Aidez nous à financer notre projet, si vous êtes curieux et que les gens vous passionnent alors n'attendez plus, plongez dans notre projet.

Large_recadr_e_-1431531024-1431531032

Présentation détaillée du projet

http://lescodesontchange.unblog.fr

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

En cette belle journée ensoleillée et ventée du 15 juillet 2012, nous lançons officiellement notre blog.

Cela faisait quelques temps déjà que cette idée nous trottait dans la tête : peut être est-ce le fait d'avoir atteint la trentaine, peut être est-ce le cumul des histoires et anecdotes personnelles et amicales, peut être est-ce tout simplement la volonté de se lancer un nouveau défi à l'aube de cette nouvelle décennie ? 

 

 

Dans tous les cas, quelque soit le(s) raison(s) qui nous ont poussées à prendre le clavier de notre cher imac, nous sommes là devant vous, presque à nu, prêts à vous livrer nos aventures les plus secrètes, nos histoires les plus folles, nos anecdotes les plus croustillantes. Rassurez-vous, ce blog n'a pas pour vocation de rendre public quelques détails à caractère "se situant sous la ceinture" ... Quoi que ...

En revenant d'un séjour, nous avons commencé à débattre sur les codes de notre société actuelle. Nous avons songé à un vieux tableau, héritage familial de l'arrière grand-père de Cassandra, resurgi du grenier qui narre avec brio et élégance les "Ages de la vie" (voir ci-dessus). Quel beau titre pour un tableau ... Tout un programme ...

 

Mais pourquoi ce tableau si fringant et si vrai, certainement à une époque, peut nous apparaître aussi désuet à l'heure actuelle ? C'était tout l'enjeu de nos échanges durant ce voyage. 

Recadr_e_-1431531374

 

Les étages "20 ans Adolescence" et "30 ans Virilité" ont particulièrement retenu notre attention. L'étage "20 ans", montre un couple d'amoureux transi entrelacés, qui semble se vouer à sa passion et occulter la société qui l'entoure. Celui, des "30 ans" un couple plus mature (certainement plus mature que nous en tous les cas ;-) ), avec le mari revenant de la chasse qui est accueilli à bras ouverts par une épouse que l'on suppose au foyer, un jeune enfant qui le sollicite et un nourrisson dans les bras de l'épouse (on suppose qu'ils sont mariés). De plus, pourquoi ce terme "Virilité" ? Cette image, à l'aube de ce XXIéme siècle post-féministe qui prône à outrance la parité entre les sexes, peut laisser songeur ...

 

 

Nous avons donc rapidement fait le lien entre ce tableau et nos nombreux amis et connaissances et nous-mêmes d'ailleurs. Nous tenons d'ailleurs à préciser que "toute ressemblance avec des personnes connues ou inconnues sera purement fortuite" :-)

 

En effet, les personnages qui vous seront présentés sont plutôt issus d'un savant mélange, digne d'une alchimie, entre les personnes que nous côtoyons dans notre quotidien, mais aussi de notre quotidien de couple.

 

 

Nous avons donc décider de faire le choix (même si "le choix de ne pas faire un choix est encore un choix" dirait ce bon vieux Jean-Paul), de présenter  des personnages avec des titres évocateurs, une image animale (petit clin d'oeil à ce brave Jean de la Fontaine), une présentation non-exhaustive, un lien politico-historico-socio-religieux, et une conclusion acerbe comme l'école nous l'a si bien apprise.

 

 

Vous vous demandez sûrement, et cela est tout à fait légitime, qui sommes-nous ? Et bien, malgré le suspens latent, nous préférons taire notre véritable identité pour que chacun d'entre vous puisse entrer complètement dans nos articles, reconnaître vos proches et connaissances, pouvoir à loisir commenter, nous aduler, nous persifler, nous haïr,  bref surtout NOUS LIRE sans prise de tête et surtout y prendre beaucoup de plaisir. 

Mais juste pour éveiller votre curiosité nous voici, tendrement réunis au coucher du soleil au bord d'un célèbre lac italien :-) 

Capture_d__cran_2015-05-13___16.31.37-1431531449

Alors lançons dès maintenant le débat : les codes ont-ils changé ?

Bonne route et longue vie à notre blog !

Charlotte et César

 

Voici le synopsis à l'aube de ce bel été 2012. Presque 3 ans plus tard, et 50 articles publiés plus tard nous revoici afin de mettre ce blog (qui a connu un grand succès) sous un format papier.

