Soutenez la création des Éditions d’Est en Ouest, enfin une maison qui se consacre exclusivement aux romans japonais contemporains

Large_23c1db998ac07ee953f765792d885335-1444122823-1444122838

Présentation détaillée du projet

This project is available in English language (you can select the language at the right top of the web page)

 

 

 

Bonjour à tous et merci de visiter ma page KKBB. Je m'appelle Isabelle, je suis grande lectrice, expatriée au Japon. Je suis aussi maman d'une petite fille de 7 mois, professeur de français langue étrangère, dilettante de l'ikebana, passionnée de chevaux, et encore beaucoup d'autre choses. Mais aujourd'hui je voudrais vous parler de ce que je suis récemment devenue : éditrice ! Mon rêve d'étudiante se réalise, grâce au Japon et à mon parcours imprévu. Voici donc comment se sont passées les choses :

 

 

 

Génèse - comment ce projet a pris forme dans mon esprit :

 

 

 

J'ai étudié la littérature, surtout française, durant mes études universitaires.

 

 

Vivant au Japon depuis 5 ans, j'ai été frappée de constater que ce que la France publie du Japon se résume principalement : 

 

 

- aux mangas

 

 

- aux poèmes traditionnels (haïkus, waka) 

 

 

- aux classiques (Dit du Genji de Murasaki Shikibu, JunichiroTanizaki ) 

 

 

- à la littérature supérieure, voire élitiste (Haruki Murakami, Yoko Ogawa), que beaucoup de Japonais jugent difficile (au niveau de la langue et / ou de l'interprétation)

 

 

 

Après la catastrophe du 11 mars 2011, le Japon a été invité d'honneur au salon du livre de Paris, et la littérature contemporaine nipponne a commencé à émerger. Médiatisée, elle a connu un franc succès mais reste très sous-représentée.

 

 

 

J'ai donc décidé d'offrir au lectorat français une littérature plus accessible, afin de faire savoir ce que les Japonais - en général - lisent dans le train, ou avant de s'endormir.

 

 

 

Une littérature populaire, contemporaine, de qualité.

 

 

 

 

Qui crée ce projet ? :

 

 

 

Moi, Isabelle Legrand Nishikawa, 30 ans, française, et mon mari Kotaro qui m'aide pour la logistique et amateur de polars japonais ! 

 

 

 

12085177_888919807844378_1568729620_o-1444120110

 

 

Marché : Pourquoi ce créneau, qu'est-ce qui existe déjà ?

 

 

 

La maison se lancera avec une collection de polars japonais contemporains.

 

 

Il n’existe pas à ce jour de maison d’édition spécialisée dans la littérature japonaise.

 

 

Dans la section littérature, en tête des ventes de livres, le roman policier est en 3ème position. C’est un genre qui plaît à tous types de lecteurs, milieux sociaux, âges, sexes, secteurs d’activités confondus. —

 

 

Le livre policier a une deuxième vie, avec le poche, ce qui permet des revenus supplémentaires à la maison d’édition qui cède les droits.

 

 

   Estimaaiton-1444121898

 

 

Le Concept - en clair, qu'est-ce que c'est que ce projet ? :

 

 

 

- Créer une maison d’édition spécialisée dans la littérature japonaise.

 

 

- Se consacrer aux auteurs contemporains, donner une chance aux jeunes auteurs.

 

 

- Créer des collections clairement définies : la première collection est déjà définie : le roman policier, d’autres collections sont prévues : la littérature féminine, les nouvelles, le roman social, etc.

 

 

- Donner une image moderne et actuelle du paysage littéraire japonais, en restant accessible à un lectorat de masse (démystifier la littérature japonaise).

 

 

- Se démarquer des genres japonais sur-représentés dans l’édition française actuelle : le manga, la poésie (haïkus), les classiques, les romans poétiques

 

 

 

Objectifs : quoi, quand, combien ?

 

 

—

 

 

- Dès la première année : 2 titres

 

 

- Dès la deuxième année : 3 titres (+1 : nouvelle collection)

 

 

- Tirage : 3 000 exemplaires (1500 x 2) par titre, écoulés en 2 ans les 5 premières années

 

 

- Diffusion nationale et numérique

 

 

- Participer aux salons et aux foires littéraires dans la mesure du possible

 

 

 

 

Avantages : pourquoi ce projet est-il super ?

