paris et poursuit depuis 1970 une carrière artistique multimédias qui a donné lieu à de nombreuse expositions en France et à l'étranger et participe aux collections publics  de la Bibliothèque National de France, du Musée National d'Arts Moderne et du Centre Georges Pompidou.

Auteur de nombreux ouvrages de référence, Michel Saloff Coste intervient souvent dans la presse, la radio et la télévision. Principal publication : Vêpres Laquées Baudouin 1979, Paris la nuit Balland 1982, Le management systémique de la complexité Aditech Ministère de la Recherche 1990, Le management du troisième millénaire Guy Trédaniel 1991 1999 et 2005, The Information Révolution and the Arab World Edition ECSSR 1999, Manifeste pour la technologie au service de l'homme Institut National Polytechnique de Grenoble 2000, Les Horizons du Futur Guy Trédaniel 2001, Year in perspective World Business Academy 2002, Trouver son génie Guy Trédaniel 2005, La société de l'information enjeu stratégique Revue Agir 2005, Le dirigeant du troisième millénaire Editions d'Organisation 2006, Mimétisme et singularité deux leviers de croissance La Revue de Kea 2006, La stratégie créative de singularisation La Revue de Kea 2007, Le DRH du troisième millénaire Village Mondial Pearson 2007 2008, Réenchanter le futur Village Mondial Pearson 2009, Prospective d'un monde en mutation Edition de l'Harmattan 2010, Au-delà de la crise financière Edition de l'Harmattan 2011, Les voies de la résilience Edition de l'Harmattan 2012, La nouvelle avant garde Edition de l'Harmattan 2013.

 

 

Lemondedanslesmains

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Financer le premier voyage qui se déroulera en Novembre et Décembre 2013 aux Etats Unis et développer des résumés sous forme de textes photos et vidéos du voyage.

 

 

Voici un exemple de reportage :

Picasa Web Albums - Michel Saloff Coste      

 

William "Bill" Drayton (born New York City, USA), is a social entrepreneur. Drayton was named by US News & World Report as one of America's 25 Best Leaders in 2005.[1] He is responsible for the rise of the phrase "social entrepreneur",[citation needed] a concept first found in print in 1972.[2] Drayton is the founder and current Chair of Ashoka: Innovators for the Public, a nonprofit organization dedicated to finding and fostering social entrepreneurs worldwide. Drayton also chairs the Community Greens, Youth Venture and Get America Working! organizations.

Drayton's philosophy of social entrepreneurs are individuals with innovative solutions to society's most pressing social problems. To quote Drayton, "Social entrepreneurs are not content just to give a fish or teach how to fish. They will not rest until they have revolutionized the fishing industry."   

 

 

 

 

Thumb_2011_05_04_12_09_06-2
Michel Saloff Coste

Consultant, enseignant et chercheur, Michel Saloff-Coste nous fait découvrir les enjeux technologiques, économiques, sociaux et écologiques liés au passage de la "Société Industrielle" à la "Société de l’Information". Il s'est attaché à mieux comprendre les grands vecteurs de transformation qui métamorphosent notre civilisation dans le cadre d'un... Voir la suite