Voici les Contes de Ionesco. Ici, pas de fées, de princes, ou de créatures imaginaires. Pas de « il était une fois ». Un monde normal…à quelques détails près. Le téléphone s’appelle fromage. Tout le quartier s’appelle Jacqueline. On voyage en avion sans quitter son lit. Des contes rares, qui parlent aux adultes et ne mentent pas aux enfants.

Large_kiss_kiss2

Présentation détaillée du projet

 

 

Culture et imagination fantasque du maître de l’absurde au service des petits et grands.

 

Le conte d’Eugène Ionesco n’a pas lieu dans un monde imaginaire, avec des personnages fantastiques, dans un temps indéfinissable. Cela se passe entre la chambre des parents et le couloir. Les personnages y sont Papa, Maman, Josette leur petite fille et Jacqueline-la-femme-de-ménage. Et tout commence "ce matin-là".

 

Quatre contes pour aborder avec charme et humour ces petites incompréhensions de la vie quotidienne.

 

Ionesco a écrit ces contes pour sa fille, Marie-France. Il les lui racontait, elle lui répondait, il s’en inspirait. Le papa, c’est lui, Josette, c’est elle. La maman n’est presque jamais là. Elle passe. C’est peut-être la seule fée de ces contes. Dans le spectacle, c’est une “marionnette-maman-fleur”, manipulée par la petite fille, qui idéalise sa maman.

 

Comme dans toutes les pièces de Ionesco, il y a une distorsion entre le mot et la chose ; le mot n’a aucune importance ; c’est ce que nous y mettons qui compte. Oui le téléphone peut s’appeler fromage. Cela change-t-il sa forme ? Son contenu ? Son utilité ? Son usage ? C’est l’imagination qui fait le lien entre le mot et la chose ; or elle est sans limite et libre de droit. C’est en cela que consiste l’« éducation » ionescienne, ce que Ionesco veut transmettre aux petits enfants que nous sommes.

Le seul mot qui résiste à cette impitoyable non-règle de l’absurde : « image », qui veut dire « image » et que l’on prononce « image »…

 

Petit à petit, la rencontre entre les deux mondes de l’enfant et des adultes, du couloir et de la chambre se fait. Grâce aux histoires que raconte le papa. Par le pouvoir de l’imagination. Plus de porte, plus de frontière. Juste le sourire tendre et facétieux de Ionesco.

 

Ionesco et le Poche

 

Monter Les Contes de Ionesco au Théâtre de Poche-Montparnasse, c’est remettre au goût du jour une complicité qui a fait ses preuves : c’est en effet au Poche que fût créée La Leçon en 1951, dont le succès, on le sait, est devenu planétaire.

Fraîchement nommées à la direction du théâtre, Stéphanie Tesson et Charlotte Rondelez tiennent à inscrire le texte comme élément fondateur de leur choix de programmation, c’est-à-dire qu’il soit porteur d’une vision du monde, et d’un style particulier.

C’est en lisant tous les soirs Les Contes de Ionesco à sa petite fille que Charlotte Rondelez a naturellement pensé que c’était le texte idéal pour ouvrir la saison jeune public. Véritables perles qui font le bonheur des parents et des enfants, ils sont de surcroît rarement montés.

 

 Eugène Ionesco ( 1904-1994)

 

 Anti auteur, moderne, avant gardiste, iconoclaste, frondeur, clownesque, pataphysicien, grand écrivain classique, tragique, politique, universel, intellectuel, mondain, académicien, homme en question, retraité, essayiste, peintre amateur, intimiste, mystique, philosophe.

Il est aussi l'auteur de la Cantatrice chauve, de La leçon, Les chaises, Le roi se meurt, Amédée, Rhinocéros, La soif et la faim, Macbett, Un homme maison.

 

 

 

La compagnie L’Obtus Obus

 

La compagnie L'Obtus Obus a été imaginée par Emilie Chevrillon, comédienne et musicienne, et Coralie Maniez, plasticienne et scénographe, qui ont eu envie d'allier leur savoir-faire et le mettre au service du spectacle vivant. Elles se sont rencontrées au sein d'un collectif, Pyxis, qui lui-même menait une recherche sur la transdisciplinarité entre arts plastiques, musique, photo, vidéo, jeu…

Elles se sont découvert un goût commun pour un certain type de théâtre, un théâtre engagé, poétique, drôle, astucieux, qui cherche à réveiller l'imagination du public, grâce au pouvoir de suggestion de la scène. C'est un théâtre de l'étrange, du magique, où les décors sont des personnages, où les acteurs sont des objets, un théâtre qui remet en question le langage et ses faux-semblants, qui appelle à la question, mais jamais ne dénonce.