 

 

 

- Expansion culturelle : c’est une occasion de faire connaître la littérature japonaise, très riche, à un pays connu pour sa littérature et ses figures intellectuelles. Il faut offrir au Japon la place qu’il mérite dans le paysage littéraire international.

 

 

Salon_du_livre_2012-1444121250

Extrait du site www.nippon.com du 27 juin 2012 : le salon du livre et son invité d'honneur

 

 

 

- Relations internationales : favoriser les relations France-Japon, mises à l’honneur récemment, en accueillant ses nouveaux auteurs.

 

 

 

Japon-france-1444120681

Extrait du site de l'Institut français du Japon, 18 juin2014

 

 

 

 

- Donner aux nouveaux traducteurs l’occasion de se démarquer et de fidéliser un éditeur ou un auteur, à un genre spécifique. 

 

 

 

Trad-1444121500Extrait du site de la CCI France Japon 

 

La Charte Graphique : 

 

 

 

Les Éditions d’Est en Ouest se veulent à l’image du Japon actuel : moderne et traditionnel. En effet, ce pays riche d’une culture protégée est aussi et paradoxalement un géant de la modernité, de la technologie et de la recherche. Le vieux Japon et le Japon moderne se juxtaposent pour créer un pays unique et difficilement accessible pour l’étranger.

 

 

De ce défi, nous avons décidé d’en relever une partie : rendre accessible sa littérature populaire, à travers le roman policier pour commencer.

 

 

 

La charte graphique sera donc à cette image : classique, la typographie, la mise en page générale (à l’image d’un nrf, cadre blanc et écriture rouge) ; moderne, sa couverture et son caractère épuré, son format.

 

 

Logo_bd_web-1433848272

 

Le rouge est la couleur dominante. Couleur de fête traditionnelle, de cérémonie, des portes des sanctuaires et des temples (torii) au Japon, du drapeau japonais, elle rappelle aussi les polars/policiers, couleur du sang.

 

 

 

Le nom de la maison stylisé : la petite boussole intégrée dans le O de « Ouest » rappelle l’idée de littérature étrangère et de mise en valeur d’une culture qui vient d’autre part, en parallèle avec la grue.

 

 

 

Les_editions-1433848247

Les_edition_n-1433848295

Les_editions_r-1433848306

      

 

La couverture est en rouge et blanc. Pour rester dans une dynamique moderne et classique, nous avons choisi un style simple, épuré et géométrique. Un dessin à gauche, en relation avec le roman, permettra de reprendre la charte graphique de la couverture pour toute la collection, en changeant le dessin uniquement. Le dos de la couverture présentera la maison et le roman sobrement.

 

 

—

 

 

La mise en page sera aussi classique et simple, en Garamond 12 et le format original 11x18 permettra une reprise en poche, tout en restant pratique et élégant.

 

 

 

                       LE PREMIER ROMAN :

 

 

 

Requiem à huis clos, Ruriko KISHIDA traduit par Myriam DARTOIS-AKO (mars 2016)

 

 

 

30c1da9413c4a9990a79b37eec67d164-1445645006

 

Il s'agit d'un roman policier, avec des meurtres en huis clos, se déroulant à Kyoto.

 

 

 

L’intrigue :

 

 

À Kyoto, lors de l’exposition de Reiko, artiste peintre, une jeune femme est frappée d’effroi devant un tableau. Des éléments présents dans l’œuvre suggèrent que l’artiste sait ce qui est arrivé au mari de cette jeune femme, Takao, disparu cinq ans plus tôt sans laisser de trace. 

 

 

Peu après, sur le lieu même de la disparition de Takao, un corps est découvert. Un meurtre à huis clos qui rappelle étrangement les circonstances de cette disparition : personne n’a pu ni entrer ni sortir, toutes les issues étant verrouillées de l’intérieur. Asami, camarade d’université de Reiko, mène l’enquête et ramène au jour un passé enfoui. Sans se décourager, elle n’aura de cesse de rechercher la vérité dissimulée dans le mystérieux tableau.

