Votre précieux soutien permettra la publication du livre Les Dépossédés. Date de sortie envisagée: mai 2013. Il s'agit d'un travail photographique sur la minorité ouïghoure au Xinjiang dans la ville de Kashgar en Chine. L’ensemble du projet se retrouve sur mon site : www.edithroux.fr. En prenant part à ce projet éditorial, vous contribuez à soutenir le travail d’une artiste contemporaine et à sauvegarder la mémoire et l’identité d’un peuple dont la culture est menacée. L'exposition va circuler dans plusieurs villes, votre contribution au livre permettra de garder une trace de cette exposition et à diffuser le travail à un plus large public.

Large_edith_roux_les_d_poss_d_s_chez_trans_photographic_press_couv

The project

 

 

Exposition galerie Dix9 19 rue des filles du calvaire 75003 Paris jusqu'au 23 février avec la vidéo "sous silence" et le diaporama "24h sous surveillance"

 

Ce travail Les Dépossédés  ainsi que la vidéo Sous silence sont actuellement présentés à la Galerie Dix9, 19 rue des filles du calvaire 75003 Paris, jusqu’au 23 février 2013.

 

Photographe et vidéaste, je travaille sur des questions liées aux mutations urbaines depuis une quinzaine d’années. En 2010, je me rends dans la province autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine. 

 

 

 

 

Les Ouïghours, turcophones et musulmans habitent cette région depuis des siècles. Aujourd’hui, leur culture est menacée par la colonisation interne des Chinois qui tentent d’étendre leur emprise sur ce territoire riche en minerais et en hydrocarbures. 

Mon travail photographique réalisé dans la ville de Kashgar, traduit cette menace par les transformations urbaines du centre ville où les habitations traditionnelles des Ouïghours sont détruites.

 

Ce livre aura les caractéristiques suivantes :

 

Format: 30 X 22 cm, à l’italienne, 34 photographies couleurs

Au total 80 pages, couverture plein papier, pelliculage soft touch.

 

Un texte d’Erik Verhagen, critique d’art et commissaire d’exposition et  un texte de Jean-Paul Loubes, architecte, anthropologue et écrivain, spécialiste de cette région viendront enrichir la réflexion.

 

Bilingue Français/Anglais, pour que les textes puissent être lus par un maximum de personnes, notamment dans les pays anglophones où la diaspora ouïghoure est importante.

 

L’impression sera totalement en quadrichromie, supervisée par l’éditeur Trans Photographic Press, et moi-même. C’est un éditeur spécialisé dans les livres de photographies, avec une grande exigence de qualité. L’imprimeur italien est également reconnu pour ses compétences en la matière.

 

Je fais tout à fait confiance à ces partenaires sur ce projet !

 

 

 

Pourquoi j’ai fait ce projet et comment ?

 

Je travaille depuis 1995 sur l’évolution de la Chine contemporaine. Il me semblait important de travailler sur la minorité ouïghoure dont on parle peu et qui pourtant rassemble 10 millions de personnes.

 

Avant de partir, je me suis sérieusement documentée à partir de textes de chercheurs, d'universitaires, de sinologues et de journalistes. J’ai également appris quelques rudiments de ouïghour pour pouvoir communiquer avec la population !

 

Kashgar, ancien carrefour de la Route de la soie, a été témoin de brassages culturels importants. C’est une ville d’une richesse architecturale et culturelle exceptionnelle qui est  en train de disparaître pour malheureusement laisser la place à un espace sinisé.

 

« La « ruée vers l’Ouest » entraîne une colonisation économique accélérée du Xinjiang par de nouvelles populations chinoises. En 1950, les Han ne représentaient que 10% de la population de la province autonome. Dans les années quatre-vingt, cette colonisation intérieure portait leur proportion à 45%. Aujourd’hui la progression se poursuit, soutenue par l’extraordinaire développement économique de la Chine. L’émigration de populations chinoises pauvres oriente le taux de sinisation vers les 50 %. À Urumqi, 80% des habitants sont maintenant des Han. Un recouvrement d’une culture par une autre est en oeuvre. 

