Participez à la réalisation d'un livre de photographie qui aborde le sujet peu exploré des lieux de sexualité entre hommes !

Large_vignette_kisskiss-1464339540-1464339555

Présentation détaillée du projet

Des lieux de rencontres sexuelles, on en trouve partout mais pas n’importe où pour autant. Autrefois situés au cœur des centres urbains, ils sont aujourd’hui presque exclusivement implantés en frontière ou en dehors des villes : zones industrielles désaffectées, sous-bois, aires d’autoroutes, dunes littorales…  Espaces autonomes et gratuits, leur localisation exacte échappe au regard des non-initiés.

 

 

" On n’a plus de nom, plus de profession, on n’est plus qu’un objet de désir. "

(Étienne, Charente Maritime)

 

 

Alandry_crowdfounding__7_sur_12_-1464337387

 

 

 

Les chemins égarés est une réflexion sur ces espaces de liberté où, malgré la crainte d’une descente de police ou de casseurs, malgré les menaces de fermeture administrative, continuent de s’exercer des désirs d’expériences libres entre hommes de tous âges et de tous horizons.

 

Se tenant à l’écart du sensationnalisme que pourrait induire un travail photographique dans le champ de la sexualité, le projet emprunte une forme d’investigation inspirée des sciences sociales et se déploie à travers différents types de documents : photographies de paysages, portraits en situation, cartographies des territoires, et enfin un recueil de paroles d’usagers. Celles-ci abondamment restituées en ce qu’elles ont fondé la recherche et guidé ses avancées.

 

Le dialogue entre ces éléments révèle le caractère polysémique de ces espaces : jardin secret proposant une échappée du quotidien, lieu de silence propre à la rêverie ou à l’introspection, territoire sauvage ré-actualisant une relation animale à l’autre et à la nature, lieu de réappropriation de l’expérience à l’ère numérique, lieu politique enfin, de reconquête d’un espace collectif, tant réel qu’imaginaire.

 

 

Alandry_crowdfounding__2_sur_11_-1464335761

 

Alandry_crowdfounding__8_sur_12_-1464336070

 

 

 

Après cinq années de travail photographique, Les chemins égarés prend aujourd’hui la forme d’un cross-média.

 

À l’objet livre, publié par Le Bec en l’air, s’ajoutera cet automne un documentaire de création radiophonique axé sur une expérience sensible et poétique. Il sera produit par Radio France dans le cadre des Ateliers de création radiophonique.

 

 

 

 

Alandry_crowdfounding__9_sur_12_-1464337402

 

Alandry_crowdfounding__4_sur_12_-1464337147

 

 

 

 

D'où vient ce projet?

 

En 2011, lors d’un workshop photographique à Lyon, j’ai produit une série d’images dans les arrière-boutiques de sex-shops. Les cabines de visionnage que je pensais être des lieux de plaisirs solitaires se sont révélées être également des espaces de rencontre.

 

La lecture d’ouvrages de sciences sociales m’a amenée à élargir mon propos à un ensemble d’espaces liés aux sexualités directes et autonomes.

 

Au printemps 2012, ce projet a été soutenu par la Scam (Aide à la création - Brouillon d’un rêve, image fixe), ce qui m’a permis d’entreprendre mon premier voyage à travers la France qui fut en quelque sorte un très grand repérage.

 

Ont suivi deux autres voyages, l’un en 2014 et l’autre en 2015, au cours desquels, parallèlement à mon travail photographique, j’ai enregistré mes discussions avec les hommes rencontrés. Au total ces trois voyages représentent un an de déplacements, de contacts et de prises de vues.

 

Le reste du temps fut employé à la recherche et à la documentation, chaque voyage ouvrant de nouvelles questions. J’ai trouvé dans les sciences sociales, la mythologie, la poésie, la philosophie et le paysagisme des approches complémentaires qui m’ont été très utiles, entre autres comme base de discussion lors de mes entretiens.

 

 

 

1_notesbasdepage2-1464344930

 

 

 

 

C’est grâce aux échanges avec les hommes que j’ai rencontrés que j’ai pu remettre en question mes a priori et mes présupposés. Ces discussions, et la documentation que j’avais accumulée, m’ont permis de mieux comprendre que la question centrale n’était peut être pas celle de la sexualité mais de notre rapport au monde, de la nécessité d’espaces de liberté et de la recherche d’un « ailleurs ».