 

 

 

Sur une trame parfois inquiétante se tisse une intrigue logique pleine de suspens qui a remporté le prix Ayukawa Tetsuya en 2004.

 

 

 

Arguments :

 

 

Ce roman avec Kyoto pour toile de fond, entretient un rapport direct avec Paris (l’artiste peintre s’y rend souvent). L’enquête est menée par une héroïne typique de la trentenaire japonaise célibataire. Ce roman illustre de nombreux traits caractéristiques de la société japonaise, et est ainsi à la fois une bonne introduction à la culture japonaise pour les lecteurs de polars d’autres horizons et un véritable plaisir pour les japanophiles qui leur permettra de savourer la littérature japonaise qu’ils aiment à travers un genre – le roman policier – très populaire en France mais encore peu courant sous l’angle japonais. Le tout en maintenant une tension permanente pour aboutir à une fin surprenante et inattendue.

 

 

 

Un roman qui vous fera vivre le Japon moderne, dans sa ville la plus traditionnelle, à travers une intrigue sans issue possible, cheminant dans l’atroce réalité de l’esprit humain et de la folie.

 

 

 

Des personnages qui nous touchent par leurs défauts et leur sensibilité à fleur de pinceau.

 

 

 

Un polar de qualité, ayant fait ses preuves au Japon, qui vous fera découvrir la littérature contemporaine japonaise en compagnie d’une auteure aguerrie de « romans mystérieux*», qui a eu un coup de coeur pour la France.

 

 

*c’est le terme en japonais « mystery novel »

 

 

 

L’auteure : 

 

 

Née en 1961 à Kyoto, Ruriko KUSHIDA est la fille d’un chercheur. Expatriée à Paris à l’âge de 13 ans, elle est diplômée de la faculté des sciences de Paris VII. Requiem est son premier roman et se distingue tout de suite en remportant le prix Ayukawa Tetsuya 2004 du roman policier.

 

 

 

Le prix Ayukawa Tetsuya : Grand romancier policier, Tetsuya AYUKAWA (1919-2002) était aussi un critique littéraire qui a remporté le prix Naoki en 1950. Ses principaux titres : Petrov Case (1950), The Black Suitcase (1956), Semi-Express Nagara (1966). Son éditeur, Tokyo Sogen, a créé ce prix en 1990. Il récompense chaque année un premier auteur de roman policier original. La récompense est la publication de l’ouvrage gagnant.

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte assurera les frais de création d'entreprise avant publication du premier roman :

 

Frais de voyage Kyoto-Tokyo pour rencontre Bureau des Copyrights Français - préparation du programme : 244 € (transport)

Attestations sceaux  : 10  €

Business lunch Chambre de commerce et d'industrie Osaka, 29 mai 2015  : 22 € + 12 € (transports)

Ouverture du compte pro : 0,743875 € + 11 € (transports)

INPI  (dépôt de marque) : 208 €

Enregistrement des statuts : 381 €

Enregistrement de l'entreprise : 1 116 €

Abonnement à la Chambre de commerce et d'industrie : 296 €

Sceau entreprise : 132 €        

 

sous-total: 2 435 €

 

+ l'avance au traducteur : 500 €

 

sous total : 2935,5 €

 

+ comission kiss kiss bank bank : 235 €

 

TOTAL : 3170 

 

Et si la collecte dépasse cette somme ? Le surplus sera utilisé pour amortir les frais d'impression et de publication du premier roman Requiem

Thumb_origami-1439992337
isabellenishikawa

Née le 23 février 1985, je me passionne vite pour les livres, je dévore l'infinie bibliothèque familiale. Très jeune, je pratique le piano, la danse et surtout l'équitation qui deviendra ma passion numéro 2. Après des études de lettres modernes à Versailles,Paris et Toronto, je décide de devenir éditrice. Master pro à Rennes, je tente ma chance après... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon courage d'Orléans !
Thumb_default
Joli projet !
Thumb_default
un petit coup de pouce pour ce beau projet qui j'espère prendra un bel envol !