Les Bonnes de Genet est une pièce de théâtre qui fit scandale lors de sa création. Partant d'un fait divers où 2 bonnes avaient assassiné leur maitresse, Genet a composé une œuvre où tous les sentiments non avouables sont explorés. Dans une langue poétique incomparable, Jean Genet nous fait traverser magistralement ces zones d'ombre.

Large_kisskissbankaffichecoup_e

Présentation détaillée du projet

Théâtre Le Tremplin

8 ter rue Cornue

AVIGNON

du 7 au 28 juillet

tous les jours à 14h30

Réservations au 04 90 85 05 00

 

IL y a 101 ans naissait Jean Genet. C'est pour fêter cet événement que La ville de Clichy a fait appel à la compagnie des Lumières pour monter "Les Bonnes" de Jean Genet.

Il y a 65 ans, cette pièce mise en scène par Louis Jouvet faisait scandale. Elle mettait en scène des bonnes dont le langage poétique et cru ne masquait pas leur désir de tuer leur maitresse

Aujourd'hui, qu'en est-il?

Cette pièce mythique de Jean Genet nous oblige à nous questionner sur certaines valeurs : le rapport dominant-dominé, la bonté « je suis bonne-je suis la bonne », le meurtre, la haine et les ressorts qui y conduisent. Constamment, il nous montre l’envers de nos « bons » sentiments.

Jean Genet dévoile les faces sombres de l’être humain. Dans ces forces obscures, il cherche la lumière et c’est alors qu’éclate la souffrance que chacun porte et qui conduit à des actes inhumains.

C’est un conte, nous redit à plusieurs reprises Jean Genet. Nous sommes dans l’univers mental de ces deux femmes.

C'est avec respect et détermination que nous avons voulu aborder ce texte. Mettre en lumière l'ombre! Aller voir où cela fait mal sans complaisance et surtout laisser exploser la poésie foisonnante de cet auteur.

MISE EN SCÈNE:

C'est l'univers du conte qui nous a séduit. Un conte cruel, pour adultes. Les objets ne sont pas réalistes: un bouquet de gants, un miroir sans tain...Pour rendre la force poétique du texte, nous avons recherché l'adéquation entre la profération, l'émotion et le corps chorégraphié des comédiennes.

 

LES COMÉDIENNES

 

Formée au Cours Simon puis à l'Atelier Frédéric Jacquot, Isabelle Montoya trouve sa voie très jeune. A 19 ans, elle devient l'assistante d'Anthéa Sogno qui met en scène Ciel! Mon Feydeau! à la Michodière. Elle tourne pour la télévision sous la direction de réalisateurs comme C.Douchand, D.Le Pêcheur ou encore P.Sisser. Au théâtre, elle joue dans Mentir, y a qu'ça d'vrai!, une pièce de J.Touzalin, mise en scène par J.P.Bazziconi à Paris et au théâtre des Béliers. Puis elle interprète le rôle de Sacha dans Ivanov, d’ Anton Tchekhov, mis en scène par Y.Garouel, qui la dirigera à nouveau l'année suivante à la Manufacture des Abbesses dans Thérapie anti-douleur de Laura Forti.

CLAIRE

 

 

Anne-Sophie Picard suit une formation de trois ans aux cours Florent. Menant de front les collaborations artistiques et ses études, elle se forme ensuite au studio Pygmalion et dans la classe supérieure du QG. Elle tourne dans plusieurs court-métrages, prête sa voix dans différentes réalisations radiophoniques. Au théâtre, on a pu la voir dans le monologue Un pianiste pour Mimosa, mis en scène par S.Surménian ou tout récemment dans Fais moi une place, mis en scène par A. Michineau.

SOLANGE

 

 

Formée au théâtre régional d'Orléans, Laetitia Vercken reçoit le prix Olga Horstig 2005 et continue sa formation aux cours Florent. Ayant joué Les Bonnes en 2008 dans une mise en scène d'H.A. Eustache, elle aborde aujourd'hui le rôle de Solange avec recul. Elle joue au Café de la gare dans Ubu-roi et Cyrano m'était conté. Elle a également joué Dans la cruche cassée (théâtre de l'Odéon) mis en scène par T. Bouvet et Comme il pleut (Avignon) mis en scène par A. Berlioux cette année Elle tourne dans des des court-métrages, pour la télévision et publicités.

