Tour de France 2013 : 100e édition. Portrait des supporters qui font son succès. 3 semaines de reportage sur le bitume. En route !

Large_le_tour_en_tete

The project

 

LE TOUR EN TÊTES

 

100 ans de tour de france, et toujours la même effervescence. Depuis la première édition en 1903, la course a changé. Les distances ont triplé, l’entreprise commerciale a explosé, faisant de cette compétition une machine sportive et médiatique incontournable dans le monde. Les supporters, eux, sont toujours là. Malgré le dopage, malgré les sponsors, malgré la surmédiatisation, le peloton continue d’attirer les foules le long de sa route.

 

À la télévision, la course met à l’honneur la France et ses paysages, mais jamais ces milliers de personnes tassées sous le soleil au bord des nationales pour apercevoir quelques secondes le maillot jaune filer à toute allure.

 

Nous avons décidé d’aller les rencontrer. S’arrêter là où il y a des transats, des caravanes, des barbecues, des déguisements, mais aussi de simples anonymes qui croisent cette route par hasard.

Chaque jour, pendant trois semaines, un portrait. De la  vidéo, de la photo, du texte, mais surtout un voyage. Une aventure humaine et journalistique à suivre en temps réel.

   

 

Le_tour_en_tetes_map

 

 

NOTE D'INTENTION

 

Pourquoi parler du Tour de France après un siècle de couverture ? Que raconter de nouveau sur cette compétition surmédiatisée ? Il nous a semblé qu’une large partie - et peut-être la plus importante - de cette course restait toujours dans l’ombre des projecteurs : ces milliers de supporters massés au bord des routes. Certains par passion, d’autres par hasard. Quotidiennement, nous irons à leur rencontre. En vidéo, en photo, et par écrit, nous utiliserons la diversité de supports qu’offre le web pour en dresser le portrait. Au bord de la route dans un premier temps, puis chez eux dans un second temps, nous voulons essayer au maximum d’entrer dans l’intimité des personnages. Dormir chez l’habitant est un but que nous nous sommes fixés. Nous produirons un reportage à mi chemin entre le portrait et le carnet de voyage, inspirés des modes de narration alternatifs qu’incarnent “La campagne à vélo”, “Strip-Tease”, et “J’irai dormir chez vous”. Nous ne voulons bien sûr pas faire la même chose. Mais c’est ce genre de journalisme, dans lequel nous nous reconnaissons, que nous voulons expérimenter : humain, intime et honnête, sans être voyeur.

 

La dimension essentielle de ce projet repose sur son interactivité. Grâce aux réseaux sociaux, l’internaute pourra suivre un reportage en direct, notre route en constituant le fil narratif naturel. Alternant le making of et le véritable contenu journalistique, le reportage sera une expérience à partager et à vivre en temps réel. Nous ne voulons pas simplement proposer une galerie de portraits, mais utiliser l’outil internet au maximum de ses capacités pour réaliser une véritable reportage interactif, dans lequel notre voyage occupera une place tout aussi importante que les personnes rencontrées.

 

Le Tour de France est plus qu’un événement sportif, c’est un voyage. Un voyage à travers l’un des pays les plus riches et complexes du monde, et que nous avons parfois encore du mal à comprendre. Ce reportage est un moyen pour nous d’essayer de mieux comprendre notre pays. Pour nous, un voyage repose sur des rencontres, et c’est cette dimension que nous souhaitons donner au Tour de France en en faisant une couverture alternative et décalée.

 

Nous ne voulons pas faire de journalisme sportif. Le vélo sera un prétexte, un fil conducteur qui nous permettra de lier toutes ces rencontres entre elles. Notre reportage sera à 90% social, et à 10% sportif. À chaque étape, le Tour attire des personnes qui n'ont parfois rien à voir avec le vélo. Nous voulons profiter de cette opportunité pour aller rencontrer des profils variés et nouveaux chaque jour. Nous ne prétendons pas faire une étude  sociologique, ni un récit objectif. Nous voulons partir à la rencontre de notre pays, avec cette route pour seule limite. En emmenant l’internaute dans notre voyage, nous voulons lui faire rencontrer un petit bout de la France à travers les supporters du Tour.

