Les Barbues ou de l'insatisfaction politique est la nouvelle création de théâtre de rue de la Compagnie La Déferlante.

Large_1

Présentation détaillée du projet

 

Les Barbues ou de l'insatisfaction politique est la nouvelle création de théâtre de rue de la Compagnie La Déferlante, imaginée et conçue par Claire Pétrouchine, Corinne Chevalier, Thomas Tessier et Sylvia Bagli, étroitement associés à NJ Julien, Maëva Husband, Christophe Rosso et Hervé Cristianini.

 

Cette comédie grinçante sur la conquête du pouvoir au féminin, porte sur la place publique le destin de quatre femmes d’aujourd’hui. Elles vont se révolter contre la domination masculine d’une société cupide, inventer enfin leurs propres histoires, créant un indomptable chaos...

 

 

Img_0428

 

 

Synopsis des Barbues

 

C’est l’histoire de quatre femmes. Ou plutôt c’est la collision brutale et explosive de quatre histoires de femmes. Le détonateur c’est un homme, André, un pauvre bougre.

Son rêve c’est le théâtre, alors ici il fait du théâtre par le peuple pour le peuple ! Ses comédiens ce sont les spectateurs, sa scène c’est la rue. Il s’est fait virer d’un bar à moitié à poil et grimé en greluche. Il est là tout seul dans la rue, perché sur des talons hauts, en nuisette. Il veut jouer Aristophane, il veut tâter du classique et éduquer le public. C’est terriblement moderne Aristophane, et puis les femmes c’est à la mode. Du théâtre par le peuple, pour le peuple ! Et le public est ici devant lui, il va y piocher ses comédiennes. Alors, va commencer l’improbable errance d’une cendrillon dépressive et amoureuse, d’une ménagère moins docile qu’on ne le pense, d’une patronne de bar ex-prostituée et grande gueule, d’une vraie fausse spectatrice divorcée enceinte et mère de trois enfants, de vrais spectateurs, d’André et d’Aristophane...

Et toutes ces femmes, au nom desquelles André pensait prendre la parole, vont lui voler son spectacle. Elles vont s’approprier Aristophane, en faire de la chair à pâté, et se révolter contre la domination masculine d’une société cupide. Elles vont inventer enfin leurs propres histoires, créant un indomptable chaos...

 

                                                                           2

 

B1

 

 

Une histoire de femmes sous le prisme masculin

 

Voici le récit de quatre anti-héroïnes aux parcours cabossés, qui vont se réveiller de leur profond sommeil et se libérer de leurs carcans pour mener leurs révolutions au sein de l’espace public. Très librement inspiré d’Aristophane, célèbre poète comique athénien, notre spectacle aborde en filigrane les violences faites aux femmes ainsi que l’injustice dans l’exercice du pouvoir. C’est le procès d’une société prétendument civilisée et performante, mais incapable de hisser sa moitié(e) jusqu’à ses hautes sphères.

« Aristophane nous parle d'une société en crise, l'Athènes de son époque. […] Et quand je dis "il" et "nous", c'est pour signifier que c'est un homme de sexe masculin, dit sexe fort, qui parle à d'autres hommes de sexe masculin, dit sexe fort. Les acteurs, les auteurs, les spectateurs, les citoyens, tous ceux-là sont des hommes de sexe masculin, dit fort. Alors, on se raconte des bonnes blagues entre garçons sévèrement couillus. Mais quels auraient été les propos d'Aristophane s'il avait dû les partager avec des femmes ? »Thomas Tessier, le metteur en scène.

 

 

4

 

 

Il s’agit pour nous de susciter le rire même s’il doit être jaune. Faire rire autour de cette dichotomie des sexes, comme une incompréhension bimillénaire dont on ne parvient pas à se défaire.

 « Il n’est pas question d’enfermer le sujet dans un débat exclusivement féminin et d’en faire une arme féministe, mais bien de faire circuler le propos afin d’ouvrir un vrai débat homme/femme. Si l’écriture passe des mains d’un homme à celles d’une femme, le metteur en scène est lui un homme qui sait maintenir les équilibres. Le débat public est donc ouvert, un espace où chaque spectateur pourra apporter ses propres réponses. » Sylvia Bagli, l’auteure.

 

 

Les Barbues causent avec des femmes  du 19e arrondissement de Paris

 

Proche des réalités du quotidien, le spectacle relaie la parole des femmes à travers des personnages hauts en couleur. Les personnages se nourrissent des trajectoires de femmes du 19e arrondissement de Paris, rencontrées lors de « Causeries pour femmes à barbes et jambes rasées » organisées par la Compagnie.

 

Pour en savoir plus sur ce projet parallèle, cliquez ici.