 

L'Obtus Obus a participé en 2009 avec les associations Philomuses et Pyxis, à l’organisation d’un évènement à la Bellevilloise à l’occasion du Téléthon , Le Ravélo de Babel, avec plus de vingt artistes de disciplines différentes.

SI et autres pièces courtes de Ionesco, sa deuxième création s’inscrit pleinement dans cette veine et explore l’absurde à travers le prisme d’expressions artistiques variées. Elle s'est jouée à Paris aux Déchargeurs, au Ciné 13, au Lucernaire, au Théâtre de la Reine Blanche, et tourne en ce moment en France.

 

L'Orchestre de Victor Slavkine, troisième création mélangeant onze musiciens et comédiens s’est jouée au festival des mises en capsules du Ciné 13.

Cet Animal Etrange, de Gabriel Arout, adapté de nouvelles de Tchékhov, leur dernière création, s’est jouée dans l’Allier, et à l’espace Philomuses à Paris.

 

L'équipe

 

L_e_quipe

 

 

La metteur en scène 

 

Emilie-1

 

 

Emilie Chevrillon fait ses études de théâtre à Ange Magnetic sous la direction d’Antoine Campo à Paris.

Elle joue aux côtés de Laurent Terzieff dans Le Regard  de Murray Schisgal et L'Habilleur de Ronald Harwood (Molière du meilleur spectacle 2010) et l'assiste également à la mise en scène.

Elle part apprendre les techniques de l'Est à l'Académie des Arts de Minsk (Biélorussie). Passionnée par la culture russe, elle joue à Paris Cet Animal Etrange, adapté de Tchékhov par Gabriel Arout (m.e.s. Marie Sauvaneix), L'Idiot de Dostoïevski (m.e.s. Antoine Bourseiller), et Nouvelles de Tchekhov (m.e.s. Katia Ogorodnikova).

En 2010, elle entre dans la troupe du théâtre de la Huchette pour y interpréter l'élève, dans La Leçon (m.e.s. Marcel Cuvelier).

Dans son parcours, elle est entre autres Solange dans Les Bonnes de Jean Genet, (m.e.s. Antoine Campo), Lisette dans Le Distrait de Regnard (m.e.s. Francine Walter), Louise Strozzi dans Lorenzaccio de Musset (m.e.s Antoine Bourseiller), the policeman dans la comédie musicale adaptée des Mamelles de Tirésias d'Apollinaire (m.e.s. Eric Wallach), joue neuf personnages dans la Revue d'un monde en vrac de et par Stéphanie Tesson, douze dans Shhh d’Abraham Gomes Rosales (m.e.s Alexandre Blazy).

Sous la houlette de la compagnie L'Obtus Obus, elle met en scène avec la plasticienne Coralie Maniez SI et autres pièces courtes de Ionesco, et L'Orchestre de Victor Slavkine.

 

 

La scénographe et marionnettiste

 

Coralie

 

 

 

 

Après un BTS  audiovisuel en montage et un master cinéma, Coralie Maniez rejoint le théâtre auprès des scénographes Claire Chavanne et Muriel Trembleau, et suit sa formation de plasticienne auprès 

du sculpteur de masques Thierry François, du marionnettiste Arnaud Louski-Pane et des sculpteurs Carole Allemand et Sébastien Puech.

