La compagnie les Ménades, dirigée par Coralie Pradet, metteur en scène, se lance dans un projet ambitieux : monter les Bacchantes d'Euripide

Large_kisscouv

The project

Bandeau1

 

 

 

La compagnie les Ménades, dirigée par Coralie Pradet, metteur en scène, se lance dans un projet ambitieux : monter les Bacchantes d'Euripide en intégrant aux comédiens européens, des musiciens et danseurs venus du Sénégal et créer ainsi un spectacle complet, alliant le théâtre, la danse (danse africaine, flamenco, buto, danse baroque, tango...) et la musique.

 

Dossierbaccchantes7

 

 

LE PROJET 

 

Comment faire entendre de nos jours la pensée d’Euripide en ne réservant pas ce plaisir aux seuls initiés ? Comment restituer le spectacle total qu’étaient pour leurs contemporains les tragédies et les comédies des dramaturges grecs ?  Une troupe d’acteurs et d’actrices avec lesquels je travaille depuis longtemps sont prêts à me suivre dans l’aventure... Mais il manquait le sel du projet... Et c’est au cours d’un stage au Sénégal, dans une famille de griots, que j’ai trouvé «ma» solution ! L’énergie, la folie, le délire, la drôlerie, la sauvagerie des Bacchantes étaient là, dans la danse et la musique de la famille Ndiaye, à travers ces traditions multiséculaires ! Il ne s’agit pas cependant de déplacer l’argument de la pièce en Afrique et de contraindre les acteurs européens (français, italiens, bulgares, espagnols) de la troupe à s’initier à toutes les subtilités de l’art sénégalais, mais plutôt de mêler aussi harmonieusement que possible nos cultures respectives.

 

LA PIÈCE

 

Tragédie écrite par un Euripide repenti de son scepticisme religieux ? Dramaturge rendant hommage au dieu du théâtre ? Ou plutôt ... tragi-comédie de la folie humaine, s’exprimant aussi bien dans le délire religieux que dans le scepticisme le plus buté ?  La figure de Dionysos, le dieu masqué, le plus doux et le plus cruel des dieux, comme il se définit lui-même, mi-homme, mi-femme, constitue une métaphore de l’humanité : vindicative et tendre, caressante et cruelle, sage et folle, alternativement et parfois simultanément ! Ainsi Penthé, celui qui refuse sa part d’animalité, sera dévoré par celle-ci. Car être tué par sa propre mère, n’est-ce pas comme être tué par soi-même ?  C’est cette ambiguïté qui m’intéresse dans la pièce, ce dédoublement, cette schizophrénie enfouie en chacun de nous. La musique des percussions rend compte de la folie et de la douceur, du délire et de la raison, induits bien sûr par Dionysos, maître du jeu, mais surtout contenus dans chacun des personnages, au-delà de l’influence dionysiaque.  La danse ne mime pas les paroles énoncées par les personnages. Elle a pour fonction d’exprimer ce que les paroles seules ne peuvent pas révéler.

 

976382_4923761373652_40884120_o

 

La pièce d’Euripide est fondamentalement subversive.

 

En défiant les rites officiels, Dionysos devient le champion des masses contre la répression du monopole Olympien des puissants. Son programme est «révolutionnaire» : il s’agit de renverser l’ordre établi. Comme le signale le devin Tirésias au début de la pièce, son culte abolit les barrières entre les sexes, les jeunes et les vieux mais aussi entre les humbles et les puissants. Il incite ces «humbles» à ne pas le rester vis à vis du pouvoir de Penthé, qu’il considère comme un usurpateur. Dionysos a traversé le monde entier et a ainsi formé une troupe «d’exclus» de tous les pays qui sont devenus ses disciples et le suivent aveuglément. Il leur demande de s’installer aux portes du Palais, symbole du pouvoir : «Venez battre les tambours autour de ce palais royal pour attirer les regards de la ville entière ! » (Dionysos, scène 1) À eux tous, ils constituent une force que le tyran Penthée ne veut pas reconnaître à sa juste valeur, mais dont il subira la rage vengeresse, tant il est vrai que la revanche des opprimés peut être violente. Nous avons choisi d’apporter au public des images contemporaines de ses populations itinérantes, déplacées, ainsi qu’une vision du pouvoir identifiable, en nous inspirant de ceux qui le détiennent au 21e siècle.

 

Vladimir-poutine-homme-politique-russeRoms22_article

 

LES PARTICIPANTS : 

 

ILS SONT DE TOUTES LES ORIGINES POSSIBLES :

 

- SÉNÉGAL

- BURKINA FASO

- BULGARIE

- COLOMBIE

- URUGUAY

- JAPON

- CHINE 

- ITALIE 

- ÎLE MAURICE

- FRANCE

- MAGHREB

 

 

C'EST AUSSI CE QUI FAIT LA RICHESSE DU PROJET QUE NOUS ALLONS PRÉSENTER DANS UN PREMIER TEMPS PENDANT LA SEMAINE DE LA SOLIDARITÉ !!!

 

 

La-semaine-de-la-solidarite-internationale

 

Why fund it?

Affiche

 

 

À tous ceux qui veulent soutenir ce projet nous avons reçu quelques soutiens des institutions mais pour mener à bien la communication et la production du projet nous faisons de nouveau appel à votre générosité. 

Thumb_logo_m_nades_coulpetit
les ménades

Coralie Pradet, metteur en scène/comédienne/chanteuse (voir CV complet) Elle a reçu une solide formation en théâtre à l’École du Passage dirigée par Niels Arestrup. Elle a notamment travaillé avec Mario Gonzalès, Ariane Mnouchkine, Guy Freixe, Claude Degliame, Geneviève de Kermabon, Niels Arestrup, François Clavier, Patricia Sterlin, A. Del Peruggia,... See more

Newest comments

Thumb_default
QUE VIVENT "LES MENADES" !!!
Thumb_logo_m_nades_coulpetit
LES DATES DU PROJETS Voici en exclusivité les dates pour la création des Bacchantes d'Euripide : - du lundi 11 au samedi 16 novembre 2013 À 20h au théâtre "le Passage vers les étoiles" 17 Cité Joly 75011 Paris métro : Voltaire ou Père Lachaise à 20h - le 20/11 à Nanterre, salles des fêtes à 20h 4 r des Anciennes Mairies 92000 Nanterre RER A : Nanterre-Ville (une représentation pour les scolaires sera organisée le 19 ou le 20 novembre) - le 22/11 à l’orangerie de Cachan à 20h 15 Rue Gallieni, 94230 Cachan - les 23 et 24/11 à la Comédie-Nation 77 Rue de Montreuil 75011 Paris à 20h métro Nation ou Faidherbe-Chaligny. Réservez dès maintenant au 0674506409 ou achetez votre place en ligne par l'intermédiaire de notre souscription !
Thumb_default
Courage, ton projet va être une réussite!