 

Bandeau_tet

 

DÉTAIL DU DISPOSITIF :

 

Le coeur de ce reportage sera incarné par sa réalisation en temps réel. Une page facebook, un compte twitter, un tumblr… autant d’outils qui permettront à l’internaute de suivre ce voyage en direct. Néanmoins, chaque réseau social aura une fonction narrative bien précise :

 

- Les pages Facebook et Twitter intégreront plus les contenus de journal de bord propres au récit du voyage. Itinéraires, textes courts, photos de route, quelques vidéos, personnes rencontrées, impressions … C’est principalement à travers ce média que les internautes pourront vivre le voyage en temps réel. Ils pourront également échanger avec nous, nous suggérer des étapes, recommander des rencontres. L’internaute ne sera pas un simple spectateur mais pourra, à son échelle, participer lui-même à la rédaction du reportage. Nous espérons fidéliser une audience dans les mois qui précèdent le départ, afin d’utiliser les potentialités de ce réseau au maximum de ses capacités sur la route.

 

Logo_rue89

 

- Le Blog Rue89 regroupera les contenus purement journalistiques. C’est sur cette plateforme que nous publierons nos portraits quotidiens. Elle constituera le coeur de production journalistique de notre reportage. Tous les jours, nous nous engageons à publier une vidéo d’ambiance de quelques minutes, avec peu de montage, et permettant de présenter le personnage dans son environnement. Cette vidéo sera accompagnée de textes courts et photos. Des articles plus développés seront également publiés tous les 2 ou 3 jours.

 

- À notre retour, nous comptons monter un film de 26 minutes racontant les moments les plus marquants de notre voyage. Ce film ne sera pas un reportage journalistique classique, il sera celui de notre voyage et de nos rencontres, raconté avec toute la subjectivité que cela implique. Séquences sur la route, caméra par la fenêtre, à la rencontre des supporters sur le bitume et chez eux ...  Dans ce road movie, nous n’excluons pas de nous montrer à l’image. Ce film permettra d’immortaliser et de raconter notre voyage de façon linéaire à notre retour. Il sera disponible sur internet, et nous tenterons également de le diffuser sur des chaînes de télévision.

 

- Enfin, nous envisageons de publier un livre en autoédition (via Blurb ou Bibliocratie) à notre retour, avec les meilleurs textes et photos de notre voyage.

 

 

 

Why fund it?

Nous avons déjà une idée très précise de notre ligne éditoriale et de l’aspect que prendra le projet. Ayant déjà travaillé ensemble, nous savons comment nous organiser sur le terrain. Il ne nous reste plus qu’à planifier plus précisément nos haltes sur la route. Pour ce faire, nous faisons confiance à notre “feeling” sur le terrain, mais également aux suggestions des internautes, qui pourront ainsi participer à la réalisation du reportage pendant les mois qui précèdent le départ.

 

Nous avons également déjà réglé la partie logistique du reportage. Entre ce que nous possédons déjà et ce que nous pouvons emprunter, il ne nous reste que très peu de matériel à acheter. Seuls les frais de déplacement ne sont pas encore assurés. C’est pour cela que nous faisons appel à la contribution des internautes. Nous avons essayé de limiter notre budget au strict nécessaire, de façon à pouvoir réaliser notre projet de façon indépendante.

 

La collecte nous servira également de vitrine pour créer des partenariats avec d’autres médias. Avec cette visibilité en ligne, nous souhaitons désormais démarcher des médias papier et web afin de leur proposer des publications de portraits régulièrement pendant notre voyage. Rue89 et le journal L’Équipe ont déjà manifesté leur intérêt, mais l’écho que connaitra cette campagne de financement donnera plus de poids à notre dossier lors de la création de futurs partenariats. Nous souhaitons également solliciter différentes marques et collectivités locales pour être sponsorisés et obtenir plus de visibilité.