Depuis 2008, Coralie Maniez travaille en tant que peintre décoratrice aux ateliers décors de la MC93 pour les pièces La tempête (m.e.s.  Georges Lavaudant), Au bord de l’eau créé par l’école de l’opéra de Pékin (m.e.s.  Patrick Sommier), La nuit de l’iguane (m.e.s. Georges Lavaudant) et L’Habilleur (m.e.s. Laurent Terzieff), et Fado Alexandrino (m.e.s par Nicolas Bigards). Elle réalise également plusieurs scénographies, pour La Farce des Damnés (m.e.s. par le violoniste Amy Flammer) à la MC 93 de Bobigny ; Avec sa Cie L’Obtus Obus, elle met en scène avec Emilie chevrillon L’Orchestre de Victor Slavkine et Si et autres pièces courtes de Ionesco dont elle signe la scénographie. Actuellement elle crée une scénographie pour Rhinocéros de Ionesco (m.e.s. par Carole Guittat). Elle conçoit et réalise des marionnettes, masques et éléments de décor pour les spectacles Voyageurs immobiles et Ne m’oublie pas de Philippe Genty, pour la Cie bouche à bouche et leur spectacle de rue Ma mort n’est la faute de personne (m.e.s par Marie-Do Fréval et Nadège Prugnard.)

Marionnetiste, elle joue et manipule dans le spectacle pour enfants Histoires de chaperons (m.e.s. Ghislaine Laglantine) et dans Le long de la grand route, spectacle d’ombres, objets et marionnettes (m.e.s. Cécile Vitrant).

 

 

L'assistante

 

Alexandra-1

 

Alexandra d’Hérouville débute sa formation en hypokhâgne et khâgne option théâtre à Paris (2005-2007) et travaille en partenariat avec le théâtre de la Colline puis poursuit son cursus à l’université Paris III en double licence de Lettres/ Théâtre et en master de Littérature générale et comparée. De 2009 à 2011, elle suit les cours de Francine Walter-Laudenbach et joue dans Les Aventures de villégiature de C. Goldoni au Théâtre de Poche et Danser à Lughnasa de B. Friel au Ciné 13.  Parallèlement, elle intègre l’école du Vélo Volé  dirigée par François Ha Van et joue au sein de sa compagnie dans le Mariage de Figaro au théâtre du Lucernaire. Depuis 2010, elle se forme à l’Ecole Claude Mathieu. Elle tourne dans un court métrage de Julie Aragon, « 5minutes et 3 secondes » film du réalisateur Pasquale Calone et organise plusieurs performances théâtrales pour le musée de la Chasse et l’Alliance Française. En octobre 2012, elle interprète Eliante dans le Misanthrope sous la direction de Francine Walter au festival de théâtre de Bourg La Reine.

 

 

Les acteurs

 

Josette

 

Pauline                       

 

Pauline Vaubaillon a débuté sa formation au sein d’ Atelier Premier Acte dirigé par Francine Walter-Laudenbach (2007-2009) et a joué dans plusieurs de ses mises en scène au Théâtre La Bruyère (Les Trois Sœurs, A. Tchekhov; Les Aventures de Villegiature, C. Goldoni ; Danser à Lughnasa, B. Friel…). Elle a joué au Festival des Mises en Capsules 2010 au Ciné 13 Théâtre dans une mise en Scène de Clément Thiébault (Le Godemiché Royal, textes libertins du XVIIIème siècle). Elle a par la suite intégré la Compagnie du Vélo-Volé, cours dispensés par François Ha Van (2008-2009), suivi un stage avec Jean-Louis Bihoreau (2009) puis a travaillé auprès de Thibault de Montalembert (2009-2011) avec qui elle a joué ADN de Dennis Kelly au théâtre de La Bastille. Sous la direction Jean Louis Jacopin elle joua au Lavoir Moderne Parisien (Une rose lui battait dans la poitrine) puis avec Nicolas Lafitte elle participa au festival Des Arpèges et des Mots cette année 2012.

Elle fait actuellement partie d'une mise en scène de Francine Walter (Mademoiselle Else, Arthur Schnitzler) en répétition et de Francois Couturier (La Fable de Jeanne, spectacle pour enfants, Théâtre du Temps).

 

Papa et Jacqueline la femme de ménage (en alternance)

 

Jacques

 

 

 

Jacques Bourgaux a reçu une formation classique (Premier Prix au Conservatoire Royal de Bruxelles) qu'il a complétée par 2 années à l'Ecole Internationale Jacques Lecoq et des études théoriques (Maîtrise en Théâtre à l'Université de Louvain). Ceci l’a mené vers une carrière plutôt internationale, soit pour enseigner, soit pour jouer, soit pour mettre en scène. Né en 1948 en Belgique, il s’est installé à Paris en 1978. Il y a créé ses propres spectacles en duo ("Azimuth et Trémouillé") ou en solo ("Don Quixotte"). Ces spectacles ont tourné dans le monde entier pendant de nombreuses années ou tournent toujours, ainsi son "Don Quixotte" est allé dernièrement aux Festivals de Séoul et de l’Union des Théâtres Européens. Parallèlement il a travaillé avec divers metteurs en scène au théâtre et au cinéma: Peter Zadek (Théâtre de l’Odéon), David Freeman (Lyric Hammersmith, Londres), Chantal Morel, Benoît Lambert, Christophe Lidon, Gilles Zaepffel, Roger Planchon, Richard Dembo, Jean Marboeuf.