 

Pour accéder à cette dimension de liberté, à une époque où les questions de sexualité prennent dans le débat public une place croissante mais bien souvent rendue stérile par des prises de parole prêtes à l’emploi, il est nécessaire de prendre le temps d’entendre ceux qui fréquentent ces lieux.

 

Or le livre permet précisément d’ancrer un propos dans une temporalité à la fois plus longue et plus lente que celle de la presse ou des revues de photographie.

 

C’est pour ces raisons que la forme du livre me semble la plus adaptée pour faire découvrir ce travail au lecteur.

 

 

 

Alandry_crowdfounding__1_sur_12_-1464335919

 

Alandry_crowdfounding__10_sur_12_-1464335960

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à réaliser un livre de petit format, de manière à pouvoir le transporter et le garder avec soi.

 

Les Auteurs:

 

Amélie Landry :

Je suis une photographe née en 1981. Après des études d’arts appliqués et de multimédia, j’ai travaillé principalement en temps qu’infographiste indépendante à Bruxelles où je réside. En 2011 je décide de mettre cette activité de côté et de développer un premier projet photographique, Les chemins égarés, que je vous présente aujourd’hui.

 

Mathieu Riboulet :

Né en 1960. Il a réalisé pendant une dizaine d’années des films de fiction et documentaires avant de se consacrer à l’écriture. Il est l’auteur de plusieurs romans, principalement aux éditions Verdier parmi lesquels Les Œuvres de miséricorde (prix Décembre, 2012) et Entre les deux il n’y a rien (2015).

 

 

 

Conseiller scientifique:

 

Laurent Gaissad :

Né en 1967. Socio-anthropologue et enseignant-chercheur associé aux équipes Santésih à l’Université de Montpellier et Sophiapol à l’Université de Paris Nanterre. Il a publié de nombreux articles sur l’espace public de la sexualité au temps du sida : lieux de drague entre hommes en ville et à la campagne, sexe et drogues dans le circuit festif gay en Europe, prostitution postcoloniale au prisme des migrations.

 

 

Egar_mockup3b-1464337502

 

 

 

L'Ouvrage:

Un soin particulier sera apporté au choix des papiers, avec l’intention de délimiter la partie « graphique » de la partie « annexe ». Un papier non couché sera utilisé pour toute la partie graphique et un papier bible pour la partie « entretiens ».

 

 

 

Il sera composé de trois parties :

 

Première Partie : Texte littéraire de Mathieu Riboulet

Mathieu s’est immergé dans les images, et livre un texte littéraire inspir­é autant par ses souvenirs que par ces Chemins égarés.

 

De Mathieu Riboulet, Pierre Assouline dit dans son article Rage de Riboulet qu'il "est l'une des voix les plus originales et les plus puissantes (de la rentrée littéraire 2015)", et rappelle qu'il fut découvert par Maurice Nadeau. Le magazine en ligne le Poulailler dit aussi ceci: "auteur d'une œuvre littéraire passionnante, cherchant un chemin de conciliation entre le corps humain, ses affects, ses désirs, sa parole, et le corps politique, atrophié, humilié, bléssé, de notre époque, Mathieu Riboulet, héritier de Pasolini et de Fassbinder, est un de nos grands contemporains, au sens d'Agamben, c'est-à-dire de la capacité à faire face, par le verbe et la concentration, aux lumières noires du temps présent."

 

 

Deuxième Partie : Photographie

La série d’images propose une interprétation graphique et totalement subjective des lieux de rencontre, portée par le choix de la mise à distance de la sexualité au profit d’un travail axé sur le portrait et le paysage.

 

 

Troisième Partie : Annexes

En annexe sont rassemblés entretiens, cartes, croquis et objets que le lecteur peut s’approprier comme autant de clefs de lecture de la série photographique.

 

Ces entretiens sont un élément clef du livre. Comme dit plus haut, pendant mes deux derniers voyages j'ai enregistré les conversations avec les hommes rencontrés. C'est une parole rare, donnée en confiance. Avec mes éditeurs et avec le conseil scientifique de Laurent Gaissad, nous travaillons à sélectionner dans cette abondante matière les extraits qui permettront au lecteur de se faire l'idée la plus juste de ces Chemins égarés. Ces entretiens constitueront une part importante de la maquette.