 

Que ces démarches aboutissent ou non, nous partirons quoi qu’il arrive, à partir du moment où la somme nécessaire sera récoltée. Nos modes de production et de diffusion sont indépendants. Nous souhaitons vraiment réaliser un reportage en toute indépendance, à l’image du journalisme dont nous rêvons et que nous aimons. C’est pour cela que nous faisons appel à ce mode de financement. Les seules personnes à qui nous devrons rendre des comptes seront nos spectateurs/contributeurs. Nous avons besoin de vous pour nous lancer dans cette aventure !

 

BUDGET :

 

À nos frais

 

- Une voiture (Peugeot 406, qui nous attend sagement chez Colin en Normandie)

- 2 Appareils photo Canon EOS 60D + Canon 7D (fonctions vidéo et photo)

- 3 optiques : 15-85mm, f/3,5 ; 70-200, f/4 ; 24-105mm

- Cartes mémoire appareil photo : 16GB Lexmark, 8GB Lexmark

- 1 micro ZOOM H4N + 1 micro Videomic RODE

- 1 trépied

- 2 MacBook Pro (avec licences Final Cut Pro 7)

- 1 smartphone

- Une tente, des cartes de France, une table et chaises de camping

- Des calepins et des crayons

 

Financé par la collecte:

 

- TRAJET

Essence + péage = 800 euros (Kilométrage TDF cycliste : 3.360km environ)

Déplacements additionnels (du point de rencontre jusqu’au domicile des personnages) = 100 euros

De la Normandie (là où se trouve la voiture) jusqu’à Nice = 250 euros

Aller-retour Nice - Calvi = 250 euros

 

- HÉBERGEMENT (chez l’habitant, en auberge, ou sous la tente) = 800 euros (40 euros/jour)

 

- ALIMENTATION = 300 euros (12 euros/jour)

 

- MATÉRIEL

2 clés 3G ⇒ 60 euros

1 disque dur La Cie 1 TO ⇒ 240 euros

 

TOTAL = 2800 euros

 

--

 

QUI SOMMES-NOUS ?

 

Brice Andlauer et Colin Henry : copains dans la vie, colocataires à la maison. Un futur journaliste et un futur photoreporter. Deux jeunes étudiants motivés, enthousiastes, partageant la même passion et la même vision du reportage. L’un est en école de journalisme au CELSA, l’autre à la Sorbonne en Langue Etrangères Appliquées. Ensemble, ils ont déjà réalisé plusieurs reportages à Paris. Séparés, ils multiplient les expériences journalistiques en France et ailleurs.

 

- Après avoir arpenté la presse locale normande, Colin a intégré les journaux L’Équipe et France Football. Passioné de photojournalisme, il rêve d’en faire son métier en parcourant les routes du monde. Il revient aujourd’hui d’un voyage de six mois entre la Bolivie et le Pérou, la besace remplie de reportages. Twitter / Blog de voyageBook Photo / colin.henry4@gmail.com

                                                              Colin_henry_tour_en_tete

 

 

- Brice a multiplié les expériences en presse écrite avant de se tourner vers la télévision. Il revient de deux mois en Inde où il a participé à la réalisation de documentaires. Aujourd’hui, il apprend son métier quatre jours par semaine dans une chaîne d’info en continu. Twitter / CV / andlauerbrice@gmail.com

                                                                               Dsc_0036

 

 

Conscients des enjeux qui les attendent et ouverts à tout, ils sont fins prêts à se lancer dans cette nouvelle expérience qui élargira leur horizon journalistique.

 

letourentetes@gmail.com

Crédits photos: will_cyclist Flickr (Creative commons) / L'Équipe

 

Thumb_le_tour_en_tete
Brice Andlauer & Colin Henry

Brice Andlauer et Colin Henry : copains dans la vie, colocataires à la maison. Un futur journaliste et un futur photoreporter. Deux jeunes étudiants motivés, enthousiastes et partageant la même passion du reportage. L’un est en école de journalisme au CELSA, l’autre à la Sorbonne en Langue Etrangères Appliquées. Ensemble, ils ont déjà réalisé plusieurs... See more

Newest comments

Thumb_default
de la part de brigitte et patrick martinet
Thumb_default
Bonne chance pour votre chouette projet! En espérant que vous organiserez une projection... A bientôt
Thumb_default
de la part des "hérault" du sud : ... participation au projet de Colin... que ce soit une grande réussite...