(…) La destruction de l’héritage architectural et urbain en oeuvre au Xinjiang apparaît donc comme une atteinte majeure à une société et à la culture qui la porte. Elle vise à interrompre la transmission sur laquelle pourrait se bâtir l’identité moderne du monde ouïgour. »

Extrait du texte de Jean-Paul Loubes

 

En contrepartie du soutien que vous aurez la générosité d’apporter, j’ai choisi de vous offrir des cartes postales signées, des livres dédicacés, des affiches ou encore une édition Prestige du livre contenant un tirage original numéroté et signé de ma main (édition limitée).

 

Vous pouvez choisir parmi les 5 photographies suivantes, chacune numérotée et limitée à 4 exemplaires pour l'édition Prestige:

 

22

 

33

 

13

 

15

 

28

 

 

 

 

Je me ferai un plaisir de citer votre nom dans les remerciements du livre si vous le souhaitez !

Le livre aura une visibilité continue tout au long d’évènements tels que des expositions :

 

De mars à mai 2013 à la galerie du Château d’eau à Toulouse

De mai à fin août 2013, au Musée d’art et d’archéologie d’Aurillac

 

En 2014, plusieurs expositions sont prévues (elles seront annoncées prochainement)

 

 

 

Quelques infos biographiques personnelles :

 

Bourse d’Etudes aux Etats-Unis en histoire de l’art, Emory University

Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles

Nombreuses expositions en France et à l’étranger

Mes œuvres font partie de la collection du  Fonds National d’Art Contemporain, de la Bibliothèque Nationale, du Musée de la photographie à Braga au Portugal, de collections privées telles que celle d’Yves Rocher, etc.

Why fund it?

Le budget minimum du livre (graphisme, fabrication, droits d’auteur pour les textes,  traductions, etc.) est de 10 200 € pour 750 exemplaires diffusées en librairie.

 

La galerie du Château d’eau de Toulouse ainsi que le Musée d’art et d’archéologie d’Aurillac se sont engagés à la mesure de leur possibilité sur la somme de 7000 euros pour financer le livre.

Mon compagnon Christian me soutient avec 700 euros.

Je leur en suis très reconnaissante.

 

Pour pouvoir lancer la fabrication du livre et juste payer les premiers fournisseurs (l’imprimeur en Italie, l’acheminement des livres, les auteurs des textes, les traductions…)

Il nous manque 2500 euros à rassembler avant le 28 mars pour que le livre puisse être présent lors de l’exposition à la galerie du Château d’eau en mai prochain.

 

C’est peu mais c’est beaucoup et c’est pour ça que votre aide est si précieuse.

 

Merci par avance de votre contribution !

 

Je vous tiendrai au courant au fur et à mesure de l’avancée de notre projet !

 

 

Thumb_capture_d___e__cran_2010-09-04_a___09.58.15
Edith Roux

Edith Roux est photographe et vidéaste. Au sein de sa pratique, des préoccupations d’ordre sociopolitiques sont fortement présentes, entre autres, autour de questions liées à la ville, à l’environnement et à la société de contrôle. Par sa mise en forme, son travail pourrait être qualifié de documentaire conceptuel. Elle est diplômée de l’Ecole... See more

Newest comments

Thumb_default
Je suis très heureuse d'avoir participé à cette édition, dont le sujet comme le traitement me touchent énormément. J'ai malheureusement égaré votre question, concernant la manière dont j'ai été informée du projet. La réponse est : par la galerie. J'espère à bientôt pour la naissance du livre et l'exposition.
Thumb_capture_d___e__cran_2010-09-04_a___09.58.15
Plus que 5 jours pour la souscription en ligne du livre, merci aux derniers kisskissbankers qui peuvent encore souscrire et rendez-vous en mai pour la publication!
Thumb_capture_d___e__cran_2010-09-04_a___09.58.15
Chers kisskissbankers, Objectif atteint!! Merci infiniment, Grâce à vous, le livre "Les Dépossédés" va pouvoir voir le jour, il sortira en mai, je vous tiendrai au courant. Prochain rv à Toulouse le 20 mars au vernissage de la Galerie du château d'eau (pour les toulousains) à suivre... et merci encore!! Edith