 

Bref, l'heure est venue de publier cet essai, de le rendre visible à un grand nombre et pas que dans la sphère de son blog, de le sortir de l'ordinateur afin qu'il vienne envahir vos tables de chevet, vos tables tout court où même vos toilettes (c'est toujours un lieu sympathique pour lire le cabinet d'aisance ;-) ).

 

Si vous êtes curieux, lancez vous dans la lecture du blog de Charlotte et César et surtout passez un bon moment avec nous.

 

Vous voulez voir un petit extrait d'un article ? 

On vous livre la buse libérée en prime time ;-) 

 

N’avez-vous pas dans votre entourage cette jeune femme, belle et intelligente qui ne tombe que sur des loosers sans aucune valeur ? Elisa est notre vedette.

 

Lors d’une soirée filles, en compagnie de ma chère Elisa j’ai pu analyser le phénomène de près. Elisa, ravissante brune trentenaire, n’en est pas à son coup d’essai avec les hommes.  Malgré son sourire ravageur, ses yeux pétillants et ses courbes plus qu’avantageuses, Elisa collectionne les toccards. Lors de cette soirée dans une boîte branchée, notre buse libérée me rejoint accompagnée de deux amies. Toutes trois célibataires, le son envivrant et l’alcool aidant nous nous amusons comme des petites folles. Soudain, certainement grisée par les quelques verres de Mum engloutis, Elisa prend les choses en main «  la chasse est lancée ». Quelques tours de pistes plus tard, elle repère Le mec qu’elle veut, loin d’être farouche, elle se frotte intentionnellement à lui sur l’air entêtant de « Titanium ». Cinq minutes plus tard, voilà notre "play-boy" qui l’embarque dans un zouck improbable sur des musiques plus proches d’ACDC que de Francky Vincent. Et voilà, l’affaire est emballée. Notre buse libérée est comblée et nous clame haut et fort, que « pas ce soir, mais demain,  elle ne dormira pas seule ». La soirée à peine entamée avec Jérôme, celui-ci n’hésite pas à prévenir notre intrépide célibatatante qu’il ne souhaite pas s’engager. Elle, à son tour le rassure sur son dèsir de rester « libre ». Capture_d__cran_2012-12-15___10.28.04-1431532399

 

Pourtant,dès le lendemain, au détour de notre discussion, après avoir vu avec elle, la lingerie adéquate, le centre d’épilation le plus proche et le petit pull qui fera toute la différence, Elisa, me lance un «  tu sais, même s’il ne veut pas s’engager, je sens qu’après notre nuit, il va me rappeler, je vois en lui  plus qu’un simple plan cul… ». Mais bien sûr ! Je lui fais remarquer que depuis sa séparation d’avec Pablo, elle qui semble ne rechercher que des plans cul plus ou moins réguliers, collectionne en fait les loosers. Certes, ils ont au moins le respect de ne pas lui promettre le mariage et tout le tutti, mais mince, un peu de délicatesse et de tendresse ne peut pas faire de mal. Alors certes, notre buse libérée, malgré son air détaché, au fond d'elle même, ne recherche en fait qu’une simple et unique chose : un amour partagé. Car oui, à trente ans, c’est sympa de collectionner les mecs, de « chasser » tel un rapace à la vue d'une nouvelle proie, de papillonner sans se fixer, mais à la fin, cela peut devenir usant. Et notre buse, malgré sa force de caractère montre ici un signe de faiblesse. Certes, elle ne voyait peut être pas en Jérôme l’homme de sa vie, mais elle avait envie au moins de qelqu ‘un qui puisse lui tenir compagnie, lui offrir des marques de tendresse et d’attention, lui offrir en quelque sorte ce qu’aucun homme n’a réussi à lui offrir jusqu’à présent. Alors, oui elle s’est « blindée », elle dit qu’elle ne veut pas tomber amoureuse, qu’elle veut profiter à fond de sa vie de célibataire (une semaine sur deux lorsqu’elle n’a pas la garde de sa petite fille) mais au fond, elle n’attend qu’une chose : que Jérôme la textote. Ce soir, au téléphone, j’ai senti notre buse blessée ; malgré leur nuit agitée et prometteuse, elle n’a pas reçu un seul message depuis leur ultime et unique soirée dans son antre.