 

 

 

 

 

« A une époque, j’avais un sifflet sur moi, je ne l’avais pas acheté mais j’avais un sifflet oui. C’est une tradition à la Sainte-Catherine ici, ils vendent des cochons en pain d’épices et ils mettent des sifflets en bois, c’est là queue du cochon quoi. Et ça siffle suffisamment. Ça ne prend pas de place, c’est gros comme un crayon de papier et ça peut être utile. Je connaissais des gays plus âgés et eux par habitude, ils m’ont dit que c’était quelque chose d’indispensable à avoir sur soi pour qu’on puisse te porter secours. Ça peut aussi être un signal pour dire : “Barrez vous, il y a des casseurs ou les flics…”

C’est quelque chose qui s’est perdu mais ça aurait pourtant encore son utilité sur certains lieux de drague. »

(Mickael, Franche-Comté)

 

 

Alandry_crowdfounding__12_sur_12_-1464337613

 

Alandry_crowdfounding__6_sur_12_-1464337046

 

 

 

 

La Maison d’édition

Le livre sera édité par le Bec en l’air, une maison spécialisée en photographie, parmi les plus novatrices du paysage actuel, accueillant des photographes aussi différents que Marc Riboud, Denis Dailleux, Bruno Boudjelal ou Denis Brihat, et des auteurs tels Arno Bertina ou Maylis de Kerangal en littérature ou encore Christian Caujolle, François Cheval ou Gilles Mora pour l’histoire de la photographie.

 

La ligne éditoriale du Bec en l’air repose sur ce dialogue entre texte et image, ce qui correspond exactement à l’esprit des Chemins égarés.

 

 

 

Le Budget

La bourse de la Scam, évoquée plus haut, m’a permis de couvrir une partie des frais d’un premier voyage de quatre mois en 2012. Tout le reste du projet, soit huit mois supplémentaires de déplacements, ont été totalement autofinancés.

 

C’est pourquoi aujourd’hui je vous sollicite pour finaliser cette aventure, afin que cette recherche puisse voir le jour sous la forme d’un livre.

 

L’ensemble des coûts de production du livre s'élève à 18 500 €. Cette somme couvre la photogravure, le graphisme, les droits d’auteurs pour la photographe et l’écrivain, la correction des textes, le suivi de projet et l’impression, y compris le suivi de fabrication chez l’imprimeur.

 

 

Fabrication :

Impression du livre     10 000,00 €

Photogravure                    2000,00 €

Graphisme                        2500,00 €

 

Editorial :

Droits d’auteur                   2000,00 €

Conseil scientifique            1000,00 €

Correction des textes         1000,00 €

 

Soit 18 500,00 € HT

TVA à 5,5%

 

 

La présente campagne de financement participatif vise à pourvoir uniquement le poste de l’impression, pour un montant de 8000 €, dont 8% seront reversés à KissKissBankBank. 

 

 

Si la collecte dépasse nos espérances, nous pourrons non seulement mieux couvrir les droits d'auteurs et les frais de fonctionnement mais surtout avoir davantage de liberté quand aux choix de papiers et de finitions du livre lui-même.

 

 

 

Planning de réalisation

Nous commencerons la maquette au mois de juin !

Le livre sera imprimé début septembre, et en librairie le 3 novembre 2016.

 

 

 

 

Merci d'avance pour votre soutien !

 

Alandry_crowdfounding__5_sur_12_-1464337083

 

 

 

Remerciements:

 

A l'Agence Vu' pour leur soutien et particulièrement à Mathias Nouel !

A Fabienne Pavia et Frédéric Lecloux pour leurs conseils et leur confiance.

 

A Cyril Mossé pour le travail du son et à Anna Knight pour la traduction du teaser !

 

Thumb_2015-1463657765
Amélie Landry

Vit et travaille à Bruxelles. Née en région parisienne en 1981, étudie les Arts appliqués à Toulouse puis se spécialise en multimédia, à l’Institut des arts de diffusion de Louvain-la-Neuve. Parallèlement à sa formation à l’IAD, elle suit pendant 3 ans des cours du soir en photographie à l’Académie de Molenbeek (Bruxelles).

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo Amélie pour le 103%!
Thumb_default
Félicitations Amélie ! Que la collecte continue ces dernières heures afin que vous puissiez réaliser le livre avec la plus belle qualité possible. Marie et Florent.
Thumb_default
Très beau projet ! Félicitations !