Qui suis-je ?

 

La compagnie des Lumières

 

Historique  et objectifs

Avec deux amies,Béatrice et Evelyne, j'ai créé en 2002 (le 14 février!) la compagnie des Lumières, association de loi 1901. L'envie de créer une compagnie différente, où nous nous mettrions au service du théâtre, de ses auteurs et du public.

Béatrice et Evelyne ont bifurqué vers d'autres chemins.

J'ai continué l'aventure :Théâtre joyeux, théâtre exigeant.Ma volonté est d’inscrire mon travail au cœur de la cité.  Le verbe est l'apanage de l'homme. J'explore tous les auteurs dont l'écriture me fascine, m'entraîne dans des univers riches de promesses.

Contemporains, classiques peu importe, avec mes comédiens,nous essayons surtout de nous mettre à l'écoute du rythme et du sens de l'oeuvre. En quoi ce mot, cette phrase, ce vers , ce thème nous importe, nous transporte?

 

La compagnie est subventionnée par Clichy-la-garenne et le conseil général des Hauts de Seine.

 

Mises en scène :

2012 : Les Bonnes de Jean Genet au festival off d’Avignon

2011 : Les Bonnes de Jean Genet

2009 : Au bord de la rime, assise, spectacle poétique

2008 : Les Femmes savantes de Molière

  

 

VÉRONIQUE COSTA

Une maitrise de géologie en poche, je bifurque vers le théâtre. Princesse, mégère, chipie, bibliothécaire coincée, les rôles s'enchaînent sur les scènes parisiennes. Après une formation en conception-réalisation-multimédia, je travaille comme assistante de réalisation avec Y.A. Hubert pour Catherine de Médicis en 1986, film produit par Antenne 2 dans lequel je joue également.

Après la naissance de deux bambins,je me tourne  vers la direction artistique avec la Compagnie Lunes de mai, à l'université de Paris VI, VII pendant 2 ans. Un vivier extraordinaire de talents et d'inventivité

En 2002, la Compagnie des lumières voit le jour.

Je monte pour le theâtre Rutebeuf, "Les femmes savantes" de Molière et l'année suivante, "Au bord de la rime, assise", spectacle poétique. En 2011, avec Anne-Sophie, Laetitia ett Isabelle, nous nous retrouvons sur les planches du théâtre Rutebeuf,pour jouer "Les Bonnes".C’est un intense partenariat avec la ville de Clichy-la-Garenne, qui perdure à ce jour.

J'anime par ailleurs de nombreux ateliers avec des publics variés : jeunes, scolaires  et adultes dont l'émerveillement, l'investissement me comblent chaque jour.

 

 

À quoi servira la collecte ?

la location du theâtre du tremplin à Avignon où nous allons jouer  est de 5200 euros. Nous avons déjà collecté 3000 euros. Il nous faut aussi payer l'inscription à la "bible" du festival off : 400 euros

Il nous reste 2600 euros à trouver pour boucler  ce budget. Vous pouvez nous aider!

Biensûr d'autres dépenses sont à prévoir, régisseur, costumes, droits d'auteur, achat de la billeterie ... Si la cagnotte dépasse les 2600, les fonds serviront à tout cela !!!

 

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon festival!!
Thumb_default
Un autres petits coup de pouce, parce que les petits ruisseaux font les grandes rivières. Bon courage à la troupe avec une pesée particulière pour Lætitia. Vive Avignon! jeanine
Thumb_default
Un grand Bravo à tte la troupe ... sans oublier notre Laeti pour sa "retape" poilante et ...efficace! Et mille Merci pour le talent, l'énergie, l'humour, l'originalité ... et le charme dont vous nous comblez à chaque fois! Continuez ! martine & gilles