Songeons à l’histoire d’amour chaotique entre deux génies de la littérature : Simone de Beauvoir et Jean Paul Sartre. Dés le départ, Simone, femme liberée avant-gardiste, symbole de l’émancipation fémine est fascinée par le ponte philosophe Jean Paul Sartre. Elle sera pour lui son « amour nécessaire » en opposition aux « amours contingentes » qu’ils vivent. Elle décrit aussi sa relation avec Sartre en la qualifiant de totale réussite. Pourtant, bien que la relation qui les unit soit toujours aussi passionnée, ils ne sont plus un couple au sens propre du terme, et ce depuis longtemps, même si Beauvoir laisse entendre le contraire à ses lecteurs. Ce couple demeurera à jamais un couple de légende, symbole de l’amour moderne où pourtant les amours contingentes engendraient jalousie, perversité, mensonge et voyeurisme. Car, même si par amour pour lui, Simone accepta et pris part à cet amour libéré et moderne, elle ne devait rêver, au plus profond d’elle-même, qu’à un amour exclusif. D’ailleurs elle clôture un de ses livres par ces mots « « Sa mort nous sépare. Ma mort ne nous réunira pas. C'est ainsi ; il est déjà beau que nos vies aient pu si longtemps s'accorder ». Cette phrase ne résume t-elle pas le songe d’une trop belle histoire d’amour ?

Alors, oui, Elisa, est peut être une Beauvoir moderne, prônant une vie libre de toute entrave, et la question, ici semble ne pas se poser, malgré les années, les codes semblent, malheureusement ne pas avoir beaucoup changé …

À quoi servira la collecte ?

La collecte nous permettra d'acquérir un petit pécule afin de stimuler de potentiels éditeurs. 

A l’exception des contrats à compte d’éditeur, essentiellement proposés par les « grandes maisons » et auxquels les auteurs « amateurs » n’ont que peu de chances d’accéder, la plupart des autres contrats actuellement « sur le marché » induisent, soit des dépenses importantes pour l’auteur et une diffusion réduite, soit une « gratuité » relative, soumise au fait que l’auteur s’occupe de tout (mise en page, couverture, impression, corrections diverses et variées…) et là aussi, une diffusion peu satisfaisante. Or, se faire éditer, c’est bien, mais sans une diffusion « digne de ce nom » le résultat final ne peut qu’être décevant.

Dans ces types de contrats appelés « compte d’auteur », les droits d’auteurs oscillent entre 10 et 15% du prix public hors taxes. Rarement davantage. L’auteur, également fortement incité à vendre ses livres lui-même (salons, conférences, relationnel…) bénéficie d’une remise sur l’achat de ses ouvrages allant généralement de 20 à 50% du prix public hors taxes.

Pourquoi ? Editer un livre est, pour l’éditeur, une opération risquée qui, si elle n’est pas « maîtrisée », peut s’avérer très vite financièrement difficile, pouvant mettre en péril la maison d’édition.

Le contrat de publication proposé par 7 écrit Éditions est une opportunité originale pour vous faire éditer en permettant aux deux parties en présence, auteur et éditeur, un juste équilibre des dépenses et des recettes tout en vous permettant de bénéficier de droits d’auteur importants et d’une large diffusion, accentuant un retour sur investissement profitable. Ainsi afin de pouvoir souscrire à ce type de contrat, nous avons besoin de 860 euros qui permettront de financer tout en parti le contrat de publication.

 

Description des dépenses  :

-  dans un premier temps, il faut protéger l'œuvre en effectuant un dépôt auprès d’une société d’auteurs (SACD, SGDL, SNAC). Il en coûtera entre 35 et 45 €, et le texte sera conservé 4 ou 5 ans, selon la structure choisie

 

-l'impression du livre sur le site http://www.jefaismonlivre.fr/index.php?Action=livre

pour éditer 120 exemplaires au format 15x21 pour un total de 70 pages, sur du papier couché mat 135 g

Le devis se porte à 820, 04 euros TTC

 

Ces 860 euros nous permettront de pouvoir sortir et éditer des exemplaires de nos nouvelles sous format papier.

 

Si la collecte récolte plus que la somme souhaitée (ce que nous souhaitons en croisant les doigts, les pieds et tout ce que nous pouvons ;-) ), le "surplus" nous permettra de tirer davantage d'exemplaires de notre fabuleux essai afin de faire sourire un peu grand nombre de lecteurs.

Thumb_capture_d__cran_2015-05-13___16.31.37-1431531264
dalexandra82

"A coeur vaillant, rien d'impossible" disait Jacques Coeur. Charlotte (mon pseudo littéraire :-) , 32 ans, passionnée d'histoire, de nature et de photos et César, 33 ans, passionné d'histoire, de sociologie et fin humoriste à ses heures ... Faire sa biographie, c'est toujours un grand moment ... La mienne pourrait se résumer ainsi : mon premier... Voir la suite