Il a interprété George Dandin, Lancelot, Philippe Strozzi, Obéron, le Sultan des 1001 Nuits, Leopold Bloom, Verchinine… Il a joué les grands auteurs classiques : Eschyle, Euripide, Racine, Corneille, Shakespeare, Molière, Labiche, Tchékhov… et créé des oeuvres contemporaines.

Ces dernières années il a joué à la Comédie Française dans une mise en scène de Brigitte Jaques, il a fait des lectures au Studio-Théâtre et au Théâtre du Vieux-Colombier. Il a fait plusieurs mises en scène (au Lucernaire, au Théâtre Sorano, à l’Atelier du Plateau…) et dirigé des ateliers. Il a  travaillé particulièrement avec le metteur en scène Silviu Purcarete (plusieurs créations au CDN de Limoges puis “Pantagruel” et "Métamorphoses“). Il joue depuis 2010 le Roi dans « Le Roi se Meurt » de Ionesco mis en scène par Silviu Purcarete. Il a joué cette année dans "Cœur de Chien" et "Jean Martin" au Ciné 13.

En février il a créé son nouveau solo "Le Grand Chantier" qui est en tournée à partir de cet automne.

Il sera Jason dans « Médée » d’Euripide la saison prochaine.

 

 

Brock

 

Brock est un des rares bruiteurs vocaux français. Il a également développé la technique du bruitage à objet pour le spectacle vivant. Sa carrière de comédien a débuté au cinéma grâce à Louis Malle qui fut le premier à lui offrir sa chance dans ¨Milou en Mai¨. Au théâtre, ce  sont Jean Paul Farré et Jean Luc Moreau qui, tout d’abord, lui accordent leur confiance. Puis ce seront ensuite Gérard Rauber, Anne Bourgeois, Justine Heynneman, Ned Grujic ou encore Stéphanie Tesson qui lui confient des rôles. A la télévision et au cinéma il joue sous la direction de Pascal Légitimus, Didier Lepêcheur, Gilles Mimouni, Nicolas Cazalé ou Foued Mansour. Actuellement il tourne plusieurs spectacles en France dont ¨Au bal d’Obaldia¨ de René de Obaldia,¨ Embrassons nous Folleville¨ d’Eugène Labiche, le ¨Dalaï et moi¨ de Sophie Forte et sera à l’affiche des contes d’Eugène Ionesco, sous la direction d’Emilie Chevrillon à partir de mars 2013 au Théâtre de Poche Montparnasse.

 

 

 

     L_e_quipe2

 

 

Getinline-1

 

Getinline-2

 

Getinline-3

 

Getinline-4

 

Getinline-5

 

Getinline-6

 

Getinline-7

À quoi servira la collecte ?

Grâce à ces 2000 euros, l'Obtus Obus pourra financer en amont la création des costumes, des décors et des accessoires.

  Ainsi que la création d'une marionnette géante imaginée par Coralie Maniez.

 

Thumb_visuel_contes2
L'Obtus Obus

La compagnie L'Obtus Obus a été imaginée par Emilie Chevrillon, comédienne et musicienne, et Coralie Maniez, plasticienne et scénographe, qui ont eu envie d'allier leur savoir-faire et le mettre au service du spectacle vivant. Elles se sont rencontrées au sein d'un collectif, Pyxis, qui lui-même menait une recherche sur la transdisciplinarité entre... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Maintenant au boulot ! Bibi
Thumb_default
Bravo Alexandra !c est un superbe projet et nous avons vraiment à coeur de l encourager !!nous t embrassons de tout cœur !Brigitte et Jean Yves
Thumb_default
Bravo Alexandra !c est un superbe projet et nous avons vraiment à coeur de l encourager !!nous t embrassons de tout cœur !Brigitte et Jean Yves