 

 

                                                                         5

 

 

Calendrier et état d’avancement du projet

 

Réunie en 2011, l’équipe artistique des Barbues travaille à l’écriture et à la construction du spectacle au cours de résidences successives d’une quinzaine de jours. Plusieurs résidences ont déjà eu lieu aux quatre coins de la France (Ile-de-France, Loire-Atlantique, Rhône-Alpes).

 

Prochaines résidences de création :

Résidence d'écriture : du 25 février au 2 mars 2013 : Association ORPHEON, La Seyne sur Mer (83).

Résidence de création : du 27 mars au 3 avril 2013 : Quelques p'arts, APSOAR, Annonay (07).

 

Suivez l’actualité des Barbues en cliquant ici !

 

                                                                        6

 

 

Biographie

 

Retrouvez la biographie des artistes sur le site de la Compagnie La Déferlante.

 

 

Les dates de diffusion :

20 mai 2013 : Printemps des Rues, Paris 10e : 14h30. 25 mai 2013 : Emile et une nuit, Blain (44). 1er juin : Nocturbaines, Paris 20e. du 22 juin au 30 juin 2013 : Et20 l'été, paris 20e, en cours. du 28 juin au 1er septembre 2013 : Tout l'monde dehors, Lyon (69), en cours.

 

 

Les Barbues en répétitions ce lundi 18 mars:

 

Repet1

 

20130318_175912

 

À quoi servira la collecte ?

La Déferlante recherche activement des soutiens financiers afin d'aboutir à la dernière phase de création du spectacle et à la concrétisation de 3 ans de travail. Nous sollicitons vos dons pour assurer la mise à flot du spectacle Les Barbues ou de l’insatisfaction politique et pour financer plus précisément :

la dernière résidence de création en  2013 incluant frais de déplacements et une partie des rémunérations des 7 artistes (2200 euros). les fournitures et la réalisation des derniers éléments de costumes et accessoires (300 euros).

Notre passion commune pour le spectacle vivant et les arts de la rue, notre expérience et notre réseau nous ont permis de mettre en place une création singulière. Forts des premiers résultats, de l’intérêt du public et des programmateurs, nous avons la conviction que ce spectacle enjoué et désarçonnant doit vivre.

 

Si la somme récoltée dépasse 2500 euros, elle sera réinvestie directement dans la diffusion du spectacle en 2013-2014.

 

Pour le soutien  d'une création singulière et renversante ! N'hésitez pas et aidez nous !

 

 

Thumb_b1
Compagnie La Déferlante

Qui sommes-nous ? L’équipe des Barbues Bijoux : Corinne Chevalier et Maëva Husband André Debourg : Hervé Cristianini Claudie : Nathalie Julien Madame Blain : Claire Pétrouchine Cindy alias Cendrillon : Christophe Rosso Idée originale : Corinne Chevalier et Claire Pétrouchine - Texte original : Sylvia Bagli, très très librement inspiré de... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Pourquoi ce titre ?

Les Barbues ne sont pas des zélatrices de la foi ! Ce titre renvoie à l’intrigue d’une utopie féministe d’Aristophane (v. -445 -390), célèbre poète comique athénien. Dans « L’Assemblée des femmes », les femmes sont en colère contre le monde dans lequel elles vivent et vont prendre le pouvoir en se travestissant en hommes pour aller voter de nouvelles lois à l’Assemblée. Il ne s’agit cependant pas d’une création politique ou religieuse en lien avec l’actualité.

+ Qu’est-ce qu’une résidence ?

Dans le vocabulaire du monde de la culture, une résidence est un temps de travail dédié à la création artistique. Lors d’une résidence, les artistes sont accueillis, voire hébergés, au sein d’un lieu de répétition propice à l’avancement de leur travail.

+ Qu’appelle-t-on Théâtre de rue ?

Le théâtre de rue est une forme de spectacle et de représentation théâtrale exécutée dans un espace public, généralement extérieur. Le plus souvent, les artistes entrent en interaction avec la rue, l'utilisent comme décor et intègrent au cœur du spectacle les impulsions venant de l'extérieur. Dans une démarche de démocratisation de la culture, les spectacles de rue sont le plus souvent gratuits pour le public.

+ Où vont jouer Les Barbues ?

Notre spectacle est destiné à des festivals d’arts de la rue tout public et à des manifestations culturelles au sein de l’espace public.

+ Qu’est-ce qu’une causerie ?

C’est une rencontre qui réunit des artistes du spectacle Les Barbues ou de l’insatisfaction politique et des femmes des quartiers populaires du 19e arrondissement de Paris issues de divers horizons sur des sujets liés à leur quotidien et leur condition féminine.

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne création, Ph
Thumb_default
On te fais de gros bisous Claire ! Bonne chance
Thumb_default
Bravo pour ce projet, Allez les Barbues et tous les membres de la Compagnie La Déferlante!